Chine : l'ours et sa bile sacrifiés sur l'autel du coronavirus


  • Chine : l'ours et sa bile sacrifiés sur l'autel du coronavirusPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    La Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d'ours afin de traiter des patients victimes du Covid-19, relançant la controverse sur le traitement des plantigrades élevés à cette fin.

     

    - Avec AFP

     

    Des associations écologistes dénoncent de longue date le sort fait en Chine à des milliers d'ours, immobilisés dans d'étroites cages où leur abdomen est perforé par un cathéter relié à leur vésicule afin d'en prélever la bile. Cette dernière est revendue pour les qualités thérapeutiques qu'on lui prête dans la médecine traditionnelle. Elle est notamment censée aider à réguler le cholestérol ou à dissoudre les calculs biliaires et rénaux. Mais la substance, dont l'efficacité est controversée, est désormais incluse dans des recommandations médicales ajoutées par Pékin à l'arsenal de lutte contre le nouveau coronavirus.

     

    Une recommandation totalement contradictoire

     

    Le ministère chinois de la Santé a recommandé le mois dernier une injection du nom de "Tan Re Qing" composée de bile d'ours, mais aussi de poudre de corne de chèvre et d'extraits de plantes, pour les patients gravement atteints. Le régime du président Xi Jinping, qui aime à faire vibrer la fibre nationaliste, vante depuis des années les vertus de la pharmacopée traditionnelle face à la médecine occidentale, et cette fois tout particulièrement dans le cadre du combat contre le Covid-19.

     

    Le Tan Re Qing est indiqué dans le traitement des maladies respiratoires, notamment la pneumonie, selon son fabricant, le laboratoire Kaibao de Shanghai. Mais pour l'association Animals Asia Foundation (AAF), recourir à la bile d'ours contre l'épidémie est à la fois "tragique et contradictoire", puisque la Chine vient d'interdire le commerce des animaux sauvages à des fins alimentaires, en réaction à l'apparition du virus. Ce dernier a été détecté fin 2019 dans un marché de Wuhan (centre), où des espèces sauvages étaient commercialisées.

     

    Brian Daly, porte-parole de l'AAF, redoute que la recommandation officielle de Pékin n'ajoute à la menace qui pèse sur l'ours noir d'Asie, une espèce en danger. "Promouvoir le recours à la bile d'ours risque de se traduire par une augmentation des volumes prélevés, non seulement aux dépens des ours en captivité mais aussi de ceux qui sont en liberté", explique-t-il à l'AFP.

     

    Un commerce florissant...

     

    La production de bile d'ours est légale en Chine mais son exportation est interdite par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Mais quelque 20.000 plantigrades n'en sont pas moins réduits en Chine à verser leur bile au profit d'un marché pharmaceutique évalué à plus d'un milliard de dollars par an, selon Kirsty Warren, porte-parole de la Société mondiale de protection des animaux. "Dans toute l'Asie, le commerce de bile d'ours est florissant, alors même qu'il est interdit dans la plupart des Etats", s'insurge Richard Thomas, de l'association Traffic. Le principe actif de la bile d'ours, à savoir l'acide ursodésoxycholique (ou ursodiol), peut désormais être produit chimiquement en laboratoire, rappelle-t-il. Il n'y a en conséquence "aucune raison d'incorporer de la bile d'ours" dans des médicaments, selon lui.
     


    Outre le risque sanitaire posé par le commerce de la faune, la protection des animaux s'impose pourtant de plus en plus en Chine. Aux portes de Hong Kong, la métropole géante de Shenzhen vient ainsi d'interdire cette semaine la consommation de viande de chien et de chat. Selon l'association Humane Society International, Shenzhen est la première ville de Chine à prendre une telle mesure. Pas moins de 10 millions de chiens et 4 millions de chats sont abattus chaque année dans le pays pour leur viande, selon l'association.

    A lire aussi : Enfin libre, cet ours prend son premier bain


    Autres articles à lire

  • Enquête choc sur la viande de cheval

    ProtectionEn 2018, la France a importé près de 4 300 tonnes de viande chevaline depuis le continent américain. Une enquête de grande ampleur, diffusée par l’association Welfarm, rend compte de l’état désastreux de ces animaux et de leurs conditions de vie.

    12 Juin 2019
  • Un an de prison requis pour maltraitance animale dans un abattoir

    ProtectionAu tribunal correctionnel d'Alès, le procureur a requis un an de prison avec sursis contre le principal prévenu du premier procès pour maltraitance animale dans un abattoir français.

    23 Mars 2017
  • Transport d'animaux : le calvaire des animaux envoyés vers la Turquie

    ProtectionVidéo à l'appui, Compassion in World Farming France, Animal Welfare Foundation, Tiershutzbund Zurich et Eyes on Animals dénoncent les mauvais traitements infligés aux animaux d'élevage exportés vers la Turquie durant leur transport. Cette enquête pointe du doigt l'indifférence des pays européens.

    23 Février 2016
  • L’abattoir de veaux de la Sobeval autorisé à réouvrir

    ProtectionLa préfecture de la Dordogne a autorisé mercredi la reprise « partielle » des activités de l’abattoir de veaux de Sobeval, à Boulazac, à l’arrêt depuis le 28 février après la diffusion d’une vidéo de l’association de défense des animaux L214, qui a jugé ce redémarrage « scandaleux ».

    04 Mars 2020
  • L214 jugé pour avoir placé des caméras dans un abattoir

    ProtectionLe procès de deux militants de L214, dont le cofondateur, Sébastien Arsac, s’ouvre aujourd’hui. Ils sont jugés pour avoir caché des caméras de surveillance dans l’abattoir de Houdan, en décembre dernier.

    04 Septembre 2017
  • L'élevage en cage des poules pondeuses perd du terrain

    ProtectionDe plus en plus de poules pondeuses sont élevées dans des systèmes alternatifs aux cages, décriées par les organisations de défense des animaux. La grande majorité des œufs achetés en magasin proviennent de ces élevages. A l’inverse, les œufs issus d’élevages en cage se retrouvent principalement dans les produits transformés.

    07 Octobre 2020
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    ProtectionQuatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    11 Septembre 2018
  • Le bien-être animal et les fast-foods sont-ils incompatibles ?

    ProtectionUn nouveau rapport souligne le manque d’engagement d’enseignes comme McDonald’s, KFC ou Subway en ce qui concerne le bien-être des poulets de chair. Mais est-il possible de faire rimer « bas prix » avec « qualité » ?

    18 Janvier 2019
  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016
  • L214 diffuse les terribles images d'un élevage de lapins breton

    ProtectionCages surpeuplées, sol grillagé, mortalités élevées : l'association de défense des animaux L214 a diffusé mardi soir les terribles images d'un élevage de lapins en cage avant l'examen jeudi d'une proposition de loi en commission à l'Assemblée nationale.

    30 Septembre 2020
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Grande-Bretagne : la vente de chiots interdite dans les animaleries

    ProtectionLa Grande-Bretagne va interdire aux animaleries la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois, pour enrayer l'exploitation et les mauvais traitements faits aux animaux de compagnie, a annoncé le département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra).

    04 Janvier 2019
  • Chevaux de course : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018
  • Un Salon de l’agriculture sous haute surveillance

    ProtectionL’édition 2018 du Salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce week-end, alors que les questions autour de l’élevage intensif ou de la réglementation des abattoirs sont soulevées par les ONG de protection animale.

    20 Février 2018
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    ProtectionL’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    11 Décembre 2017
  • Abattoirs : des « Nuits debout » contre l'exploitation animale

    ProtectionL’association végan « 269 Life Libération Animale », opposée à toute forme d’exploitation animale, a lancé mardi soir un mouvement de protestation en organisant des viellées nocturnes devant près de 80 abattoirs, principalement en France.

    27 Septembre 2017
  • La vidéosurveillance dans les abattoirs reste facultative

    ProtectionL’amendement voté à l’Assemblée nationale prévoit une expérimentation de la vidéosurveillance dans les abattoirs pendant deux ans, sur la base du volontariat.

    28 Mai 2018
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017
  • Clap de fin pour la fourrure en Pologne ?

    ProtectionLa Parlement polonais vient d’adopter une loi sur les droits des animaux qui a provoqué la colère des éleveurs d’animaux pour leur fourrure et des producteurs de viande casher et halal.

    18 Septembre 2020