10 bonnes résolutions pour aider les animaux et la planète

J’aménage mon jardin pour abriter la petite faune sauvage


  • J’aménage mon jardin pour abriter la petite faune sauvagePhoto : Shutterstock
  • Protection

    Et si, pour une fois, on invitait un peu le désordre dans son jardin ? Histoire de créer les conditions favorables à l’installation ou au maintien de la petite faune sauvage. 

    Dans un coin, commencez par laisser pousser les herbes folles monter en graines et celles considérés comme « mauvaises », les adventices. De nombreux insectes en ont besoin, comme les  coccinelles qui pondent sur les orties. Un tas de bois est une excellente cachette pour les hérissons et un amoncellement de pierres permet aux lézards de se réchauffer aux premiers rayons de soleil. Les haies jouent aussi un rôle primordial. Composées d’arbustes à baies comme le houx, l’aubépine ou le buisson ardent, elles sont à la fois un refuge pour les oiseaux, les merles et les troglodytes qui adorent y nicher, et une source de nourriture toute l’année. 

    A lire aussi :  3 gestes simples pour sauver les oiseaux !

    Naturelle ou aménagée, une mare est le point de rendez-vous des libellules et des batraciens même si elle ne mesure que quelques mètres carrés. Deux ou trois niveaux d’eau, agrémentés de plantes aquatiques permettent la cohabitation des poissons, grenouilles et autres tritons. 

    Si le jardin manque de refuges, installez des abris. N’oubliez pas les hôtels à insectes qui sont de plus en plus fréquents. Vous pouvez les choisir pour une seule famille d’insectes, comme les buches percées chères aux abeilles solitaires ou sous forme d’abris communautaires destinés à plusieurs espèces. Il est possible aussi de prévoir des maisonnettes pour les hérissons ou les crapauds, qui s’y réfugieront l’hiver. Tous ces types d’abris sont disponibles dans le commerce, mais un bricoleur, même amateur, peut les fabriquer. Plus un jardin offre de diversité végétale, surtout s’il s’agit d’essences locales, et d’abris, plus le nombre d’espèces y fera son gîte. Mais à une condition : il faut en bannir tous les produits chimiques, insecticides et autres intrants qui empoisonneraient tout le monde. Ça tombe bien, depuis 1er janvier 2019, la loi du zéro phytosanitaire s’applique pour les particuliers !

    A lire aussi :  Installer une ruche dans son jardin ? Tout un art !