Zoonose : les animaux peuvent-ils nous tuer ?


  • Zoonose : les animaux peuvent-ils nous tuer ?Photo : Shutterstock
  • Vivre ensemble

    Comme la peste, la grippe espagnole, celle de Hong Kong ou encore la variole, la pandémie du covid-19 proviendrait de l’animal. Pour ne pas mourir d’une pandémie qu’il ne pourrait pas maîtriser, l’homme doit-il modifier son rapport à l’animal sauvage et domestique ?


    Malgré les polémiques quant à l’origine réelle de l’épidémie de covid-19, qui se propage dans le monde à la vitesse de l’éclair, les experts s’accordent unanimement sur un point : les chauves-souris et les pangolins restent les principaux suspects. "Si certaines études accréditent cette hypothèse car des séquences génomiques proches de ce coronavirus ont été retrouvées chez la chauve-souris et le pangolin, pour l'instant, on ne sait pas grand-chose sur l'origine de la pandémie puisque aucune étude spécifique n'a encore été conduite à ce sujet. L'attention est surtout focalisée sur la crise, sur le développement des protocoles thérapeutiques pour soigner les malades, ainsi que sur la mise en place des stratégies pour limiter la propagation de l'épidémie et caractériser les mécanisme et les modalités de transmission du virus", précise d’emblée Eric Leroy, virologue, spécialiste des maladies transmises par les animaux, ou zoonoses, et directeur de recherche à l'IRD*.
    Pour le scientifique, trois modes de transmission du virus à l’homme sont possibles : en passant directement de la chauve-souris à l'humain ; en le contaminant indirectement par le biais d’une autre espèce, comme le pangolin, qui aurait été lui-même contaminé par la chauve-souris ; enfin, grâce à des mutations du virus qui aurait pu s'adapter pour passer de la chauve-souris à l’homme, avec toujours le pangolin comme hôte intermédiaire.
    Pour Barbara Dufour, vétérinaire et professeur d'épidémiologie à l'école vétérinaire d'Alfort, c’est la troisième hypothèse qui est probablement à privilégier, d’une part parce que les coronavirus sont une famille de virus dotés d’une grande capacité d'évolution, d’autre part parce que les séquences découvertes chez le pangolin sont plus proches de notre covid-19 que celles découvertes chez la chauve-souris.

    Une origine commune

    Comme les grandes maladies infectieuses qui ont frappé et frappent encore notre espèce (la peste noire, la grippe espagnole, le sida, Ebola, la variole, la rougeole, la coqueluche), celle du Covid-19 est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle est ou – a été– transmises par les animaux. Pourtant, si ces derniers en sont la source, c'est bien l'homme qui en est la cause. En effet, nos modes de vie, notre croissance démographique et l'exploitation des environnements et de la biodiversité nous mettent en contact, nos animaux domestiques et nous, avec des espèces sauvages et des agents pathogènes que l'on ne devrait pas côtoyer. Cette « rencontre » contre-nature crée un terrain favorable pour qu'un virus passe d'une espèce à l'autre. La mondialisation agit aujourd’hui comme un accélérateur de la transmission provoquant une pandémie.

    De l'avis de Barbara Dufour, trois facteurs majeurs sont à l'origine de l'émergence de nouvelles zoonoses. Le premier est la modification du climat et des écosystèmes. « La déforestation et le réchauffement climatique modifient par exemple la répartition géographique de nombreuses espèces comme les moustiques qui transmettent la dengue, le paludisme ou encore le virus Zika », explique-t-elle. Philippe Grandcolas, directeur de recherche au CNRS et au Muséum national d’histoire naturelle, spécialisé dans la biodiversité, explique quant à lui que la déforestation réduit les territoires des espèces sauvages, favorisant ainsi leur densité, les rencontres entre les animaux et donc, fatalement, la circulation des virus. La disparition des forêts permet aussi aux braconniers d'avoir accès plus facilement aux animaux sauvages qui seront capturés puis vendus soit comme animal d'ornement, soit pour leur peau, écaille ou viande, comme le pangolin. La consommation de cette viande sauvage est d'ailleurs à l’origine de plusieurs grandes maladies infectieuses comme le sida, avec la consommation de primates, le Sras de 2002 (très similaire au covid-19) qui vient de la consommation de civette par les Chinois, ou encore du Mers-cov apparu en Arabie Saoudite en 2012, suite à des contacts avec des dromadaires infectés et à la consommation de lait cru. Pour ces deux dernières épidémies, la chauve-souris serait, là encore, l'espèce réservoir du virus.

    Le deuxième facteur de l’émergence des zoonoses est simplement l'adaptation naturelle des agents pathogènes (germes, virus, bactéries) qui évoluent, mutent, jusqu'à pouvoir franchir la barrière inter-espèce. Enfin, le troisième facteur, et le plus important de tous : la densité et l'activité humaine, qui engendrent une modification des écosystèmes. « On fait des déplacements incroyables dans des laps de temps très courts. Aussi, la population croît et se densifie, nous obligeant à une production alimentaire toujours plus grande, où l'on met en place des stratégies de culture et d'élevage favorisant la mise en contact avec la faune sauvage », déplore Barbara Dufour.
    Les animaux d’élevage peuvent effectivement être tout autant la cause d’épidémies. Ce fut le cas lors de la crise de la vache folle dans les années 1990, responsable de la transmission de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), celle de la grippe aviaire en 2006 ou encore celle de la grippe A (ou H1N1) en 2009. Parmi ces épidémies, celle du virus Nipah qui a émergé en Malaisie en 1998 illustre parfaitement le scénario de ces transmissions de l’animal sauvage à l’homme en passant par l’animal domestique. A l'époque, des parcelles de forêts ont été rasées afin d'y installer des élevages de porcs. Ces derniers ont alors mangé des fruits souillés par des chauves-souris frugivores qui vivaient là avant la déforestation et ont contracté le virus. Celui-ci s'est ensuite transmis aux éleveurs en contact avec des animaux malades ou avec des tissus contaminés.
    Faire coexister différentes espèces d'animaux, sauvages et domestiques, permet aux virus des unes de passer aux autres, de se multiplier, de se recombiner et, à terme, d'infecter l'humain. Les grandes densités d'animaux d'élevage, génétiquement homogènes (autre paramètre facilitant la transmission des virus) ainsi que l’utilisation abondante d'antibiotiques sont des facteurs aggravants de ces épidémies. L'augmentation du nombre de bactéries devenant résistantes aux antibiotiques est d’ailleurs considérée par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) comme étant l'une des « plus graves menaces pesant sur la santé mondiale ».

    Des pandémies inévitables ?

    Pour l'ensemble des experts, des pandémies autrement plus graves que celle du covid-19 sont à redouter si nous n’amorçons pas de réels changements. Pour le virologue Eric Leroy, il est même certain que d’autres épidémies se présenteront. « La majorité des maladies infectieuses proviennent des animaux depuis l'histoire de l'humanité. Elles ne vont pas disparaître. Le tout est de comprendre leurs origines pour être plus rapide, développer des modèles de prédictions, des méthodes de lutte et des protocoles sanitaires ». Un avis partagé par le professeur Barbara Lefour : « Nous devons modifier nos pratiques de production et arrêter de manger des animaux sauvages de manière non contrôlée. Néanmoins, il y aura d'autres épidémies, c'est inévitable. Il faut nous y préparer afin de réduire le risque que la situation explose, comme c'est le cas avec le Covid-19 ».

    *Institut de recherche pour le développement.

    Tuer les chauve-souris : un remède pire que le mal
    Les autorités péruviennes ont demandé à la population de ne pas tuer les chauves-souris, après le sauvetage de 200 de ces mammifères que des paysans s'apprêtaient à brûler les rendant responsables de l'épidémie de coronavirus. Il est important de rappeler qu'il ne faut pas diaboliser les espèces porteuses de virus responsables de zoonoses. Penser qu'en les faisant disparaître, le problème disparaîtra à son tour, est une grave erreur ! « Tout est en équilibre. La biodiversité est un château de cartes », illustre le virologue Eric Leroy. Les chauves-souris mangent par exemple énormément d'insectes. Les anéantir reviendrait à favoriser le développement de milliard d'espèces d'insectes ce qui entraînerait peut-être des problèmes bien plus graves. La stratégie n'est donc pas de les tuer mais simplement d'éviter le contact en ne les mangeant pas ».

     


    Autres articles à lire

  • Le dernier repos au cimetière animalier de La Gaude

    Vivre ensembleQuelque 1000 petites tombes sont disposées dans l’unique cimetière animalier de la Côte d’Azur. Créé il y a plus de soixante ans, il permet aux maîtres endeuillés de la région Paca de se recueillir auprès de leurs très chers disparus à quatre pattes…

    30 Mars 2021
  • Insolite : une Américaine a pris l’avion avec son cheval

    Vivre ensembleUne Américaine a réussi à voyager en cabine avec son cheval miniature lors d'un vol American Airlines reliant Chicago à Omaha (Nebraska, centre) d'une durée d'une heure et demie.

    10 Septembre 2019
  • Il est urgent que les médecins et les vétérinaires s'unissent

    Vivre ensembleJean-Luc Angot, inspecteur général de la Santé publique vétérinaire, président de l’Académie vétérinaire de France, et Loïc Dombreval, vétérinaire et député des Alpes-Maritimes, étaient présents pour ouvrir le colloque « One Health – Joint Action », ce jeudi 17 décembre. Ils ont souligné l’importance, et l’urgence, de (re)faire converger la santé humaine et animale aujourd’hui.

    18 Décembre 2020
  • Coronavirus : Les propriétaires d’équidés désemparés

    Vivre ensembleTous les établissements équestres ayant dû fermer leurs portes, les propriétaires d’un cheval en pension n’ont désormais plus le droit de s’y rendre. Quelles peuvent être les conséquences ? En fonction de leurs conditions de vie, les chevaux s’en portent-ils vraiment plus mal de ne plus être mis au travail ?

    25 Mars 2020
  • Les intervenants de Pet Revolution : AVA et la fin de vie des animaux

    Vivre ensembleCes moments difficiles de la vieillesse et de la fin de vie de nos animaux est l’un des sujets abordés par le séminaire « Pet Revolution, L’Animal en Marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains. Maud Lefèvre, responsable des soigneurs au refuge AVA, présente en avant-première pour Animaux-Online son travail et les principales interrogations autour du « bien mourir ».

    20 Juillet 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Christine Rollard

    Vivre ensembleChristine Rollard est enseignante-chercheuse et arachnologue au Muséum national d’histoire naturelle. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Approche soyeuse sur les capacités des 'aragnes' ». Rencontre.

    06 Juillet 2017
  • Coronavirus : les vétérinaires prêts à seconder les médecins

    Vivre ensembleUne seule santé : les vétérinaires de France ont répondu massivement à l'appel des ministères de la Santé et de l'Agriculture pour prêter main forte aux médecins dans la lutte contre le Covid-19.

    01 Avril 2020
  • L'humain est un livre ouvert pour l'odorat des animaux

    Vivre ensembleNotre peur, notre joie, nos maladies… Ils sentent tout ! Parfois, bien avant que nous n’en ayons nous-mêmes conscience. Plus performant que le nôtre, l’odorat du chien est même devenu aujourd’hui un allié dans la médecine humaine.

    01 Décembre 2019
  • Champ et Major sont arrivés à la Maison Blanche

    Vivre ensembleChamp et Major, les deux bergers allemands du couple Biden, sont arrivés dimanche à la Maison Blanche, a annoncé lundi l'équipe de la Première dame, continuant une tradition qui avant Donald Trump n'avait pas été interrompue en plus d'un siècle.

    26 Janvier 2021
  • Actualité animalière : ce qu'il ne fallait pas manquer en 2020

    Vivre ensembleL'année 2021 commence et laisse derrière elle douze mois de crise, de catastrophes, mais aussi de bonnes nouvelles et d'avancées ; bref, de temps forts sur lesquels la rédaction d'Animaux-online s'est repenchée pour vous livrer les souvenirs d'une année pour le moins riche en actualité...

    01 Janvier 2021
  • Université d'été de l’animal 2017 : Bernard Séret

    Vivre ensembleBernard Séret est océanographe et biologiste, spécialiste des poissons cartilagineux (requins, raies et chimères). Il animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août, portant sur « l’intelligence des requins ». Rencontre.

    28 Juin 2017
  • L'empathie, un sentiment partagé entre les espèces

    Vivre ensembleDepuis le temps qu’ils nous côtoient, nos animaux ont appris à lire nos émotions… et à les partager ! Au point de les ressentir eux-mêmes ou d’adapter leur comportement à nos humeurs.

    28 Novembre 2019
  • Le chien, le meilleur ami de la femme

    Vivre ensembleDans son livre Blouse blanche et poils de chiens, Valérie Fromantin, infirmière à l’institut Curie et docteur en sciences, retrace l’incroyable parcours qui l’a amenée à développer le projet « KDog » permettant de détecter précocement le cancer du sein grâce à l’odorat des chiens. Rencontre.

    20 Avril 2018
  • Doit-on avoir peur des léchouilles de nos animaux ?

    Vivre ensembleUn américain de 48 ans a dû être amputé des quatre membres après avoir contracté une grave infection suite à une léchouille. Ce cas peut faire l'objet de de nombreuses questions sur les bisous de nos animaux.

    22 Août 2018
  • Université d'été de l'animal 2017 : Sabrina Krief

    Vivre ensembleSabrina Krief est primatologue et Maître de Conférence au Muséum National d’Histoire Naturelle. Elle animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, sur « Les chimpanzés médecins». Rencontre :

    21 Juillet 2017
  • Les Britanniques inquiets de l’importation de maladies canines

    Vivre ensembleDepuis la fin de la quarantaine prononcée en février 2000, les chats et les chiens de compagnie peuvent entrer librement sur le territoire britannique. La communauté vétérinaire s'inquiète du risque de contamination que ces échanges représentent pour les animaux insulaires.

    22 Avril 2016
  • Au programme de Pet Revolution : l’éducation pour les chiens de refuge

    Vivre ensembleFavoriser leur bien-être, faciliter les adoptions, limiter les retours : l’éducation des chiens dans les refuges est un travail essentiel mené par l’éducatrice canine Catherine Collignon auprès de la SPA. Elle partagera son expérience lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains.

    01 Août 2017
  • 5 questions à vous poser avant d’adopter un animal

    Vivre ensembleParfois, le coup de cœur doit s’accompagner d’un petit moment de réflexion si on ne veut pas que la belle histoire d’amour vire au cauchemar. Avant d’adopter un chat ou un chien, suivez les conseils d’animaux-online.

    25 Août 2015
  • Un autocollant pour signaler la présence d’animaux en cas d’incendie

    Vivre ensembleL’initiative vient de Belgique et de Suisse, où des élus et des associations proposent aux propriétaires d’animaux domestiques de coller une étiquette sur leur maison afin d’augmenter les chances de survie de leurs chats, chiens ou NAC en cas d’incendie.

    20 Novembre 2017
  • Les propriétaires de chien auraient une vie plus longue

    Vivre ensembleUne étude suédoise a montré que les personnes vivant aux côtés de chiens ont moins de risque de développer des maladies cardiovasculaires que le reste de la population.

    22 Novembre 2017