Coronavirus : toutes les informations relatives aux animaux

36 personnalités s'unissent pour demander la reprise des adoptions


  • 36 personnalités s'unissent pour demander la reprise des adoptionsPhoto : Shutterstock
  • Chats/ Santé

    À cause de leur fermeture au public imposée par la crise du coronavirus, les refuges arrivent à saturation. Une pétition ainsi qu'une lettre ouverte signée par 36 personnalités vont être envoyées au Président de la République et au ministre de l'Agriculture afin de réclamer au gouvernement l’autorisation de la reprise des adoptions.


    Depuis l’interdiction d’ouvrir leurs portes au public -et donc aux adoptants potentiels- il n’y a plus aucune adoption dans les refuges, et, de ce fait, aucune rentrée d'argent. Ils arrivent donc à saturation en terme de capacité d’accueil puisque plus aucun animal n’en sort, alors que, chaque jour, des nouveaux entrent – notamment en provenance des fourrières, qui ne peuvent garder les animaux que 8 jours ouvrés avant de les « transférer » dans les refuges, justement pour leur éviter l’euthanasie…

    Pour compliquer le tout, cette surpopulation survient en même temps qu’une baisse significative des effectifs humains car de nombreux bénévoles ne souhaitent plus venir au refuge, et des salariés sont mis au chômage partiel, ou exercent leur droit de retrait par peur de la contagion… Bref, plus d’animaux, moins d’argent… et moins de main d’œuvre !
     


    Adoptables mais euthanasiés ?


    Si rien n’est fait, dans les jours et semaines à venir, des milliers d’animaux (chiens et chats essentiellement, mais aussi NAC, équidés…), pourtant en parfaite santé et officiellement « adoptables », ne bénéficieront donc même plus de leur chance de pouvoir être adoptés grâce à leur passage en refuge. Ils passeront directement de la case « abandon » à la case « euthanasie ».

    Certes, le gouvernement a récemment consenti à ce que les refuges augmentent leur capacité d’accueil tout en respectant le bien-être animal (par exemple en mettant plusieurs chiens par box). Mais soyons lucides : « Qui va s’en occuper, et avec quel argent va-t-on les nourrir ? s’inquiète Gorete Neves, l’une des responsables de l’association Collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire On nous demande d’héberger du monde en plus, mais en même temps, on nous interdit de faire rentrer de l’argent via les adoptions !  C’est juste impossible, surtout pour les petits refuges qui ne bénéficient pas de legs, au contraire des grosses structures reconnues d’utilité publique. »


    La solution ? Relancer les adoptions

    Sous le titre « EVITONS UNE VAGUE MASSIVE D’EUTHANASIES : LES ADOPTIONS DOIVENT REPRENDRE ! » , une pétition a été lancée par plusieurs associations de protection animale : Ethics For Animals, Collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire (607 associations et refuges), l'Arche des Associations (42 associations et refuges), One Voice, Solidarité Refuges, Convergence Animaux Politique (CAP) et Collectif Pattes Mauves (69 associations et refuges). À l’heure où nous écrivons ces lignes, elle a déjà réuni plus de 62 000 signatures.

    Elle sera adressée à Emmanuel Macron et à Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, accompagnée de cette lettre ouverte qui a été signée par 36 personnalités, des chanteurs, acteurs, écrivains, humoristes, journalistes ou même danseurs.

    LETTRE OUVERTE


    Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

    Nous devons vous alerter sur une des conséquences de la situation de confinement que vivent les français.

    L’association Ethics For Animals, le Collectif Chat 100 % Stérilisation (qui regroupe 600 refuges et associations), le Collectif « Pattes Mauves » et L’Arche des Associations nous alertent sur la situation devenue dramatique pour les refuges et les associations de protection animale en France.

    Dans un contexte déjà très préoccupant depuis plusieurs années en raison de la diminution des subventions et des dons, alors que les abandons et les actes de maltraitance explosent, la crise sanitaire du COVID19 frappe de plein fouet le monde de la protection animale empêché de mener à bien sa mission d’intérêt général auprès des animaux en détresse et vivant maintenant sous la menace de devoir fermer ses structures et d’assister, impuissant, à des euthanasies massives d’animaux pourtant en bonne santé et adoptables faute de place.

    En effet, dans le cadre du confinement, la mesure consistant à interdire les adoptions d’animaux abandonnés pris en charge par les associations de protection animale, sonne le glas de la mission de ces associations. Les animaux, victimes collatérales de la pandémie, pourraient mourir par milliers, euthanasiés en masse, faute de pouvoir être confiés à des familles responsables, volontaires pour les accueillir, sélectionnées et suivies par les associations. Autoriser les adoptions c’est sauver des vies animales !

    C’est pourquoi nous vous conjurons de lever cette interdiction en autorisant les adoptions, comme cela se passe déjà en Belgique, suivant un protocole rigoureux en phase avec les exigences sanitaires :

    • Les adoptions se font sur rendez-vous après un entretien téléphonique.
    • Espacement des rendez-vous d’au moins 1 heure
    • Les rendez-vous sont interdits aux personnes âgées de plus de 65 ans
    • Deux personnes sont présentes lors d’un rendez-vous : un représentant du refuge et le futur adoptant
    • Ces deux personnes sont séparées par une distance minimum d’1,5 mètre
    • Avant une mise en présence de ces deux personnes, obligation de se laver les mains et de mettre un masque.

    Nous savons que ce modèle d’adoption sous confinement fonctionne parfaitement. Nous vous demandons de redonner de toute urgence, cette possibilité d’adoption dans ces mêmes conditions en France.

    Chiens, chats, chevaux ont toujours été présents dans le cœur des Français. Nous devons les sauver d’une vague d’euthanasie sans précédent.

    Monsieur le Président de la République, vous-même en adoptant en refuge le chien Némo vous avez donné un signal fort, montrant que vous étiez en phase avec cet amour des français pour leurs animaux de compagnie et que vous souteniez le travail de terrain des associations dans leur lutte contre la détresse animale.

    Nous avons une responsabilité collective, celle d’alléger la souffrance des humains comme des animaux et de garantir le bien-être de tous. Nous sommes nombreux aujourd’hui à penser que cette crise sanitaire doit amener les humains à plus d’humilité, de compassion et de respect vis-à-vis de notre environnement et des animaux.

    Des milliers de Français ont décidé de signer la pétition présente sur le site www.sauvonslesanimaux.org pour appuyer notre demande.

    Nous espérons que vous entendrez notre appel et que vous pourrez répondre favorablement à notre demande.
     

    Brigitte BARDOT - Laëtitia BARLERIN - Emmanuelle BERNE - Marilou BERRY - Laurence BOCCOLINI - Frédérique BRUGIROUX - Norin CHAI - Valérie DAMIDOT - Anaïs et François-Xavier DEMAISON - Mylène DEMONGEOT - Lola DEWAERE - Michel DRUCKER - Anny DUPEREY - Nadia FARES - Liane FOLY - Rémi GAILLARD - Hélène GATEAU - Alex GOUDE - David HALLYDAY - Marine HANDS - Fauve HAUTOT - Robert HOSSEIN - Denitsa IKONOMOVA - Gérard LENORMAND - Manuela LOPEZ -           Raphaël MEZRAHI - Jean-Marc MORANDINI - Barbara OPSOMER - Candice PATOU - Matthieu RICARD - Sylvie ROCARD - Dany SAVAL - Eric-Emmanuel SCHMITT - Henry-Jean SERVAT - Laury THILLEMAN - Corinne TOUZET.
     

    La Confédération Nationale Défense de l'Animal qui réunit 270 associations et refuges se dit prête à accueillir les animaux que la SPA ne pourra plus prendre en charge une fois ses refuges saturés. Défense de l’Animal avait débloqué un fonds d’urgence exceptionnel de 150.000 € il y a quelques jours pour aider ses structures en difficulté. Face à la situation réellement extraordinaire, ce fonds est aujourd’hui porté à 500.000 € auxquels s’ajoutent également 50 tonnes d’aliments centralisées et prêtes à être distribuées aux associations membres du réseau.