Tchernobyl, paradis des loups persécutés


  • Tchernobyl, paradis des loups persécutésPhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    - Avec The Conversation

    Germán Orizaola, Universidad de Oviedo

    Le loup est une espèce qui suscite des passions contradictoires. Pour certains, elle représente une menace sérieuse pour l’élevage extensif et les traditions rurales. Pour d’autres, il est le symbole de la nature sauvage et un élément fondamental pour l’équilibre des écosystèmes.

    Bien qu’il s’agisse d’une espèce protégée dans toute l’Europe,le loup est chassé sans relâche, tant dans les pays où il se fait rare, comme la Suède et la Norvège, que dans ceux où il est plus répandu, comme l’Espagne. Menacé d’extermination dans une grande partie de l’Europe, le loup a finalement été confiné dans quelques refuges isolés.

    Paradoxalement, Tchernobyl est devenu l’un d’entre eux.

    Cela fait maintenant 35 ans qu’une catastrophe s’est produite à la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine. Cet accident, le plus grave de l’histoire nucléaire, a entraîné l’évacuation de quelque 350 000 personnes et la création d’une zone de plus de 4 000 km2, pratiquement inhabitée, sans activité humaine, avec pour seuls occupants des animaux sauvages.

    La zone d’exclusion de Tchernobyl abrite aujourd’hui une grande diversité d’animaux sauvages, dont de nombreux grands mammifères d’Europe, tels que le lynx boréal, l’ours brun et le loup.


    À lire aussi : Tchernobyl : 35 ans après l’accident nucléaire, découvrez comment la nature y a repris ses droits.


    Les loups de Tchernobyl

    Au moment de l’accident, les loups étaient présents à Tchernobyl, bien qu’intensément persécutés par la population locale. Trois décennies plus tard, Tchernobyl compte toujours l’une des plus fortes densités de loups d’Europe. Les enquêtes de terrain dans la partie biélorusse de la zone d’exclusion ont révélé la présence de plus de 100 individus par 1 000 km². Dans cette zone, les loups sont sept fois plus nombreux que dans les réserves naturelles voisines.

    Groupe de loups se nourrissant des restes d’un élan, dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, en Ukraine, en 2020. CHAR Project/Nick Beresford, Sergey Gashchack

     

    L’abondance des loups à Tchernobyl n’est pas conditionnée par les niveaux de radiation. L’espèce occupe toute la région, des zones les moins contaminées aux environnements tels que la forêt rouge (appelée aussi forêt rousse), l’un des endroits les plus radioactifs de la planète. À ce jour, aucun effet négatif des radiations sur les loups vivant à Tchernobyl n’a été détecté.

    Certains chercheurs pensent que la présence de loups à Tchernobyl n’est que le reflet de l’augmentation des populations de loups en Europe. Mais cela n’explique pas pourquoi ils y sont si abondants, plus que dans toute autre région, ni pourquoi ils occupent tous les habitats de Tchernobyl, quel que soit le niveau de radiation.

    Groupe de loups vivant dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, en Ukraine, en 2021. CHAR Project/Nick Beresford, Sergey Gashchack

     

    Plusieurs facteurs expliquent l’abondance des loups à Tchernobyl. Le principal est le fait que les humains, absents de la zone, ne peuvent pas les persécuter. Le maintien d’une très grande zone exempte de présence humaine est décisif. Comparé aux plus de 4 000 km2 de Tchernobyl, le parc national des pics d’Europe, en Espagne, ne couvre qu’environ 650 km2. La zone d’exclusion abrite également en abondance les principales proies naturelles du loup : élans, cerfs, sangliers et castors. Sans intervention humaine, même en dépit de l’environnement radioactif, le loup et ses proies maintiennent un système prédateur-proie totalement naturel.

    Un loup européen chassant un élan dans la forêt rouge, zone d’exclusion de Tchernobyl, Ukraine, en 2017. REDFIRE Project/Nick Beresford, Sergey Gashchack

     

    Des loups en mouvement

    Récemment, un jeune loup équipé par des scientifiques d’un collier émetteur GPS a été détecté en train de se déplacer de Tchernobyl vers des zones extérieures. Cela montre que Tchernobyl devient un lieu à partir duquel la faune se propage vers les zones voisines, plutôt que comme une zone dangereuse où les animaux entrent et meurent des radiations.

    Un loup européen à côté d’un enregistreur de sons dans la forêt rouge, zone d’exclusion de Tchernobyl, Ukraine, en 2016. REDFIRE Project/Nick Beresford, Sergey Gashchack

     

    Le déplacement de ce loup ne diffère pas de celui de nombreuses espèces migratrices qui utilisent Tchernobyl pendant la saison de reproduction ou l’hiver, et ne présente aucun risque pour la faune sauvage d’ailleurs. La dispersion des jeunes loups est un processus naturel chez ces animaux, résultat de la nécessité de rechercher de nouveaux territoires lorsque les populations sont trop nombreuses à un endroit. Elle ne contribue en aucun cas à la propagation de mutations causées par les radiations qui pourraient être néfastes pour l’espèce.

    L’avenir des loups de Tchernobyl

    Trois décennies après l’accident, la zone d’exclusion de Tchernobyl doit maintenant relever le défi de définir son avenir et, avec lui, celui des loups qui l’habitent.

    Il faudra concilier la gestion d’une zone encore contaminée avec le démantèlement de la centrale nucléaire, le développement du tourisme et la conservation de la nature.


    À lire aussi : Le Jour J et la popularité grandissante du « tourisme noir »


    Un loup dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, en 2015. TREE Project/Nick Beresford, Sergey Gashchack

     

    Il existe une opportunité de préserver, à Tchernobyl, une zone presque unique en Europe : un lieu dédié non seulement à la mémoire de l’accident, mais aussi à l’étude et à la conservation de la nature. L’entretien de cette vaste zone sera vital pour la conservation d’une multitude d’espèces menacées.

    Ainsi, 35 ans après l’accident nucléaire qui devait mettre fin à toutes formes de vie dans cette région pour des milliers d’années, Tchernobyl est devenu l’un des grands refuges européens pour les loups persécutés. Et cela devrait continuer ainsi.The Conversation

    Germán Orizaola, Investigador Ramón y Cajal, Universidad de Oviedo

    Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


    Autres articles à lire

  • Découverte du mammifère vivant à la plus haute altitude au monde

    Faune sauvageJusqu’où y a-t-il de la vie sur terre ? Une nouvelle réponse à cette question vient d’être apportée par des alpinistes qui ont découvert un spécimen de souris à oreilles jaunes au sommet du volcan Llullaillaco, à la frontière du Chili et de l’Argentine, à 6 739 mètres d’altitude : un record !

    20 Juillet 2020
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Chimpanzés : des 'poignées de mains' propres à leur groupe social

    Faune sauvageLes chimpanzés adoptent des façons de serrer leurs 'mains' propres à leur groupe social, selon une étude faisant le bilan de 12 années d'observation de leur comportement.

    26 Mai 2021
  • Brucellose : la justice suspend l'abattage de bouquetins non testés

    Faune sauvageL'abattage de bouquetins non testés, autorisé dans le massif du Bargy (Haute-Savoie) dans le cadre du plan de lutte contre la brucellose, maladie infectieuse redoutée des éleveurs, a été suspendu par le tribunal administratif de Grenoble.

    26 Août 2020
  • Les big five de l'Alaska

    Faune sauvageL’Alaska est le plus vaste territoire des 50 États américains mais également le moins peuplé. À l’instar de l’Afrique, cet Etat revendique ses « big five », tout aussi emblématiques et fascinants : le grizzli, le caribou, l’orignal, le loup et le mouflon.

    29 Mai 2021
  • Pourquoi les éléphants d’Afrique ont-ils la peau craquelée ?

    Faune sauvageUne équipe de chercheurs suisses a étudié la peau des éléphants et notamment les crevasses qui la composent. À quoi servent-elles ? Comment se forment-elles ? Quelques réponses dans cet article.

    08 Octobre 2018
  • Coronavirus : Le Gabon veut protéger ses grands singes

    Faune sauvageLe Gabon, sanctuaire de gorilles et de chimpanzés, prend des mesures préventives afin d'éviter tout risque de transmission du nouveau coronavirus aux grands singes qui vivent dans ses parcs.

    16 Mars 2020
  • Un rhinocéros dans un scanner : une première mondiale

    Faune sauvageLayla, une femelle rhinocéros noir est le premier individu de son espèce à passer un scanner. Ses soigneurs d’un zoo de Chicago s’inquiétaient de ne pas trouver la cause d’une gêne respiratoire, potentiellement très dangereuse pour l’animal.

    02 Mai 2018
  • Ours : une chasse aux œufs infructueuse

    Faune sauvageLes ours polaires, grands prédateurs dont les habitudes de chasse sont bouleversées par le changement climatique, se tournent vers les nids de canards pour y manger les oeufs, mais ne sont pas très performants dans cette nouvelle façon de se nourrir, selon une étude publiée mercredi.

    07 Avril 2021
  • Un singe magot en ville mis à l'abri !

    Faune sauvageBob divaguait seul dans les rues de Sevran (93). Les autorités ont contacté la Fondation 30 Millions d’Amis pour prendre en charge ce singe magot de moins d’un an. Cette espèce protégée est très largement victime du trafic illégal. Le petit primate a été transféré aux Pays-Bas dans un centre pour faune sauvage.

    01 Juin 2015
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Qui a les plus gros testicules?

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les testicules.

    18 Mai 2016
  • Un « cerf miniature » disparu depuis 25 ans a été photographié

    Faune sauvageUn mystérieux petit ruminant d'Asie, que les scientifiques avaient perdu de vue depuis plus de 25 ans, a été photographié au Vietnam, rapporte une nouvelle étude publiée dans Nature Ecology & Evolution.

    13 Novembre 2019
  • Le brame du cerf

    Faune sauvagePartout en France, des sorties sont organisées pour écouter ce chant légendaire. Un rendez-vous nocturne qui permet de découvrir la forêt sous un nouveau jour…

    03 Septembre 2018
  • Comment fonctionne le cycle de vie du gibbon

    Faune sauvageChaque couple de gibbon a besoin d'un territoire bien lui pour établir sa famille. Comment s'y prennent-ils pour se l'accaparer ? Animaux-Online vous décrypte leurs techniques.

    31 Janvier 2016
  • S’engager pour protéger les guépards de l’extinction

    Faune sauvageSelon une récente étude britannique, le guépard est devenu une espèce en danger. Consciente de cette menace, l’association Cheetah For Ever a mis en place dès 2015 un programme de surveillance pour limiter la mortalité des guépardeaux et protéger le félin.

    03 Janvier 2017
  • Au Kenya, le guépard du Masaï-Mara va-t-il disparaître?

    Faune sauvageÀ l’heure où des scientifiques s’inquiètent d’une possible « sixième extinction de masse des animaux », une étude est parue pour évoquer la menace qui pèse sur ce célèbre sprinteur ! Les 7 000 derniers guépards d’Afrique survivront-ils aux prochaines décennies ?

    29 Mars 2018
  • Les rats-taupes nus sont sourds, et c’est tant mieux pour eux !

    Faune sauvageParadoxalement, les rats-taupes nus font énormément de bruits, alors qu’ils ont une très mauvaise audition ! Des chercheurs américains viennent de découvrir que cette caractéristique était le résultat de mutations génétiques…Très bénéfiques pour eux ! Explications.

    04 Septembre 2020
  • Le mystérieux comportement des éléphants avec leurs défunts

    Faune sauvageBeaucoup d’anecdotes sur le comportement des éléphants avec leurs compagnons décédés circulent mais jusqu’ici, aucune étude approfondie n’avait vraiment examiné ces interactions. C’est désormais chose faite grâce à des chercheurs américains.

    12 Février 2020
  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019