Chine : l'ours et sa bile sacrifiés sur l'autel du coronavirus


  • Chine : l'ours et sa bile sacrifiés sur l'autel du coronavirusPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    La Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d'ours afin de traiter des patients victimes du Covid-19, relançant la controverse sur le traitement des plantigrades élevés à cette fin.

     

    - Avec AFP

     

    Des associations écologistes dénoncent de longue date le sort fait en Chine à des milliers d'ours, immobilisés dans d'étroites cages où leur abdomen est perforé par un cathéter relié à leur vésicule afin d'en prélever la bile. Cette dernière est revendue pour les qualités thérapeutiques qu'on lui prête dans la médecine traditionnelle. Elle est notamment censée aider à réguler le cholestérol ou à dissoudre les calculs biliaires et rénaux. Mais la substance, dont l'efficacité est controversée, est désormais incluse dans des recommandations médicales ajoutées par Pékin à l'arsenal de lutte contre le nouveau coronavirus.

     

    Une recommandation totalement contradictoire

     

    Le ministère chinois de la Santé a recommandé le mois dernier une injection du nom de "Tan Re Qing" composée de bile d'ours, mais aussi de poudre de corne de chèvre et d'extraits de plantes, pour les patients gravement atteints. Le régime du président Xi Jinping, qui aime à faire vibrer la fibre nationaliste, vante depuis des années les vertus de la pharmacopée traditionnelle face à la médecine occidentale, et cette fois tout particulièrement dans le cadre du combat contre le Covid-19.

     

    Le Tan Re Qing est indiqué dans le traitement des maladies respiratoires, notamment la pneumonie, selon son fabricant, le laboratoire Kaibao de Shanghai. Mais pour l'association Animals Asia Foundation (AAF), recourir à la bile d'ours contre l'épidémie est à la fois "tragique et contradictoire", puisque la Chine vient d'interdire le commerce des animaux sauvages à des fins alimentaires, en réaction à l'apparition du virus. Ce dernier a été détecté fin 2019 dans un marché de Wuhan (centre), où des espèces sauvages étaient commercialisées.

     

    Brian Daly, porte-parole de l'AAF, redoute que la recommandation officielle de Pékin n'ajoute à la menace qui pèse sur l'ours noir d'Asie, une espèce en danger. "Promouvoir le recours à la bile d'ours risque de se traduire par une augmentation des volumes prélevés, non seulement aux dépens des ours en captivité mais aussi de ceux qui sont en liberté", explique-t-il à l'AFP.

     

    Un commerce florissant...

     

    La production de bile d'ours est légale en Chine mais son exportation est interdite par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Mais quelque 20.000 plantigrades n'en sont pas moins réduits en Chine à verser leur bile au profit d'un marché pharmaceutique évalué à plus d'un milliard de dollars par an, selon Kirsty Warren, porte-parole de la Société mondiale de protection des animaux. "Dans toute l'Asie, le commerce de bile d'ours est florissant, alors même qu'il est interdit dans la plupart des Etats", s'insurge Richard Thomas, de l'association Traffic. Le principe actif de la bile d'ours, à savoir l'acide ursodésoxycholique (ou ursodiol), peut désormais être produit chimiquement en laboratoire, rappelle-t-il. Il n'y a en conséquence "aucune raison d'incorporer de la bile d'ours" dans des médicaments, selon lui.
     


    Outre le risque sanitaire posé par le commerce de la faune, la protection des animaux s'impose pourtant de plus en plus en Chine. Aux portes de Hong Kong, la métropole géante de Shenzhen vient ainsi d'interdire cette semaine la consommation de viande de chien et de chat. Selon l'association Humane Society International, Shenzhen est la première ville de Chine à prendre une telle mesure. Pas moins de 10 millions de chiens et 4 millions de chats sont abattus chaque année dans le pays pour leur viande, selon l'association.

    A lire aussi : Enfin libre, cet ours prend son premier bain


    Autres articles à lire

  • L214 condamnée à 6 000 euros d'amende

    ProtectionDeux militants de l'association ont été condamnés à 6 000 euros d'amende pour s'être introduits dans l'abattoir de Houdan en décembre 2016. Les images tournées avaient pour but de montrer et de dénoncer l'étourdissement des cochons au CO2.

    09 Octobre 2017
  • Le délit de maltraitance animale devrait être étendu aux abattoirs

    ProtectionLe gouvernement doit annoncer, ce jeudi, en clôture des États généraux de l’alimentation, de nouvelles mesures contre la maltraitance animale, concernant notamment les transports d’animaux vivants et les abattoirs.

    21 Décembre 2017
  • Sophie Marceau interpelle les députés contre la souffrance animale

    ProtectionL’actrice s’engage aux côtés de L214 pour dénoncer les conditions d’un élevage industriel de poules pondeuses en Bretagne, et appelle les députés à mettre fin au « supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses ».

    22 Mai 2018
  • L214 demande la fermeture « urgente » d’un élevage de canards

    Protection'Le pire élevage' vu depuis plus de dix ans : dans une nouvelle vidéo choc diffusée jeudi, l'association L214 a mis en cause un élevage de canards des Pyrénées-Atlantiques dont elle a demandé la fermeture 'urgente et définitive' au ministère de l'Agriculture, lequel a immédiatement diligenté une enquête.

    20 Août 2020
  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !

    ProtectionAlors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    16 Décembre 2016
  • Maltraitance : la souffrance des chèvres dans l’industrie du mohair

    ProtectionUne enquête réalisée par Peta Asia révèle de graves cas de souffrance animale dans l’industrie du mohair, en Afrique du Sud, incitant plusieurs marques d’habillement, dont H&M, Gap et Zara, à cesser leur approvisionnement en laine de mohair.

    03 Mai 2018
  • Abattage rituel : le consommateur complice sans le savoir

    ProtectionPour qu’une viande soit certifiée halal ou casher, l’animal ne doit pas être (entre autres) étourdi avant la mise à mort. Cette caractéristique n’est pourtant pas le seul point de discorde entre consommateurs, défenseurs des animaux, vétérinaires et religieux.

    13 Février 2019
  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016
  • Transport des animaux vivants : une situation à faire changer

    ProtectionUne proposition de loi vise à mieux protéger les animaux d’élevage pendant leur transport, en diminuant la durée autorisée des trajets en France et en renforçant les règles pour les voyages hors de l’Union européenne.

    09 Février 2017
  • Abattoirs : des « Nuits debout » contre l'exploitation animale

    ProtectionL’association végan « 269 Life Libération Animale », opposée à toute forme d’exploitation animale, a lancé mardi soir un mouvement de protestation en organisant des viellées nocturnes devant près de 80 abattoirs, principalement en France.

    27 Septembre 2017
  • Des cochons maltraités pour produire du jambon de Parme

    ProtectionPlusieurs associations dénoncent les dessous de la production du jambon de Parme, ainsi que des jambons de San Daniele et de Toscane, suite à une vidéo choc tournée dans six élevages en Italie.

    29 Mars 2018
  • Deux nouveaux abattoirs dénoncés par L214 pour maltraitance

    ProtectionC’est encore par une vidéo que l’association de protection animale L214 vient de dénoncer les maltraitances sur les animaux dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Lapin : des acteurs de la filière vont lancer des élevages sans cage

    ProtectionLes principaux acteurs de la filière de la viande de lapin vont lancer des élevages responsables, sans cage, dont les produits seront en vente dans la grande distribution début 2020, ont-ils annoncé mercredi lors d'une conférence de presse.

    06 Juin 2019
  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    ProtectionQuatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    11 Septembre 2018
  • 130 chercheurs réclament une protection des lanceurs d'alerte

    ProtectionQuelque 130 enseignants-chercheurs, principalement en sciences sociales, ont demandé mardi, dans une lettre ouverte à la Garde des Sceaux, une protection des lanceurs d'alerte sur la question du bien-être animal, face à 'l'influence grandissante', selon eux, des lobbies de l'élevage intensif.

    22 Janvier 2020
  • Elevage en cage : l'UE contrainte de se prononcer

    ProtectionPlus d'un million et demi de personnes en Europe ont signé une pétition contre l'élevage en cage des animaux de ferme, afin de contraindre la Commission européenne à se prononcer sur le sujet, a indiqué lundi l'ONG de défense des animaux Compassion in World Farming (CIWF).

    10 Septembre 2019
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • Chevaux de course : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • Un Salon de l’agriculture sous haute surveillance

    ProtectionL’édition 2018 du Salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce week-end, alors que les questions autour de l’élevage intensif ou de la réglementation des abattoirs sont soulevées par les ONG de protection animale.

    20 Février 2018