La couleur du chat influe sur son adoption


  • La couleur du chat influe sur son adoptionPhoto : Shutterstock
  • Chats/ Comportement

    Si l’on en juge le résultat d’une enquête menée par Cats Protection, l’association de protection animale britannique, les adoptants seraient sensibles à la couleur de la robe des chats dans leur choix pour l’adoption en refuge.

    Réalisée auprès de 1000 personnes, l’enquête révèle que pour 73% des sondés, l’apparence est importante et, plus spécifiquement, la robe (69 %).

    Interrogés sur les trois principaux critères qui permettraient, selon eux, au chat d’être plus facilement adopté, 34 % citaient en premier l’apparence, puis la douceur (32 %) et enfin le côté amical (22 %). Les chats tigrés et roux étaient jugés comme étant les plus drôles, alors que les chats noirs étaient considérés comme moins amicaux et moins joueurs.

    Cela semble confirmer une certaine réalité vécue dans les refuges britanniques qui peinent à faire adopter leurs chats noirs et noirs et blancs, selon Danielle Draper, directrice de Cats Protection à l’initiative de l’enquête. Ils forment près de la moitié du contingent de chats abandonnés dans les établissements de cette association. C’est la raison pour laquelle Cats Protection organise chaque année, le 27 octobre, le National Black Cat Day pour réhabiliter ces animaux injustement délaissés.

    Responsable du refuge AVA (Aide aux vieux animaux) situé près de Gournay-en-Bray, Fanette Barraya n’a pas tout à fait le même sentiment que sa consœur britannique. « Il faut dire que nous avons relativement peu de chats à faire adopter, indique-t-elle d’entrée, puisque nous avons trois à quatre fois moins d’adoptions chez les chats que chez les chiens. »

    Toutefois, elle reconnaît que les chats noirs n’ont pas forcément les faveurs des candidats à l’adoption qui se présentent. « Je ne peux pas expliquer pourquoi, reconnaît-elle, mais quand on leur dit qu’il est noir, il y a souvent une réticence. Ils semblent être effectivement plus mal vus que les autres. » Mais pour la professionnelle, le principal critère d’adoption n’a rien à voir avec la couleur, en tout cas dans son refuge. « Honnêtement, ceux qui veulent un chat veulent d’abord un chaton, regrette-t-elle. Or, nous n’en avons pas ou très peu. Et dès qu’on en a, ils ne restent pas car ils survivent moins bien en refuge que des adultes. De toute manière, ils trouvent un maître extrêmement vite. Pour les adultes, les questions posées tournent plus autour de leur capacité à vivre en appartement, avec d’autres chats ou d’autres animaux et, surtout, leur familiarité à l’homme. Parfois, il arrive que des adoptants aient flashé sur un chat en photo sur notre site. Ils viennent pour le voir lui et l’adopter. Souvent, ils repartent avec celui qu’ils ont vu, mais parfois, on arrive à leur en faire choisir un autre qui correspond mieux à leur mode de vie ou alors avec lequel ils ont eu un feeling lors de la mise en contact. »

    La crainte principale des futurs adoptants de chat reste la peur du passé de l’animal, du traumatisme si traumatisme il y a, ou alors sa malpropreté. « Contrairement à un chien, le chat adulte ne se rééduque pas ou très très difficilement, explique la spécialiste. C’est pourquoi le chat adulte séduit moins que le chaton. Nous n’avons pas ce problème avec les chiens qui sont, à mon avis, préférés à l’âge adulte car tout le travail de l’éducation est déjà fait ! »