Ce weekend, comptez les oiseaux pour mieux les protéger


  • Ce weekend, comptez les oiseaux pour mieux les protégerPhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Oiseaux

    La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et le Muséum national d’Histoire naturelle organisent les 28 et 29 janvier leur 5e édition de comptage national des oiseaux de jardins, dont certaines espèces sont menacées de disparition.

    Chacun peut apporter une aide précieuse aux scientifiques afin de protéger les populations d’oiseaux et notre biodiversité. Le tout sans sortir de chez soi ! Ce weekend, les 28 et 29 janvier, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), appellent les particuliers à participer à la 5e édition de comptage national des oiseaux de jardin.

    Pourquoi cette opération est importante ?

    Moineaux, merles, mésanges, pinsons … habitués à leur présence, nous avons l’impression que ces espèces font immuablement partie de notre environnement. Or, certaines d’entre elles figurent aujourd’hui sur la liste rouge des espèces menacées en France établie par l’UICN. C’est notamment le cas du moineau friquet, dont la population a diminué de -60 % sur les 10 dernières années, et du chardonneret élégant, qui compte -33% depuis 1989*.

    « Une des causes de la baisse de population de ces oiseaux est la disparition de leur habitat » détaille Marjorie Poitevin, de l’Observatoire des oiseaux des jardins qui pilote le comptage. « Le moineau friquet par exemple, niche en colonie dans les cavités de nos maisons. Mais nos habitats deviennent de plus en plus lisses et hermétiques ce qui laisse de moins en moins de place aux oiseaux. »

    Pourquoi les 28 et 29 janvier ? 

    Cet hiver, plusieurs témoignages font état de la raréfaction voire de l’absence d’oiseaux dans les jardins et autours des mangeoires. L’un des objectifs de cette campagne de comptage est donc de déterminer si cette tendance se confirme, ou s’il s’agit d’un phénomène passager.

    « En organisant chaque année, le dernier weekend de janvier, une campagne de comptage auprès du grand public, nous pouvons facilement comparer les populations d’une année sur l’autre » précise Marjorie Poitevin. Il est donc important, pour ce comptage national, de suivre le protocole établit par les scientifiques.

    Comment ça marche ?

    Il suffit de 4 étapes pour participer :

    1 : opter pour un jour d’observation : samedi 28 ou dimanche 29 et un créneau d’une heure, idéalement en fin de matinée.

    2 : choisir un lieu d’observation. Un jardin privé ou un parc public, à la ville ou à la campagne. Un balcon peut également servir de lieu de comptage s’il est aménagé pour accueillir les oiseaux durant l’hiver.

    3 : compter et noter durant 1h tous les oiseaux qui fréquentent le jardin. Afin de faciliter la participation, une fiche d’aide présentant les principales espèces est mise à la disposition des participants ici. Et si vous ne parvenez toujours pas à identifier un oiseau, vous pouvez envoyer sa photo à l’équipe de l’Observatoire à cette adresse : oiseauxdesjardins@lpo.fr.

    4 : transmettre ses données sur le site de l’observatoire Oiseaux des jardins : oiseauxdesjardins.fr.

    « Il n’y a pas besoin d’avoir une mangeoire pour participer, même si cela facilite l’opération » précise Marjorie Poitevin.

    Les sciences participatives, un vrai plus

    Les sciences participatives, c’est à dire faisant appel à la mobilisation citoyenne, se développent de plus en plus. « Elles se prêtent particulièrement bien à l’observation des oiseaux » selon Marjorie Poitevin. « Grâce à la participation des gens, les scientifiques ont accès à des zones privées où ils ne peuvent pas se rendre autrement. On s’est rendu compte qu’en cumulant les données de particuliers et les données des scientifiques, on tirait beaucoup plus d’informations. »

    Suite à chaque opération nationale de comptage, un bilan est dressé pour les participants et le grand public. Mais les données récoltées sont également transmises au MNHN et à ses scientifiques pour des applications très concrètes. Par exemple, un doctorant travaille actuellement sur une thèse destinée à déterminer les relations entre la présence d’oiseaux granivores et le type d’agricultures alentours. Ces recherches sont très importantes pour déterminer l’impact de l’homme sur son environnement et nous aider à adapter nos pratiques pour préserver notre écosystème. 

    Et le reste de l’année ?

    « Le but de cette opération de comptage est aussi de sensibiliser la population » rappelle la responsable du programme. « J’ai des témoignages de personnes qui m’expliquent avoir participé une première fois à une opération de comptage d’oiseaux, puis qui se sont mis à les observer régulièrement pour finalement en venir à changer et adapter leur pratique de jardinage. »

    Outre le comptage de ce weekend, il est possible de rendre compte de ses observations à l’Observatoire des jardins tout au long de l’année. Dans ce cas, on choisit le jour et la durée d’observation que l’on veut : « Pour que nos oiseaux familiers restent … familiers ! » comme l’appelle de ses voeux la LPO. 

     

    *Sources : MNHN, STOC EPS.


    Autres articles à lire

  • Une journée pour les vautours

    Faune sauvageEt si vous partiez à la rencontre des vautours ? Le 3 septembre, ces impressionnants charognards seront à l’honneur à l’occasion d’une Journée internationale de sensibilisation. Des rendez-vous qui participent aussi à leur connaissance et à leur protection.

    02 Septembre 2016
  • En ville, pourquoi les pigeons perdent-ils leurs doigts ?

    Faune sauvageAvec d’importantes infirmités aux pattes, les pigeons entretiennent leur mauvaise réputation et l’idée reçue selon laquelle ils seraient malades. Pourtant, une nouvelle étude française révèle que ces mutilations sont mécaniques et provoquées par l’activité humaine. Explications.

    14 Novembre 2019
  • Les vautours : mieux les connaître pour mieux les protéger

    Faune sauvageÀ l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux vautours, le premier week-end de septembre, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) coordonne une série d’événements, du 19 août au 8 septembre, partout en France.

    21 Août 2017
  • 3 gestes simples pour sauver les oiseaux !

    Faune sauvageEntendez-vous chanter les oiseaux dans votre jardin ? Les apercevez-vous dans les arbres ? Non ? Ce n’est pas pour rien. Le nombre des oiseaux de proximité baisserait progressivement chaque année. Animaux-Online vous présente 3 gestes simples pouvant participer à leur sauvegarde.

    03 Février 2019
  • Jacques-Olivier Travers : l’homme qui apprenait à voler aux oiseaux

    Faune sauvageÀ travers un nouveau livre et un documentaire prochainement diffusé sur Ushuaia TV, entrez dans l’univers fascinant de Jacques-Olivier Travers, le fauconnier qui chuchote aux oreilles des rapaces.

    14 Février 2019
  • Oiseaux : l’Europe interdit à la France ses chasses illégales

    Faune sauvageLa Commission européenne entend poursuivre la France si elle continue à chasser les oiseaux selon des méthodes cruelles et illégales. Une procédure d’infraction a été ouverte et une lettre de mise en demeure adressée à notre pays qui pourraient aboutir à une procédure de justice si notre pays ne se met pas en règle avec les directives européennes.

    26 Juillet 2019
  • Insolite : un oiseau sème la pagaille sur un vol Singapour-Londres

    Faune sauvageUn oiseau a semé la pagaille sur un vol assurant la liaison entre Singapour et Londres, quand il a surgi soudainement dans le compartiment de la classe affaires lors d'un trajet de 12 heures, a indiqué mardi la compagnie Singapore Airlines.

    16 Janvier 2019
  • Chasse des oies migratrices : la LPO appelle à la mobilisation

    Faune sauvageAlors que le ministère de l’Écologie s’apprête à signer un arrêté permettant aux chasseurs de tuer les oies migratrices en février – après la date officielle de fermeture –, les Français sont appelés, dans une consultation publique, à donner leur avis avant le 24 janvier.

    09 Janvier 2019
  • Bretagne : le grand gravelot en danger

    Faune sauvageLa survie du grand gravelot, un oiseau migrateur présent sur certaines îles bretonnes, «est menacée» a alerté vendredi le sous-préfet de Brest, assurant qu’il y avait « urgence à trouver des solutions de préservation» alors qu’il reste moins de 200 couples en France.

    05 Février 2019
  • Grande America : bientôt une arrivée massive d’oiseaux mazoutés ?

    Faune sauvageErika, Prestige… Et maintenant Grande America. Les noms de ces navires resteront dans l’histoire à cause de leur impact catastrophique sur l’environnement et la vie marine. Malgré deux oiseaux retrouvés sur les côtes françaises, le Grande America n’aurait pas encore fait d’hécatombe… Le calme avant la tempête ?

    03 Avril 2019
  • Insecticide interdit : des rapaces protégés empoisonnés dans l'Aveyron

    Faune sauvagePlusieurs associations dénoncent des cas d’oiseaux empoisonnés depuis début 2018 dans les Grands Causses. En cause, un insecticide interdit en France, utilisé illégalement sous forme de pièges contre des animaux jugés « indésirables ».

    06 Juillet 2018
  • Comment aider les oiseaux victimes du froid ?

    Faune sauvageLe gel et la neige qui se sont abattus soudainement sur la France menacent de nombreux animaux. Avec l’arrivée du froid, l‘accès aux ressources devient difficile ou impossible pour les oiseaux qui s’épuisent rapidement, limitent leurs déplacements et sont, de fait, plus vulnérables. La LPO rappelle quelques gestes simples pour leur venir en aide.

    24 Novembre 2018
  • La sexualité de nos animaux 33/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… polygames ou monogames ?

    04 Mai 2016
  • Oiseaux : ils passent l’hiver en France

    Faune sauvageOn parle souvent des oiseaux qui partent vers les pays chauds pour échapper à la rigueur de l’hiver. Moins de ceux qui, venant du nord de l’Europe, passent la mauvaise saison sur notre territoire.

    27 Novembre 2018
  • Un manchot de Nouvelle-Zélande peut parcourir 7 000 km pour se nourrir

    Faune sauvageUne équipe de recherche internationale vient de découvrir que le gorfou du Fiordland, un manchot de Nouvelle-Zélande, pouvait parcourir jusqu’à 7 000 km en l’espace de 8 semaines, et ce, afin de s’engraisser en prévision de la mue annuelle.

    04 Septembre 2018
  • Le macareux reste au frais grâce à son gros bec

    Faune sauvageLe macareux huppé régule sa température corporelle grâce à son gros bec, une caractéristique résultant de l’évolution qui pourrait expliquer sa capacité à voler durant de longues périodes à la recherche de nourriture.

    28 Novembre 2019
  • Mais que font les flamants roses la nuit ?

    Faune sauvageDes chercheurs anglais se sont demandé comment les flamants roses occupaient leurs nuits lorsque les portes du zoo étaient fermées. A leur grande surprise, ces animaux captifs ont gardé les mêmes comportements que les flamants roses sauvages.

    11 Septembre 2018
  • Les nuits de la chouette débutent ce soir

    Faune sauvageLe site du pont du Gard inaugure l’événement, ce 8 mars, avec une première opération de sensibilisation à la préservation du rapace nocturne. La douzième Nuit de la chouette se poursuit ce week-end partout en France.

    08 Mars 2017
  • Un financement participatif pour sauver 3 espèces d’oiseaux

    Faune sauvageLe Parc des oiseaux, dans l’Ain, veut créer un centre de reproduction et de réintroduction pour aider à la conservation de trois espèces emblématiques d’Europe. Pour que ce projet voit le jour, le parc fait appel au financement participatif.

    12 Décembre 2019
  • Birdlab : une appli pour aider la science

    Faune sauvageBirdlab revient pour une troisième édition : jusqu’au 31 mars 2017, participez à ce programme scientifique d'observation des oiseaux en téléchargeant l’application sur votre téléphone ou votre tablette.

    06 Décembre 2016