Vinaigrette, entre chien et loup


  • Vinaigrette, entre chien et loupPhoto : Hervé Ronne
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    Après avoir été suivie pour des troubles du comportement, elle est arrivée au refuge breton de Coat Fur en 2011. Sur cette terre d’accueil pour les loups, l’hybride partage son quotidien avec une vingtaine d’autres animaux.

    Sous les cimes des pins sylvestres qui peuplent son enclos breton, Vinaigrette se cache. Tête baissée et regard furtif, elle observe, hésite un peu avant de s’approcher. Elle finit par s’avancer vers ses hôtes qui l’attendent patiemment, de l’autre côté du grillage. Un bruit, un geste un peu brusque et l’animal fait demi-tour. Sa méfiance tenace de l’homme reprend le dessus. «C’est un animal qui a dû prendre des coups de bâton par un homme, raconte Géraldine Bournot, l’une de ses soigneuses. Avec eux, c’est plus compliqué qu’avec les femmes qu’elle tolère. Au début, dès qu’on venait nettoyer son abri avec un râteau, elle était en panique. C’est ce que l’on suppose car on ne connaît pas bien son histoire.»
    Ce qui est certain, c’est que cette femelle de 11 ans a atterri un petit matin de 2011, ici, dans la commune de Lescouët-Gouarec, après un voyage de 600 kilomètres. Vinaigrette arrive de la Creuse où Lara, une association de protection animale, l’a recueillie. Le canidé, baladé de propriétaire en propriétaire, est suivi pour des problèmes de comportement. Son attitude perturbée interroge, son physique déroute aussi. C’est une prise de sang qui permet de lever le voile sur sa véritable identité. «Vinaigrette n’est pas seulement un chien, elle a aussi en elle du loup. En fait, elle est issue d’un croisement entre un chien-loup de Saarloos et un chien-loup tchécoslovaque. C’est un hybride. Ce qui explique en grande partie ses troubles.» Pour ce drôle de spécimen, la petite structure limousine ne suffit plus. Il lui faut un lieu plus approprié où ses traumatismes pourront être soignés, son tempérament canalisé et où elle pourra s’épanouir.

    Mi-figue mi-raisin

    Ce havre inespéré, l’association Lara le déniche sur les terres de Coat Fur, le refuge où l’on répare les loups cassés par la vie, ceux qui ont joué les acteurs de cinéma sous la férule de dresseurs amateurs, les bêtes de foire des fêtes médiévales, ceux saisis par les tribunaux parce que devenus trop encombrants pour leurs maîtres imprudents, ou encore des retraités de zoos dont plus personne ne veut.
    Unique en France, ce lieu a été créé par l’association Lupi-Les Loups, financée en partie par la Fondation Brigitte Bardot. En dix ans, il a vu défiler pas moins de 35 pensionnaires venus de toute la France. Des rescapés qui découvrent enfin le bonheur d’une vie dans le calme de ces deux hectares clôturés d’un site classé. « On voulait que nos animaux finissent leurs jours dans un lieu qui a conservé un côté sauvage, explique Willy Bigot, à l’origine de ce refuge avec Thierry Le Corre. Ils en ont vraiment besoin. Quand ils arrivent, la plupart d’entre eux ont des comportements déviants, qu’on dit stéréotypés. Ils font les cent pas pendant des heures, ils sont stressés. Cette attitude s’apparente à de l’autisme chez l’homme. Sauf que pour les loups, ça se soigne. Et c’est ce que nous essayons de faire en cassant ce rythme par l’enrichissement de leur environnement et par l’alimentation. »
    Quelques odeurs diffusées ici et là, des obstacles installés dans les enclos, des animaux qui ne sont jamais nourris à la même heure... Tout pour éviter la routine. «Il faut les amener à faire quelque chose, pendant ce temps-là ils ne s’ennuient pas. Cela évite aussi le conditionnement. Nous cherchons à nous rapprocher au plus près de ce qu’ils vivraient s’ils étaient dans la nature.»
    Six mois, un an, parfois plus... Quand, pour certains résidents, quinze jours d’adaptation suffisent, pour d’autres la transition peut être longue. Les premières semaines de Vinaigrette dans le refuge ont été rudes. Beaucoup d’agressivité et une grande nervosité l’empêchaient de s’adapter. «Elle sautait sans cesse sur le grillage, se souvient Géraldine Bournot. Et surtout, elle ne savait pas si elle devait se comporter comme un chien ou comme un loup.» Heureusement, le temps a fait son œuvre et calmé un peu les angoisses de l’animal mais son ambivalence reste là, solidement ancrée dans ses gènes et dans son passé. Aujourd’hui encore, la naufragée de Coat Fur peine à trouver ses marques. À savoir qui elle est réellement. «Vinaigrette, c’est un nom qui lui va très bien car c’est vraiment un mélange. Mais elle pourrait tout aussi bien s’appeler mi-figue mi-raisin, ça lui irait comme un gant!»

    Dominante et soumise

    Dans son cocon boisé, Vinaigrette n’est pas une exception. D’autres loups hybrides ont atterri ici, retirés par la justice à des particuliers qui n’ont pas toujours conscience de la difficulté de posséder de tels animaux. «C’est un phénomène nouveau qui nous arrive des États-Unis et qui a dix ans environ, remarque Willy Bigot. C’est ce qui fait que ce n’est pas encadré par la loi et que l’hybride n’est pas encore une race répertoriée. Alors, sans réglementation, l’État classe ces animaux dans la case “loup”. Cela signifie qu’il faut un certificat de capacité pour en détenir et que sans ça, vous êtes dans ­l’illégalité. Mais l’hybridation, c’est aussi et surtout une catastrophe écologique.»
    Car à force de faire se reproduire entre elles des espèces, voire des sous-espèces qui ne se seraient jamais croisées dans la nature, ­le risque est grand d’entraîner des mutations génétiques parfois lourdes de conséquences. Physiologiques comme comportementales. Vinaigrette en fait les frais. «Elle est plus fragile que les autres loups. Sa peau, par exemple, est très sensible, déplore Géraldine Bournot. Une toute petite blessure peut vite dégénérer. Elle met un temps fou à cicatriser.»
    Mais au-delà du physique, c’est tout son être, son identité qui en sont affectés. La femelle peut se montrer dominante comme un loup quand, l’instant d’après, elle se soumet totalement à la main de l’homme, tel un toutou obéissant à son maître. Elle fuit tout autant les humains qu’elle en a viscéralement besoin. Elle peut aussi bien se tapir dans les bois de son refuge pour échapper à tout contact et s’isoler que jouer comme un jeune chien fou pendant des heures en courant le long du grillage avec Bébert, le saint-bernard des lieux. Perturbant pour Vinaigrette mais également pour les visiteurs du refuge qui la voient pour la première fois. Car avec sa tête qui tient plus du chien craintif que du loup sauvage, la pensionnaire de Coat Fur démonte à elle seule les croyances populaires et autres légendes.
    En savoir plus : refugedesloups.org


    Autres articles à lire

  • Gloria, des Kids United, dans 30 Millions d'amis

    Vivre ensembleElle a ouvert les portes de sa ménagerie personnelle à la rédaction de 30 Millions d'amis.

    28 Novembre 2016
  • Lizzy, heureuse chef de bande

    Vivre ensembleSauvée d’un chenil en Roumanie après une vie d’errance, Lizzy a trouvé, grâce à Ester et à son compagnon, un foyer aimant où elle mène une vie sereine avec d’autres animaux.

    30 Janvier 2018
  • Le chat aime-t-il la musique ?

    Vivre ensembleOn dit que la musique adoucit les mœurs. Parfois, elle provoque le contraire… chez les chats ! Follement drôle !

    22 Octobre 2015
  • Chat, chien, cheval… : les animaux « soigneurs »

    Vivre ensembleLes animaux introduits à la fondation Sonnenhof pour tenir compagnie aux résidents souffrant de problèmes psychiatriques sont devenus des auxiliaires soignants.

    29 Novembre 2019
  • Le prince George fête ses trois ans avec le chien Lupo

    Vivre ensembleC’est avec Lupo, le chien de la famille, que le prince George, fils aîné du duc et de la duchesse de Cambridge, pose pour la photo officielle de ses trois ans.

    22 Juillet 2016
  • Minous à la ferme : des chats sauvés grâce aux rongeurs

    Vivre ensembleDans l’Etat de Washington, aux Etats-Unis, des chats de refuges jugés inadoptables sont placés dans des fermes où ils font carrière comme chasseurs de rongeurs. Une reconversion organisée par le refuge SpokAnimals afin de leur éviter l’euthanasie.

    23 Mars 2016
  • Une jeune femme retrouve sa chienne à l’aéroport

    Vivre ensembleGrâce à une chaîne de solidarité, Amelia, une jeune femme britannique, a retrouvé sa chienne Marlin, perdue à l’aéroport de Roissy. L’animal et sa maîtresse revenaient du Viêt-Nam, où Marlin risquait d’être abattue pour sa viande.

    05 Avril 2018
  • Une marche d’adieu organisée pour un labrador, héros de guerre

    Vivre ensembleUn soldat américain a organisé une marche pour dire adieu à son labrador atteint d’un cancer. Ensemble, ils ont servi en Afghanistan. Des centaines de personnes se sont rassemblées pour rendre un dernier hommage à ce chien héros.

    29 Septembre 2017
  • Un refuge utilise le monde d’Harry Potter pour favoriser ses adoptions

    Vivre ensembleÀ Orlando, en Floride, un refuge pour animaux a eu l’idée de répartir les chiens selon les quatre maisons de Poudlard, l’école de Harry Potter, en fonction des personnalités des animaux. Une idée pour faciliter les adoptions, et qui cartonne !

    07 Novembre 2017
  • Siri : la muse féline de Nawak

    Vivre ensembleParachuté à l’âge de deux mois au refuge de l’école du Chat de Drancy (93), Siri a été aussitôt adoptée par Nawak. Depuis trois ans, elle est la muse de ce jeune illustrateur, qui grâce au financement de ses fans, va sortir son premier album : le journal de Siri.

    04 Septembre 2015
  • Une chatte londonienne retrouvée en France

    Vivre ensembleMoon Unit, 11 ans, qui avait faussé compagnie à ses propriétaires fin 2007 à Londres, a été récupérée par une association en mai dernier en Essonne. Le périple du félin rescapé reste un mystère.

    11 Août 2016
  • Kenzo : un chat à la caserne des pompiers

    Vivre ensemblePortant ses galons les grands jours, ce matou au caractère bien trempé règne sans partage dans la caserne des sapeurs-pompiers de Gondrexange, en Moselle.

    09 Novembre 2019
  • Après neuf ans d'absence, le chat Moubli est de retour

    Vivre ensembleIl s’appelle Moubli. Et ses propriétaires avaient oublié son existence après sa disparition il y a neuf ans. Jusqu’à ce jour où l’appel téléphonique d’un refuge le fait réapparaître…

    05 Septembre 2016
  • chiens abandonnés : 2nd chance

    Vivre ensembleJugés turbulents, incontrôlables ou mordeurs, ces chiens ont été maltraités puis abandonnés. Jusqu’au jour où des policiers passionnés ont su percevoir chez eux les qualités qui font les chiens d’exception…

    01 Juin 2015
  • Sauvé après 7 mois passés sous une voiture

    Vivre ensembleAaron, c’est son nom, vivait depuis 7 mois sous une voiture. Alertée, l’association Hope for Paws, lui offre un peu de bonheur. Découvrez la vidéo de son sauvetage.

    15 Septembre 2015
  • Une astuce pour occuper son chat

    Vivre ensembleSes chats n'en finissaient plus de détruire ses meubles, il a trouvé une solution pour les en détourner ! Une vidéo pleine d'enseignements et d'astuces !

    21 Septembre 2015
  • Uggie, le chien de The Artist, est mort

    Vivre ensemblePartenaire canin de Jean Dujardin dans le film The Artist, le petit parson russel terrier est mort des suites d’un cancer.

    12 Août 2015
  • Pilots N Paws : des pilotes au grand cœur

    Vivre ensembleAu Canada, l’organisation Pilots N Paws offre une seconde chance à des animaux de refuge en les transportant par avion d’une ville à l’autre. Une manière de désengorger les structures d’accueil et d’éviter l’euthanasie à nombre d’entre eux.

    21 Mars 2016
  • Lola: enfin le bonheur!

    Vivre ensembleArrachée à des trafiquants de chiens de boucherie, en Thaïlande, la petite chienne découvre la joie de vivre et de jouer dans le jardin de Françoise, Jean et James…

    02 Juin 2017
  • Le retour en liberté d’une tigresse de Sibérie

    Vivre ensembleFilippa, une jeune tigresse a été relâchée dans la nature en Russie le 29 avril dernier, après avoir suivi un programme de réhabilitation de près de deux ans.

    12 Février 2017