Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »


  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Une étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    Shelly Masi- © Luca Morino

    Une étude du journal scientifique Science Advances, publiée en janvier, a pointé du doigt une situation alarmante pour les primates de la planète : selon les chercheurs, 60% des espèces de singes sont en danger en raison des activités humaines, et 75% des populations sont en déclin. La primatologue Shelly Masi*, spécialiste des gorilles, revient sur les différentes menaces qui pèsent sur les singes tout en proposant des solutions à mettre en place pour sauver les primates … et les hommes

    Animaux-Online : Les conclusions de cette étude vous surprennent-elles ?

    Shelly Masi : Non, ce sont des choses que l’on sait depuis longtemps. La situation est critique. Elle est notamment liée à la destruction de l’habitat naturel des singes. Un morceau de forêt, équivalent à une fois et demi la surface de Paris, disparaît chaque jour sur terre ! Si on ne fait rien, selon les estimations de l’ONU, il ne restera plus en 2030 que 10% de forêt tropicale dans le monde. Ce qui signifierait qu’en 2050 il ne resterait plus de grands singes …

    A-O : Quelles sont les principales causes de cette déforestation entrainant la disparition des singes ?

    S.M : L’exploitation forestière, l’extraction minière et l’agriculture intensive industrialisée augmentant de plus en plus en Asie, en Amérique et en Afrique. Et cela est directement lié à notre consommation. L’orang-outan par exemple, a déjà perdu dans les derniers 40 ans plus de 60% de son habitat à cause de la culture de l’huile de palme utilisée dans certains produits alimentaires et cosmétiques  que nous utilisons quotidiennement sans le savoir.

    Le coltan, extrait dans la forêt tropicale du Congo et de l’Amazonie, est aussi une des premières causes de la déforestation illégale en République Démocratique du Congo. Ce matériau est utilisé pour la confection d’appareils électroniques comme les téléphones et ordinateurs portables. En voulant changer régulièrement d’appareils nous alimentons la demande et sommes aussi responsables de cette déforestation.

    A-O : Quelles autres menaces pèsent sur les primates ?

    S.M : Le braconnage est une autre cause de la disparition des singes. Ils sont tués pour leur viande, exportée notamment dans des grandes capitales d’Afrique, ou sont utilisés pour certains rituels magiques ou médicinaux. Mais il y a aussi un important trafic illégal d’animaux vivants de la part des zoos privés ou de riches particuliers qui les détiennent comme animaux de compagnie.  

    A-O : Les singes sont également victimes de grandes épidémies. A quel point le virus Ebola les a-t-il impactés ?

    S.M : Au début des années 2000, Ebola, combiné à un fort braconnage, a eu de graves conséquences sur les gorilles de l’ouest. Depuis 2007, ils sont classés par l’UICN  dans la catégorie des espèces en danger critique d’extinction. Le virus a tué dans certaines zones de la République du Congo 90% de la population de gorilles de l’ouest.

    Outre Ebola, les singes sont de plus en plus impactés par les maladies des hommes. Cela est aussi du à la déforestation, qui augmente la proximité des humains, mais aussi des animaux d’élevage, avec les animaux sauvages. Ces derniers n’ont pas les défenses immunitaires nécessaires pour se défendre contre ces nouvelles pathologies.

    A-O : Quelles sont les espèces de singe les plus menacées aujourd’hui ?

    S.M : Les espèces endémiques, qui n’existent que sur un territoire spécifique, sont les plus menacées. C’est notamment le cas des différentes espèces de lémuriens, ne vivant qu’à Madagascar où il y a eu un taux  brutal de déforestation ces dix dernières années. Les grands singes sont également les plus sensibles, car ils ont un taux de développement et de reproduction très lent. Un orang-outan a en moyenne un petit tous les huit ans. Ils ont des capacités cognitives très élevées et vivent dans des habitats saisonniers où il est difficile de prévoir la disponibilité de nourriture. Ils ont donc beaucoup de choses à apprendre et leur sevrage peut durer trois ou quatre ans pour un gorille (selon l’espèce), et jusqu’à sept ans pour un orang-outan.

    A-O : En quoi la disparition des singes nous impacte-t-elle directement ?

    S.M : Tout est lié. On appelle les singes les « jardiniers de la forêt » : lorsqu’ils mangent un fruit, les graines passant par leur intestin sont activées et semées sur de grandes distances car les singes sont de très grands marcheurs.  Ils maintiennent ainsi l’écosystème des forêts tropicales, qui elles-mêmes, maintiennent l’oxygène sur notre planète. Si les singes disparaissent, la forêt disparaît et on ne peut plus survivre.

    Les singes sont des espèces « parapluie », en les protégeant, nous préservons aussi les autres animaux de la forêt, ceux qui sont moins charismatiques mais qui sont aussi essentiels pour le maintien de l’écosystème et la régénération de la forêt.

    Et les singes sont aussi bien sûr une grande richesse pour l’humanité. Ils appartiennent à la même famille que nous, celle des hominidés. Ce sont nos cousins vivants les plus proches. Ils nous permettent d’en apprendre énormément sur nos propres origines et notre évolution.

    A-O : Quelles solutions faut-il selon vous mettre en place pour enrayer la disparition des singes ?

    S.M : Il faut agir au niveau régional et international.

    Sur place, il est essentiel que des projets d’économie locale, respectueux de la nature, se développent. Ce peut être, par exemple, la mise en place de projets d’écotourisme. Les populations et les gouvernements des pays où vivent les singes, doivent se rendre compte qu’un singe vivant leur est plus profitable qu’un singe mort : au Rwanda, les touristes sont prêts à débourser près de 700 $ pour rester une heure avec les gorilles ! Mais l’écotourisme ne peut s’appliquer de la même manière à tous les pays. Ils faut donc adapter différentes stratégies selon les caractéristique des Etats.

    Il est primordial de comprendre que les populations locales ne sont pas les seules concernées. Nous sommes, chacun,  responsables de cette situation, à cause de notre consommation excessive. Il faut que nous changions nos habitudes et que nous recyclions le plus possible, y compris nos téléphones portables !

    Enfin, il faudrait également renforcer la surveillance locale et internationale pour lutter contre le braconnage et le trafic illégal des animaux.   

     

    *Shelly Masi est primatologue, spécialiste des gorilles, maître de conférence du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) au Musée de l’homme, vice présidente de la Société francophone de primatologie (SFDP).

     

     

     

     

     

     

     

     


    Autres articles à lire

  • Un « cerf miniature » disparu depuis 25 ans a été photographié

    Faune sauvageUn mystérieux petit ruminant d'Asie, que les scientifiques avaient perdu de vue depuis plus de 25 ans, a été photographié au Vietnam, rapporte une nouvelle étude publiée dans Nature Ecology & Evolution.

    13 Novembre 2019
  • Le bœuf musqué, un survivant

    Faune sauvageS’il a côtoyé les mammouths et les tigres à dents de sabre, il est aujourd’hui l’un des rares grands mammifères (avec l’ours polaire) à survivre dans les zones glacées de l’Arctique. Mais le réchauffement qui sévit aujourd’hui sur notre planète pourrait avoir raison de sa résistance.

    18 Juillet 2016
  • Quel sursis pour les bouquetins du Bargy ?

    Faune sauvagePromis à un abattage certain suite à un arrêté du préfet de Haute-Savoie, les bouquetins du massif du Bargy, porteurs de la brucellose, profitent d'un sursis suite à un recours devant le tribunal porté par les associations de protection animale.

    19 Octobre 2015
  • Le Roi lion : Simba et Nala sont en vérité frère et sœur

    Faune sauvageLe film actuellement au cinéma se veut le plus proche possible de la réalité dans le visuel des animaux et leurs comportements. Mais dans la nature, l’histoire du Roi lion serait tout autre… Julie Platel, éthologue au parc zoologique de Thoiry, nous le montre en nous expliquant le fonctionnement d’un harem.

    29 Août 2019
  • Miguel et Junior vivront

    Faune sauvageLes rescapés du groupe de macaques de la Pinède ont rejoint le sanctuaire de l’Arche, où ils pourront être vus sans danger. Pourtant, ils sont porteurs de l’herpès B, comme leurs 163 congénères, euthanasiés en mai dernier. Seraient-ils mort pour rien ?

    02 Août 2018
  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • Projet « Dulan » : le nouveau défi de l’association Kalaweit

    Faune sauvageLes équipes de l'association Kalaweit, fondée il y a 20 ans par Chanee, viennent de découvrir un petit bijou de biodiversité sur l'île de Bornéo. Seul problème, ces 1 500 hectares de forêts sont encerclés par des compagnies de charbon et d'huile de palme…

    17 Décembre 2018
  • La musaraigne-éléphant : un animal original et méconnu

    Faune sauvageLe parc Biotropica, en Normandie, s’est vu confier par le zoo de Rotterdam un couple de musaraignes-éléphants de Peters. Au total, seule une quinzaine d’individus peuvent être observés en Europe. Zoom sur cette espèce aussi intrigante qu’intéressante.

    22 Mai 2019
  • Les selfies dangereux pour les animaux sauvages

    Faune sauvageUne ONG lance une alerte concernant la pratique de plus en plus en vogue qui consiste à se prendre en photo avec des animaux sauvages. Car derrière les clichés de vacances se trouve bien souvent la triste réalité de l’exploitation animale.

    05 Octobre 2017
  • Patagonie chilienne : Le lion des montagnes

    Faune sauvageLe puma est le plus grand des félidés, autrement dit le plus grand des petits félins. Traqué par les bergers de Patagonie ou les cow-boys du Far West, cet agile prédateur, rapide et puissant, a appris à se faire discret. Le déclin de sa population en a même fait une espèce rare…

    15 Novembre 2018
  • La girafe, cet animal énigmatique et menacé

    Faune sauvageLa girafe, considérée comme 'vulnérable' par l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), a perdu 40% de sa population entre 1985 et 2015. Il n’en resterait que 98.000 individus. Voici quelques faits étranges ou cocasses concernant l'une des icônes de l'Afrique, et plus grand animal terrestre au monde.

    16 Août 2019
  • Pyrénées : les oursons de Sorita ont disparu...

    Faune sauvageL’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a perdu la trace des deux oursons de Sorita, l’une des deux ourses réintroduites en Béarn en octobre 2018. L’hypothèse avancée est la prédation des petits par un ours mâle.

    05 Juin 2019
  • La technique de chasse du renard

    Faune sauvageLe renard mulotte. Il étonnant de le voir en action. Il serait le seul mammifère à utiliser cette technique pour chasser. En quoi consiste-t'elle ? Animaux-Online vous la décrypte.

    06 Janvier 2016
  • Réchauffement du climat : les animaux plus touchés qu'on ne le pensait

    Faune sauvageLes conséquences du dérèglement du climat sont encore plus inquiétantes que ce que les scientifiques ont envisagé jusqu’à présent, particulièrement pour les primates et les éléphants.

    15 Février 2017
  • Trump veut réautoriser d’anciennes pratiques de chasse à l’ours

    Faune sauvageIl sera bientôt possible pour les chasseurs en Alaska d'appâter les ours avec du bacon ou des donuts dans les zones protégées, l'administration Trump souhaitant revenir sur des réglementations adoptées sous Barack Obama.

    23 Mai 2018
  • Sauvez les gorilles, recyclez vos vieux téléphones

    Faune sauvageUne nouvelle étude australienne met en lumière le fait que l’accumulation de vieux téléphones participe à la disparition des gorilles en République démocratique du Congo. Moins de recyclage, plus d’extraction minière et donc destruction de l’habitat de ces animaux…

    12 Décembre 2018
  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée

    Faune sauvageL’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.

    29 Mars 2019
  • Un tigre d'un zoo de New York testé positif au coronavirus

    Faune sauvageUn tigre d'un zoo du Bronx à New York a été testé positif au Covid-19, a indiqué dimanche l'institution, une maladie que le félin aurait contractée auprès d'un gardien ne présentant alors aucun symptôme.

    06 Avril 2020
  • Yuan Meng : le bébé panda de Beauval sera visible en janvier

    Faune sauvageBrigitte Macron, la marraine du panda né au zoo de Beauval en août dernier, a dévoilé le nom de cet animal star qui devrait rester en France trois ans, et fera sa première apparition publique le 13 janvier 2018.

    05 Décembre 2017
  • Mort de plusieurs rhinocéros placés dans une nouvelle réserve

    Faune sauvageNeuf rhinocéros noirs, une sous-espèce en grand danger d'extinction, sont morts après avoir été déplacés en juin dans une réserve du sud du Kenya. Une enquête est en cours pour déterminer les raisons de ces disparitions.

    18 Juillet 2018