Coronavirus : toutes les informations relatives aux animaux

Covid-19 : les animaux domestiques ne propagent pas le virus


  • Covid-19 : les animaux domestiques ne propagent pas le virusPhoto : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    Interrogée sur la transmission potentielle de la maladie Covid-19 par l’intermédiaire des animaux domestiques, l’Anses a réuni en urgence un groupe d’experts spécialisés pour répondre à cette question. Après de nouveaux éléments et cas de contamination, l'Agence nationale de sécurité sanitaire vient de réactualiser son rapport :


    Cas de deux chiens et d’un chat à Hong-Kong

    Le 29 Février 2020, l’OIE reçoit un signalement officiel de Hong-Kong concernant un chien (Spitz nain) âgé de17 ans, placé sous quarantaine le 26 Février à la suite de l'hospitalisation de son propriétaire atteint du Covid-19. L'animal n'a présenté aucun signe clinique spécifique. Les cinq prélèvements oraux et nasaux réalisés successivement entre le 26 Février et le 9 Mars se sont révélés «faiblement positifs». Le virus n’a pas pu être isolé à partir de ces prélèvements. Suite à des résultats négatifs sur des prélèvements réalisés les 12 et 13 mars 2020, le chien a été rendu à son propriétaire. Le 16 mars 2020, le chien est mort. Les causes de sa mort ne sont toujours pas connues, la propriétaire ayant refusé l’autopsie de son chien. Cependant, les autorités de Hong-Kong ont estimé que sa mort n’était pas imputable à son infection par le SARS-CoV-2. Selon le site du département d’agriculture de Hong-Kong, l’analyse sérologique d’un prélèvement de sang réalisé le 03 mars 2020 sur ce chien avait fourni un premier résultat négatif. Cependant, suite à de nouvelles analyses sérologiques conduites sur ce même prélèvement au laboratoire de référence de l’OIE à Hong Kong, le résultat s’est finalement révélé positif le 27 mars 2020, permettant aux autorités de Hong-Kong de conclure que ce chien avait été infecté par le SARS-CoV-2. Ce communiqué précise également que la séquence du virus obtenue chez le chien était très similaire à celle du virus isolé chez la propriétaire infectée.

    A lire aussi : Coronavirus : doit-on avoir peur de son chien ?


    Un deuxième chien dont le propriétaire était atteint du Covid-19, a été testé positif au SARS-CoV-2. Ce chien de race Berger allemand âgé de 2 ans, a été envoyé en quarantaine le 18 mars 2020 avec un autre chien de race mixte, âgé de 4 ans. Les écouvillons oraux et nasaux du Berger allemand prélevés les 18 et 19 mars ont été testés positifs au SARS-CoV-2 et un isolement viral a été obtenu le 25 mars à partir d’un des prélèvements. Une séroconversion de cet animal a été objectivée le 3/04/2020 (Notification OIE du 7/04/2020). Aucun prélèvement positif n’a été obtenu chez le chien de race mixte et aucun des deux chiens n’a montré de signe clinique de la maladie


    Le 30 mars 2020, le département d’agriculture de Hong-Kong rapporte qu'un chat vivant avec son propriétaire atteint du Covid-19, a été testé positif au SARS-CoV-2, à partir de prélèvements buccaux, nasaux et rectaux réalisés le 30 mars et 1er avril 2020. Le chat est actuellement placé en quarantaine et ne présente aucun signe clinique de maladie (Notification OIE du 03/04/2020). Au 31 mars 2020, une cohorte de 27 chiens et 15 chats,en contact étroits avec des patients malades du Covid-19 et mis en quarantaine par les autorités de Hong-Kong, a été suivie pour le virus SARS-CoV-2. Seulement deux chiens et un chat ont présenté des résultats positifs.


    Cas d’un chat en Belgique

    Le 18 mars 2020, un chat appartenant à une personne atteinte du Covid-19 a été testé positif au SARS-CoV-2. La présence de l’ARN viral du virus SARS-CoV2 a été mise en évidence dans les matières fécales et les vomissures du chat qui présentait des signes cliniques digestifs et respiratoires. La présence du SARS-CoV-2 a été confirmée par séquençage à haut débit.L’état général du chat s’est amélioré neuf jours plus tard. L’imputabilité du SARS-CoV-2 dans les signes cliniques observés n’a pas été formellement établie.


    Cas d’un tigre au zoo de New York

    Le 06 avril 2020, l’OIE a reçu le signalement d’un tigre (Panthera tigris) âgé de 4 ans qui a présenté des signes cliniques respiratoires le 27 mars 2020. Les résultats des prélèvements nasaux, oropharyngés et trachéaux étaient positifs au SARS-CoV-2 (Notification OIE du 06/04/2020). Le 03 avril 2020, trois autres tigres et trois lions ont présenté des signes cliniques (toux sèche et difficultés respiratoires). Ils n’ont pas fait l’objet de prélèvements. Au 06 avril 2020, ces félins présentaient une amélioration de leur état général (Notification OIE du 06/04/2020).

    A lire aussi :
    Les grands singes peuvent-ils attraper le coronavirus ?


    En conclusion, les experts soulignent que de rares cas de contamination et/ou d’infection des animaux de compagnie par le SARS-CoV-2 ont été rapportés jusqu’à présent. Ces cas de contamination et d’infection restent sporadiques et isolés au regard de la forte circulation du virus chez l’Homme et de l’ampleur de la pandémie à l’heure actuelle. Les cas investigués sont en faveur d’une transmission de l’Homme vers l’animal. Ainsi, l’Anses considère qu’il n'existe actuellement aucune preuve que les animaux domestiques (animaux d’élevage et de compagnie) jouent un rôle épidémiologique dans la diffusion du SARS-CoV-2. De plus, aucun cas de contamination de l’Homme par un animal de compagnie n’a été à ce jour rapporté. Néanmoins, l’Anses rappelle la nécessité de préserver les animaux de compagnie d’un contact étroit avec les personnes malades et d’appliquer les mesures d’hygiène de base lors du contact avec un animal domestique en se lavant les mains avant et après l’avoir caressé, après le changement de sa litière, et d’appliquer les « gestes barrière » dans toute situation.

    La rédaction vous conseille aussi : Coronavirus : 'Ne désinfectez pas vos animaux !'