Les enfants ne reconnaissent pas les signes de peur chez le chien


  • Les enfants ne reconnaissent pas les signes de peur chez le chienPhoto : Shutterstock
  • Vivre ensemble

    Une récente étude britannique montre que les jeunes enfants ne savent pas reconnaître les signes de la peur chez le chien. Une méconnaissance qui les rend plus vulnérables aux morsures. En France, un programme à destination des primaires vise à les familiariser avec les postures des chiens.

    Si les enfants savent reconnaître les signes extérieurs d’un comportement agressif chez le chien, ils sont incapables de se rendre compte que l’animal a peur. Cette observation vient d’être validée par Sarah Rose et coll. de l’université du Staffordshire, et a été présentée lors du dernier congrès de la Society’s Developmental Psychology Section. Les statistiques britanniques indiquent que les jeunes enfants sont, dans la population, ceux qui courent le plus grand risque de se faire mordre. D’ailleurs,  1200 admissions pour morsures les ont concernés en 2013-2014 dans les hôpitaux du Royaume-Uni.

    À l’origine de ces morsures, très probablement des contresens que les jeunes enfants commettent dans l’interprétation des émotions canines, soulignent les auteurs, qui ont sélectionné deux groupes d’enfants de 4 à 5 ans (57 sujets) et de 6 à 7 ans (61 individus). Ils ont visionné de courtes vidéos de 6 à 11 secondes, et regardé des photographies (15 images) illustrant diverses facettes du comportement du chien que deux professionnels vétérinaires et deux personnes non spécialisées ont validées quant à l’émotion manifestée par le chien représenté. Les enfants des deux groupes ont été soumis à des questionnaires : « Souhaiterais-tu jouer avec ce chien ? », « Que penses-tu du comportement de ce chien ? » Pour cette dernière question, les enfants devaient choisir dans une liste de mots : « content, en colère, effrayé ». L’analyse des résultats montre que les enfants reconnaissent ces comportements plus souvent que s’ils avaient répondu au hasard. En particulier, les chiens « en colère » sont facilement identifiés. En revanche, des scores très inférieurs sont obtenus pour les chiens manifestant un comportement de peur. Si bien que les enfants approchent tout aussi facilement un chien « peureux » qu’un chien « content ». Dans ces conditions, il paraît très intéressant, lors des campagnes de prévention des morsures, d’apprendre aux enfants à identifier les signes de peur chez le chien, sur des critères comportementaux faciles à comprendre.

    Une formation en France

    Pour Chantal Hazard, présidente de l'Association pour le développement et la promotion de programmes d'éducation à la connaissance du chien et aux risques d'accidents par morsures (Peccram), cette étude n’est pas une surprise : « On le voit très bien sur les enfants qui suivent la formation proposée dans le cadre de notre programme, explique-t-elle. Ils  reconnaissent bien dans les quatre postures du chien que nous leur soumettons le chien content mais pas le chien stressé (peureux) ou calme car il n’exprime rien, ni aboiement, ni mouvement comme l’appel au jeu, ni émotion caractéristique. » Pour cette spécialiste du chien et de l’enfant, c’est l’aboiement qui est le plus reconnaissable pour des jeunes enfants âgés de 3 à 5 ans. « Ils pensent qu’un chien qui grogne et montre les dents est un chien qui sourit ! »

    Pour Chantal Hazard, c’est dans cette méconnaissance que repose toute la nécessité d’une formation auprès des jeunes enfants qui croisent tous les jours des chiens dans la rue, dans leur environnement quotidien, même à l’entrée des écoles. « Il faut leur expliquer comment s’exprime le chien, comment ils doivent l’aborder et comment ils peuvent s’en protéger en cas d’attitude agressive, poursuit-elle. Avant une formation, entre 50 à 65 % des enfants sont incapables de distinguer un chien stressé d’un chien heureux. Après, le chiffre tombe à 17 % ! Mais comme ce sont des enfants, je préconise une deuxième formation, pour faire encore tomber ce chiffre et surtout pour que les enfants n’oublient pas. Aujourd’hui, nous pouvons faire une première formation vers 6 ans, à l’entrée au CP et poursuivre jusqu’au CM2, mais l’idéal serait de commencer dès la maternelle. »

    Une phobie du chien grandissante auprès des jeunes parents

    Un souhait motivé par l’augmentation de la phobie du chien chez les jeunes parents. « Je n’ai pas d’explication à cela, confie Chantal Hazard, mais c’est un fait que nous constatons. De plus en plus de jeunes parents ont peur des chiens et transmettent cette peur à leurs enfants. On manque encore d’études qui permettraient de chiffrer cette augmentation. »

    Depuis la rentrée scolaire de septembre, le Peccram a mis en place un programme qui assure les premières formations. Pour cela, une bonne soixantaine d’animateurs ont été formés à la méthode mise en place par Chantal Hazard. « Ils seront 80 d’ici le mois de novembre, poursuit cette retraitée passionnée, ils sont tous impliqués dans le chien : vétérinaires, assistants vétérinaires, éducateurs canins, comportementalistes et médiateurs. Pour l’instant, des formations sont d’ores et déjà en place auprès des enfants de Courbevoie, Rueil-Malmaison, Suresnes, La Celle-Saint-Cloud et Yerres pour la région parisienne, mais il doit y en avoir d’autres en province. On en est au démarrage et c’est souvent auprès d’enfants volontaires. Il n’y a aucun caractère obligatoire. »

    Au cours de ces formations, les enfants sont mis en contact avec des peluches pédagogiques, pour amadouer les plus craintifs. Une blanche et une noir et marron – « la couleur la plus fréquente chez les chiens croisés dans la rue », explique la formatrice – d’une quarantaine de centimètres de haut. Avec elle, les tout-petits apprennent à demander au propriétaire du chien s'ils peuvent l’approcher, le toucher… « On leur explique où et comment il faut caresser une fois qu’ils en ont l’autorisation, poursuit la présidente du Peccram, on leur apprend aussi comment les approcher. On fait des jeux de rôle où on simule une agression pour que l’enfant apprenne à faire l’arbre, c’est-à-dire à rester immobile, à lâcher son goûter si c’est cela que le chien convoite. Ces peluches nous permettent aussi de repérer les enfants les plus phobiques. En général, ils se tiennent à distance, ne sont pas volontaires tout de suite pour toucher même la peluche. Ils finissent toujours par s’approcher. »

    Dans les jours qui viennent, Chantal Hazard sera reçue par le ministère de l’Agriculture, très intéressé par son programme. L’idée d’une nouvelle matière à enseigner aux enfants serait-elle en train de germer ?

     

     


    Autres articles à lire

  • On est mieux ensemble

    Vivre ensembleC’est la conviction des Français, possesseurs ou non d’animaux de compagnie, selon un tout récent sondage réalisé par l’Ifop pour la marque d’aliments Purina. 94% des sondés estiment que les animaux contribuent à améliorer leur santé et participent à leur bien-être.

    08 Juin 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Charlotte Duranton

    Vivre ensembleCharlotte Duranton est éthologue. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    01 Septembre 2016
  • Coronavirus : les vétérinaires prêts à seconder les médecins

    Vivre ensembleUne seule santé : les vétérinaires de France ont répondu massivement à l'appel des ministères de la Santé et de l'Agriculture pour prêter main forte aux médecins dans la lutte contre le Covid-19.

    01 Avril 2020
  • Les intervenants de Dog Revolution : Antoine Bouvresse

    Vivre ensembleAntoine Bouvresse est vétérinaire comportementaliste. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    28 Septembre 2016
  • Zoonose : les animaux peuvent-ils nous tuer ?

    Vivre ensembleComme la peste, la grippe espagnole, celle de Hong Kong ou encore la variole, la pandémie du covid-19 provient de l’animal. Pour ne pas mourir d’une pandémie qu’il ne pourrait pas maîtriser, l’homme doit-il modifier son rapport à l’animal sauvage et domestique ?

    24 Juillet 2020
  • Université d’été de l’animal 2017 : un rendez-vous réussi

    Vivre ensembleDu 25 au 27 août s’est déroulée la deuxième édition de l’université d’été de l’animal au château de la Bourbansais, à Combourg, en Bretagne. La journaliste Yolaine de La Bigne, organisatrice de l’événement, dresse le bilan de ce week-end riche en enseignements, mettant à l’honneur l’intelligence encore trop mal connue du monde animal.

    29 Août 2017
  • Des challenges à la mode

    Vivre ensembleLes challenges à faire avec son animal se multiplient sur la toile et créent un phénomène viral à travers le monde. L’équipe d’animaux-online vous donne quelques astuces pour réaliser ces challenges.

    29 Août 2018
  • Les intervenants de Dog Revolution : Éléonore Buffet

    Vivre ensembleÉléonore Buffet est éducateur canin, comportementaliste et formatrice. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin 'Dog Revolution' consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    05 Septembre 2016
  • Comment faciliter le sauvetage de nos animaux lors d’un sinistre ?

    Vivre ensembleIncendies, inondations, alertes au gaz… Certains pays ont mis à disposition des cartes et des autocollants pour informer les services de secours qu’un animal est présent au domicile. En France, le Club Oscar a de son côté développé un kit de sécurité pour nos animaux. Présentation.

    17 Janvier 2019
  • Que faire de son corps après sa mort?

    Vivre ensembleAvec une espérance de vie bien plus courte que la nôtre, nos petits compagnons finissent tôt ou tard par disparaître. Se pose alors la question de savoir quoi faire de leur corps…

    09 Avril 2017
  • L'ambition d'une vie meilleure ensemble

    Vivre ensembleLancé il y a un an en Europe, le programme Purina in Society a été l’objet d’un premier bilan à Londres, le 23 novembre. Initié par Nestle Purina PetCare Emena, il fixe 10 engagements pour que la société favorise la présence de l’animal auprès de l’homme. Lors de cette réunion, quatre objectifs ont été au cœur des présentations.

    28 Novembre 2017
  • Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animaux

    Vivre ensembleVétérinaire, résidente en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d'Alfort (Chuva) de l’école nationale vétérinaire d’Alfort, Emmanuelle Titeux présentera lors du séminaire Pet Revolution, L’Animal en marche, les 30 octobre et 1er septembre prochains, son travail sur les liens entre les comportements répétitifs des animaux et leur mal-être.

    14 Août 2017
  • Les bacheliers planchent sur le rapport homme-animal

    Vivre ensembleLe sujet du bac de français 2018, soumis aux élèves de première des filières S et ES, avait pour thème les hommes face aux animaux. Les élèves ont notamment été amenés à s’interroger sur la cruauté des hommes, et le droit des animaux.

    19 Juin 2018
  • Un séminaire pour débattre du bien-être des animaux de compagnie

    Vivre ensembleCo-organisé par la Société francophone de cynotechnie et l’université de Nanterre, Pet Revolution est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de la faculté, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Antoine Bouvresse, vétérinaire et co-organisateur de cette deuxième édition (avec Thierry Bedossa), nous en dévoile l’esprit et le programme…

    29 Juin 2017
  • Chien guide : 8 choses à savoir avant de devenir famille d’accueil

    Vivre ensembleJusqu'au 24 septembre, la Fédération française des associations des chiens guides d’aveugles (FFAC) organise une semaine de sensibilisation pour faire mieux connaître la cause des personnes déficientes visuelles accompagnées par des chiens spécialement formés. L’occasion de découvrir la mission essentielle des familles d’accueil pour le chien guide.

    21 Septembre 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Sébastien Mouret

    Vivre ensembleSébastien Mouret est sociologue. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    29 Septembre 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Séverine Belkhir

    Vivre ensembleSéverine Belkhir est éthologue et formatrice. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    14 Septembre 2016
  • Comment aider son enfant à faire le deuil de son animal ?

    Vivre ensembleAnnique Lavergne est docteur en psychologie et spécialiste du deuil animalier au Canada. Elle publie un livre à destination des enfants pour les aider à surmonter la douloureuse perte d’un compagnon. Entretien.

    17 Juillet 2018
  • SOS ANIMAL PERDU, comment agir ?

    Vivre ensembleVous avez perdu votre animal et vous ignorez comment agir ? Découvrez la démarche à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté et le retrouver.

    17 Août 2015
  • Université d'été de l'animal 2017 : Anne-Claire Gagnon

    Vivre ensembleAnne-Claire Gagnon est écrivain, vétérinaire et passionnée de chats. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Entre espièglerie et sagesse, vivre en bonne intelligence avec les chats ». Rencontre.

    11 Juillet 2017