Vers un arrêt définitif de la chasse à la baleine en Islande ?


  • Vers un arrêt définitif de la chasse à la baleine en Islande ?Photo : IFAW
  • Faune sauvage/ Océans

    Cette année, les baleines ne seront pas chassées dans les eaux islandaises, et ce pour la deuxième fois consécutive. Peut-on alors espérer un arrêt définitif de cette pratique ? La réponse avec Patrick Ramage, directeur du programme de conservation marine du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW).


    Pour la seconde année consécutive, il n'y aura aucune chasse à la baleine dans les eaux islandaises. Kristjan Loftsson, directeur général de Hvalur – la seule entreprise impliquée dans la chasse au rorqual commun en Islande – a déclaré qu'il ne chasserait pas en raison de la concurrence japonaise et des restrictions actuelles liées à la pandémie. La seconde, IP-Utgerd, qui chasse le petit rorqual, arrête quant à elle définitivement son activité.
     


    Les rorquals communs – deuxièmes plus grands mammifères marins – ne sont tués en Islande que pour être exportés au Japon, tandis que les petits rorquals sont tués principalement pour nourrir les touristes du pays. Mais, depuis deux ans, c'est le calme plat. Pour Patrick Ramage, directeur du programme de conservation marine du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), cette pratique n'a désormais plus lieu d'être.


    Pourquoi la chasse est-elle arrêtée en Islande depuis deux ans ?

    Patrick Ramage : La chasse des petits rorquals en Islande, la plus petite des grandes baleines, a lieu depuis de nombreuses années. Avant les récentes campagnes islandaises de sensibilisation et de lutte contre la chasse à la baleine, telles que celle d’IFAW « Rencontrez-nous, ne nous mangez pas », quelque 20 à 30 petits rorquals ont été tués chaque année dans la grande baie au large de Reykjavik. Grâce à un fort soutien politique national et régional et à la pression des décideurs islandais, des industries de l'observation des baleines, de l'écotourisme et d'autres acteurs de la société islandaise, la taille de la zone protégée pour les baleines au large de Reykjavik a été doublée, forçant les baleiniers à s'éloigner davantage du rivage pour tuer les baleines. Cela a poussé une industrie déjà défaillante dans le rouge, compte tenu des coûts supplémentaires de carburant. C'est probablement la raison pour laquelle la principale entreprise impliquée dans la chasse à la baleine a annoncé qu'elle rangeait définitivement le harpon.
     

    Peut-on vraiment espérer un arrêt total, à terme ? Si oui, pourquoi et d'ici combien de temps ?

    Oui, à partir de maintenant. Vous pouvez sentir que c'est fini. Il est possible que le baleinier M. Kristjan Loftsson, qui chasse le rorqual commun, prenne la mer pour une autre saison l'été prochain, mais c'est très peu probable. Il n'y a plus de marché intérieur pour la viande de rorqual commun. Il les tue exclusivement pour le marché japonais et le Japon ne souhaite pas importer sa viande de baleine. M. Loftsson a 75 ans, et est peut-être le magnat de la pêche le plus riche d'Islande. Il est déterminé à tuer les rorquals communs au mépris des sensibilités modernes, et peut persister un autre été par entêtement. Mais les nouvelles réglementations islandaises en matière de sécurité alimentaire ont rendu très difficile pour lui de traiter (dépecer) les rorquals communs qu'il tue dehors en plein air, comme son père et son grand-père avant lui. Nous avons bon espoir, et cela semble de plus en plus certain : lui aussi a rangé le harpon pour de bon.
     

    Du coup, il ne reste que la Norvège et le Japon. L'IFAW mène-t-il des actions là-bas ?

    L'IFAW a été l'un des principaux défenseurs de la haute mer du Japon et s’est fermement opposé à la chasse dite « scientifique » en Antarctique et dans le Pacifique Nord. Nous nous sommes engagés au Japon et avec la Commission baleinière internationale (CBI) pour mettre fin à la chasse commerciale par le Japon, l'Islande et la Norvège, les trois derniers pays tuant des baleines à des fins commerciales. Avec le retrait unilatéral du Japon de la chasse à la baleine en haute mer l'année dernière pour se concentrer sur une chasse réduite et défaillante dans ses eaux côtières, et avec l'Islande décidant de poursuivre l'observation des baleines au lieu de les chasser, l'attention internationale se tourne maintenant vers la Norvège, le premier pays au monde à tuer les baleines. Comme cela a été le cas avec le Japon et l'Islande, la décision de réduire et de mettre fin à la chasse à la baleine norvégienne sera prise par les décideurs norvégiens, pour des raisons qui ont du sens pour eux. L'IFAW travaille avec des partenaires norvégiens enthousiastes pour accélérer cette décision. Cela arrive, et bientôt.


    À lire aussi : Chant de baleines : l’histoire incroyable des premiers enregistrements


    Autres articles à lire

  • Hécatombe de requins à Nausicaà : que s’est-il passé ?

    Faune sauvageDepuis 2011, trente requins marteaux ont été capturés dans leur milieu naturel par l'aquarium de Boulogne-sur-Mer, Nausicaà. Aucun n’a survécu. Selon les experts, ces décès prématurés montrent un manque de connaissances et de prise en compte des besoins naturels de cette espèce menacée.

    29 Avril 2019
  • Des albatros 'espions' contre la pêche illégale

    Faune sauvageDes grands albatros vont, ces prochaines semaines, aider à traquer dans les mers australes les bateaux suspects de pêche illégale, grâce à un système de balise porté par ces géants des océans, transmettant en quasi-simultané la localisation des navires qu'ils croisent.

    22 Octobre 2018
  • Chant de baleines : l’histoire incroyable des premiers enregistrements

    Faune sauvageSeuls les oiseaux, les humains et les cétacés – particulièrement les baleines – sont capables de chanter. C’est-à-dire d'utiliser un langage composé de phrases, avec des motifs qui se répètent dans le temps. Olivier Adam, commissaire de l’exposition Baleinopolis et spécialiste de la bioacoustique, nous raconte l’histoire incroyable de cette découverte.

    04 Octobre 2019
  • Agde : des récifs artificiels pour reconquérir la biodiversité ?

    Faune sauvageUne trentaine de récifs artificiels réalisés en impression 3D ont été mis en place mardi sur une dizaine de kilomètres du littoral de la ville d'Agde (Hérault) qui souhaite ainsi préserver et développer la biodiversité.

    29 Mai 2019
  • En Islande, un sanctuaire unique au monde accueillera les bélugas

    Faune sauvageCe projet de refuge marin, initié par deux ONG, pourrait accueillir près de 3000 cétacés actuellement en captivité, et ouvrir la voie à la fin de la captivité des dauphins et des baleines.

    03 Juillet 2018
  • La sexualité de nos animaux 29/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… l'amour à plusieurs.

    30 Avril 2016
  • Journée mondiale des océans : comment lutter contre le plastique ?

    Faune sauvageVendredi 8 juin est une journée internationale de sensibilisation au sort des océans. Cette année, elle est centrée sur le thème de la pollution plastique, qui tue 1 million d'oiseaux de mer et 100 000 mammifères marins par an.

    08 Juin 2018
  • Biodiversité : les aires marines protégées sont-elles efficaces ?

    Faune sauvageUne équipe de recherche franco-portugaise s'est intéressée à l'efficacité des aires marines selon leurs réglementations. Résultat, si la zone n'est que faiblement protégée, aucun bénéfice écologique n'est observé.

    05 Septembre 2018
  • Céline Cousteau reprend le flambeau

    Faune sauvagePetite-fille du commandant et écologiste convaincue, Céline Cousteau prépare une série de documentaires pour France 3 : elle part sur les traces des explorations de la Calypso, avec un regard et des connaissances d’aujourd’hui.

    09 Juillet 2018
  • Nouvelle-Calédonie : des grands-mères aident la science en plongeant

    Faune sauvageUn groupe de grands-mères pratiquant la plongée en apnée aide les scientifiques à mieux comprendre l'écologie marine en photographiant des serpents de mer venimeux au large de la ville de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. Qui dit mieux ?

    25 Octobre 2019
  • « Plastic Ocean » : la nouvelle campagne choc de Sea Shepherd

    Faune sauvageLa pollution plastique dans les océans est un véritable fléau pour des millions d’animaux marins qui succombent à nos déchets. Pour sensibiliser le plus grand nombre à ce problème, Sea Shepherd diffuse une vidéo poignante sur les réseaux sociaux.

    11 Avril 2018
  • Le blanchissement des coraux touche aussi les récifs profonds

    Faune sauvageUne nouvelle étude australienne indique que le blanchiment de la Grande Barrière de corail ne se limite pas, comme on le pensait, aux faibles profondeurs.

    13 Septembre 2018
  • Amazonie : découverte de 6 nouvelles espèces de poissons-chats

    Faune sauvageLa forêt amazonienne n’a pas fini de révéler ses secrets puisque 6 nouvelles espèces de poissons-chats (un peu particulières) viennent d’être découvertes. Leur spécificité ? Une tête recouverte de tentacules !

    11 Février 2019
  • La sexualité de nos animaux 44/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui, une question de taille(s)...

    15 Mai 2016
  • La vidéo d’une écrevisse rescapée fait le tour du monde

    Faune sauvageOn y voit une écrevisse qui se mutile une patte pour éviter d’être ébouillantée vivante.

    06 Juin 2018
  • La tortue « Tirelire » n’a pas survécu

    Faune sauvageLa tortue marine thaïlandaise surnommée Tirelire pour avoir avalé 915 pièces de monnaie est morte à la suite de complications pendant l’opération visant à extraire les 5 kg de pièces de son corps.

    21 Mars 2017
  • Pourquoi les tortues mangent-elles du plastique ? La science répond.

    Faune sauvageLe fait que les tortues mangent du plastique ne peut pas être expliqué par le simple fait qu’elles le confondraient avec leur nourriture. Des chercheurs ont découvert que leur odorat était grandement impliqué dans ce comportement. Explications.

    13 Mars 2020
  • Morbihan : une tortue caouanne amputée sauvée de la tempête

    Faune sauvageMi-février, une tortue caouanne en difficulté et blessée a été extraite des vagues. Elle est aujourd’hui soignée à l’Aquarium de La Rochelle et devrait reprendre le large en juillet.

    10 Mars 2020
  • Des répulsifs acoustiques sur les filets, bonne ou mauvaise idée ?

    Faune sauvageLe gouvernement vient d’adopter un plan de protection des cétacés, prévoyant notamment l'installation de répulsifs acoustiques sur les filets de pêche pour éviter que les dauphins se prennent dedans. Mais, selon l’association Sea Shepherd, ce dispositif fait plus de mal que de bien…

    11 Décembre 2019
  • Une espèce de baleine filmée pour la première fois

    Faune sauvageDes chercheurs ont réussi à faire la première vidéo en mer de baleines à bec de True, des cétacés des profondeurs océaniques, peu connus et rarement observés.

    09 Mars 2017