Mangrove, forêt et récif corallien s’installent à la Cité des sciences


  • Mangrove, forêt et récif corallien s’installent à la Cité des sciencesPhoto : Cité des sciences et de l'industrie
  • Bons plans/ Expositions

    La Cité des sciences et de l’industrie présente, depuis le 18 septembre 2020, sa nouvelle exposition permanente « Bio-inspirée, une autre approche. » Sur deux étages, partez à la découverte de véritables écosystèmes où animaux et végétaux deviennent une intarissable source d’inspiration pour bâtir le monde de demain.

    De plus en plus d'inventions s’inspirent du vivant dans leur fonctionnement. Nouvel adhésif inspiré des pattes de gecko, moteur de bateau économique basé sur les nageoires des poissons, combinaison de plongée calquée sur la peau des requins… Les animaux et végétaux de cette planète ont développé des savoir-faire pour se protéger et s’adapter à leur environnement qui intéressent depuis longtemps les chercheurs. Cette démarche scientifique appelée « biomimétisme », respectueuse du vivant, s’en inspire pour imaginer de nouvelles technologies moins polluantes, plus efficaces, moins coûteuses… Bref, plus naturelles. La nouvelle exposition permanente présentée dans la serre de la Cité des sciences et de l'industrie, « Bio-inspirée, une autre approche », en témoigne. 

    Trois écosystèmes naturels

    Dans la serre cohabitent trois écosystèmes : un récif corallien et son bioréacteur à macro-algues, une mangrove et un sol forestier. D’une visite à l’autre, au gré des saisons, les visiteurs y voient se développer les écosystèmes. Ils y découvrent également les différents mécanismes du vivant et les voies de la bio-inspiration. En effet, l’observation du vivant permet d’identifier des fonctionnements communs à tous les animaux, végétaux ou micro-organismes. L’exposition nous permet de comprendre, observer et expérimenter neuf d’entre eux comme la photosynthèse, la coopération, le cycle de la matière ou encore l’interdépendance. Mis en exergue, ces fonctionnements du vivant permettent d’établir le « cahier des charges » qui guide la démarche bio-inspirée. De l’agroécologie pour une utilisation vertueuse de la terre au stockage de données par l’A.D.N. pour économiser l’énergie, les visiteurs découvrent un large éventail de domaines d’application de la bio-inspiration.

    Le récif corallien 

    Jade BochesLe récif corallien présenté dans la serre 

    Dans un aquarium de près de 4 000 litres d’eau de mer, environ 40 espèces de poissons et de coraux cohabitent. Un réacteur à macro-algues est mis en place en plus de la filtration mécanique et biologique. Le système fonctionne sur le principe de la phyto-épuration. Les poissons nourrissent les algues avec leurs déjections, et les algues nettoient l’eau.

    Eh oui ! Les coraux sont bien des animaux et non pas des minéraux ou des végétaux ! Dans la classification du vivant, ils font partie des cnidaires, comme les méduses. En effet, un brin de corail correspond en vérité à une colonie de plusieurs millions d’animaux qui sécrètent un squelette calcaire ». Le blanchissement des coraux, principalement dû au réchauffement climatique, correspond à la mort d’une micro-algue avec laquelle les coraux vivent en symbiose. Ces algues apportent les nutriments nécessaires à leur bon fonctionnement. Si le blanchissement perdure, c’est-à-dire que les algues ne reviennent pas, cela entraîne la mort du corail et, par la même occasion, des espèces marines qu’il abrite.
    Jade BochesCoraux, anémones et poissons vivent en harmonie

    La mangrove

    ShutterstockDes palétuviers dans une mangrove

    Le deuxième écosystème de Bio-inspirée est composé de palétuviers, poissons et crabes. Il fonctionne comme un circuit en aquaponie : un système qui unit la culture des plantes et l’élevage de poissons. Deux cuves y sont liées par un système de marée. L’eau des poissons, chargée de leurs excréments, déborde dans la vasière où se trouvent les palétuviers avant de revenir dans l’aquarium initial. Les déjections des poissons nourrissent les palétuviers et ceux-ci filtrent l’eau pour les poissons : un véritable cercle vertueux ! Malheureusement, suite à un contretemps, il faudra attendre novembre pour pouvoir découvrir cette partie de l’exposition. Une bonne raison de revenir, non ?

    La forêt européenne

    Cité des sciences et de l'industrie

    Grâce à un partenariat avec la région Île-de-France et l’Agence des espaces verts, la Cité des sciences a pu récolter un véritable « bout » de sol forestier. Composé de feuillage et de bois en décomposition, il abrite une soixantaine de plantes et mousses qui s’y développent et évolueront au fil du temps. Limaces, vers de terre, fourmis, ce sol regorge de vie ! Enrichi naturellement, l’écosystème fonctionne sans apport d’engrais ou de pesticides.

    4 questions à Adrien Falzon, responsable de l’Unité du vivant de l’exposition.

    Animaux-Online : Quel est votre rôle dans cette nouvelle exposition ?

    Adrien Falzon : J’ai un rôle d’expertise sur la maintenance en captivité du vivant : ce qu’on peut faire, ce qu’on ne doit pas faire, le choix des espèces… Mais aussi sur les contenants, la façon dont on construit les écosystèmes. J’ai plus un rôle de naturaliste. Recréer des écosystèmes est ce qu’il y a de plus intéressant. Je ne suis pas dans l’aquarium où le sol forestier qui va rester figé. Il faut que ça vive, que ça bouge et que la nature fasse les choses toute seule. C’est plus intéressant pour nous, pour les animaux et les végétaux. Le but est d’avoir des équilibres.

    AO : Comment construit-on une simulation de récif corallien dans un aquarium ?

    A. F. : Il y a une éthique à avoir dans ce genre d’installation. Personnellement, je ne vais pas mettre des poissons qui mangent des coraux dans un bac récifal en me disant : « C’est pas grave, j’en rachèterai ». Ensuite, les coraux que l’on a ne sont pas pris sur des souches-mères prélevées en pleine mer. Ce sont des coraux d’élevage. On aurait pu ne faire que du sauvage et avoir d'énormes coraux… Mais je préfère utiliser de petites boutures d’élevage et des juvéniles car, comme ça, si un corail ne s’acclimate pas, on ne perd pas un magnifique spécimen de 5 ans, mais un petit corail de 6 mois. Dans la nature, il y a forcément des pertes chez les jeunes.  Pour les poissons, c’est pareil, ce ne sont que des jeunes. On les a choisis compte tenu de leur taille adulte rapportée à l’espace de nage et de leur capacité à cohabiter et à vivre dans un aquarium afin qu’il n‘y ait pas de stress.

    AO : Comment faire en sorte que les poissons ne stressent pas ?

    A. F. : Si l’animal stresse, il a des maladies. S’il a des maladies, il va faire tomber malades tous les autres animaux de l’aquarium. Je ne suis pas pour l’enfermement des animaux, mais il y en a qui sont plus aptes à vivre en captivité. Typiquement, le poisson-clown vit dans son anémone et ne s’en éloigne pas de plus d’un mètre. Il n’y a pas non plus de grands nageurs, c'est-à-dire des poissons qui ont besoin de grands espaces pour vivre. Comme, pour eux, le monde n’a pas de fin, ce type de poissons finit inéluctablement par se cogner aux vitres et par stresser. 
    Après 6 mois d’acclimatation, ils viennent maintenant me voir lorsque je passe la main au-dessus. Ce sont des animaux curieux. Enfin, il faut savoir que si vous êtes à 1,50 m de l’aquarium, ils ne vous voient pas. Vous pouvez faire de grands gestes, cela ne les stressera pas !

    AO : Quel écosystème demande le plus de travail dans l’année ?

    A. F. : Dans le récif corallien, on fait le suivi des paramètres chimiques (sel et minéraux) pour la croissance des coraux et on regarde les interactions entre les espèces pour voir si tout se passe bien. Sur le sol forestier, ce n’est que de l’observation, afin de voir s’il n’y a pas de parasites néfastes pour les plantes. Quand il y en a, on introduit des auxiliaires de culture (chrysopes, coccinelles…) pour s’en débarrasser. Il faut aussi regarder la terre pour voir ce qu’il y a dedans, s’il y a beaucoup de vie. On vérifie que toutes les zones sont bien arrosées de façon homogène et on fait un peu de taille. Enfin, on apportera, 2 à 3 fois par an, du feuillage ramassé en forêt qu’on disposera afin de nourrir les dégradeurs de sol (insectes et larves) qui produisent de la matière organique, ce qui nourrit les plantes. Sur la mangrove, on ne fera pas grand-chose, cet écosystème vivra véritablement tout seul. Il faudra juste faire attention que le crabe de palétuvier n’enlève pas toutes les feuilles des végétaux très rapidement. On va sûrement protéger le pied des palétuviers avec du Plexiglas, le temps qu’ils poussent.


    Autres articles à lire

  • Les bêtes sur tous les fronts

    Bons plansPour tout, partout, les animaux furent omniprésents durant les deux grands conflits mondiaux. Ils ont œuvré dans des tâches souvent ingrates, parfois inattendues, toujours indispensables, quelle que soit la couleur de l’uniforme ou la justesse de la cause. Un sujet mis en lumière par l'exposition 'L'Âne en guerre et autres animaux soldats', retraçant leurs différents rôles durant cette période, actuellement visible au musée Michel Bourlet à Deuil-la-Barre (95) jusqu'au 2 juillet prochain.

    10 Mai 2016
  • Latitudes animales : les photos d’animaux mal-aimés à l’honneur

    Bons plansLa 7e édition des Latitudes animales ouvrira ses portes du 22 février au 8 mars à Drancy (93). Des expositions de photos animalières seront installées dans le parc et le château de Ladoucette, la médiathèque Georges Brassens et l’espace culturel du parc.

    18 Février 2020
  • Histoire du loup : de la crainte à l’éradication

    Bons plansVoici une exposition qui détonne. « Loup ! Qui es-tu ? », proposé par le musée de l’Image d’Épinal, dans les Vosges, emmène le visiteur à la découverte des représentations du loup à travers les siècles. Des faits divers jusque dans les contes ou les fables, le loup n’a jamais eu bonne réputation…

    04 Décembre 2019
  • Le célèbre concours photo « Wildlife » s’expose à Rouen

    Bons plansComme chaque année, les plus belles photographies du concours international Wildlife Photographer of the Year, organisé depuis plus de 50 ans par le muséum d’Histoire naturelle de Londres, s’exposent en France. Mais pour cette édition, les choses prennent une tout autre direction…

    04 Juillet 2019
  • NatExplorers : leurs aventures au Muséum d’histoire naturelle du Havre

    Bons plansBarbara Réthoré et Julien Chapuis sont des biologistes éthologues âgés de 36 et 30 ans. À eux deux, ils forment un couple de passionnés de la nature. Ils consacrent leur vie à partir en expédition et à faire part de leurs aventures au grand public pour le sensibiliser aux différents enjeux écologiques à travers le monde. Le Muséum d’histoire naturelle du Havre leur consacre une exposition qui commencera le 1er juillet pour se terminer le 3 janvier 2021.

    22 Juin 2020
  • Vacances de la Toussaint : des expos « animales » partout en France

    Bons plansContes africains et animaux de la savane au Havre, incroyables rapaces à Toulouse, effrayants serpents à Toulon… découvrez les expositions du moment à voir en famille et les nombreuses activités proposées tout au long des vacances de la Toussaint.

    20 Octobre 2017
  • Océan en voie d’illumination : Paris engloutie sous les lanternes

    Bons plansL’exposition « Océan en voie d’illumination » vient d’ouvrir ses portes au Jardin des plantes de Paris. Du poisson-clown à l’orque en passant par l’étrange poisson-ogre ou le grand requin blanc, des dizaines de créatures vous surprendront dans cette installation artistique et poétique. Animaux-Online vous emmène faire la visite.

    19 Novembre 2019
  • Une exposition pour sauver les éléphants

    Bons plansLa deuxième édition de l’exposition « Éléphantesque » est à voir à Chambéry du 6 juillet au 30 septembre. Les bénéfices seront reversés au WWF pour œuvrer à la conservation des éléphants, fortement menacés par le braconnage.

    26 Juin 2018
  • La Mer XXL : une exposition qui voit grand

    Bons plansDu 29 juin au 10 juillet, Nantes accueille une exposition inédite aux proportions démesurées : La Mer XXL. L’occasion de découvrir des aspects souvent inconnus de ce milieu plein de mystères et indispensable à l’Homme.

    28 Juin 2019
  • Les sorties de l’été

    Bons plansProfitez de vos vacances pour aller à la découverte de la nature et des animaux, à travers des animations et des expositions organisées un peu partout en France, tout au long de l’été.

    24 Juillet 2018
  • « Sauvages » : une exposition autour de la captivité animale

    Bons plansDu 22 au 25 juin, Bordeaux accueille une exposition sur la condition des animaux en captivité à des fins de divertissement, à l’heure où de plus en plus de villes et de pays renoncent aux numéros de cirque utilisant la faune sauvage.

    16 Juin 2017
  • Exposition Océan : entre émerveillement et sensibilisation

    Bons plansLa nouvelle exposition du Muséum national d’histoire naturelle, « Océan, une plongée insolite », détonne par sa scénographie, les animaux qu’elle présente et le message transmis. Animaux-Online vous emmène avec lui pour une petite mise en bouche… Suivez le guide !

    10 Avril 2019
  • Le Wildlife Photographer of the Year s'expose à Elbeuf

    Bons plansDu 19 septembre au 7 mars 2021, la fabrique des savoirs d’Elbeuf expose les clichés retenus pour le Wildlife Photographer of the Year. Jérôme Tabouelle, responsable des collections Sciences de la vie et de la terre à la Fabrique des savoirs-musée d’Elbeuf, et commissaire de l'exposition, nous a fait visiter.

    29 Septembre 2020
  • Espèces en voie d’illumination : émerveiller et sensibiliser

    Bons plansVoici une belle sortie à faire en couple, en famille ou même seul, accompagné de ses yeux d’enfant. Le Jardin des plantes et la Ménagerie de Paris vous proposent un voyage lumineux à la découverte des espèces qui ont un jour peuplé la planète, et de celles qui disparaîtront peut-être d’ici quelques années…

    13 Novembre 2018
  • Exposition ' Poison ' : plus de 30 espèces à découvrir… ou à fuir !

    Bons plansScorpion, serpents, mygales… Ils hantent vos cauchemars ? Et pour cause, il s’agit des animaux les plus venimeux de la planète. Si vous désirez affronter vos peurs, et en apprendre plus les animaux, minéraux et végétaux toxiques qui peuplent la nature, rendez-vous au Palais de la Découverte pour l’exposition ' Poison '. Frisson garanti.

    11 Octobre 2018
  • Les ours sont à l’honneur en ce printemps !

    Bons plansCe week-end, le Muséum national d’histoire naturelle vous invite à profiter de l’arrivée du printemps pour «sortir de votre tanière» et aller à la rencontre de l’ours, à Paris, autour d’ateliers et de projections de film. Une bonne idée de sortie pour toute la famille.

    24 Mars 2017
  • Darwin : quand l’évolution s’observe sur nos squelettes

    Bons plansÀ l'occasion du « Darwin Day », Animaux-Online vous propose de plonger dans l’une des théories les plus solides du monde scientifique à travers l’exposition « Évolution », au musée départemental de préhistoire d’Île-de-France, à Nemours.

    12 Février 2019
  • Dernier mois pour profiter de l’exposition « Sculptures en l’île »

    Bons plansLa 23e édition de l’exposition en plein air « Sculptures en l’île » organisée par la Ville d’Andrésy (78) prendra fin le dimanche 1er novembre. Une cinquantaine d’œuvres vous attend pour cette sympathique (et artistique !) promenade au bord de la Seine.

    08 Octobre 2020
  • Une exposition photo pour des chiens héros

    Bons plansÀ l’occasion de son 50e anniversaire, Royal Canin organise une exposition photo à partir du 19 septembre, à Arles, pour mettre en lumière des chiens héros.

    15 Septembre 2018
  • L'école vétérinaire d'Alfort fête ses 250 ans

    Bons plansPour célébrer son deux cent cinquantième anniversaire, l'école nationale vétérinaire de Maisons-Alfort (EnvA) expose une vingtaine d'œuvres d'art dans sa cour d'honneur. En bronze, en acier, en résine, les animaux qui sont la raison d'être de cet établissement prestigieux, attendent le public.

    07 Octobre 2016