Et si vous labellisiez votre jardin “Refuge LPO” ?


  • Et si vous labellisiez votre jardin “Refuge LPO” ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Oiseaux

    Vous entretenez, dans votre jardin ou sur votre balcon, un espace propice à la venue de petits oiseaux ? Inscrivez-le sur le réseau “Refuge LPO” et profitez d’astuces et de conseils pour en faire un écosystème durable et accueillant !

    C’est un des programmes phares de la LPO depuis sa création en 1921 : fédérer une communauté de personnes souhaitant agir en faveur de la biodiversité autour du label “Refuge LPO”. En l’honneur du centenaire de ce premier réseau de jardins écologiques de France, la rédaction d’Animaux-Online revient sur cette opportunité offerte à tout un chacun de s'engager pour la préservation de son écosystème de proximité.

    Qu’est-ce qu’un refuge LPO ?

    Un refuge LPO, c’est un espace extérieur avec quelques plantes, quelques fleurs, pourquoi pas un point d’eau, un petit abri ; bref, un endroit propice à l’accueil de la nature. Votre jardin pourrait donc être un refuge LPO, mais également votre balcon ou votre terrasse si vous habitez en ville, et même l’espace vert de votre entreprise ou de votre commune.

    La LPO avait initialement développé ce projet pour protéger les oiseaux auxiliaires des cultures, puis pour combattre la loi Verdeille de 1964 qui permettait, jusqu’aux années 2000, aux membres d'une association communale de chasse agréée (ACCA) de chasser chez les particuliers. Aujourd’hui, l’objectif principal est de fédérer « une communauté de personnes engagées dans une même démarche de protection de la biodiversité », explique Alix Debeunne, responsable du programme Refuges LPO : « Il y a une réelle mobilisation citoyenne et une volonté d’agir en faveur de la nature, que la LPO accompagne avec les Refuges. »

    Il est toutefois important de préciser que la labellisation « Refuge LPO » n’entraîne aucune plus-value ou protection du terrain concerné puisqu’elle « n’est pas reconnu[e] sur le plan juridique comme une zone protégée ». Elle est surtout un engagement moral à préserver les écosystèmes de proximité en respectant les principes de la charte des Refuges.

    Comment devenir un refuge LPO ?

    Si vous souhaitez œuvrer pour la protection de la nature et que vous êtes intéressé pour rejoindre ce réseau de quelque 36 000 refuges français, c’est donc cette charte qui vous guidera dans votre démarche volontaire. Elle se décline en quatre points :

    1. Je crée les conditions propices à l’installation de la faune et de la flore sauvages (veiller à la tranquillité des lieux, diversifier les milieux, privilégier la plantation d’espèces locales, etc.)
    2. Je renonce aux produits chimiques (opter pour des techniques manuelles de désherbage ou des produits biologiques, des engrais naturels, etc.)
    3. Je réduis mon impact sur l’environnement (multiplier les gestes écocitoyens : utilisation raisonnable des ressources naturelles, recyclage des déchets ménagers, etc.)
    4. Je fais de mon Refuge un espace sans chasse pour la biodiversité.

    Votre charte et les 35 € d’adhésion à la LPO envoyés, vous recevrez ensuite chez vous un coffret d’accueil contenant notamment un nichoir, des mini-guides et un panneau « Refuge LPO » permettant de faire (re)connaître votre démarche.

    Refuges LPOLe coffret d'accueil pour un jardin labellisé Refuge LPO

    « La majorité des refuges LPO sont créés dans des jardins de particuliers (environ 5 000 par an), mais de plus en plus d’établissements, d’entreprises et de collectivités s’engagent dans cette démarche », se réjouit la responsable du programme. Au 1er janvier, le programme totalisait 46 000 hectares, tous statuts confondus (particuliers, établissements, entreprises, collectivités)… soit un beau maillage d’espaces préservés !

     

    Quel est le rôle de la LPO dans la gestion de ces refuges ?

    Lorsqu’elle a initié ce programme, en 1921, avec le refuge La Cabine, dans la forêt domaniale de Mormal (59), l’objectif de la LPO était de reboiser ce site ravagé par des obus de la Première Guerre mondiale. Bien des évolutions ont eu lieu depuis, avec toujours ce même constat : partout en France, des citoyens et des citoyennes souhaitent prendre part à sa dynamique de préservation de la biodiversité. « Pour accompagner cette démarche volontaire, la LPO rend accessibles les savoirs et apporte de nombreux conseils en matière de gestion et d’aménagement des terrains, de cohabitation avec la faune sauvage, ou encore sur des questions juridiques », développe Alix Debeunne.

    La LPO fédère donc cette communauté de Refuges LPO en lui transmettant son savoir(-faire) en matière de gestion écologique des espaces verts, en publiant des conseils sur son site et dans une newsletter mensuelle, par exemple. Et Mme Debeunne de conclure : « L’enjeu du siècle est de lutter collectivement contre la crise climatique et le déclin de la biodiversité qui menacent la planète et la survie de l’humanité. Au-delà d’une prise de conscience des citoyens et des responsables politiques, il y a maintenant urgence à agir concrètement à l’échelle mondiale. La tâche est immense et, à la manière du colibri, les Refuges LPO font leur part ».

     

    Pour participer à l’aventure Refuges LPO : https://refuges.lpo.fr/agir/creer-un-refuge-lpo/
    À noter : à l’occasion du centenaire de ce programme, la LPO prévoit divers événements, activités, témoignages et anecdotes tout au long de l’année, sur sa page Facebook… N’hésitez pas à aller y faire un tour !

     


    Autres articles à lire

  • Diapo. Un livre de photos pour sublimer les oiseaux

    Faune sauvageLa photographe finlandais Markus Varesvuo présente un nouvel ouvrage réunissant plus de 300 clichés magnifiques, rendant hommage aux oiseaux dans leurs milieux naturels.

    22 Novembre 2017
  • Chasse des oies migratrices : la LPO appelle à la mobilisation

    Faune sauvageAlors que le ministère de l’Écologie s’apprête à signer un arrêté permettant aux chasseurs de tuer les oies migratrices en février – après la date officielle de fermeture –, les Français sont appelés, dans une consultation publique, à donner leur avis avant le 24 janvier.

    09 Janvier 2019
  • Pingouin ou manchot, quelle différence ?

    Faune sauvageEn cette Journée mondiale du manchot, Animaux-Online vous explique ce qui différencie cet animal du pingouin. Promis, après cet article, vous ne ferez plus jamais l’erreur !

    25 Avril 2019
  • J'ai trouvé un jeune corvidé en détresse, que faire ?

    Faune sauvageEn cette période de l'année, il n'est pas rare de trouver un jeune corvidé (geai, pie, corbeau…) potentiellement en difficulté. Que faire ? Qui contacter ? Éric de Romain, administrateur du centre Crow Life, nous livre ses conseils.

    04 Juin 2020
  • Les vautours : mieux les connaître pour mieux les protéger

    Faune sauvageÀ l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux vautours, le premier week-end de septembre, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) coordonne une série d’événements, du 19 août au 8 septembre, partout en France.

    21 Août 2017
  • Mais que font les flamants roses la nuit ?

    Faune sauvageDes chercheurs anglais se sont demandé comment les flamants roses occupaient leurs nuits lorsque les portes du zoo étaient fermées. A leur grande surprise, ces animaux captifs ont gardé les mêmes comportements que les flamants roses sauvages.

    11 Septembre 2018
  • En 25 ans, le golfe du Morbihan a perdu 30% de ses oiseaux d’eau

    Faune sauvageLes gestionnaires du golfe du Morbihan viennent de publier le bilan complet du dénombrement des oiseaux d’eau migrateurs et hivernants pour la saison 2015-2016. Ces derniers résultats confirment le fait que le golf continu de se dégrader.

    12 Septembre 2018
  • Qui sont les oiseaux qui peuplent nos jardins ?

    Faune sauvageAprès une première session en janvier, les amoureux de la nature ou simples curieux sont invités, ce week-end, à observer les oiseaux autour de chez eux pour aider la science. L’occasion d’apprendre à mieux connaître les volatiles.

    25 Mai 2018
  • Un manchot de Nouvelle-Zélande peut parcourir 7 000 km pour se nourrir

    Faune sauvageUne équipe de recherche internationale vient de découvrir que le gorfou du Fiordland, un manchot de Nouvelle-Zélande, pouvait parcourir jusqu’à 7 000 km en l’espace de 8 semaines, et ce, afin de s’engraisser en prévision de la mue annuelle.

    04 Septembre 2018
  • La stratégie de l'oiseau matinal

    Faune sauvageHuit espèces de mésanges, dont la bleue et la charbonnière sont les plus connues, nichent sur notre territoire. L’hiver venu, elles luttent pour survivre aux basses températures. Pour cela, elles usent de la stratégie dite de « l’oiseau matinal ». Animaux-online décrypte ce comportement.

    30 Décembre 2015
  • Le macareux reste au frais grâce à son gros bec

    Faune sauvageLe macareux huppé régule sa température corporelle grâce à son gros bec, une caractéristique résultant de l’évolution qui pourrait expliquer sa capacité à voler durant de longues périodes à la recherche de nourriture.

    28 Novembre 2019
  • Didier Lapostre, le défenseur des pigeons

    Faune sauvageL’historien Didier Lapostre est président de AERHO, l’Association espaces de rencontres entre les hommes et les oiseaux. Présent à l’Université d’été de l’animal le 29 août, il nous parle des multiples contradictions que subit le pigeon des villes, cet animal mal-aimé pourtant si proche de l’homme.

    19 Août 2020
  • BirdLab : un jeu interactif pour aider les oiseaux

    Faune sauvageCet hiver, que vous soyez en ville ou à la campagne, observez les oiseaux et partagez vos remarques via l’application BirdLab : cela permet aux chercheurs de récolter de précieuses informations sur le comportement des oiseaux ou bien encore de mieux comprendre l’impact de l’urbanisation sur la biodiversité.

    13 Novembre 2017
  • Un financement participatif pour sauver 3 espèces d’oiseaux

    Faune sauvageLe Parc des oiseaux, dans l’Ain, veut créer un centre de reproduction et de réintroduction pour aider à la conservation de trois espèces emblématiques d’Europe. Pour que ce projet voit le jour, le parc fait appel au financement participatif.

    12 Décembre 2019
  • Canicule : comment venir en aide aux oiseaux en été ?

    Faune sauvageA chaque saison les oiseaux ont des besoins spécifiques. En été, il faut penser à répondre à leurs besoins en eau.

    26 Juillet 2018
  • Où observer des oiseaux en hiver ?

    Faune sauvageVoici quelques réserves et sites naturels où vous serez sûrs de pouvoir observer ces oiseaux, qui ne sont là qu’en hiver.

    28 Novembre 2018
  • Un week-end au balcon : comptez les oiseaux et aidez la science

    Faune sauvageLa 8e édition du comptage national des oiseaux de nos jardins se déroule ce week-end : samedi 25 ou dimanche 26, consacrez une heure aux volatiles autour de chez vous. Vos observations sont précieuses pour la biodiversité.

    23 Janvier 2020
  • Attention, nourrir les oiseaux comporte certains risques !

    Faune sauvageNourrir les oiseaux en hiver, oui, mais pas n’importe comment ! En effet, cette pratique peut contribuer à la transmission de certaines maladies entre les volatiles. C’est pourquoi l’ONCFS rappelle les bonnes pratiques à adopter.

    26 Novembre 2019
  • Journées européennes de la migration : spectacle garanti à coup sûr !

    Faune sauvageLes 6 et 7 octobre prochains, des dizaines de milliers de regards se tourneront vers le ciel, dans toute l’Europe, à l’occasion des journées européennes de la migration : l’EuroBirdwatch.

    05 Octobre 2018
  • Oiseaux : l’Europe interdit à la France ses chasses illégales

    Faune sauvageLa Commission européenne entend poursuivre la France si elle continue à chasser les oiseaux selon des méthodes cruelles et illégales. Une procédure d’infraction a été ouverte et une lettre de mise en demeure adressée à notre pays qui pourraient aboutir à une procédure de justice si notre pays ne se met pas en règle avec les directives européennes.

    26 Juillet 2019