Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »


  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Une étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    Shelly Masi- © Luca Morino

    Une étude du journal scientifique Science Advances, publiée en janvier, a pointé du doigt une situation alarmante pour les primates de la planète : selon les chercheurs, 60% des espèces de singes sont en danger en raison des activités humaines, et 75% des populations sont en déclin. La primatologue Shelly Masi*, spécialiste des gorilles, revient sur les différentes menaces qui pèsent sur les singes tout en proposant des solutions à mettre en place pour sauver les primates … et les hommes

    Animaux-Online : Les conclusions de cette étude vous surprennent-elles ?

    Shelly Masi : Non, ce sont des choses que l’on sait depuis longtemps. La situation est critique. Elle est notamment liée à la destruction de l’habitat naturel des singes. Un morceau de forêt, équivalent à une fois et demi la surface de Paris, disparaît chaque jour sur terre ! Si on ne fait rien, selon les estimations de l’ONU, il ne restera plus en 2030 que 10% de forêt tropicale dans le monde. Ce qui signifierait qu’en 2050 il ne resterait plus de grands singes …

    A-O : Quelles sont les principales causes de cette déforestation entrainant la disparition des singes ?

    S.M : L’exploitation forestière, l’extraction minière et l’agriculture intensive industrialisée augmentant de plus en plus en Asie, en Amérique et en Afrique. Et cela est directement lié à notre consommation. L’orang-outan par exemple, a déjà perdu dans les derniers 40 ans plus de 60% de son habitat à cause de la culture de l’huile de palme utilisée dans certains produits alimentaires et cosmétiques  que nous utilisons quotidiennement sans le savoir.

    Le coltan, extrait dans la forêt tropicale du Congo et de l’Amazonie, est aussi une des premières causes de la déforestation illégale en République Démocratique du Congo. Ce matériau est utilisé pour la confection d’appareils électroniques comme les téléphones et ordinateurs portables. En voulant changer régulièrement d’appareils nous alimentons la demande et sommes aussi responsables de cette déforestation.

    A-O : Quelles autres menaces pèsent sur les primates ?

    S.M : Le braconnage est une autre cause de la disparition des singes. Ils sont tués pour leur viande, exportée notamment dans des grandes capitales d’Afrique, ou sont utilisés pour certains rituels magiques ou médicinaux. Mais il y a aussi un important trafic illégal d’animaux vivants de la part des zoos privés ou de riches particuliers qui les détiennent comme animaux de compagnie.  

    A-O : Les singes sont également victimes de grandes épidémies. A quel point le virus Ebola les a-t-il impactés ?

    S.M : Au début des années 2000, Ebola, combiné à un fort braconnage, a eu de graves conséquences sur les gorilles de l’ouest. Depuis 2007, ils sont classés par l’UICN  dans la catégorie des espèces en danger critique d’extinction. Le virus a tué dans certaines zones de la République du Congo 90% de la population de gorilles de l’ouest.

    Outre Ebola, les singes sont de plus en plus impactés par les maladies des hommes. Cela est aussi du à la déforestation, qui augmente la proximité des humains, mais aussi des animaux d’élevage, avec les animaux sauvages. Ces derniers n’ont pas les défenses immunitaires nécessaires pour se défendre contre ces nouvelles pathologies.

    A-O : Quelles sont les espèces de singe les plus menacées aujourd’hui ?

    S.M : Les espèces endémiques, qui n’existent que sur un territoire spécifique, sont les plus menacées. C’est notamment le cas des différentes espèces de lémuriens, ne vivant qu’à Madagascar où il y a eu un taux  brutal de déforestation ces dix dernières années. Les grands singes sont également les plus sensibles, car ils ont un taux de développement et de reproduction très lent. Un orang-outan a en moyenne un petit tous les huit ans. Ils ont des capacités cognitives très élevées et vivent dans des habitats saisonniers où il est difficile de prévoir la disponibilité de nourriture. Ils ont donc beaucoup de choses à apprendre et leur sevrage peut durer trois ou quatre ans pour un gorille (selon l’espèce), et jusqu’à sept ans pour un orang-outan.

    A-O : En quoi la disparition des singes nous impacte-t-elle directement ?

    S.M : Tout est lié. On appelle les singes les « jardiniers de la forêt » : lorsqu’ils mangent un fruit, les graines passant par leur intestin sont activées et semées sur de grandes distances car les singes sont de très grands marcheurs.  Ils maintiennent ainsi l’écosystème des forêts tropicales, qui elles-mêmes, maintiennent l’oxygène sur notre planète. Si les singes disparaissent, la forêt disparaît et on ne peut plus survivre.

    Les singes sont des espèces « parapluie », en les protégeant, nous préservons aussi les autres animaux de la forêt, ceux qui sont moins charismatiques mais qui sont aussi essentiels pour le maintien de l’écosystème et la régénération de la forêt.

    Et les singes sont aussi bien sûr une grande richesse pour l’humanité. Ils appartiennent à la même famille que nous, celle des hominidés. Ce sont nos cousins vivants les plus proches. Ils nous permettent d’en apprendre énormément sur nos propres origines et notre évolution.

    A-O : Quelles solutions faut-il selon vous mettre en place pour enrayer la disparition des singes ?

    S.M : Il faut agir au niveau régional et international.

    Sur place, il est essentiel que des projets d’économie locale, respectueux de la nature, se développent. Ce peut être, par exemple, la mise en place de projets d’écotourisme. Les populations et les gouvernements des pays où vivent les singes, doivent se rendre compte qu’un singe vivant leur est plus profitable qu’un singe mort : au Rwanda, les touristes sont prêts à débourser près de 700 $ pour rester une heure avec les gorilles ! Mais l’écotourisme ne peut s’appliquer de la même manière à tous les pays. Ils faut donc adapter différentes stratégies selon les caractéristique des Etats.

    Il est primordial de comprendre que les populations locales ne sont pas les seules concernées. Nous sommes, chacun,  responsables de cette situation, à cause de notre consommation excessive. Il faut que nous changions nos habitudes et que nous recyclions le plus possible, y compris nos téléphones portables !

    Enfin, il faudrait également renforcer la surveillance locale et internationale pour lutter contre le braconnage et le trafic illégal des animaux.   

     

    *Shelly Masi est primatologue, spécialiste des gorilles, maître de conférence du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) au Musée de l’homme, vice présidente de la Société francophone de primatologie (SFDP).

     

     

     

     

     

     

     

     


    Autres articles à lire

  • Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    Faune sauvageUn marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de 'rat-kangourou' a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l'extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, a prévenu jeudi une ONG.

    06 Décembre 2018
  • 84 % des Français sont en faveur d’une stricte protection du loup

    Faune sauvage16 loups ont déjà été tués depuis le début de l’année 2020 (sur un quota de 90 loups) et un autre braconné, sans oublier les 98 individus abattus en 2019. D’après l’Office français de la biodiversité, le taux de survie des loups est en baisse... Pourtant, selon un sondage de février 2020, les citoyens français soutiennent la protection du loup.

    18 Juin 2020
  • Sauvez les gorilles, recyclez vos vieux téléphones

    Faune sauvageUne nouvelle étude australienne met en lumière le fait que l’accumulation de vieux téléphones participe à la disparition des gorilles en République démocratique du Congo. Moins de recyclage, plus d’extraction minière et donc destruction de l’habitat de ces animaux…

    12 Décembre 2018
  • Les rats-taupes nus sont sourds, et c’est tant mieux pour eux !

    Faune sauvageParadoxalement, les rats-taupes nus font énormément de bruits, alors qu’ils ont une très mauvaise audition ! Des chercheurs américains viennent de découvrir que cette caractéristique était le résultat de mutations génétiques…Très bénéfiques pour eux ! Explications.

    04 Septembre 2020
  • Un emprunt pour sauver le rhinocéros ?

    Faune sauvageUn consortium d’associations travaille actuellement à la mise en place d’un tout nouvel instrument financier afin d’aider à la protection du rhinocéros noir d’Afrique. Si cela fonctionne, ce modèle pourra être appliqué à d’autres espèces en voie de disparition.

    22 Septembre 2019
  • Miguel et Junior vivront

    Faune sauvageLes rescapés du groupe de macaques de la Pinède ont rejoint le sanctuaire de l’Arche, où ils pourront être vus sans danger. Pourtant, ils sont porteurs de l’herpès B, comme leurs 163 congénères, euthanasiés en mai dernier. Seraient-ils mort pour rien ?

    02 Août 2018
  • Un bison sauvage abattu en Allemagne

    Faune sauvageAucun bison sauvage en liberté n’avait été aperçu en Allemagne depuis environ 250 ans. L’un d'eux a pourtant récemment réapparu dans le pays, près de la frontière avec la Pologne, avant d’être abattu sur ordre de la police, craignant pour la population. L’association WWF a porté plainte pour cette atteinte à une espèce protégée.

    22 Septembre 2017
  • En Afrique du Sud confinée, l'essor du safari virtuel

    Faune sauvageAlors que la pandémie de coronavirus a vidé les parcs nationaux de leurs hordes de visiteurs, les animaux déambulent sans gêne sous l’œil de quelques caméras... Et de milliers d'internautes !

    08 Avril 2020
  • Un nouveau cas de mutilation de koala en Australie

    Faune sauvageUn koala a été retrouvé vissé à un poteau dans un parc en Australie. Le fait divers révoltant succède à un précédent cas de mutilation, quelques mois plus tôt, sur un marsupial, dans un contexte alarmant pour la survie du koala en Australie.

    11 Janvier 2018
  • Christian Kempf : “Quand l’ours vient, tout s’arrête.”

    Faune sauvageVoilà près d'un demi-siècle que l’explorateur scientifique Christian Kempf photographie des ours au cours d'expéditions dans le Grand Nord. Entre protection, souvenirs et tourisme vert, il nous livre ses observations et ses aventures dans un beau livre savamment illustré : 'Ours polaires'.

    05 Janvier 2021
  • Chanee, 'Monsieur gibbon'

    Faune sauvageL’ONG qu’il a créée est devenue le plus grand projet au monde de sauvegarde des gibbons. Aurélien Brulé, dit Chanee, fondateur de Kalaweit (« gibbon » en indonésien), se passionne depuis l’adolescence pour ces primates menacés. En 18 ans, cet Indonésien d’adoption a réussi à sauver de nombreux animaux mais aussi à faire avancer les mentalités. A l’occasion de son passage en France, nous l’avons rencontré.

    22 Septembre 2016
  • Il y a encore trop peu d’ours dans les Pyrénées

    Faune sauvageLa population d'ours continue de progresser dans les Pyrénées : 64 ont été détectés en 2020, dont 16 oursons, révèle un rapport du Réseau Ours Brun. Une évolution positive mais encore insuffisante pour que l’espèce soit stable…

    02 Avril 2021
  • Au Népal, des caméras cachées pour compter les tigres sauvages

    Faune sauvageDes milliers de photographies défilent, toutes prises par des caméras cachées dans la jungle du Népal. Au bout du compte, une certitude réjouissante: la population de tigres de ce pays himalayen a quasiment doublé en une décennie après être passée tout près de l'extinction.

    06 Novembre 2018
  • Les grands singes peuvent-ils attraper le coronavirus ?

    Faune sauvageLe Covid-19 menace-t-il aussi les grands singes, connus pour être sensibles aux virus humains ? C'est en tous cas un défi pour les zoos qui prennent d'infinies précautions pour ne pas risquer de contaminer leurs précieux hôtes.

    03 Avril 2020
  • Un « cerf miniature » disparu depuis 25 ans a été photographié

    Faune sauvageUn mystérieux petit ruminant d'Asie, que les scientifiques avaient perdu de vue depuis plus de 25 ans, a été photographié au Vietnam, rapporte une nouvelle étude publiée dans Nature Ecology & Evolution.

    13 Novembre 2019
  • Les dugongs de Nouvelle-Calédonie en danger de disparition

    Faune sauvageSelon le WWF, le dugong (un mammifère marin herbivore) est menacé d’extinction à cause du braconnage en Nouvelle-Calédonie.

    20 Juin 2017
  • Le blaireau-furet, nouveau suspect dans la transmission du coronavirus

    Faune sauvageLe blaireau-furet est soupçonné par les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'être l'un des intermédiaires possibles de la transmission du coronavirus de la chauve-souris à l'être humain.

    29 Mars 2021
  • Disparition de Daphne Sheldrick, la « mère » des éléphants orphelins

    Faune sauvageDaphne Sheldrick, pionnière de la protection de l'environnement, était connue pour avoir développé une méthode permettant d'élever des éléphanteaux orphelins au Kenya. Elle est décédée jeudi, à l'âge de 83 ans.

    16 Avril 2018
  • Réchauffement du climat : les animaux plus touchés qu'on ne le pensait

    Faune sauvageLes conséquences du dérèglement du climat sont encore plus inquiétantes que ce que les scientifiques ont envisagé jusqu’à présent, particulièrement pour les primates et les éléphants.

    15 Février 2017
  • IFAW à la rescousse des rhinocéros

    Faune sauvageLe 22 septembre dernier, c’était la journée mondiale du rhinocéros. Ce gros mammifère comporte 5 espèces différentes, toutes en danger d’extinction. C'est pourquoi, de nombreux organismes, dont IFAW, œuvrent à sa protection.

    24 Septembre 2020