Coronavirus : toutes les informations relatives aux animaux

Confinement : la télémédecine vétérinaire, une bonne idée ?


  • Confinement : la télémédecine vétérinaire, une bonne idée ?Photo : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    Alors que pendant cette période de confinement, tous les soins vétérinaires ne sont pas assurés, pourquoi ne pas se tourner vers la télémédecine vétérinaire ? Il faut savoir que, contrairement aux humains, la téléconsultation est illégale pour les animaux. On parle alors de téléconseil, de télésuivi ou encore de télérégulation. Explications.

     


    Le Conseil des ministres s'est réuni le 8 avril pour discuter d'une possible autorisation de la télémédecine vétérinaire pour une période expérimentale de six mois. Toutefois, cette solution pour proposer une alternative aux propriétaires d'animaux pendant ce confinement n'a pas été validée. « Réglementer la télémédecine vétérinaire passera par un décret en Conseil d'État, ce qui amène, en termes de délai, à la fin du mois d'avril, au mieux », explique l'Ordre des vétérinaires, qui déplore cette décision dans un communiqué. Pourtant, alors que pratiquer la téléconsultation est toujours illégal pour les vétérinaires, de nombreux sites poposent une mise en relation avec un vétérinaire depuis plusieurs années, soit par appel téléphonique, soit en vidéo. Les plateformes les plus connues sont LinkyVet, Daloavet, Dr Milou ou encore IllicoVeto.
     


    "La loi interdit la téléconsultation en médecine vétérinaire. C'est-à-dire d'établir un diagnostic à distance et de faire des prescriptions. En effet, par définition, une consultation est un examen clinique, rappel Damien Médan, vétérinaire à la clinique Zatozte, dans les Pyrénées-Atlantiques. Par contre, ce qui est autorisé – et je le fais depuis 1 an via une plateforme – c'est le télésuivi. Après une opération, je contrôle l'évolution de la plaie ou de la cicatrice à distance. Et, si je le juge nécessaire, je demande à la personne de venir au cabinet. Je donne également des conseils à distance. C'est légal, que ce soit rémunéré ou non."

    En dehors du télésuivi, ce mode de pratique permet également de faire de la télérégulation. C'est en tout cas l'objectif de la plateforme Animoscope et de son nouvel outil gratuit, VetoCheck. Créé par une dizaine de vétérinaires, il permet d'orienter les propriétaires de chiens et de chats en fonction des symptômes qu'ils observent. "Cet analyseur de symptômes vous présentera les maladies les plus probables avec leur degré d'urgence. Il permet ainsi d'optimiser la chaîne de soins derrière car si une clinique reçoit trop de « bobologie », cela peut saturer les urgences et entraîner une moins bonne prise en charge", détaille Guillaume Ragetly, vétérinaire à Frégis et cofondateur d'Animoscope.


    Des avantages et des limites


    Pour le vétérinaire Damien Médan, le télésuivi a de nombreux avantages. Le premier étant de ne pas déplacer l'animal si ce n'est pas nécessaire, de lui éviter du stress supplémentaire lorsqu'on le met dans une caisse de transport pour prendre la voiture. "L'autre avantage majeur est de voir l'animal évoluer dans son propre environnement, explique-t-il. Bien sûr, la téléconsultation est illégale, et certaines plateformes sont très "limite"… soulève de son côté Guillaume Ragetly. Mais la télérégulation permet d'éviter de faire appel à un vétérinaire en pleine nuit, de débourser plusieurs centaines d'euros, sans que ce soit vraiment nécessaire. C'est une bonne alternative dans les situations non urgentes ou si le propriétaire a besoin d'être rassuré. Il est évident que si la situation est urgente, il faut un véritable examen clinique".


    En effet, contrairement à l'humain, l'animal ne peut pas décrire en détail ce qu'il ressent. Le fait de ne pas faire de palpation peut faire passer le vétérinaire à côté de certaines choses. "Cela empêche aussi de regarder en détail quelque chose sur l'animal, car la caméra utilisée sur l'ordinateur ou le téléphone portable, n'est pas très précise. Le vétérinaire doit être conscient qu'il va poser un diagnostic en sachant à côté de quoi il pourrait passer", précise le vétérinaire Damien Médan.


    Les vétérinaires, favorables à la téléconsultation


    "En ce moment, l'Ordre des vétérinaires négocie pour essayer d'autoriser la téléconsultation en cette période de confinement. Je pense vraiment que c'est une bonne chose afin d'éviter les déplacements inutiles, estime Damien Médan. Selon lui, le tout est que le praticien s'habitue à ce mode de travail et, surtout, qu'il soit conscient de ses limites. Le Dr Guillaume Ragetly est du même avis et pense que, si la téléconsultation est autorisée dans les semaines à venir, cela se fera sous diverses conditions, "notamment que le vétérinaire ait déjà vu en vrai votre animal."


    À lire aussi :
     

    Coronavirus : les vétérinaires prêts à seconder les médecins

    Coronavirus : "Ne désinfectez pas vos animaux !"