Coronavirus : nos animaux sont un réconfort émotionnel


  • Coronavirus : nos animaux sont un réconfort émotionnelPhoto : Shutterstock
  • Vivre ensemble/ Zoothérapie

    Confinés à la maison, les Français qui ont la chance d’avoir un animal de compagnie prennent plus que jamais la mesure du réconfort apporté par leur chien, chat, NAC … Boucliers efficaces contre l’isolement, le stress ou l’angoisse liés à la crise du coronavirus, nos compagnons à quatre pattes nous aident à tenir bon !

    On savait déjà que la « thérapie par l’animal » ne se limite pas aux EHPAD, prisons, hôpitaux… mais qu’elle se manifeste aussi chaque jour, dans la sphère privée, à la maison. Les scientifiques nous l’ont appris : « ronronthérapie », échanges de regards, caresses, interactions… provoquent simultanément chez l’homme et l’animal une baisse du rythme cardiaque et une élévation du taux d’ocytocine (communément appelée hormone de l’amour, du plaisir et de l’attachement maternel).

    Alors, forcément, tout cela s’exprime plus encore depuis la crise du coronavirus et surtout depuis les mesures de confinement, dont l’objectif sanitaire est précisément de nous priver au maximum de contacts sociaux avec d’autres êtres humains…

    Confinés avec nos animaux

    Entre le télétravail et les limitations de sorties, notre animal n’a jamais autant mérité son appellation « de compagnie » ! Voire, pour les plus fragiles d’entre nous, d’ « animal de soutien émotionnel » (ESA, emotional support animal, en anglais). Une mission tout ce qu’il y a de plus officielle aux États-Unis, par exemple, où des chiens (et même des animaux très insolites) sont autorisés à prendre l’avion en même temps que leur maître victime d’anxiété, dépression, troubles paniques, etc.

    DRFabien et son chat Canaillou… Le télétravail en douceur…

    Sans aller jusque-là, nul doute que nos animaux domestiques nous apportent énormément en cette période très anxiogène de confinement - d’autant plus difficile à vivre que personne ne sait combien de temps elle va durer. « Je vis seule et je m’angoisse beaucoup pour mes proches, notamment ma belle-fille qui doit bientôt accoucher, nous confie Sandrine. Je me demande quand je pourrai tenir mon premier petit-fils dans mes bras… Alors mes animaux, ça me maintient. Heureusement que je les ai, parce que sinon, toute seule chez moi, je pèterais les plombs. »

    Sandrine vit seule avec sa chatte Timounette, 2 ans : « Je lui parle beaucoup, surtout le soir. Avec le confinement, on ne parle pas à grand monde dans la journée, alors ça fait du bien ! Elle me fait rire avec ses drôles de postures. La nuit je lui ouvre la fenêtre, je l’entends rentrer… Bref, sa présence me réconforte énormément.  »

    Ils nous font oublier la réalité

    Sandrine possède aussi deux équidés, une jument et un poney qui vivent à 300 mètres de chez elle, et dont elle va s’occuper tous les jours : « Le fait de sortir les voir, rien qu’une heure, ça m’aide à tenir, à oublier un peu ce qui se passe. Dès que je rentre dans leur parc, je respire mieux, je me détends et mon cerveau arrête de penser. Je me déconnecte du coronavirus, des incertitudes sur l’avenir… alors qu’à la maison, j’y pense tout le temps ! C’est bien simple, quand je suis avec mes chevaux, je ne pense plus qu’à eux. C’est ma bouffée d’air, mon exutoire. Et dans cette période de folie, ça me fait un bien fou.»

    Même sentiment d’apaisement chez Françoise, qui approche de ses 80 printemps, avec Crapouille, son chat de 17 ans, récupéré nouveau-né dans une poubelle : « Plus que jamais, sa présence est essentielle pour mon moral, reconnaît-elle. Tout est tellement angoissant en ce moment : le virus, les précautions à prendre, les infos en boucle... Alors, le contact de Crapouille sur mes genoux, c’est comme un raccrochement à la vie normale. Du fait que lui continue sa vie tranquillement, il me ramène à l’habitude, il me rassure.» Au point que cette presqu’octogénaire repousse au maximum le moment de se lever de son canapé pour ne pas le déranger, et faire durer cette sensation à la fois douce, réconfortante… et gratifiante : « J’ai une sensation d’osmose, comme si j’avais un bébé sur les genoux. Et puis ça me donne de l’importance. Oui, c’est ça, je me sens importante pour lui parce que j’ai l’impression qu’il a besoin de moi. »

    Et vice versa, assurément, car Françoise a clairement « l’impression qu’il comprend ce qui se passe, que ce ne sont pas des circonstances habituelles. Depuis le confinement il vient plus souvent sur mes genoux, il est plus proche de moi. »

    Certes, elle qui l’emmenait régulièrement chez le vétérinaire pour des séances bienfaisantes d’ostéopathie contre l’arthrose va devoir attendre un peu. « Mais bon, tant qu’il est là et qu’il va bien… je vais bien. »

    Un support émotionnel pour les enfants

    Chez les enfants aussi, l’animal joue un rôle essentiel. Pas facile pour les parents confinés d’occuper les bambins en bas âge ! Quand nos chères têtes blondes ne vont plus chez la nounou, à la crèche ou à l’école, le contact avec leurs animaux de compagnie est plus important que jamais. Jeanne, bientôt 2 ans, dont la maman infirmière libérale à domicile va peut-être bientôt être réquisitionnée à l’hôpital, n’a jamais passé autant de temps avec les trois chats de la maisonnée, Canaillou, Mimine et Fripouille : « Ce sont des membres de la famille à part entière, confie Fabien, son papa, ingénieur en télétravail. Comme on est confinés, ça fait une présence énorme. Et moi, j’ai toujours de la compagnie quand je suis sur l’ordinateur ! »

    ShutterstockEn confinement, l'animal est aussi une source d'apaisement pour des enfants perturbés par le changment de rythme. 

    Fabien et Audrey apprécient aussi que leurs chats aient encore leur liberté, qu’ils puissent sortir sans restrictions : « Ca nous fait chaud au cœur, on est contents pour eux. Finalement, ils sont plus libres que nous ! Ce qui nous réconforte aussi, et nous rassure, c’est de savoir qu’eux au moins ne craignent pas ce virus. »

    Le besoin d'adopter

    Inversement, la crise du coronavirus fait naître un sentiment de frustration chez certaines personnes n’ayant pas d’animal de compagnie : « Je vis seule dans un petit appartement à Puteaux, près de Paris, et depuis le confinement j’avoue que je pense très souvent au bien que ça me ferait d’avoir un chat !  reconnaît Véronique. Ne serait-ce que pour le contact physique, tactile, puisqu’on en est désormais privés. » Il est vrai que dans cette période surréaliste où c’est l’État lui-même qui nous enjoint d’éviter poignées de main, bises, embrassades et autres accolades, le contact avec nos boules de poils prend une dimension insoupçonnée…

    Aujourd’hui, Véronique ne cache pas que le réconfort apporté par un animal serait bienvenu : « Je suis conseiller funéraire, j’assure une mission de service public, mais c’est vraiment éprouvant de devoir annoncer aux familles qu’elles ne pourront pas accompagner leur défunt « normalement », que la cérémonie devra se faire en tout petit comité, etc. »

    Véronique a déjà eu un petit chat dans son appartement, Charlie, mais elle avait dû le donner à une amie vivant à la campagne parce qu’il ne supportait pas d’être enfermé : « Il était malheureux et miaulait en permanence, raconte-t-elle. Du coup, dans mon esprit, j’avais renoncé à avoir un animal – du moins tant que je n’aurais pas de maison avec jardin. Mais j’avoue qu’en ce moment, j’y repense beaucoup ! Je me dis que je pourrais peut-être prendre un chat de race qui supporte bien de vivre à l’intérieur, ou encore adopter dans un refuge un vieux chat tranquille… »

    Si vous vous reconnaissez dans ce témoignage, allez voir les offres d’adoption sur notre plateforme Solidarité-refuges. Il y a forcément, près de chez vous, un animal à adopter… Pourquoi ne pas faire deux heureux en cette période si difficile ?

    A lire : Que ressentent les animaux médiateurs ?


    Autres articles à lire

  • Les Français convaincus que les animaux les aident à guérir

    Vivre ensembleIls nous guérissent. Qui ? Nos animaux de compagnie, bien sûr. L'institut de sondage Opinionway révèle que la majorité des Français sont convaincus que la présence d'un animal dans l'accompagnement d'une thérapie apporte des bienfaits.

    11 Février 2016
  • EHPAD : les chiens visiteurs interdits de visites

    Vivre ensembleDésormais interdites là où elles sont plus que jamais nécessaires, les visites des chiens dans les Ehpad ne pourront reprendre qu’après la levée du confinement. Une interruption lourde de conséquences sur le moral des résidents âgés…

    29 Avril 2020
  • Témoignage : j’ai fait de mon chien un chien visiteur

    Vivre ensemblePhilippe et son cocker, Litchi, ont décidé d’offrir un peu de leur temps aux personnes âgées avec l’association Parole de Chien. Il nous raconte son expérience.

    22 Novembre 2018
  • Aux États-Unis, les vols avec animaux seront mieux encadrés

    Vivre ensemblePlusieurs compagnies aériennes, aux États-Unis, où il est autorisé de prendre l’avion avec son animal s’il est considéré comme un « soutien émotionnel », ont décidé de mieux encadrer cette pratique pour éviter les dérives.

    02 Février 2018
  • Une fondation pour valoriser la relation homme-animal

    Vivre ensembleSpécialiste de la nutrition animale, l’entreprise Affinity Petcare décline sa Fondation « Affinity » en France. Son objectif ? Soutenir la recherche sur le lien qui existe entre l’homme et l’animal et valoriser des projets de médiation animale.

    14 Juin 2017
  • Cécile Gilbert-Kawano : la pédagogie par le cheval

    Vivre ensembleParce qu’il ne parle pas, le cheval utilise le langage du corps. Par ses gestes, il transmet ses émotions. Pour Cécile Gilbert-Kawano, cette intelligence émotionnelle fait de l’équidé un thérapeute hors pair pour nous apprendre à gérer nos émotions. Elle animera un atelier à l'Université d'été qui se tient au château de la Bourbansais du 24 au 26 août.

    20 Août 2018
  • Les animaux donnent un sens à la vie des séniors

    Vivre ensembleUn récent sondage réalisé par Ipsos sur une population de séniors américains possesseurs d'animaux de compagnie a révélé que si ces derniers donnaient un sens à leur vie, ils pouvaient représenter des contraintes dans certaines situations. Explications…

    18 Mai 2019
  • Des chiens anges gardiens des diabétiques

    Vivre ensembleLe 27 juin, trois chiens d’assistance ont été remis à de jeunes diabétiques. Formés par Acadia, la première école française de chiens d’assistance pour diabétiques, ils peuvent détecter une hypoglycémie et donner l’alerte avant que le coma survienne. Une prise en charge non invasive complémentaire au traitement thérapeutique traditionnel.

    02 Juillet 2018
  • La belle vie d’Oscar, chien d’Ehpad

    Vivre ensembleOscar a été adopté en mars 2018 par la résidence mutualiste de Pézilla-la-Rivière, près de Perpignan. Auprès des résidents, comme du personnel, il a trouvé « des » maîtres aux petits soins pour lui. En retour, il prouve que l’animal est une source inépuisable de bienfaits pour les personnes âgées ou isolées…

    25 Mars 2019
  • Coup de pouce pour les projets de médiation animale

    Vivre ensembleLa Fondation Adrienne et Pierre Sommer renouvelle cette année son soutien à des professionnels qui veulent développer des projets de médiation animale. Si vous êtes concernés, vous pouvez déposer vos dossiers de candidatures sur fondation-apsommer.org avant le 1er mars.

    14 Janvier 2016
  • Des futurs chiens visiteurs en classe

    Vivre ensembleLes futurs visiteurs canins de l'association Parole de chien ont passé un week-end studieux avec leurs maîtres, du côté de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). A la maison de retraite Les Abondances, ils ont participé à des simulations de visites auprès de personnes âgées, isolées, fragiles, et aimants les chiens, en prévision de leur mission prochaine.

    21 Mars 2016
  • EHPAD : une ferme intergénérationnelle, un projet ambitieux !

    Vivre ensembleEn réponse à un appel à projet, l’équipe de l'EHPAD Camille Saint-Saëns, à Aulnay-sous-Bois, ambitionne d’aménager le sous-bois de l’établissement avec, notamment, une ferme pédagogique afin que résidents et enfants se rencontrent et échangent autour des animaux.

    29 Juillet 2020
  • Immersion dans un atelier de médiation animale pour enfants

    Vivre ensemble[VIDEO] Animaux-Online est parti à la rencontre des équipes de l’association Les Animaliens, à Calais, qui organise des ateliers de médiation animale pour enfants. Le chien est ici un allié de choix pour ces enfants scolarisés en milieu ordinaire, mais souffrant d’un handicap léger à modéré.

    12 Janvier 2019
  • Pic du Lion : Des chiens guides d’aveugles au sommet

    Vivre ensembleSix chiens guides d’aveugles accompagnés de leurs maîtres ont gravi le pic du Lion, dans les Pyrénées, samedi 19 mars. Une opération incroyable menée par l’Association chiens guides d’aveugles grand sud.

    22 Mars 2016
  • A la recherche des animaux soigneurs

    Vivre ensemble#AnimauxSoigneurs, c’est par ce hastag que la Fondation Affinity a lancé officiellement son appel à projets en France, le 15 janvier dernier. Le but ? Recenser toutes les propositions de programmes où les chats et les chiens viennent au secours de personnes vulnérables ou malades et aider trois d’entre eux à l’issue d’une sélection.

    18 Janvier 2018
  • Que ressentent les animaux médiateurs ?

    Vivre ensembleChiens, chats, lapins, mais aussi poules et chevaux ont des effets positifs sur nous. Mais si cela nous fait du bien, qu’en est-il des effets sur les animaux eux-mêmes?

    14 Décembre 2019
  • Médiation animale : une pratique complexe en pleine expansion

    Vivre ensembleVous avez certainement dû voir ces images de chevaux en maison de retraite, ou de chiens aux chevets de personnes malades ? Il s’agit de médiation animale dans un cadre de santé. Pourquoi utiliser un animal ? Qu’est-ce qu’il apporte ? Qui pratique ces médiations ? Voici un tour d’horizon de cette pratique aux multiples vertus.

    06 Décembre 2018
  • JO : une patineuse sauve un teckel d’un élevage de viande de chien

    Vivre ensembleLa championne canadienne Meagan Duhamel profite de sa présence aux Jeux olympiques en Corée du Sud pour dénoncer l’industrie de la viande de chien : elle incite un maximum de sportifs à suivre son exemple en sauvant et adoptant un chien destiné à être mangé.

    15 Février 2018
  • SOS ANIMAL PERDU, comment agir ?

    Vivre ensembleVous avez perdu votre animal et vous ignorez comment agir ? Découvrez la démarche à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté et le retrouver.

    17 Août 2015
  • Lola: enfin le bonheur!

    Vivre ensembleArrachée à des trafiquants de chiens de boucherie, en Thaïlande, la petite chienne découvre la joie de vivre et de jouer dans le jardin de Françoise, Jean et James…

    02 Juin 2017