Didier Lapostre, le défenseur des pigeons


  • Didier Lapostre, le défenseur des pigeons
  • Faune sauvage/ Oiseaux

    L’historien Didier Lapostre est président de AERHO, l’Association espaces de rencontres entre les hommes et les oiseaux. Présent à l’Université d’été de l’animal le 29 août, il nous parle des multiples préjugés que subit le pigeon des villes, cet animal mal-aimé pourtant si proche de l’homme.


    Animaux-Online : historien de formation, comment en êtes-vous venu à vous intéresser aux pigeons ?

    Didier Lapostre : J’ai toujours été un militant investi dans la vie démocratique de notre pays, le bien vivre ensemble, les conseils de quartier, les associations de parents d’élèves, etc. Il me manquait une chose : la nature. Alors, quand j’ai entrepris mon cursus universitaire, tardivement, je l’ai organisé autour de la question de la nature en ville, de la protection animale et environnementale entre 1850 et 1950. Naturellement, l’intérêt pour le pigeon en a découlé car, de héros de la nation pendant les guerres, il est devenu, aujourd’hui, la bête à abattre, qui transmet soi-disant des maladies et porte tous les maux du monde. C’est ce revirement des représentations qui m’a intrigué. Comment l’être humain peut-il vouloir une ville « verte » avec des animaux de compagnie et parallèlement accepter l’extermination des animaux, comme le pigeon, sur lesquels il n’a plus de contrôle ? Qui plus est, des animaux qui étaient vénérés il n’y a pas si longtemps que ça !

    AO : Pourquoi cet animal, aujourd’hui mal-aimé, fascine-t-il toujours les chercheurs ?

    D. P. : Le pigeon fascine les chercheurs, pour le mystère que représente son sens de l’orientation. Effectivement, si l’on découvrait comment cet animal arrive à s’orienter dans le ciel, on pourrait appliquer ce processus dans l’armement, le monde médical… Bref, pour le meilleur et pour le pire, comme souvent. D’autres chercheurs travaillent sur des pigeons d’élevage, en milieu clos. Mais, hélas, il y a très peu de scientifiques qui s’intéressent au pigeon des villes, à ses comportements, à son intelligence, à ses capacités d’adaptation, etc. Et c’est bien dommage.

    La rédaction vous recommande également : En ville, pourquoi les pigeons perdent-ils leurs doigts ?

    AO : Pourquoi le pigeon est-il si représentatif de l’histoire de l’homme ?

    Au cours de l’histoire, cet animal a vécu des moments de grâce et de disgrâce. À la Révolution, les pigeonniers ont été détruits et les pigeons tués pour être mangés, mais aussi parce qu’ils représentaient un symbole de la noblesse. Ce n’est que vers 1830, qu’ils ont été réintroduits et que les pigeonniers reconstruits. On avait besoin de leur chair et leurs fientes, un des meilleurs engrais amélioraient les récoltes. Ensuite, en 1952, une étude a montré que les pigeons étaient porteurs de maladies comme tout animal. Et bien qu’aucun cas de mortalité n’ai été reconnu par les autorités sanitaires, un lien pernicieux s’est développé dans la pensée collective : pigeon = salissures = maladies. Cette image négative du pigeon s’appuie aussi sur un autre argument : les fientes abiment nos monuments. Le pigeon qui était jusque là accepté, est réprimé. Dans notre livre « Des pigeons dans la ville » nous présentons des photos des années 1960 de nourrisseurs qui nourrissent les pigeons en présence de dizaines de passants devant l’hôtel de ville de Paris. Images d’un autre temps, impensable aujourd’hui.

    AO : Vous êtes président de l’association AERHO, en quoi consiste-t-elle ?

    AERHO a été créée en 2003. Il s’agit d’un cabinet conseil associatif qui propose une assistance technique à des villes qui veulent arrêter de capturer des pigeons et de pratiquer des euthanasies. Nous réalisons des études de terrain présentant une analyse, un diagnostic de la situation sur la ville puis nous nous préconisons des actions respectueuses des animaux.
    Par exemple, après 8 mois de comptage à Paris, nous avons démontré qu’il n’y avait pas 100 000 pigeons, comme on l’entend partout, mais seulement 23 000, répartis sur 1 300 sites. Dans 70 % des cas, ils ne posent pas de problème. Pour Paris, nous n’avons pas conseillé la création de plus de pigeonniers urbains, mais plutôt la sanctuarisation des lieux déjà occupés par les pigeons, notamment sous les ponts et sur des toits plats de certains bâtiments. Ce type d’habitat a fait ses preuves en Allemagne par exemple. Nous préconisons aussi l’installation de moyens répulsifs respectueux des oiseaux, pour réduire les nuisances. Et concernant les nourrissages, nous interpellons autant les décideurs que les nourrisseurs sur les bonnes et mauvaises pratiques du nourrissage. Il ne faut pas se mentir un nourrissage générant des nuisances ne sert pas la cause des pigeons. Si l’on veut redonner une image positive aux pigeons, il est impératif de réaliser
    des nourrissages sans nuisances.

    AO : Mais alors, sa réputation de « nuisible » en ville est-elle méritée ?

    Le pigeon n’est pas un animal nuisible, mais il peut causer des nuisances, qui sont principalement dues à la concentration de fiente à un endroit et au nombre de pigeons. Le nombre de pigeons dans la ville n’y est pas forcément lié. Par exemple, en 2003, on comptabilisait 800 pigeons à Fontenay-sous-Bois. Aujourd’hui, la ville a installé trois pigeonniers et il n’y en a plus que 500. Mais des nuisances demeurent dues entre autres à de mauvaises pratiques de nourrissage. Par exemple, une dame nourrit tous les jours les pigeons sur son balcon. En attendant leur repas quotidien, les oiseaux se mettent sur tous les balcons de l’immeuble et les salissent. Les nuisances sont réelles. La ville est exemplaire, elle refuse de tuer les pigeons. Ici, ce n’est pas le pigeon qui est responsable des nuisances, mais bien la mauvaise pratique du nourrissage.
    Le pigeon est un animal extraordinaire. Il a été utile à l’homme durant des millénaires : comme messager, source de nourriture, fertilisant pour les champs, il n’était pas alors un nuisible… Aujourd’hui, ce qui a changé, c’est qu’il ne nous sert plus alors certains voudraient le considèrer comme indésirable. Nous le rendons responsable de certaines nuisances, et cela, on peut le corriger. La cohabitation avec cet oiseau est possible, il faut juste mettre en place les bonnes pratiques pour organiser la présence de cet animal, car il est un acteur clef de la biodiversité dans nos villes.

    AO : S'il n’est pas nuisible, est-il, à l’inverse, un animal important pour les villes ?

    Le pigeon est une espèce indispensable dans nos villes car s’il n’y en avait pas, les corvidés,  et autres oiseaux omnivores, prendraient leur place, éradiquant par la même occasion tous les petits oiseaux, ce qui créerait des nuisances bien plus importantes que des fientes sur un balcon. Le pigeon est le chaînon intermédiaire entre les gros et les petits oiseaux. Notre conviction est simple : dans la ville, il faut un équilibre des espèces pour que toutes les espèces d’oiseaux trouve leur place. Par exemple, nous avons le cas d’une ville qui a piégé tous ses pigeons bisets. Les pigeons ramiers ont alors augmenté en nombre. La ville a demandé à un chasseur de s’en occuper, réduisant ce cheptel. C’est alors que les corvidés ont pris la place des ramiers. C’est sans fin ! Il faut apprendre à cohabiter avec les animaux et nous observons avec satisfaction une volonté de plus en plus forte de nombreuses villes de s’occuper sérieusement de cette cohabitation. 

    AO : Comment pourrait-on lui redonner ses lettres de noblesse ?

    Il y a deux faiblesses majeures qui empêchent le pigeon de retrouver ses lettres de noblesse. La première est une faiblesse structurelle de ses défenseurs, car aucune grande association ne s’est emparée du sujet comme ce fut le cas pour le chat libre, pour lequel les nourrisseurs ont dû, par exemple, obtenir des autorisations. La protection des pigeons repose sur quelques bonnes volontés associatives et surtout individuelle qui font du mieux possible sans grand moyens. Et la seconde est le manque de propositions précises et crédibles pour encadrer la présence des pigeons en ville. Soit on les tue, soit on met des pigeonniers. Or, ni l’un ni l’autre ne fonctionnent. Si on les tue, d'autres reviennent. Quant aux pigeonniers, ils ne peuvent à eux seuls être la solution. Le fait de mettre cet animal sur le devant de la scène grâce à cette Université d’été montre toutefois que nous sommes sur la bonne voie.

    Didier Lapostre a coécrit “Des pigeons dans la ville, Secrets d’une relation millénaire entre 2 bipèdes”  avec Pascale Beauvois, Catherine Dehay et la photographe Marie-Hélène Goix. Il est disponible gratuitement en pdf ici.


    Autres articles à lire

  • Des faucons voyagent en avion

    Faune sauvageInsolite. Un membre de la famille royale d’Arabie saoudite a fait voyager ses 80 faucons par avion. Une vidéo montre ce curieux équipage, en compagnie d’autres passagers.

    03 Février 2017
  • Canicule : comment venir en aide aux oiseaux en été ?

    Faune sauvageA chaque saison les oiseaux ont des besoins spécifiques. En été, il faut penser à répondre à leurs besoins en eau.

    26 Juillet 2018
  • Insecticide interdit : des rapaces protégés empoisonnés dans l'Aveyron

    Faune sauvagePlusieurs associations dénoncent des cas d’oiseaux empoisonnés depuis début 2018 dans les Grands Causses. En cause, un insecticide interdit en France, utilisé illégalement sous forme de pièges contre des animaux jugés « indésirables ».

    06 Juillet 2018
  • Les grues du Lac du Der

    Faune sauvageDepuis sa création, dans les années 1970, ce gigantesque lac artificiel accueille tous les ans, dès la fin de l’été, des milliers de grues cendrées migrant vers le sud.

    05 Octobre 2018
  • Animaux en ville : quand les oiseaux déchantent

    Faune sauvageNotre confinement a eu au moins le mérite de nous faire entendre ce que nous n’entendons jamais, ou si peu : les chants des oiseaux. Il faut dire que leur nombre diminuant, ils sont devenus inaudibles… à moins que les villes ne réagissent et ne développent des stratégies pour faciliter le retour des mésanges, moineaux et autres merles…

    21 Mai 2020
  • BirdLab : un jeu interactif pour aider les oiseaux

    Faune sauvageCet hiver, que vous soyez en ville ou à la campagne, observez les oiseaux et partagez vos remarques via l’application BirdLab : cela permet aux chercheurs de récolter de précieuses informations sur le comportement des oiseaux ou bien encore de mieux comprendre l’impact de l’urbanisation sur la biodiversité.

    13 Novembre 2017
  • Birdlab : une appli pour aider la science

    Faune sauvageBirdlab revient pour une troisième édition : jusqu’au 31 mars 2017, participez à ce programme scientifique d'observation des oiseaux en téléchargeant l’application sur votre téléphone ou votre tablette.

    06 Décembre 2016
  • Oiseaux : ils passent l’hiver en France

    Faune sauvageOn parle souvent des oiseaux qui partent vers les pays chauds pour échapper à la rigueur de l’hiver. Moins de ceux qui, venant du nord de l’Europe, passent la mauvaise saison sur notre territoire.

    27 Novembre 2018
  • Oiseaux : l’Europe interdit à la France ses chasses illégales

    Faune sauvageLa Commission européenne entend poursuivre la France si elle continue à chasser les oiseaux selon des méthodes cruelles et illégales. Une procédure d’infraction a été ouverte et une lettre de mise en demeure adressée à notre pays qui pourraient aboutir à une procédure de justice si notre pays ne se met pas en règle avec les directives européennes.

    26 Juillet 2019
  • J'ai trouvé un jeune corvidé en détresse, que faire ?

    Faune sauvageEn cette période de l'année, il n'est pas rare de trouver un jeune corvidé (geai, pie, corbeau…) potentiellement en difficulté. Que faire ? Qui contacter ? Éric de Romain, administrateur du centre Crow Life, nous livre ses conseils.

    04 Juin 2020
  • Un manchot de Nouvelle-Zélande peut parcourir 7 000 km pour se nourrir

    Faune sauvageUne équipe de recherche internationale vient de découvrir que le gorfou du Fiordland, un manchot de Nouvelle-Zélande, pouvait parcourir jusqu’à 7 000 km en l’espace de 8 semaines, et ce, afin de s’engraisser en prévision de la mue annuelle.

    04 Septembre 2018
  • Bretagne : le grand gravelot en danger

    Faune sauvageLa survie du grand gravelot, un oiseau migrateur présent sur certaines îles bretonnes, «est menacée» a alerté vendredi le sous-préfet de Brest, assurant qu’il y avait « urgence à trouver des solutions de préservation» alors qu’il reste moins de 200 couples en France.

    05 Février 2019
  • Les quotas des chasses traditionnelles revus à la baisse

    Faune sauvageLes quotas pour les chasses traditionnelles (glu, filets…) ont été abaissés pour la saison 2018-2019 au niveau des prises réalisées l'an dernier, a annoncé jeudi le ministère de la Transition écologique, mécontentant à la fois les chasseurs et les défenseurs des oiseaux.

    27 Septembre 2018
  • Les vautours : mieux les connaître pour mieux les protéger

    Faune sauvageÀ l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux vautours, le premier week-end de septembre, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) coordonne une série d’événements, du 19 août au 8 septembre, partout en France.

    21 Août 2017
  • Une journée pour les vautours

    Faune sauvageEt si vous partiez à la rencontre des vautours ? Le 3 septembre, ces impressionnants charognards seront à l’honneur à l’occasion d’une Journée internationale de sensibilisation. Des rendez-vous qui participent aussi à leur connaissance et à leur protection.

    02 Septembre 2016
  • Et si vous labellisiez votre jardin “Refuge LPO” ?

    Faune sauvageVous entretenez, dans votre jardin ou sur votre balcon, un espace propice à la venue de petits oiseaux ? Inscrivez-le sur le réseau “Refuge LPO” et profitez d’astuces et de conseils pour en faire un écosystème durable et accueillant !

    02 Mars 2021
  • Sont-ils Monogames ou polygames ?

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… polygames ou monogames ?

    04 Mai 2016
  • Qui sont les oiseaux qui peuplent nos jardins ?

    Faune sauvageAprès une première session en janvier, les amoureux de la nature ou simples curieux sont invités, ce week-end, à observer les oiseaux autour de chez eux pour aider la science. L’occasion d’apprendre à mieux connaître les volatiles.

    25 Mai 2018
  • Finistère : des plages de nouveau fermées pour protéger les oiseaux

    Faune sauvagePlusieurs communes du Finistère ont restreint l'accès à certains sites côtiers pour permettre aux oiseaux protégés qui se sont installés pendant le confinement de mener leur reproduction à terme.

    08 Juin 2020
  • Diapo. Un livre de photos pour sublimer les oiseaux

    Faune sauvageLa photographe finlandais Markus Varesvuo présente un nouvel ouvrage réunissant plus de 300 clichés magnifiques, rendant hommage aux oiseaux dans leurs milieux naturels.

    22 Novembre 2017