Une pétition contre l'euthanasie d'un animal en bonne santé


  • Une pétition contre l'euthanasie d'un animal en bonne santéPhoto : Shutterstock/Reddogs
  • Protection/ Droit

    En France, tout propriétaire d'un animal de compagnie peut le faire euthanasier sans motif exigé. Aucune loi ne l'interdit. C'est ainsi que, parfois, un chien ou chat en bonne santé peut être amené chez un vétérinaire si sa famille n’en veut plus, et être endormi définitivement. Une pratique qui va pourtant à l’encontre des valeurs de nombreux vétérinaires…

    La toile s'est emparée de l'histoire tragique d'un jeune chien berger belge qui est devenu en quelques jours le symbole de la lutte contre ce que les vétérinaires nomment l'euthanasie de confort. Celle que l'on demande sans raison médicale, juste parce que son animal est devenu encombrant. Pour les internautes qui ont mis en ligne la pétition, l'euthanasie du chien âgé de seulement 15 mois est comme un assassinat en toute légalité. La pétition intitulée "Interdiction d'euthanasier un animal en bonne santé" a déjà recueillie plus de 14.000 signatures, même si elle est arrivée trop tard pour le jeune berger belge qui a été endormi vendredi 8 avril, dans une clinique vétérinaire de Replonges, dans l’Ain. La raison invoquée pour un tel acte ?  "il aboyait trop" et "avait mangé des lapins", d'après les internautes qui ont lancé la pétition. 

    capture d'écran change.org

    Pour le vétérinaire qui a pratiqué l’euthanasie, l’animal a été endormi pour "des motifs profonds et qui relèvent du drame humain", nous a-t-il affirméDevant le tollé sur la toile, le praticien a préféré "déposer en gendarmerie les preuves physiques ayant trait à ces motifs" et "porter plainte" car il estime ne pas avoir commis d'acte illégal justifiant les critiques qui lui sont adressées. Il nous a assuré ne pas pratiquer d’euthanasie de convenance (ou de confort), et s'en remet à l’enquête en cours qui déterminera s’il s’agit ou non d’une euthanasie de ce type.

    Mais quel que soit le résultat de l'enquête, en France, aucune loi n’interdit de faire euthanasier son chien ou chat en bonne santé. L’euthanasie de confort, dit aussi euthanasie de convenance, répond ainsi à un désir du maître de mettre fin aux jours de l’animal sans qu’aucun motif médical ou comportemental grave ne le justifie.

    " Souvent, le propriétaire n’a pas su éduquer son animal " 

    Si le vétérinaire Pierre Buisson, président du Syndicat national des vétérinaires, considère qu’"euthanasier un animal sans motif ne fait pas partie des valeurs de la profession", il reconnaît que c'est une pratique qui existe sans pouvoir pour autant chiffrer le nombre d'animaux qui sont concernés. Le code déonthologiquee vétérinaire préconise simplement que "l’on assure le bien-être des animaux". Pour Antoine Bouvresse, jeune praticien en région parisienne, ce point est un non sens puisque "en l’euthanasiant sans motif sérieux, on se demande bien où est le bien-être de l’animal ?".

    Même s'il a toujours refusé de pratiquer l’euthanasie de confort, ce vétérinaire reconnaît avoir déjà reçu plusieurs demandes. "Généralement, ça se filtre au téléphone, au moment de la prise de rendez-vous. Nous demandons le motif de l’euthanasie et si c’est en raison du comportement, on propose de voir  d'abord l’animal en consultation". A cheval entre l’euthanasie de confort et  médicale, l’euthanasie pour cause comportementale est pratiquée par ce vétérinaire uniquement si l’animal représente "un danger grave ". Dans le cas d'une évaluation comportementale qui peut être exigée par la loi suite à une agression, l'euthanasie est d'ailleurs préconisée si l'animal est évalué en stade 4 (le stade ultime où le chien en peut pas retourner dans sa famille mais doit être placé dans un lieu sécurisé et adapté ou euthanasié).

    "Pour les autres problèmes comportementaux classiques, nous donnons des conseils au propriétaire. Souvent ce sont des problèmes liés à l’éducation. Le propriétaire n’a pas su éduquer son animal correctement et comme il est devenu ingérable, il n’en veut plus".

    Mais certaines personnes souhaitent également faire euthanasier l’animal sans que celui-ci ne présente de troubles comportementaux ou médicaux. Cela concerne  surtout "des chats ou des chiens dont le maître est décédé et que la famille ne veut pas garder", mais aussi des animaux dont les propriétaires déménagent et, ne l’emmenant pas, souhaitent le faire euthanasier.

    Pour éviter cela, "on donne les coordonnées de refuges et d’associations qui pourraient l’accueillir ", indique Antoine Bouvresse. "Le problème, c’est que les places disponibles dans les refuges ne sont pas extensibles…". D’autant plus que de nombreuses euthanasies sont également pratiquées dans ces structures.

     "Il y a aussi pour certains cette idée de vouloir assumer son animal jusqu’au bout en lui donnant la mort plutôt que de le laisser dans un refuge" explique le vétérinaire, avant de poursuivre : "je pense que certaines personnes n’acceptent pas que l’animal puisse être réadopté et heureux avec quelqu’un d’autre…".

    Euthanasie de confort :"ce n’est pas une réalité quotidienne "

    Difficile de savoir quel est le taux réel d’euthanasies de convenance en France, le Conseil national de l’ordre des vétérinaires ne tenant pas de statistiques à ce sujet. Mais "d’après un rapport sorti en 2003, en Grande Bretagne, 2.3% des chiens et 1.3% des chats euthanasiés l’étaient pour ce motif", indique Antoine Bouvresse,

    D’après le Syndicat national des vétérinaires, "ce n’est heureusement pas une réalité quotidienne".  L’euthanasie d’un animal ayant également un coût, à hauteur de plusieurs centaines d’euros, "il est beaucoup plus courant que les personnes abandonnent leur animal lorsqu’elles n’en veulent plus", explique Pierre Buisson.

    Avec plus de 46.000 animaux recueillis à la SPA en 2015 et 50.000 chiens et chats euthanasiés chaque année*, faute d'adoptants ou de place dans les refuges, l'euthanasie de confort, bien qu'elle soit scandaleuse, semble avoir encore de beaux jours devant elle…

    * Chiffres établis par le ministère de l'Agriculture et de la pêche et dévoilés par La Dépêche en 2009.

     


    Autres articles à lire

  • Le chien n'est pas un bien de consommation remplaçable

    ProtectionDécidément, les animaux restent au centre des débats juridiques et la décision de la Cour de cassation du 9 décembre 2015 (dont la publication confirme l’importance) a confirmé que le chien, animal de compagnie, n’est pas susceptible de remplacement au sens de l’article L. 211-9 du Code de la consommation. Cette décision a été abondamment commentée.

    10 Mars 2016
  • Isabelle Dudouet-Bercegeay : Un parti pour les animaux

    ProtectionCoprésidente du parti animiste, cette diplômée en sciences agronomiques et techniques entend, avec les siens, mettre la cause animale au cœur du débat politique. En attendant de faire élire ses candidats aux législatives…

    02 Décembre 2016
  • Parti animaliste : débuts jugés 'prometteurs' aux législatives

    ProtectionAu lendemain du premier tour des élections législatives, le parti animaliste obtient un peu plus de 1 % des suffrages au niveau national et réalise son meilleur score en Corse.

    12 Juin 2017
  • Maltraitance : les limites à l’interdiction de détention d’un animal

    ProtectionLes peines pour maltraitance animale peuvent être assorties d’une interdiction, parfois à vie, de détenir un animal. Si la mesure est essentielle pour lutter contre les atteintes faites aux animaux, elle comporte, en l’état, des limites dans son application.

    07 Juin 2018
  • Un manifeste pour exhorter les politiques à s’engager pour les animaux

    ProtectionDans la perspective des échéances électorales de 2017, 26 organisations de protection animale se sont rassemblées au sein du Collectif AnimalPolitique, mutualisant ainsi et de manière totalement inédite dans leur histoire, leurs expertises et leurs expériences. L’objectif est clair: contribuer, à travers 30 propositions concrètes, réalistes et immédiatement applicables, à imposer la question animale au cœur des préoccupations des politiques français.

    23 Novembre 2016
  • La Chine, nouvel eldorado pour les spectacles d’orques ?

    ProtectionEn Europe et aux Etats-Unis, les parcs SeaWorld tentent de se conformer aux attentes d’un public de plus en plus sensibilisé, en s’engageant à ne plus élever d’orques en captivité. En Asie, la société veut se développer en Chine, où les parcs aquatiques ont, malheureusement, le vent en poupe.

    28 Mars 2017
  • Code du bien-être animal : 7 mesures phares adoptées en Belgique

    ProtectionLe gouvernement wallon met à jour son Code du bien-être animal, proposant de grandes avancées découlant de la reconnaissance du caractère sensible de l’animal.

    14 Mai 2018
  • La Suisse veut limiter la souffrance du homard

    ProtectionLa Suisse étudie un texte de loi visant à mieux traiter le homard en interdisant de plonger le crustacé vivant dans de l’eau bouillante.

    04 Janvier 2017
  • La reproduction des dauphins en captivité n'est pas interdite

    ProtectionLe Conseil d'Etat a annulé lundi un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité, comme le demandaient trois parcs marins dont le Marineland à Antibes.

    29 Janvier 2018
  • Un Code de l'animal voit le jour en France grâce à 30 Millions d'Amis

    ProtectionÉdité par la Fondation 30 Millions d’Amis, ce Code rassemble les articles de lois défendant les droits des animaux et constitue une nouvelle étape d’envergure après l’évolution historique du Code civil en 2015, reconnaissant les animaux comme des êtres sensibles.

    26 Mars 2018
  • Disparition : Tom Regan, théoricien du droit des animaux

    ProtectionLe philosophe américain, auteur d’un ouvrage fondateur pour la pensée moderne sur la condition animale, est décédé à l’âge de 78 ans. Il laisse en héritage la notion de droits moraux et de respect des animaux, comme l’explique son traducteur en français, Enrique Utria.

    21 Février 2017
  • Une image choc pour lutter contre la captivité des cétacés

    ProtectionL’association C’est Assez! organise une campagne d’affichage dans le métro parisien, du 2 au 8 mai, pour sensibiliser le grand public à la souffrance et à la mortalité auxquelles sont confrontés les orques et les dauphins en captivité dans les parcs d’attraction.

    02 Mai 2017
  • La Floride autorise l'assistance à animal en danger

    ProtectionEn Floride, les citoyens peuvent désormais légalement briser la vitre d’une voiture pour secourir un animal enfermé à l'intérieur, en pleine chaleur. Une mesure quasi inédite aux États-Unis, où deux États seulement ont déjà adopté cette législation.

    18 Mars 2016
  • Pour la création d’un secrétariat d’Etat à la condition animale !

    ProtectionDans un manifeste publié par Le Monde, plusieurs personnalités – dont Boris Cyrulnik et Matthieu Ricard – plaident pour que l’animal obtienne une meilleure place dans notre société.

    18 Octobre 2016
  • Le Parlement favorable au partage des fichiers d’identification

    ProtectionPour lutter contre le commerce illicite des animaux de compagnie, le Parlement européen s’est montré favorable au partage des fichiers d’identification des chats et des chiens de tous les États membres.

    10 Mars 2016
  • Un conseil du bien-être animal créé à Bruxelles

    ProtectionLa Belgique confirme son avance en matière de protection animale avec la création lundi 19 décembre d’un conseil du bien-être animal à Bruxelles, capitale européenne.

    21 Décembre 2016
  • Un syndic d'immeuble peut-il m'interdire de posséder un animal ?

    ProtectionUn règlement de copropriété ne peut, en aucun cas, interdire de posséder, dans son appartement ou sa maison, un animal domestique familier et non dangereux. C’est la loi.

    03 Janvier 2016
  • Quels droits pour les animaux ?

    ProtectionDoit-on donner des droits aux animaux ? Le sujet a été débattu, ce mardi 22 octobre, à l’institut de France lors du colloque « Droits et personnalité juridique de l’animal » organisé par la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences. Sans apporter de réponse concrète, la rencontre a proposé des voies de réflexion.

    22 Octobre 2019
  • Les avocats au chevet de l’animal

    ProtectionMaître Desvallon, avocate au Barreau de Paris, a créé un groupe réunissant vingt avocats du Barreau de Paris pour travailler à la création d’un statut juridique propre à l’animal, inexistant aujourd’hui.

    24 Novembre 2017
  • Les Landes veulent-elles la mort de tous les macaques de Java ?

    ProtectionAlors que 163 macaques de Java du zoo de Labennes ont été euthanasiés parce que porteurs du virus de l’herpès B, la préfecture des Landes s’obstine à vouloir tuer les deux survivants de la Pinède des Singes. Et cela malgré les efforts déployés par les associations de protection animale pour leur trouver un refuge… Aujourd’hui, la menace de l’euthanasie pourrait peser sur tous les macaques de Java de France. A qui profite donc le crime ?

    20 Juin 2017