diététique et santé : les aliments spécifiques


  • diététique et santé :  les aliments spécifiquesPhoto : Fotolia
  • Chiens/ Santé

    Tout comme il existe des régimes stricts chez l’homme en cas de maladie, chiens et chats peuvent avoir besoin d’une alimentation équilibrée mais enrichie ou appauvrie en nutriments.

     

    Les aliments dits de prescription, vendus uniquement chez le vétérinaire, ont un objectif médical très précis, qui dépend directement de la maladie dont souffre l’animal : lui éviter de nouveaux calculs, équilibrer son diabète, ne pas aggraver son insuffisance ­cardiaque… Ces nourritures spécifiques doivent être­ considérées comme des traitements à part entière et ne pas être modifiées. Elles s’inscrivent donc dans un régime qui ne doit ­pas être interrompu à la légère et ne souffre aucune entorse : ­pas question d’accorder une friandise à votre petit compagnon si cette dernière lui a été déconseillée.
    Les aliments diététiques ont vocation à soigner, soit en apportant des aliments moins caloriques à un animal en surpoids, soit en le supplémentant avec certains nutriments particulièrement utiles pour supporter une maladie – en améliorant ses défenses immunitaires en cas de cancer ou de maladie infectieuse chronique comme une leishmaniose – soit, encore, en pro­posant une formule qui élimine des ingrédients ou des nutriments que votre animal ne supporte pas.

    Des formulations adaptées

    Dans cette dernière catégorie, les exemples sont nombreux : en cas de calcul urinaire pour un chat, la formulation de l’aliment spécifique évite les minéraux qui favorisent la formation du calcul. En cas d’insuffisance rénale, elle ­propose un taux limité de protéines et de phosphore que le rein malade ne peut plus éliminer correctement.
    Les chiens insuffisants cardiaques reçoivent moins de chlorure de sodium (sel) et ceux en insuffisance hépatique, moins de protéines, moins de graisses, mais plus de vitamines et d’antioxydants. En cas de constipation, les aliments diététiques apportent plus de fibres. À l’inverse, pour lutter contre les diar­rhées chroniques, ils apportent moins de fibres et moins ­de graisses, mais sont préparés avec des nutriments ­hautement digestibles. Les animaux ­diabétiques reçoivent, quant à eux, des aliments enrichis en fibres et appauvris en glucides, ceux à index glycémique ­bas (qui ne provoquent donc pas de pic d’insuline), étant les seuls acceptés.
    On trouve aussi des aliments diététiques hypoallergéniques pour chiens ou chats allergiques, des aliments liquides ou semi-liquides pour les animaux convalescents (après une opération par exemple) et des aliments enrichis en protecteurs du système nerveux pour les animaux âgés qui commencent à présenter des signes de désorientation.
    Enfin, tous ces aliments à objectifs nutritionnels sont formulés avec des matières premières de haute qualité constante, sélectionnées sur des critères qualitatifs. Ils contiennent, en outre, des probiotiques et des prébiotiques qui favorisent leur digestion.

    Comment les donner ?

    La transition vers un aliment diététique doit s’opérer progressivement. Souvent moins appétissant, il doit être introduit avec mesure. Le vétérinaire peut vous conseiller de mettre un quart du nouvel ­aliment pour trois quarts de sa nourriture habituelle. Puis, au bout de deux ou trois jours, de faire moitié-moitié. Enfin, au bout de 48 heures, de mettre trois quarts de l’aliment diététique pour un ­quart de l’ancienne nourriture ; avant, pour terminer, de passer à la ­totalité de sa ration.
    Grosso modo, une transition se fait sur huit jours. Ensuite, ne touchez plus à rien, sauf avis contraire du vétérinaire : quantité à donner, nombre de repas, durée du régime... tout compte ! Bien évidemment, aucun extra n’est permis (surtout pas vos restes de table ou des friandises). Sauf ceux éventuellement admis par votre vétérinaire comme des petits bouts de courgette bien cuite pour ­un chat ou un morceau de fruit pour un chien, dans le cadre d’un régime ­diététique pour animaux obèses, ces deux douceurs étant très ­peu caloriques.

    Votre animal ne veut rien savoir ?

    Ce n’est pas parce qu’ils sont bons pour sa santé que votre animal va immédiatement adopter ces nouveaux aliments. Avec certains, tout se passe très bien. Mais avec d’autres, et en dépit d’un essai de transition tout en douceur, rien n’y fait ! La pire réaction  que vous pourriez avoir serait de revenir à son alimentation antérieure par crainte qu’il ne meure de faim…
    Mais il en va souvent des animaux comme des enfants. S’il constate qu’en boudant sa gamelle, on lui redonne celle qu’il préfère, il va vite savoir comment s’y prendre pour obtenir ce qu’il convoite. De même, ne prenez pas l’initiative de lui ajouter quelque chose dans sa gamelle pour la rendre plus attractive, car il en faut très peu pour déséquilibrer un régime diététique et anéantir tous les efforts. En cas de réel problème pour lui faire adopter son nouveau type d’alimentation, parlez-en plutôt au vétérinaire. En effet, il peut parfois proposer l’équivalent avec un autre parfum ou sous une autre forme : une pâtée peut parfois passer alors que les croquettes, non.

    Quels sont les écueils à éviter ?

    Le principal risque, lorsqu’il y a plusieurs animaux à la maison, est que le petit malade aille se servir dans la gamelle des copains, voire que ces derniers consomment son aliment diététique à sa place (auquel cas il n’a pas la ration qui lui est nécessaire). Pour éviter ce genre de désagrément, il ne faut pas hésiter à les séparer durant les repas ou, si c’est un chat qui est malade, percher sa gamelle en hauteur, hors de portée du museau du chien !
    Attention également à prévoir suffisamment d’aliment diététique pour ne pas tomber en panne un jour férié ou en vacances. En effet, si un dépannage ponctuel avec son ancien aliment n’a pas toujours de conséquence, il peut anéantir des mois d’efforts dans certaines pathologies comme une allergie. Et c’est sans compter avec la culpabilité que vous risquez de ressentir s’il fait une rechute !

    Le surcoût est-il justifié ?
    Comme souvent, la prévention coûte plus cher à court terme, mais à plus long terme, vous êtes gagnant. D’abord, parce que tout le monde préfère voir son animal en bonne santé que malade. Ensuite, parce qu’en cas de troubles chroniques ou de récidive d’un problème médical, les soins vétérinaires ont aussi un coût. Enfin, rien n’empêche de voir avec son vétérinaire s’il est possible de réduire sa facture en cas d’achats répétés ou même de faire jouer la concurrence en comparant les prix chez un autre praticien. Attention, en revanche, aux achats sur Internet : rien ne dit que les produits commandés ont été concoctés avec les mêmes protéines haut de gamme que ceux proposés par le vétérinaire…

    Autres articles à lire

  • Pourquoi faire vacciner son animal contre la rage ?

    ChiensChaque année, à l’occasion du rappel des vaccinations, le propriétaire d’un animal domestique qui ne voyage pas peut légitimement se poser la question de l’opportunité de faire vacciner son animal contre la rage alors que notre territoire est déclaré exempt de cette maladie très contagieuse.

    21 Juin 2016
  • Surpoids : les racines du mal

    ChiensÉducation, élevage, génétique, maladies… Les causes de surpoids sont nombreuses. Encore faut-il que les maîtres prennent conscience du problème.

    05 Juillet 2017
  • Alimentation et activité : s’adapter au transit du chien

    ChiensUn chien en bonne santé se soulage en moyenne 2 à 3 fois par jour. Et ce, quels que soient son âge, son sexe, son poids, sa race, le nombre de sorties quotidiennes et de repas qu’il fait par jour ! Si votre chien a un transit trop rapide ou trop lent, son alimentation et son programme d’activité physique sont peut-être à revoir...

    14 Juin 2019
  • Soigner par le toucher

    ChiensOstéopathie et acupuncture sont des méthodes douces dont les champs d’application dépassent ceux des «simples» problèmes locomoteurs.

    02 Avril 2017
  • Mon chien avale tout, quels sont les risques ?

    ChiensUn chien qui avale tout ce qu’il trouve est un chien qui se met en danger. Produits ménagers, restes de repas peuvent laisser de graves séquelles sur votre animal.

    23 Juillet 2018
  • Les soigner autrement

    ChiensL’ostéopathie, l’acupuncture, l’homéopathie, vous connaissez – et vous avez sans doute vous-même déjà testé. Mais savez-vous que ces approches peuvent également faire des miracles sur nos animaux? Depuis quelques années, les pratiques vétérinaires alternatives et naturelles suscitent un engouement grandissant.

    01 Avril 2017
  • Covid-19 : Les chiens sauf-conduits prisés par les Espagnols confinés

    ChiensLe confinement des Espagnols, décidé le 14 mars dernier, est si strict que les chiens sont devenus un des rares sauf-conduits pour sortir de chez soi, devenant parfois objets de marchandages et stratégies en tout genre.

    18 Mars 2020
  • Octobre rose : nouvelle étape du projet KDOG

    ChiensLe projet a démarré en 2016, dans le but de former des chiens à la détection du cancer du sein. Preuve du concept, validation scientifique, recherche de financements… ce programme prend du temps, mais vient d’entrer dans sa seconde phase : l’étude clinique.

    23 Octobre 2020
  • Il bave, à quoi est-ce dû ?

    ChiensPlusieurs raisons peuvent faire saliver un chien de manière excessive...

    27 Octobre 2018
  • Boules, nodules, tumeurs cutanées… C'est quoi ?

    ChiensRien ne ressemble plus à une excroissance sur la peau qu’une autre excroissance sur la peau ! C’est pourquoi avant de la mettre sur le compte d’une inoffensive verrue, mieux vaut demander l’avis du vétérinaire, conseille Animaux-online.

    19 Janvier 2016
  • Peut-on faire du sport avec son chien dans le froid ?

    ChiensUn chien est mieux armé qu’un humain contre le froid. Il est également « taillé » pour courir, mais ce n’est pas une raison pour lui imposer une séance de sport par une météo extrême.

    05 Novembre 2019
  • Déconfinement progressif : tour d’horizon des services animaliers

    ChiensCe samedi 28 novembre marquait la première étape du plan d’allègement du confinement comprenant, notamment, la réouverture des commerces. Voici, en détail, les spécificités d’accueil des services animaliers, valables au minimum jusqu’à la prochaine échéance du mardi 15 décembre.

    01 Décembre 2020
  • Le manque de sommeil des chiens de refuge nuit à leur santé

    ChiensUne étude dirigée par deux chercheurs des universités de Lincoln et Liverpool, au Royaume-Uni, révèle que les chiens qui ne peuvent pas dormir tout leur soûl dans la journée sont plus stressés et ont des problèmes de comportement.

    26 Octobre 2016
  • Poils gris ou blancs : un phénomène pas toujours lié à l’âge

    ChiensChez le Chien comme chez l’Homme, les poils grisonnent ou blanchissent avec l’âge mais ce phénomène peut aussi se produire chez des individus jeunes.

    26 Août 2018
  • Qu’est-ce que la grossesse nerveuse ?

    ChiensLa grossesse nerveuse, ou lactation de pseudo-gestation, est un état physiologique qui apparaît chez une femelle non gestante dans les semaines suivant ses chaleurs. La femelle présente des signes physiques et comportementaux d’une mise bas récente.

    27 Décembre 2018
  • 7 règles d’or pour le soigner soi-même

    ChiensComme nous, nos animaux ont parfois de petits problèmes de santé que leurs maîtres peuvent prendre en charge seuls, sans passer par la case vétérinaire. À eux de savoir les identifier et les soigner sans passer à côté de quelque chose de plus sérieux.

    11 Juin 2017
  • Un régime sans le stresser

    ChiensQue ce soit en raison d’un surpoids, d’un diabète, d’une allergie, de calculs à répétition, d’une insuffisance rénale, etc., le vétérinaire peut décider de lui prescrire un régime diététique particulier. Reste à le lui faire accepter!

    06 Décembre 2016
  • Promener son chien, c’est bon pour la sécurité – et la santé !

    ChiensD’après une enquête menée en Australie et aux Etats-Unis, sortir avec un chien procure un sentiment de sécurité aux maîtres. Grâce à leur compagnon, ceux-ci pratiquent aussi davantage de sport que leurs voisins sans toutou.

    18 Octobre 2016
  • Les tiques en hiver : elles ne disparaissent pas tout à fait !

    ChiensPendant l’hiver, on se méfie moins des parasites externes pouvant menacer les chiens, les chats et parfois l’Homme ! C’est le cas avec les tiques, dont beaucoup de propriétaires d’animaux ne se méfient pas avant le printemps. Le risque est-il cependant nul en hiver ? Pas si sûr...

    08 Décembre 2019
  • Une nouvelle étude alerte sur les régimes à base de viande crue

    ChiensManger cru, c'est fréquent chez les chats et les chiens mais pas sans risque : outre sa dose de viande quotidienne, Médor risque bien d'ingurgiter (mais aussi de transmettre) de nombreuses bactéries, dont certaines résistantes aux antibiotiques, selon une nouvelle étude Suisse.

    16 Octobre 2019