Arnaud Dazord : connaître les animaux pour mieux les protéger


  • Arnaud Dazord : connaître les animaux pour mieux les protégerPhoto : Arnaud Dazord
  • Faune sauvage

    Arnaud Dazord, biologiste et responsable zoologique du parc animalier de la Bourbansais, présentera le métier de soigneur et le rôle du zoo dans la protection et la conservation de la biodiversité lors de l’Université d’été de l’animal, le 28 août. Nous lui avons posé quelques questions…

    Animaux-Online : Quel est le quotidien d'un soigneur de la Bourbansais ?

    Arnaud Dazord : La première mission d’un soigneur est l’entretien et le nettoyage des enclos. C’est primordial pour que les animaux se sentent bien. Ensuite, évidemment, il y a tout ce qui est nourriture et médicaments, s’il y en a. Mais, ce qui s’est développé ces dernières décennies, et qui est essentiel, c’est l’observation et la connaissance des animaux. Un soigneur doit connaître sur le bout des doigts les individus dont il s’occupe, et ce en fonction des périodes de l’année. Leurs goûts, leurs relations avec les autres animaux, leur caractère… Et tout cela passe par un temps d’observation tous les jours car il y a des individus auxquels il faut faire attention. Par exemple, sur un groupe de 10 primates, il y en a peut-être 8 qui ne nécessiteront pas d’attention particulière, mais il faudra surveiller le plus vieux ou le plus jeune, celui qui est un peu à l’écart, un peu timide, celui qui a un peu mal à la patte, etc. 

    AO : Existe-t-il une journée type du soigneur ?

    A. D. : Un parc zoologique fonctionne un peu comme un hôpital, puisque les animaux sont là 7j/7 et que les équipes se relaient. Ainsi, tous les matins, les soigneurs font un point pour se passer les informations, que ce soit à l'écrit, sur des cahiers de liaison entre les différents services, ou par des transmissions orales lors des relèves. Ensuite, les soigneurs vont distribuer les premières rations alimentaires dans leurs secteurs respectifs, le petit déjeuner, en quelque sorte, puis vont s’atteler à nettoyer les enclos et à observer les animaux. En fin de matinée, il y a un débrief, puis la préparation d’autres rations car beaucoup d’animaux mangent plusieurs fois par jour. L’après-midi, c’est surtout consacré au contact avec le public à travers des animations pédagogiques ainsi que la distribution des goûters de 14 h, de 16 h, etc. Le soir, nous donnons le dernier repas, puis nous rentrons certains animaux dans les bâtiments et, enfin, on ferme le parc.

    AO : Faites-vous souvent face à des imprévus ? Si oui, lesquels ?

    A. D. : Concernant les problèmes de santé, c’est rare mais ça arrive. Lorsque le soigneur observe quelque chose d’anormal, il fait remonter l’information au chef animalier qui alerte le vétérinaire. Celui-ci jugera de l’importance des observations et choisira ou non d’intervenir. Si intervention il y a, le soigneur prend un peu le rôle d’un infirmier, pour reprendre la métaphore de l’hôpital. Il s’occupera de mettre en place le suivi du protocole médical. 
    Contrairement à un animal domestique, on ne peut pas attraper un animal sauvage, c’est pourquoi il est indispensable de connaître les animaux pour savoir comment donner un médicament, par exemple. Version liquide ? Solide ? Dans un aliment en particulier ? Avec certains animaux, on met en place un "medical training" pour faciliter les examens du vétérinaire. Par contre, il n’y a aucun apprivoisement entre un soigneur et l’animal dont il s’occupe. Il n’y a pas de contact. C’est juste que chaque individu réagit différemment et qu’il faut les connaître.
    Concernant d’autres imprévus, il s’agit de la vie normale : naissances, pathologies, décès, fugues… Je parle ici d’animaux non dangereux, comme nos lémuriens. Chaque année, ils passent les barrières pour aller chercher les mûres d’un côté, puis ce seront les noisettes de l’autre côté. Ce n’est pas Alcatraz, chez nous ! (rires)
    Ce qu’il faut également gérer, c’est la vieillesse des animaux. On fait un peu de gériatrie car, en captivité, les animaux vivent majoritairement bien plus longtemps que dans la nature. Par exemple, le primate qui n’a plus de dents va manger moins vite et moins bien. Le groupe ne va sûrement rien lui laisser, donc il faudra faire attention à le nourrir en décalé, par exemple. C’est ça qui est beau dans un zoo, c’est à la fois une crèche, une école, un centre de loisir, un Ehpad…

    AO : Vous vous occupez également des Programmes européens pour les espèces menacées (EEP). En quoi ces programmes sont-ils importants ?

    A. D. : Effectivement, je suis également en charge des collections animalières. Sur nos 70 espèces, environ la moitié font partie d’un programme de conservation. C’est important car cela permet de garder une population de bonne qualité, tant par le nombre que par le patrimoine génétique, sans jamais prélever d’individus dans la nature. Ces programmes ont deux objectifs : soit conserver ce qu’on peut appeler « une assurance » au cas où, pour l’instant, on ne pourrait pas relâcher ces animaux pour diverses raisons (milieu détruit, braconnage, conflit avec les populations…). Dans un second cas, ces programmes permettent le renforcement de populations déjà présentes. À côté, les zoos sont en lien direct avec les associations, sur le terrain, qui travaillent à créer les meilleures conditions pour que les espèces puissent continuer à vivre. À la Bourbansais, malheureusement, nous n’avons pas la chance d’avoir des espèces destinées au renforcement, comme des vautours fauves ou des chevaux de Przewalski. Comme espèces « assurances » majeures, nous avons les girafes, les tigres de Sibérie, les pandas roux, les lémuriens… En moins connues, et que j’adore, il y a les touracos à crête rouge. La problématique avec cette espèce, c’est que dans les forêts d’Afrique en bon état, la population se porte très bien donc il n’y a pas de raison de venir la renforcer. A contrario, dans une forêt abîmée, l’espèce n’arrive pas du tout à s’adapter donc, là encore, on ne peut pas la réintroduire. C’est toute la complexité du sujet… Enfin, et il ne faut pas l'oublier, l’un de nos rôles est aussi de faire découvrir ces espèces au public.

    ShutterstockUn magnifique touraco à crête rouge

    AO : Le rôle des zoos a-t-il évolué ces dernières décennies ?

    A. D. : Cela fait 20 ans que je fais ce métier et j’ai assisté à une évolution assez spectaculaire. Déjà, j’ai pu observer que les parcs zoologiques étaient de plus en plus recherchés par le public. Cette demande a permis de réunir les conditions adéquates pour développer des moyens et des compétences. Aujourd’hui, je pense pouvoir dire que la communauté zoologique est très impliquée dans la protection des animaux. Ce n’est pas encore parfait, évidemment, mais nous savons où nous voulons aller et les zoos mettent en commun leurs connaissances pour avancer et progresser sur tous les sujets, comme celui de la conception des enclos. Nous découvrons toujours de nouvelles choses qui permettent d’améliorer le bien-être des animaux. Il y a quelques années, par exemple, on ne savait pas fabriquer une volière d’un hectare réunissant une quinzaine d’espèces d’oiseaux. Aujourd’hui, on sait le faire.

    La rédaction vous recommande également : 

    Chartres : un zoo-refuge accueille uniquement des animaux rescapés
    Le projet « Rewild » : faire du zoo de Pont-Scorff un sanctuaire


    Autres articles à lire

  • Allemagne: cinq félins dont deux lions s'échappent d'un zoo

    Faune sauvageLes cinq félins qui s'étaient échappés d'un zoo dans l'ouest de l'Allemagne ont été retrouvés et capturés vendredi, ont annoncé à l'AFP les autorités locales.

    01 Juin 2018
  • Nicolas Hulot ministre de l’Environnement : un « signal positif »

    Faune sauvageL’arrivée de Nicolas Hulot au ministère de la transition écologique et solidaire suscite de nombreuses réactions positives des associations de défense des animaux … mais également beaucoup d’attentes.

    18 Mai 2017
  • Australie : les incendies déciment des millions d’animaux

    Faune sauvageLa vie sauvage australienne, réputée notamment pour ses koalas et ses kangourous, mettra des décennies à se remettre des feux de forêt qui dévastent actuellement l'immense île-continent.

    03 Janvier 2020
  • Déconfinement : appels à la vigilance lors du retour dans la nature

    Faune sauvageLe déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine. Aussi bien pendant vos sorties en nature, que pendant vos trajets en voiture : la vigilance est de mise !

    11 Mai 2020
  • Zoo de Paris : Une réouverture qui suscite l’enthousiasme

    Faune sauvageDeux mois et demi après sa fermeture suite à l’annonce des mesures sanitaires prises par le gouvernement en raison de l’épidémie de Covid-19, le zoo de Paris a fait sa réouverture. Au plus grand bonheur du personnel du parc mais aussi des visiteurs, des habitués des lieux aux familles désireuses de découvrir les animaux.

    09 Juin 2020
  • Baptisez les oursons de l'année

    Faune sauvageLes quatre oursons nés cet hiver dans les Pyrénées vont être nommés. Et c'est vous qui allez choisir les prénoms!

    06 Septembre 2016
  • ArAnimA : de l’art engagé au service de la cause animale

    Faune sauvageGrâce à l’organisation d’une vente caritative réunissant une centaine d’œuvres et 48 artistes, l’association ArAnimA a remis un chèque de 3 546 euros à One Voice afin de soutenir l’ONG dans son action contre la captivité des cétacés.

    25 Décembre 2017
  • Ringo, Rafa, Rudo… Choisissez le prénom de ce bébé rhinocéros !

    Faune sauvageÀ l’occasion de la naissance d’un bébé rhinocéros blanc, un événement rare, dans la réserve africaine de Sigean (dans l’Aude), il est possible de voter pour son prénom sur Facebook. Le résultat sera annoncé lors de la Journée mondiale du rhinocéros, le 22 septembre.

    20 Septembre 2018
  • Les animaux sauvages sont de retour à Paris

    Faune sauvageLa chaîne M6 diffusera le 1er janvier 2017 à 21h le film de Frédéric Fougea « La plus belle ville du monde ». Une réalisation entre le documentaire et le conte, qui montre un Paris inattendu, peuplé de 3000 espèces sauvages installées dans la capitale.

    22 Décembre 2016
  • La sexualité de nos animaux 28/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… l'avortement.

    29 Avril 2016
  • Une campagne dans les transports en Île-de-France crée une polémique

    Faune sauvageLa RATP et la SNCF ont lancé une campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Plusieurs associations de défense animale déplorent que des images d’animaux sauvages aient été choisies pour symboliser les agresseurs.

    06 Mars 2018
  • Le gouvernement présente un plan pour sauver la biodiversité

    Faune sauvageEdouard Philippe et Nicolas Hulot ont fixé des objectifs ambitieux pour lutter contre l’érosion de la biodiversité en France. Le manque de moyens et de mesures véritablement contraignantes sont toutefois critiqués.

    05 Juillet 2018
  • La sexualité de nos animaux 34/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la sodomie.

    05 Mai 2016
  • Le rat de Sein bientôt éradiqué de la petite île bretonne

    Faune sauvageUne île, des centaines de rats et une biodiversité en danger: une vaste campagne de dératisation est en cours sur l'île de Sein, afin d'éradiquer le 'rattus norvegicus', une espèce très présente sur les îles bretonnes.

    19 Septembre 2018
  • Vers la fin des soirées d'Hollywood agrémentées d'animaux rares

    Faune sauvageL'utilisation d'animaux exotiques comme les girafes, les tigres ou les éléphants à des fins de divertissement est en passe d'être interdite à Los Angeles, selon un vote mardi du conseil municipal qui met fin à une pratique en vogue dans de somptueuses réceptions hollywoodiennes.

    19 Février 2020
  • Le delta du Danube, paradis des oiseaux

    Faune sauvageGrand comme deux fois le Luxembourg, le delta du Danube, avec ses 400 lacs, ses 330 espèces d’oiseaux, ses 135 variétés de poissons et des mammifères comme la loutre ou le chien viverrin, est un haut lieu de la biodiversité mondiale, placé depuis 1991 sous l’égide de l’Unesco. Echappée belle.

    27 Août 2018
  • Parc animalier d’auvergne : pour la préservation des espèces

    Faune sauvageCe zoo en plein cœur du Puy-de-Dôme a fait peau neuve pour remplir au mieux sa mission de préservation des espèces menacées et de sensibilisation des visiteurs, les deux principaux axes de développement de tous les parcs animaliers modernes.

    19 Mai 2017
  • Qu’est-ce que la sixième extinction massive des espèces ?

    Faune sauvageUne étude montre que la sixième extinction massive de la biodiversité s’accélère : un plus grand nombre d’animaux et de plus en plus d’endroits de la planète sont touchés. Phénomène rapide, globalisé et lié à l’activité humaine, voici ce que l’on sait aujourd’hui de cette crise alarmante.

    11 Juillet 2017
  • Zambie : les hippopotames du fleuve Luangwa

    Faune sauvageCorps en tonneau posé sur des pattes courtaudes, mufle démesuré fendu d’un large sourire, l’hippopotame est une créature bien étrange qui semble hésiter entre un retour sur la terre ferme et une vie aquatique.

    11 Novembre 2019
  • Une journée pour les océans

    Faune sauvageCe 8 juin, la planète célèbre la Journée mondiale des Océans. Elle vise à nous rappeler l’importance de l’océan comme source de vie. Proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies qui s’est tenu à Rio de Janeiro, elle a pour but de nous sensibiliser sur notre rôle dans la préservation de la qualité des milieux marins et de leurs ressources.

    08 Juin 2016