Mon chat a un FIV


  • Mon chat a un FIVPhoto : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    En cas de contamination par un rétrovirus (Feline Immunodeficiency Virus), la vie du chat bascule : malade à vie, il devient plus sensible à d’autres infections. C’est pourquoi le FIV est surnommé communément le «sida du chat».

    Comme pour le virus HIV chez l’homme (le virus du sida), le virus du FIV entraîne une baisse des défenses immunitaires chez le chat. Cela expose le porteur à toutes sortes d’infections, plus ou moins graves, contre lesquelles l’organisme ne peut pas, ou mal, se défendre. C’est là que réside la gravité de cette maladie qui, pour l’instant, ne bénéficie d’aucun vaccin en Europe (un vaccin est à l’étude aux États-Unis et en Australie, mais les souches visées ne circulent pas en Europe). Les espoirs viennent donc de certains traitements antiviraux, avec des résultats mitigés. C’est pourquoi il est préférable de tout faire pour que votre chat ne soit pas contaminé…

    Prévention : gare aux bagarres!

    Le principal mode de contamination par ce virus étant la morsure profonde (et les griffures) par un chat contaminé, il faut tout faire pour éviter que ce genre de situation se produise (environ 20% des chats des rues seraient contaminés). Or si votre chat a accès à l’extérieur et qu’il n’est pas stérilisé, le risque de bagarre est maximal! La saillie étant un autre mode de contamination (moins fréquent), ainsi que, semble-t-il, la transmission materno-fœtale, il y a tout intérêt à faire stériliser les femelles qui sortent. Enfin, l’activité des chats étant maximale la nuit (et donc le risque de «mauvaise rencontre» également), il est recommandé d’apprendre à son chat à rentrer tous les soirs avant la tombée de la nuit. Pour y arriver, rien ne vaut l’appel du ventre et l’assurance d’avoir le dîner servi une fois rentré ! Pour les récalcitrants, enfin, un équipement GPS peut permettre aux maîtres de les retrouver où qu’ils soient. Quant aux chats qui ne sortent jamais de chez eux, ils n’encourent quasiment aucun risque, d’autant que le virus ne survit pas plus de quelques minutes en milieu extérieur (il n’est donc pas possible de le rapporter sous ses semelles de chaussure et de contaminer son chat). Pour atteindre un chat d’appartement, il faudrait qu’un chat contaminé arrive à pénétrer dans la demeure et se batte avec lui, ce qui est tout de même peu probable…

    Les signes qui doivent vous alerter

    Hormis de rares symptômes, comme une petite fièvre et une légère augmentation de la taille de quelques ganglions, qui ont toutes les chances de passer inaperçus, la phase d’incubation, d’une durée d’environ deux à trois mois, est rarement repérée. Ensuite, le virus peut rester des années dans l’organisme sans faire spécialement parler de lui. Puis, la maladie à proprement parler se déclare: les globules blancs du chat sont en chute libre (et son immunité très affaiblie). Le moindre indésirable (virus, bactérie, champignon, parasite) peut l’affecter, y compris des organismes habituellement sans danger chez les chats en bonne santé.
    Infections des yeux, de l’appareil respiratoire, de la bouche, des ­intestins, de la peau, des voies urinaires et même du système nerveux, peuvent alors apparaître et provoquer toutes sortes de problèmes. C’est encore pire si le chat a des difficultés pour se nourrir à cause de réactions buccales qui le font souffrir. Dans ces conditions, le chat maigrit, a souvent de la fièvre, des infections et/ou des douleurs chroniques, des troubles du comportement et, même si ce n’est pas le cas le plus fréquent, il peut finir par en mourir.

    Plus vite dépisté, mieux c’est

    Un test rapide au cabinet du vétérinaire permet de faire le diagnostic en quelques minutes. En cas de doute, un examen plus poussé en laboratoire permet de confirmer ou d’infirmer le diagnostic. Or s’il est si important de savoir si son chat est contaminé avant que des infections se déclarent de toutes parts, c’est parce que les vétérinaires ont remarqué que l’inter­féron hu­main (un antiviral fabriqué par l’organisme), donné à petites doses, semble ­capable d’éviter ou de retarder la phase avancée de la maladie et donc de prolonger la vie du chat. Une étude l’a d’ailleurs confirmé. Toutefois, cette stratégie n’a aucun intérêt une fois le virus réveillé et la maladie déclarée. Enfin, un chat séropositif (mais pas encore malade) doit se faire vacciner contre le typhus, le coryza et la leucose (FeLV). C’est important pour lui éviter ces infections plus tard. Et il n’y a pas de temps à perdre car une fois la maladie déclarée, il n’est plus recommandé de le vacciner (c’est alors trop risqué).

    Au stade avancé de la maladie

    Une fois le virus réveillé, il n’y a pas d’autres choix que de traiter les infections au fur et à mesure qu’elles apparaissent. Il existe un interféron félin qui, donné à hautes doses, semble améliorer l’immunité du chat (de quoi lui permettre de mieux se défendre contre les germes), mais son coût est élevé et les résultats, mitigés. C’est pourquoi beaucoup de propriétaires s’en tiennent aux traitements au coup par coup des infections, de la douleur et de l’inflammation.
    Le vétérinaire essaie également de requinquer l’animal à grand renfort de vitamines, et le propriétaire est invité à lui donner une nourriture haut de gamme. Bien entendu, le chat doit mener une petite vie «pépère», sans stress et sans bagarre. Il pourrait d’ailleurs contaminer un autre chat s’il venait à le mordre (alors qu’il n’y a pas de risque en cas de partage d’une gamelle ou d’un couchage).

    HIV et FIV, même combat?
    Bien que le HIV infecte l’homme et non le chat (et le FIV, le chat mais pas l’homme), leurs similitudes sont importantes. Par exemple, le HIV se réplique dans les globules blancs appelés lymphocytes T4… tout comme le FIV. Or les lymphocytes T4 (encore appelés lymphocytes «helper» ou auxiliaires) ont pour tâche de réveiller et alerter les autres acteurs de l’immunité en cas de présence d’un germe indésirable. Ils sont donc vraiment utiles. Mais surtout, le plus gros point commun entre HIV et FIV est leur importante variabilité génétique (autrement dit, ils mutent en permanence), de sorte qu’il est difficile de proposer un vaccin pour les contrer efficacement.

    Autres articles à lire

  • Obésité : quand le régime ne suffit pas…

    ChatsLa bonne volonté n’est pas toujours suffisante pour voir la silhouette de son animal s’affiner. Parfois, l’origine de l’obésité cache un problème de santé ou de comportement…

    01 Novembre 2019
  • Chien et chat : leur repas de Noël

    ChatsEt si vous invitiez vos animaux à votre table de Noël ? Pas sur la nappe, mais en concoctant aux fourneaux pour vous et pour eux quatre plats de fête. Nos recettes et nos conseils.

    20 Décembre 2018
  • Comment stopper la lactation chez une chatte ?

    ChatsIl est rare qu’une chatte fasse une « lactation nerveuse », c’est-à-dire une montée de lait quelques semaines après ses chaleurs. En revanche, il est parfois nécessaire de stopper la sécrétion de lait chez une chatte qui a été séparée de ses petits prématurément. Suivant l’intensité de la lactation, plusieurs stratégies peuvent être utilisées.

    06 Août 2020
  • Coronavirus : les cliniques vétérinaires s’organisent

    ChatsSi les cliniques vétérinaires peuvent assurer la continuité des soins aux animaux, les praticiens sont invités à appliquer les règles de sécurité sanitaire pour lutter contre la propagation du coronavirus Sars-Cov-2. Le conseil national de l’Ordre des vétérinaires a publié un communiqué détaillant les mesures à mettre en place pour cet accueil.

    16 Mars 2020
  • Chien et chat : peuvent-ils être cardiaques ?

    ChatsLes affections cardiaques sont fréquentes surtout chez le chien (10 % d’entre eux) mais aussi chez le chat. Elles peuvent être présentes dès la naissance ou survenir au cours de la vie de l’animal.

    10 Novembre 2018
  • Quand je nettoie ses oreilles, le coton est tout noir. Pourquoi ?

    ChatsLa présence, en abondance, de cérumen brun très foncé dans les oreilles d’un chien ou d’un chat peut être le signe d’une affection auriculaire appelée 'gale d'oreille'.

    04 Novembre 2018
  • 10 Idées reçues sur les infections de l’hiver

    ChatsPeu sensibles aux mêmes microbes que leurs maîtres, chiens et chats peuvent néanmoins attraper une infection hivernale… ou ce qui en a tout l’air !

    13 Décembre 2018
  • Mon véto et moi : le TOC de Nala

    ChatsNala, une petite chatte noir charbon, arrive en consultation à la suite de léchages intenses qui lui font perdre une bonne partie de ses poils. Allergie, parasites ou trouble du comportement?

    22 Juillet 2016
  • Problèmes urinaires du chat

    ChatsLes problèmes urinaires chez le chat sont si fréquents que l’on pourrait presque se demander s’il existe beaucoup de chats qui y échappent au cours de leur vie!

    01 Juin 2015
  • 3 questions sur les problèmes urinaires du chat

    ChatsLe chat est un animal sujet aux problèmes urinaires. Pourquoi ? De quelles affections s’agit-il ? Comment les soigner ? On fait le point avec Damien Médan, vétérinaire à la clinique Zatozte, dans les Pyrénées-Atlantiques.

    18 Octobre 2018
  • Races : quand la popularité devient néfaste

    ChatsComme on dit, la célébrité n’arrive jamais seule. Chez les races de chiens ou de chats, elle peut venir avec son lot de maladies génétiques…

    03 Janvier 2019
  • Traitement antipuces, quand et comment les appliquer ?

    ChatsLes produits antipuces ont récemment beaucoup évolué. L’éfficacité des médicaments a augementé, les formes pharmaceutiques sont devenues plus faciles à administrer et le temps d’action s’est allongé.

    14 Août 2018
  • Obésité : des causes multiples

    ChatsLes origines de l’obésité sont diverses. Mais pour les vétérinaires, la relation souvent fusionnelle entre les propriétaires et leur animal rend plus difficile la mise au régime de l’animal.

    03 Novembre 2019
  • Corse : inauguration d’un centre de stérilisation 100 % gratuit

    ChatsLa Fondation Assistance aux animaux vient d’ouvrir, dans la commune d’Afa, en Corse, le tout premier centre régional de stérilisation entièrement gratuit pour les animaux sans maîtres. L’objectif est de lutter contre la misère et la prolifération des animaux errants.

    09 Mars 2020
  • Mon chat fait de l'asthme

    ChatsL’asthme n’est pas réservé aux humains! Nos petits félins peuvent également être atteints, principalement en raison d’une allergie qu’il va falloir identifier tout en traitant la maladie pour éviter la survenue de nouvelles crises…

    07 Septembre 2017
  • L'E-Medecine, science-fiction ou réalité ?

    ChatsSi elle existe déjà en médecine humaine, la télémédecine ou médecine numérique n’en est qu’à ses balbutiements dans le domaine vétérinaire. Mais des initiatives individuelles émergent qui assurent une prise en charge médicale à distance de nos animaux.

    18 Février 2019
  • Les chats stérilisés sont en meilleure santé et vivent plus vieux

    ChatsLa dernière étude de la SPA sur la stérilisation des chats dévoile que celle-ci est bénéfique en plusieurs points : plus longue espérance de vie, moins de maladies, moins d’abandons…

    20 Juin 2019
  • Mon chat vomit régulièrement, est-il malade ?

    ChatsLe chat est une espèce qui vomit facilement, mais il est important de savoir faire la différence entre des vomissements « physiologiques » et « pathologiques ». Suivant la fréquence des vomissements, le contenu expulse, les symptômes éventuellement associés... il peut être ou non nécessaire de consulter votre vétérinaire.

    09 Juillet 2019
  • Covid-19 : les animaux domestiques ne propagent pas le virus

    ChatsInterrogée sur la transmission potentielle de la maladie Covid-19 par l’intermédiaire des animaux domestiques, l’Anses a réuni en urgence un groupe d’experts spécialisés pour répondre à cette question. Après de nouveaux éléments et cas de contamination, l'Agence nationale de sécurité sanitaire vient de réactualiser son rapport.

    20 Avril 2020
  • Mon animal, chien ou chat, peut-il me transmettre ses maladies ?

    ChatsDes maladies transmissibles à l’homme, il peut en contracter toute l’année. Mais le risque est encore accru en vacances, en raison de nouvelles activités et d’une vigilance en berne. C’est donc au retour des congés ou après que le diagnostic risque de tomber !

    02 Décembre 2015