Coronavirus : toutes les informations relatives aux animaux

Nos animaux seraient-ils plus heureux pendant le confinement ?


  • Nos animaux seraient-ils plus heureux pendant le confinement ?Photo : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    Davantage de promenades, une présence permanente de leur maître, des câlins à foison... Nos animaux vivraient-ils le confinement mieux que nous ?


    Promenades, câlins, jeux, repos... Tous ces paramètres entrent en compte dans le bonheur de son animal de compagnie. D'après une étude européenne* réalisée par Invoxia, une entreprise fabriquant un dispositif de santé connectée pour animaux, nos chiens ont vu leurs promenades augmenter de 40 % depuis le début du confinement et les aboiements ont diminué de 15 %. Même constat pour les chats qui, d'après cette étude, ont vu leur activité physique augmenter de 33 % et les grattouilles de 58 % (43 % pour les chiens) ! Rassurez-vous, ceux-ci parviennent à conserver leur score de sommeil. En effet, d'après les résultats, le temps de repos des félins ne varie pas pendant le confinement.


    Ces observations semblent être également confirmées par une enquête** menée auprès des propriétaires d'animaux de compagnie et réalisée par l'association Agir pour la vie animale (AVA) et l'organisme de formation Animal University. En effet, 1 participant sur 3 trouve que son animal est plus heureux depuis le confinement et 35,9 % estiment leur accorder plus de temps et être plus attentifs à leurs besoins. Par ailleurs, la quasi-totalité des répondants juge que leur animal n'est pas plus stressé qu'avant, ne manque pas de tranquillité et ne s'ennuie pas davantage depuis qu'il passe tout son temps avec la famille au complet. Ainsi, selon eux, il ne souffre pas du confinement. Attention toutefois, il est possible de passer à côté des signes de stress de son animal. D'ailleurs, l'enquête souligne que le vétérinaire et président d'AVA Thierry Bedossa rencontre « plus de chats et de chiens anxieux chroniques, en relation probablement avec le confinement, la promiscuité et l'anxiété des propriétaires ».


    Attention à « l'après-confinement »

    Même si aucun comportement « gênant » n'est apparu pour 84 % des participants à l'enquête – mis à part de rares cas d'agressivité entre congénères, de tension au sein du foyer suite à une sursollicitation de l'animal, de destruction ou de malpropreté – c'est bien lors du déconfinement qu'il sera important d'être vigilant. Le risque le plus élevé est que son animal développe de l'anxiété de séparation pouvant favoriser les aboiements et la destruction lors des moments de solitude. « Cela peut être notamment le cas de chiens ayant été adoptés durant le confinement, d'où l'importance de leur apprendre le détachement », explique dans l'enquête Éléonore Buffet, éducatrice canin-comportementaliste et formatrice chez Animal University. Pour plus d'informations, nous vous conseillons les articles Confinement et hyperattachement : attention, danger ! et Le confinement a-t-il une incidence sur le développement du chiot ?


    * Cette étude a été menée par Invoxia sur la base des données anonymisées et agrégées d'un échantillon de 35 000 journées d’activité de chats et chiens portant un tracker connecté, entre le 1er février et le 30 mars 2020 en Europe (France, Suisse, Pays-Bas, Allemagne, République tchèque, Espagne, Belgique, Danemark, Angleterre).

    ** Enquête en ligne réalisée du 12 au 15 avril 2020. 2 576 répondants propriétaires d'au moins 1 animal, résidant en France.