L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !


  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !Photo : DR
  • Protection/ Elevage

    Alors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    Suite au rejet par la commission des affaires économiques le 14 décembre dernier de la surveillance par caméra vidéo aux postes d’abattage dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, avoue que son association s’y attendait. « Quelques jours avant le vote qui a rejeté la mesure, nous avions reçu une lettre de la Fédération nationale des industriels et des commerçants en gros de la viande où ils expliquaient que la mise en place d’un contrôle vidéo ne pouvait pas être une loi. Tout comme ils étaient farouchement opposés aux visites de contrôle inopinées dans les abattoirs. » Tout simplement parce que la mise à mort des animaux que nous consommons n’est pas montrable au grand public.  « La terreur de l’animal qu’on conduit à la mort et qui finira dans les assiettes des consommateurs n’est pas quelque chose que les professionnels de la filière veulent montrer, explique celle qui avait révélé les vidéos choc des maltraitances dans plusieurs abattoirs. Ils l’assument complètement puisqu’ils nous ont clairement dit que la mise en évidence du lien entre l’animal vivant et le bout de viande dans l’assiette risquait de « leur couper l’appétit » ! »

    Pour Brigitte Gothière, les arguments évoqués pour rejeter la proposition ne tiennent pas, à savoir le coût de la mise en place d’une vidéosurveillance et la pression exercée par les caméras sur le personnel aux postes d’abattage. « Certes, on peut entendre que des caméras mettent une certaine pression sur les personnes, concède-t-elle, mais il y a beaucoup d’autres secteurs d’activité, où les enjeux sont nettement moins importants, où les employés sont filmés. C’est le cas des caissières dans les supermarchés ou des ouvriers sur les quais de déchargement. En fait, cela ne pose pas de problème à partir du moment où ça arrange les entreprises de surveiller leur personnel. Et concernant le coût, l’argument ne tient pas. Une caméra ne coûte plus grand-chose de nos jours. »

    Atterré par la décision de la commission, le député Olivier Falorni, qui a porté le projet de loi à l’issue de l’enquête parlementaire décidée suite aux scandales des vidéos tournées dans des abattoirs, n’entend pas renoncer à faire voter une mesure qui a l’adhésion de 85% des Français (sondage Ifop, octobre 2016). Il estime dans un communiqué que « la commission a profondément modifié la proposition de loi initiale (en rejetant) un dispositif qui avait pourtant été élaboré afin d’assurer un meilleur contrôle des abattoirs tout en sécurisant les salariés et en empêchant le détournement d’images ». C’est pourquoi il soumettra à nouveau son projet de loi en séance publique, le 12 janvier prochain, avec ce même volet de contrôle vidéo, en espérant que les députés se montreront moins conservateurs.

    « Monsieur Falorni a raison de s’obstiner, a commenté Brigitte Gothière, même si nous avions un désaccord sur la destination des images tournées. Dans son texte, il propose que les vidéos ne soient accessibles qu’aux vétérinaires, aux directeur des abattoirs et aux délégués du personnel alors que nous souhaitons une ouverture vers les ONG et vers le grand public. A L214, nous estimons que le consommateur doit avoir une totale connaissance du mode de fabrication du produit qu’il achète pour être en mesure de choisir ou non de le consommer. »

    * Ils ont été relâchés après une garde à vue de 17 heures.


    Autres articles à lire

  • Sophie Marceau interpelle les députés contre la souffrance animale

    ProtectionL’actrice s’engage aux côtés de L214 pour dénoncer les conditions d’un élevage industriel de poules pondeuses en Bretagne, et appelle les députés à mettre fin au « supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses ».

    22 Mai 2018
  • L214 diffuse des images choc d'un abattoir du Finistère

    ProtectionL'association de défense des animaux L214 a diffusé mardi soir des images d'animaux brutalisés et à l'agonie dans un abattoir de truies à Briec (Finistère), réclamant un audit généralisé de tous les abattoirs de France.

    05 Mai 2021
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • L214, SPA… Tous déçus par les nouvelles mesures annoncées

    ProtectionLes annonces faites mardi par le ministre de l'Agriculture sur le bien-être animal, notamment le broyage des poussins et la castration à vif des porcelets, qui seront interdits fin 2021, manquent d'ambition, aux yeux des ONG militant pour la cause animale.

    29 Janvier 2020
  • L214 jugé pour avoir placé des caméras dans un abattoir

    ProtectionLe procès de deux militants de L214, dont le cofondateur, Sébastien Arsac, s’ouvre aujourd’hui. Ils sont jugés pour avoir caché des caméras de surveillance dans l’abattoir de Houdan, en décembre dernier.

    04 Septembre 2017
  • Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoir

    ProtectionAu tribunal correctionnel d'Alès, le procureur a requis un an de prison avec sursis contre le principal prévenu du premier procès pour maltraitance animale dans un abattoir français.

    23 Mars 2017
  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    ProtectionQuatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    11 Septembre 2018
  • L214 : une nouvelle vidéo choc sur les poules pondeuses

    ProtectionL’association publie des images tournées dans un élevage industriel de 460 000 poules dans la Somme et demande à ce que le gouvernement vote pour l’interdiction des élevages en cage alors que 90 % des Français y sont favorables.

    15 Mai 2018
  • Chine : l'ours et sa bile sacrifiés sur l'autel du coronavirus

    ProtectionLa Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d'ours afin de traiter des patients victimes du Covid-19, relançant la controverse sur le traitement des plantigrades élevés à cette fin.

    02 Avril 2020
  • De nouveau l'horreur dans un abattoir

    ProtectionCette fois-ci, c'est une vidéo tournée dans l'abattoir de Limoges qui est présentée par l'association de protection animale L214. Un pas de plus semble être franchi dans l'horreur puisque ce sont des vaches gestantes qui sont abattues. Leurs fœtus meurent par asphyxie tandis que leurs mères se débattent.

    04 Novembre 2016
  • Loi EGalim et bien-être animal : où en est-on ?

    ProtectionVotée en novembre 2018, la loi Agriculture et Alimentation (EGalim) prévoyait l’expérimentation des caméras dans les abattoirs et des abattoirs mobiles ainsi que la nomination d’un « responsable protection animale » dans chacune de ces structures. Quel est le bilan aujourd’hui ?

    19 Mars 2021
  • Abattoir : vers un délit de maltraitance à animaux

    ProtectionCe mardi 5 avril, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a révélé les 20 mesures du plan du gouvernement pour le bien-être animal. Ce plan fait suite aux images choquantes tournées dans un troisième abattoir français montrant des maltraitances envers les animaux de boucherie.

    05 Avril 2016
  • Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement fermé

    ProtectionGrâce aux images tournées par l'association L214 dans l’abattoir communal du Boischaut, dans l’Indre, le ministre de l’Agriculture a ordonné sa fermeture provisoire.

    06 Novembre 2018
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • L214 dénonce l'élevage de poules au sol, en plein boom

    ProtectionL'association de défense des animaux L214 dénonce dans une vidéo les conditions d'élevage de poules au sol, aux œufs classés 'codes 2', alors que ce système, en plein essor, est présenté comme une alternative satisfaisante aux cages.

    22 Avril 2021
  • La vidéosurveillance dans les abattoirs reste facultative

    ProtectionL’amendement voté à l’Assemblée nationale prévoit une expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs pendant deux ans, sur la base du volontariat.

    28 Mai 2018
  • Clap de fin pour la fourrure en Pologne ?

    ProtectionLa Parlement polonais vient d’adopter une loi sur les droits des animaux qui a provoqué la colère des éleveurs d’animaux pour leur fourrure et des producteurs de viande casher et halal.

    18 Septembre 2020
  • L214 diffuse les terribles images d'un élevage de lapins breton

    ProtectionCages surpeuplées, sol grillagé, mortalités élevées : l'association de défense des animaux L214 a diffusé mardi soir les terribles images d'un élevage de lapins en cage avant l'examen jeudi d'une proposition de loi en commission à l'Assemblée nationale.

    30 Septembre 2020
  • Maltraitance : la souffrance des chèvres dans l’industrie du mohair

    ProtectionUne enquête réalisée par Peta Asia révèle de graves cas de souffrance animale dans l’industrie du mohair, en Afrique du Sud, incitant plusieurs marques d’habillement, dont H&M, Gap et Zara, à cesser leur approvisionnement en laine de mohair.

    03 Mai 2018
  • Le vrai visage du transport maritime des animaux de rente

    ProtectionSur les côtes méditerranéennes, des dizaines de cadavres de vaches, moutons ou chèvres sont retrouvés échoués chaque année. Ils font partie des 3 millions d’animaux que l’Europe exporte tous les ans par la mer, direction l’Afrique du Nord ou le Moyen-Orient. Un voyage synonyme, le plus souvent, d’enfer pour ces bêtes.

    18 Juin 2020