Appel à faire évoluer le droit pour lutter contre la zoophilie


  • Appel à faire évoluer le droit pour lutter contre la zoophiliePhoto : Shutterstock
  • Protection/ Maltraitance

    Après une longue enquête ce sujet "tabou" et nouveau dans le débat sur la souffrance animale, une association alerte les autorités sur l'importance des pratiques zoophiles sur internet et appelle à faire évoluer le droit sur cette question.

    - Avec AFP

    Dans l'Hexagone, les sévices de nature sexuelle sur les animaux sont interdits par la loi du 9 mars 2004 et passibles de deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende. Pourtant "plus de 1,5 million de films zoopornographiques sont visionnés chaque mois en France et plus de 10.000 personnes fréquentent les sites internet de petites annonces pour des expériences sexuelles avec des animaux", s'inquiète Benoit Thomé, président d'Animal Cross et coordinateur d'une enquête de plus de six mois sur ces pratiques sexuelles "méconnues" du grand public.

    "Sur des sites francophones référencés notamment sur Google, en quelques clics, on voit des images de relations sexuelles entre des femmes et des chiens, avec des équidés. Ou des scènes de pénétrations sur des chiens", détaille-t-il. "Des sites anglo-saxons, également très bien référencés sur Google, montrent aussi toute une panoplie de relations sexuelles avec des animaux domestiques mais aussi avec des cochons ou encore des veaux... 5 % des personnes qui les consultent sont français", ajoute-t-il. Il existe également des sites d'annonces d'offre de service pornographique zoophile, avec des gens demandant à avoir un rapport avec un animal. Pourtant, selon l'association, chaque année seulement une dizaine de zoophiles - tous des hommes - sont jugés devant les tribunaux, la plupart du temps après "dénonciation". Car en la matière, les preuves sont difficiles à établir.

    Dominique Autier-Dérian, vétérinaire comportementaliste s'intéresse au diagnostic des maltraitances animales. "Les lésions découlent des pratiques sexuelles, comme des irritations des parties anales ou vaginales. La difficulté du diagnostic vient du fait qu'il n'y a pas obligatoirement des lésions physiques mais des blessures psychologiques et l'animal peut développer un comportement d'anxiété ce qui peut alerter le vétérinaire", explique-t-elle.

    Agir au niveau de la loi

    Face à ces pratiques, le député Dimitri Houbron (LREM) propose de faire évoluer la législation avec des articles spécifiques dédiés aux sévices de nature sexuelle commis sur les animaux, sujet qu'il juge "tabou" mais parfaitement "sérieux". Il suggère la création d'un article visant à réprimer la diffusion sur tous supports des images et vidéos représentant des sévices de nature sexuelle envers un animal. "L'idée est de couper toutes les voies de production, de diffusion et de commercialisation des supports vidéos et photos de tels actes commis sur les animaux", explique le député du Nord.

    A lire aussi : Des avocats au chevet de l’animal

    Le député veut lutter contre "l'explosion sur les sites internet de ce type de contenu qui n'a pas de filtres. C'est le même problème que l'exposition des enfants à la pornographie", estime-t-il. Et pour dissuader ceux qui s'adonnent à de telles pratiques, il suggère des peines passibles de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende, "un message fort à la société". "Ces actes ne sont pas acceptables d'un point de  vue moral!". Une peine qui s'alourdirait à six ans d'emprisonnement et 100.000 euros  d'amende en cas de circonstances aggravantes telles la mort de l'animal, l'infirmité permanente, l'incompatibilité anatomique ou l'accomplissement d'actes de torture et de barbarie. Un autre projet d'article de loi, "inspiré de ce qui est en vigueur aujourd'hui sur le proxénétisme", vise certains sites libertins mettant en relation les hommes et leurs animaux en les assimilant à du "cyberproxénétisme".

    A lire aussi : Défense de l’animal lance une campagne choc contre la maltraitance

    En complément, Animal Cross a mis en ligne une pétition à l'intention des représentants en France des moteurs de recherche, des hébergeurs de sites internet, des fournisseurs d’accès à internet. L'association y demande la suppression d’images et d’annonces zoophiles sur internet ainsi qu'un meilleur travail judiciaire engendré par la coopération des différents acteurs afin d'identifier les auteurs. "Nous considérons que l’animal doit être protégé des prédateurs sexuels, au même titre que l’enfant, et qu’il ne donne jamais son consentement", conclut la pétition.


    Autres articles à lire

  • 47 personnalités s’associent pour sauver les refuges

    Protection47 personnalités se joignent aux associations Ethics For Animals et One Voice ainsi qu’au Collectif Chats 100 % Stérilisation obligatoire et à L’Arche des Associations afin de demander un fonds d’urgence pour sauver les refuges.

    26 Mai 2020
  • Quand des macaques servent d'accessoire photo…

    ProtectionAlors que des macaques de Barbarie sont utilisés comme « accessoire photo » sur la place Jemaa el-Fna, à Marrakech, une nouvelle étude écossaise montre que les visiteurs sont opposés à cette pratique.

    21 Décembre 2018
  • Mowgli, le chien retrouvé mourant à Boulogne-sur-Mer, va mieux

    ProtectionCet american staff a été retrouvé le 7 janvier dans un appartement de Boulogne-sur-mer. Abandonné depuis plus de 2 mois, il était d’une extrême maigreur et a immédiatement été pris en charge par un vétérinaire. Alors que son pronostic vital était engagé, Mowgli semble aujourd’hui tiré d’affaire.

    11 Janvier 2019
  • Meurtre du chat Chevelu : le ras-le-bol des défenseurs des animaux

    ProtectionLe responsable de la mort du chat Chevelu, massacré en mai dernier dans le centre de Draguignan, a été condamné à 6 mois de prison ferme. Pour le Parti animaliste, la forte mobilisation citoyenne autour de ce meurtre exprime un vrai ras-le-bol des défenseurs des animaux qui demandent à ce que des mesures soient mises en place pour mieux prévenir les cas de barbarie et répondre aux problématiques des animaux errants.

    19 Septembre 2017
  • Autopsie : l’ours Mischa a été maltraité pendant des années

    ProtectionL’autopsie de l’ours Mischa, décédé le 12 novembre au zoo-refuge La Tanière – qui l’avait recueilli pour tenter de le sauver –, a révélé plus que des simples négligences... La préfecture du Loir-et-Cher vient de décider du placement provisoire de Bony et Glasha, les deux ours toujours détenus par les dresseurs Poliakov.

    26 Novembre 2019
  • Vidéo L214 : enquête pour actes de cruauté sur des veaux

    ProtectionUn homme a été placé en garde à vue dans l'ouest de la France, soupçonné de cruauté envers des veaux en transit battus à coups de pied et de bâton, suite aux images enregistrées par l’association L214.

    03 Mai 2019
  • Justice pour Cookie : le cas de ce chat violenté va-t-il être jugé ?

    ProtectionUne association se bat pour que le cas de Cookie, un chat victime d’une double défenestration, soit porté devant le tribunal alors qu’un premier dépôt de plainte a été classé sans suite.

    14 Mars 2018
  • Disparition du chat Cookie, victime d’une double défenestration

    ProtectionLe chat, jeté à deux reprises d’un immeuble par son ancien propriétaire, est finalement décédé, nous apprend l’association qui l’avait recueilli et soigné. Elle se bat pour que le cas de Cookie soit porté devant un tribunal.

    18 Mai 2018
  • Les signalements de maltraitance animale sont en augmentation

    ProtectionEn 2017, la SPA a enregistré 8 937 signalements de maltraitance animale, surtout des chiens et des chats, soit 36 % de plus qu'en 2016, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

    14 Février 2018
  • L’homme qui a décapité un coq avec les dents sera jugé

    ProtectionUn jeune homme de 22 ans sera convoqué dans les semaines à venir au tribunal correctionnel de Bayonne, poursuivi pour 'actes de cruauté envers un animal', après une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux le montrant en train d'arracher la tête d'un coq vivant avec les dents, a-t-on appris mercredi auprès du parquet.

    14 Août 2019
  • Refuge : des chenils en kit pour accueillir plus d'animaux

    ProtectionAfin de soulager un refuge et de lui permettre de prendre en charge des chiens recueillis pour maltraitance, Wamiz a fait dont de 4 chenils en kit à l'association Animaux sans foyer.

    19 Mai 2020
  • Les JO propres avec les chevaux

    ProtectionDeux cavaliers ont été disqualifiés pour brutalité, une autre a renoncé pour préserver son cheval malade… Ces JO seraient-ils ceux de la morale pour les chevaux ?

    16 Août 2016
  • Le zoo-refuge de La Tanière veut sauver les ours Bony et Glasha

    ProtectionAprès avoir sauvé in extrémis l’ours Mischa, le zoo-refuge de La Tanière (28) demande au Préfet du Loir-et-Cher l’autorisation de pouvoir prendre en charge les deux ours restés chez les Poliakov, Bony et Glasha, victimes de « maltraitance passive ».

    30 Octobre 2019
  • Comment expliquer les meurtres d’animaux ?

    ProtectionC’est un véritable outrage moral que suscite la série de mutilations de chevaux qui se produit en France depuis le début de l’année. Dans ces circonstances énigmatiques et confuses, il est utile de faire le point sur quelques connaissances fondamentales issues de la criminologie contemporaine pour éclairer ces conduites.

    11 Septembre 2020
  • Athéna, la martyre, n’est plus

    ProtectionSept mois après son sauvetage, la dogue de Bordeaux retrouvée enterrée vivante en août est décédée d'un cancer. Retour sur les faits.

    23 Février 2016
  • 9 mois de prison ferme pour avoir torturé un chat

    ProtectionDans le Calvados, un ingénieur a été condamné pour sévices sur une quinzaine de chats entre mai et juin 2018, dont trois ont du être euthanasiés.

    28 Juin 2018
  • Lévriers : un Etat australien renonce à interdire les courses

    ProtectionLa Nouvelle-Galles du Sud, qui avait annoncé en juillet que cette pratique serait bannie à partir du 1er juillet 2017, vient de faire machine arrière.

    11 Octobre 2016
  • Témoins de maltraitance animale pendant le confinement, que faire ?

    ProtectionConfinement ou pas, les autorités et les associations de protection animale continuent évidemment d'intervenir sur les actes de cruauté animale. Si vous pensez qu'un animal est en danger, faites un signalement.

    24 Avril 2020
  • Des amendes immédiates contre la maltraitance animale ?

    ProtectionContre toute attente, l’Assemblée nationale a validé – en première lecture –l’amendement 1286 demandant des sanctions immédiates en cas de maltraitance quotidienne sur les animaux domestiques, ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité.

    03 Décembre 2018
  • Art et maltraitance animale : des œuvres retirées d’une exposition

    ProtectionFace à la mobilisation des associations de protection animale, le musée Guggenheim de New York a retiré trois œuvres d’artistes chinois impliquant des animaux vivants, chiens, cochons, reptiles et insectes. Une décision rare dans le monde de l’art, qui compte plusieurs polémiques autour de la maltraitance et du droit animal.

    02 Octobre 2017