Une seconde vie pour les chimpanzés de Guinée


  • Une seconde vie pour les chimpanzés de GuinéePhoto : Centre de conservation pour chimpanzés
  • Faune sauvage

    Arrachés tout petits à leur mère par des braconniers, les chimpanzés de cette partie de l’Afrique de l’Ouest sont au bord de l’extinction. Traumatisés, ils sont réhabilités avant de retrouver la vie sauvage.

    La plupart des 63 chimpanzés qui vivent au Centre de conservation pour chimpanzés, situé en Guinée-Conakry, ont subi de lourds traumatismes. Issus de saisies chez des particuliers ou des revendeurs, ils ont été arrachés à leur famille encore bébés par des braconniers pour être vendus comme animaux de compagnie. Le centre qui les recueille estime que, pour un bébé récupéré, dix chimpanzés adultes sont morts. À leur arrivée, les chimpanzés souffrent de maladies de peau, d’infections respiratoires, de désordres psychologiques dus aux mauvais traitements, à la captivité et à la malnutrition. Le sanctuaire possède un protocole de quarantaine qui fixe une série de soins à prodiguer aux nouveaux arrivants, supervisés par un vétérinaire volontaire. Les femelles en état de procréer sont mises sous contraceptif oral. Car l’objectif du sanctuaire n’est pas de les faire se reproduire, mais de les soigner, de leur réapprendre les codes sociaux de leur espèce, afin de les réintroduire dans leur milieu naturel.

    Centre de conservation pour chimpanzés/Arnaud Poisac

    Un trafic rentable

    La Guinée abrite la plus grande population de chimpanzés d’Afrique de l’Ouest avec un nombre d’individus estimé à environ 18 000. Depuis de nombreuses années, elle est aussi au cœur d’un trafic international, contrôlé par une mafia organisée qui vend illégalement ces jeunes orphelins à des zoos chinois ou comme animaux de compagnie dans les pays du Golfe, en Russie… Un orphelin peut se vendre jusqu’à 20 000 dollars (18 000 euros) sur le marché noir international. Seuls les bébés chimpanzés sont capturés, le reste du groupe sert au commerce illégal de viande de brousse. Certains bébés sont vendus par les braconniers près de 2 000 euros ; une somme considérable dans ce pays extrêmement pauvre en dépit des ressources minières importantes. Reconnue pour être une plaque tournante d’un commerce illégal de primates très lucratif, la Guinée a été suspendue de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). Le Centre de conservation pour chimpanzés est un acteur majeur dans la lutte contre ce trafic. Il travaille conjointement avec les autorités et les ONG, en accueillant notamment les animaux confisqués lors des opérations contre le braconnage.

    À lire aussi : Face à l’urgence, la CITES renforce la protection des animaux sauvages 

     

    Sorties en brousse

    Pour certains chimpanzés, le traumatisme a été si violent qu’ils doivent tout réapprendre, jusqu’au langage et aux codes de leur propre espèce. Il faut aussi leur enseigner des gestes quotidiens nécessaires à un éventuel retour à la vie sauvage comme trouver de la nourriture ou faire leur nid pour dormir. Pour les aider, les soigneurs du centre organisent chaque jour des sorties en brousse. Comme les petits chimpanzés n’ont pas profité des enseignements de leur mère, à laquelle ils ont été arrachés, c’est l’homme qui la remplace. Répartis par groupe d’âge, les chimpanzés ont besoin d’un cadre, avec des interdits et des moments de jeu, d’affection et de réassurance. Les soigneurs leur apportent cet équilibre. Le centre a fait le choix de ne recruter que des soigneurs guinéens, auxquels ils ont donné une formation complète sur le comportement des chimpanzés. Car, si la plupart connaissent la brousse comme leur poche, ils n’ont jamais côtoyé de chimpanzés. Ils doivent connaître parfaitement chacun des pensionnaires et surtout assimiler le fonctionnement de la hiérarchie du groupe, fondamentale à sa cohésion. Le programme de réhabilitation dure une douzaine d’années ; le temps nécessaire pour amener ces orphelins à dépasser le traumatisme de leur capture.

    Centre de conservation pour chimpanzés/Arnaud Poisac

    Des hommes et des singes

    Ni électricité ni eau courante. Le Centre de conservation pour chimpanzés est sommaire. La richesse du lieu, c’est son équipe, l’abnégation dont elle fait preuve et sa philosophie. À sa tête, une quadragénaire montée sur pile, des soigneurs… Au total, une vingtaine de personnes, mobilisées sept jours sur sept. Sans oublier la dévotion des bénévoles, engagés pour six mois. Le centre a également lancé un programme d’éducation et de sensibilisation auprès des populations locales, les informant des conséquences de la coupe illégale de bois, du braconnage, mais aussi leur rappelant les lois en vigueur. Il leur apporte aussi un soutien social par le biais d’aides médicales, d’un accès à l’éducation et à l’emploi. L’objectif est de sensibiliser le grand public aux risques de disparition de cette espèce. En Europe, le centre organise régulièrement des expositions dans des parcs zoologiques. 

    Le premier chimpanzé

    Estelle Raballand est la fondatrice du sanctuaire. « Un jour, quelqu’un a déposé devant ma porte un chimpanzé mâle. Il pleurait et souffrait, car un Français l’avait attaché par le cou et lui avait fait boire de la soude caustique, puis l’avait abandonné ! J’ai réussi à le sauver après des mois de traitement. » C’est pour venir en aide à ces chimpanzés martyrs que le Centre de conservation pour chimpanzés, situé en plein cœur du Parc national du Haut-Niger, est né. Estelle est consciente que les retours à la vie sauvage restent très incertains et que la première génération est souvent sacrifiée. Même si elle a passé la main depuis 2015, elle reste très active dans la recherche de fonds. 

    Vous pouvez aider le centre en adhérant à l’association, en parrainant un chimpanzé ou en devenant écovolontaire (plus d’informations : projetprimates.com).

    Centre de conservation pour chimpanzés/Arnaud PoisacEstelle Raballand est la fondatrice du Centre de conservation pour chimpanzés.
     
    Retour à la vie sauvage

    Retrouver un habitat naturel assez vaste pour la réintroduction des chimpanzés est l’une des missions du Centre de conservation pour chimpanzés. Comme le chimpanzé reste un animal dangereux, le centre tient à éviter toute présence humaine à proximité des sujets réintroduits. Une difficulté supplémentaire car les espaces en Guinée sont restreints, même au sein des parcs nationaux, en raison de la déforestation massive. Relâcher un chimpanzé est une opération qui doit respecter les critères stricts de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Aucune réintroduction n’est possible avant l’âge de 15 ans, moment où un chimpanzé peut prendre sa place dans un groupe déjà constitué. Le centre a réalisé sa première réintroduction en milieu sauvage en 2008, sur le site de Bakaria, à une trentaine de kilomètres du sanctuaire. Douze jeunes adultes ont été remis en liberté, équipés de colliers GPS, afin de les suivre à distance. L’adaptation est toujours plus difficile pour les mâles car, à l’état sauvage, ils restent toute leur vie dans le groupe de leur mère. Seules les femelles partent, pour éviter la consanguinité. Les premiers résultats sont encourageants puisque certaines femelles ont intégré des groupes de chimpanzés sauvages et donné naissance à des petits. Ce processus ne peut malheureusement pas être proposé à tous les chimpanzés recueillis, qui souffrent de traumatismes irréversibles. Ils restent alors au centre.

    À lire aussi :

    Frans de Waal : la vérité sur les émotions animales

    Que peut faire la France pour sauver les grands singes?

     


    Autres articles à lire

  • Les animaux sauvages sont de retour à Paris

    Faune sauvageLa chaîne M6 diffusera le 1er janvier 2017 à 21h le film de Frédéric Fougea « La plus belle ville du monde ». Une réalisation entre le documentaire et le conte, qui montre un Paris inattendu, peuplé de 3000 espèces sauvages installées dans la capitale.

    22 Décembre 2016
  • Ringo, Rafa, Rudo… Choisissez le prénom de ce bébé rhinocéros !

    Faune sauvageÀ l’occasion de la naissance d’un bébé rhinocéros blanc, un événement rare, dans la réserve africaine de Sigean (dans l’Aude), il est possible de voter pour son prénom sur Facebook. Le résultat sera annoncé lors de la Journée mondiale du rhinocéros, le 22 septembre.

    20 Septembre 2018
  • Lycaon, entre chien et loup

    Faune sauvageLe lycaon est souvent surnommé le loup peint tant sa robe, fauve, noire, crème et blanche, est caractéristique. Tout comme son comportement de prédateur qui lui vaut d’être autant haï que les hyènes. Pourtant, ce chien sauvage est un mammifère des plus sociables et dévoués à son clan. Rencontre…

    01 Juin 2015
  • Des photos pour défendre la vie sauvage avec humour

    Faune sauvageLe Comedy Wildlife Photography Awards a récompensé les photos les plus drôles d’animaux de l’année 2016. Le but de ce concours ? Sensibiliser le grand public à la préservation de la vie sauvage en jouant la carte de l’humour.

    09 Décembre 2016
  • Hécatombe de dauphins et de phoques sur les côtes américaines

    Faune sauvageDes dizaines de dauphins et des centaines de phoques se sont échoués ces deux derniers mois sur les plages de Floride et du nord-est des Etats-Unis, ont annoncé vendredi les autorités américaines.

    03 Septembre 2018
  • Les plus belles photos « nature » du concours National Geographic

    Faune sauvageVoici les gagnants de la catégorie nature du grand concours annuel de photographies de voyage organisé par le prestigieux magazine National Geographic.

    23 Août 2017
  • Qu’est-ce que la sixième extinction massive des espèces ?

    Faune sauvageUne étude montre que la sixième extinction massive de la biodiversité s’accélère : un plus grand nombre d’animaux et de plus en plus d’endroits de la planète sont touchés. Phénomène rapide, globalisé et lié à l’activité humaine, voici ce que l’on sait aujourd’hui de cette crise alarmante.

    11 Juillet 2017
  • Des gènes de la domestication découverts chez les renards

    Faune sauvage'Si tu veux un ami, apprivoise-moi' dit le renard. Que faut-il faire ? répond le Petit prince. Débutée il y a 60 ans, une expérience sur des renards visant à mieux comprendre le processus d'apprivoisement a permis de découvrir des gènes impliqués dans l'agressivité et la domestication.

    08 Août 2018
  • ArAnimA : de l’art engagé au service de la cause animale

    Faune sauvageGrâce à l’organisation d’une vente caritative réunissant une centaine d’œuvres et 48 artistes, l’association ArAnimA a remis un chèque de 3 546 euros à One Voice afin de soutenir l’ONG dans son action contre la captivité des cétacés.

    25 Décembre 2017
  • Allemagne: cinq félins dont deux lions s'échappent d'un zoo

    Faune sauvageLes cinq félins qui s'étaient échappés d'un zoo dans l'ouest de l'Allemagne ont été retrouvés et capturés vendredi, ont annoncé à l'AFP les autorités locales.

    01 Juin 2018
  • La sexualité de nos animaux 36/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… un peu d'anatomie.

    07 Mai 2016
  • Coronavirus : le pangolin, chaînon manquant potentiel dans l'épidémie

    Faune sauvageQuel est l'animal qui a transmis le nouveau coronavirus à l'homme ? Pour identifier le suspect, les chercheurs se sont lancés dans une traque méthodique, digne d'une enquête de police scientifique. Le pangolin -espèce la plus braconnée au monde et commercialisée illégalement en Chine- serait le principal suspect.

    07 Février 2020
  • Covid-19 : le Pérou appelle à protéger les chauves-souris

    Faune sauvageLes autorités péruviennes ont demandé mercredi à la population de ne pas tuer les chauves-souris, après le sauvetage de 200 de ces mammifères que des paysans s'apprêtaient à brûler les rendant responsables de l'épidémie de coronavirus.

    26 Mars 2020
  • La sexualité de nos animaux 34/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la sodomie.

    05 Mai 2016
  • Coronavirus : les humains confinés, la nature reprend ses droits

    Faune sauvageLes oiseaux chantent à tue-tête, les sangliers se promènent en ville, les dauphins sont de sortie. Avec le confinement, animaux sauvages et plantes profitent du calme retrouvé, tandis que les humains, prennent plus le temps d'observer la nature.

    30 Mars 2020
  • La sexualité de nos animaux 37/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les distinctions.

    08 Mai 2016
  • La sexualité de nos animaux 31/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… sexe et reproduction.

    02 Mai 2016
  • La couleur de vos vêtements peut avoir un impact sur les animaux

    Faune sauvageUne balade en forêt avec un T-shirt bleu ? Ce choix vestimentaire pourrait déranger les habitants des lieux…

    27 Janvier 2020
  • Zoos à l’arrêt : quelles conséquences sur les animaux ?

    Faune sauvageAu même titre que les restaurants, les cinémas ou encore les refuges, les parcs zoologiques ont eux aussi dû fermer leurs portes au public. Cela a-t-il des conséquences sur le soin des animaux ? Rencontrent-ils des difficultés ? Animaux-Online fait le point.

    01 Avril 2020
  • Deux ourses vont être réintroduites dans les Pyrénées, colère en Béarn

    Faune sauvageLe ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé jeudi à Pau que deux ourses slovènes seraient lâchées 'd'ici début octobre' dans les Pyrénées occidentales, une annonce saluée par des ONG mais dénoncée par les éleveurs locaux jurant déjà de les 'enlever'.

    21 Septembre 2018