Vaccins : mieux vaut prévenir que guérir


  • Vaccins : mieux vaut prévenir que guérirPhoto : Shutterstock/belozu
  • Chiens/ Santé

    Un vaccin n’a d’intérêt que s’il permet à votre animal d’échapper à une maladie infectieuse à laquelle il est exposé. Les risques évoluant en fonction de divers critères, le vétérinaire reste le meilleur interlocuteur pour décider, avec vous, de la stratégie la plus efficace.

    Contre quelle maladie et à quelle fréquence un animal doit-il être vacciné ? Plusieurs paramètres doivent être considérés. Pour cette raison, les vaccinations sont préconisées de manière personnalisée en fonction de la race, du comportement, du mode de vie et de la région fréquentée par l'animal.

    DANS LES RÉGIONS À RISQUES

    La piroplasmose, dans le Sud-Ouest, le Centre et l’Est

    C’est une tique accrochée au pelage d’un chien qui le contamine en lui pompant son sang. En effet, elle lui transmet ce faisant des petits parasites présents dans sa salive. Comme les tiques ne vivent pas sur le bitume, ni dans les gazons de golf (coupés trop court !), ce sont surtout les chiens qui se rendent dans un endroit où les herbes sont hautes qui sont le plus exposés, notamment dans les régions du Sud-Ouest, du Centre et d’une partie de l’Est de la France, où les tiques sont bien installées. Dans ces endroits, le vaccin (rappel annuel) est particulièrement recommandé. Dans les autres régions de France, cela dépend du mode de vie du chien : un citadin peut ainsi se contenter d’un répulsif antitiques pour protéger son animal à l’occasion d’une promenade…

    La maladie de Lyme dans l’Est

    Là encore, le coupable est une tique qui transmet une bactérie cette fois. Cependant, sa fréquence est déjà plus rare. Ce sont donc surtout les chiens installés en zone rurale de l’est de la France qui sont exposés et pour lesquels on recommande un vaccin (rappel annuel).

    La leishmaniose sur le pourtour méditerranéen

    C’est un petit insecte parfois confondu avec le moustique (le phlébotome), qui transmet le parasite. La leishmaniose peut se déclarer longtemps après la piqûre. Celle-ci peut évoluer sur un mode plus ou moins grave, mais faute de traitement pour éradiquer le parasite, un chien touché reste atteint toute sa vie, souffrant d’abattement, de fatigue et d’amaigrissement. Progressivement, le poil se fait terne et plus rare, la peau s'épaissit sur le dos et des rougeurs apparaissent. Autour de son museau, de ses yeux et de ses oreilles, les poils tombent (dépilation). À terme, le malheureux animal présente des ulcérations autour des yeux et des lèvres, des nodules de la peau, un gonflement des ganglions ainsi qu'un allongement anormal des ongles. Ces signes n’apparaissent pas forcément tous. Afin d'éviter ce scénario catastrophe, le vaccin est recommandé partout où la maladie a été repérée, c’est-à-dire dans le Languedoc- Roussillon, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Drôme, l’Ardèche, la Lozère, l’Aveyron et la Haute-Vienne.

    SELON LE STYLE DE VIE DU CHIEN

    La leptospirose, pour les « chiens des champs »

    Cette infection ne sévit pas en ville. L’animal se contamine au cours d’une baignade dans des eaux stagnantes infestées par des urines de rongeurs porteurs de la bactérie. Les chiens qui ne fréquentent que les milieux urbains et/ou qui détestent se baigner peuvent donc se passer du vaccin. En revanche, les chiens qui vivent à la campagne, les chiens de chasseurs et les amateurs de baignades ont tout intérêt à se faire vacciner (rappel tous les 6 mois), faute de quoi, ils risquent une jaunisse et une grave infection rénale. En outre, cette infection est contagieuse pour l’homme (zoonose).

    La toux du chenil dans les collectivités

    Cette infection virale ou bactérienne, responsable d’une toux sèche et quinteuse, peut donc s’attraper partout en France, à partir du moment où le chien se retrouve en collectivité, à l’occasion d’un séjour en pension, d’une exposition, etc. Dans ce cas, il faut le faire vacciner. Certaines pensions l’exigent même pour admettre le chien.

    QUATRE VACCINATIONS CANINES INCONTOURNABLES

    La pertinence de certains vaccins ne se discute pas car il existe un risque réel d’affections graves aux traitements difficiles. C’est notamment le cas de la maladie de Carré (rappel annuel), mortelle ou source de séquelles neurologiques graves, de l’hépatite contagieuse canine à l’origine de 30 % de mortalité (rappel tous les un ou deux ans), de la parvovirose à l’origine de gastro-entérites hémorragiques mortelles (rappel annuel) et de la rage (rappel annuel). Pour cette dernière, les raisons sont un peu particulières : hormis les chiens de catégorie 1 et 2, des chiens passant les frontières et, bien souvent, de ceux qui se rendent dans un camping qui ont obligation de le faire, cela évite des frayeurs au cas où un cas de rage serait signalé à proximité de chez soi.

    LES VACCINS RECOMMANDÉS AUX CHATS D’EXTÉRIEUR

    Il suffit que votre compagnon croise le chemin d’un autre chat porteur de la leucose pour l’exposer à ce virus, source d’une immunodéficience et de tumeurs souvent fatales. En effet, la contamination se fait par la salive, le sang et les urines. Il n’y a pas de traitement, seul le vaccin (rappel annuel) protège votre animal. Ce vaccin est volontiers couplé à celui du coryza infectieux félin, source de troubles respiratoires. Il en est de même pour le vaccin contre la chlamydiose féline, responsable de troubles oculaires et respiratoires, surtout graves chez les chatons (50 % de mortalité). Reste le vaccin contre la rage, recommandé aux chats allant en extérieur.

    LE VACCIN SPÉCIFIQUE AUX CHATS D’INTÉRIEUR

    Le typhus ou la panleucopénie infectieuse se traduit par des troubles digestifs et neurologiques potentiellement graves. Le virus étant résistant, n’importe qui peut en ramener sous ses semelles de chaussures et ainsi contaminer son propre chat. Mieux vaut donc le faire vacciner en prévention.

    LE MEILLEUR MOMENT
    Cela dépend des risques encourus par l’animal, mais pas seulement. Par exemple, quand on fait l’acquisition d’un second animal, sur le plan infectieux, cela revient à avoir une petite collectivité, d’où l’intérêt de vérifier que les deux animaux sont en bonne santé, à jour de leurs vaccins et de vous renseigner sur l’opportunité d’en faire un nouveau, comme la toux du chenil. Vacciner après avoir vermifugé et traité son animal contre les puces et leurs larves, c’est mieux, car ces parasites internes et externes ont le mauvais goût de diminuer la réponse immunitaire aux vaccins. Enfin, à quelques semaines des départs en vacances, il est encore temps de se préoccuper des risques encourus en fonction des régions visitées durant les beaux jours ! 

    Autres articles à lire

  • Comment protéger votre animal contre les tiques ?

    ChiensProtéger son animal contre les tiques est essentiel ! Ces gros acariens peuvent transmettre un ou plusieurs parasites ou bactéries (et donc des maladies) lorsqu’elles « pompent » le sang de leur hôte pour se nourrir.

    06 Novembre 2018
  • 5 fruits et légumes à ne surtout pas donner à votre animal !

    ChiensDe nombreux maîtres aiment faire goûter de nouvelles choses à leur animal afin d’en apprendre un peu plus sur ses goûts. Si cela n’est pas dangereux dans la plupart des cas, il faut toutefois savoir ce qu’il ne faut pas donner à son animal, sous peine de grave intoxication…

    15 Septembre 2020
  • Comment réagir s’il vient d’avaler mes médicaments

    ChiensQuelques bons réflexes à connaître.

    01 Mars 2016
  • Un premier salon dédié au bien être des chiens dans l’Oise

    ChiensMassage, toilettage, communication, ostéopathie … ce samedi 12 novembre, au Potager des Princes à Chantilly, des experts canins délivreront leurs conseils dans le cadre d’un salon entièrement dédié au bien-être des chiens.

    08 Novembre 2017
  • Santé : les labradors victimes de leur succès…

    ChiensD’après une nouvelle étude, le labrador rencontrerait des problèmes de santé causés par son succès. Plus étonnant, le labrador chocolat, encore plus prisé, serait davantage sujet aux otites et aux problèmes de peau. Cela s'expliquerait par la perte de diversité génétique.

    24 Octobre 2018
  • Les dermatites à la loupe

    ChiensDémangeaisons, rougeurs, irritations… La fourrure de votre chien ou de votre chat n’est pas toujours sans plaie et sans reproche ! Lorsque dermatite (inflammation de la peau) il y a, mieux vaut en trouver la cause exacte car la réussite du traitement en dépend.

    15 Novembre 2015
  • Surveiller un chien diabétique

    ChiensUn diabète mal équilibré est une source de problèmes, un peu comme si votre animal subissait un vieillissement accéléré au niveau de ses artères, de ses reins, de ses yeux, sans compter un risque accru de cancer. Il faut donc le surveiller de près !

    15 Décembre 2015
  • Comme prévenir le diabète?

    ChiensChiens et maîtres partagent tout, y compris les problèmes de santé. Alors quand le diabète explose chez les humains, chiens et chats connaissent le même sort, à moins de tout miser, tout de suite, sur la prévention!

    08 Avril 2017
  • Mon vieux chien devient insomniaque

    ChiensLes troubles du sommeil chez les chiens âgés sont souvent le signe d’un problème médical. Une visite chez le vétérinaire s’impose pour en trouver les origines.

    01 Avril 2016
  • Il a de la fièvre, dois-je m'inquiéter ?

    ChiensLa fièvre est un symptôme à prendre au sérieux car, comme chez l’humain, elle annonce toujours que quelque chose ne tourne pas rond. Quoi ? Là est toute la question ! Animaux-online vous éclaire sur ce sujet brûlant.

    31 Décembre 2015
  • Il boite, est-ce forcément une entorse ?

    ChiensChez le chien, il n’y a pas d’âge pour boiter. Pas de patte prédestinée non plus. Patte avant, patte arrière, au cours d’un jeu, d’une promenade ou même sans raison apparente, la boiterie peut apparaître. Et ce n’est pas toujours une entorse…

    08 Décembre 2018
  • Et si c'était une urgence?

    ChiensQuand notre petit compagnon montre des signes de maladie ou de faiblesse, difficile de savoir si cela va passer, s’il peut attendre le rendez-vous vétérinaire ou si c’est une urgence. Pourtant, certains comportements ou symptômes peuvent nous mettre sur la voie…

    05 Décembre 2016
  • Comment protéger son chien de la leishmaniose ?

    ChiensQuarante mille chiens sont infectés chaque année sur notre territoire par cette parasitose que l’on ne sait pas guérir. Il existe toutefois un traitement à vie, lourd et coûteux.

    03 Août 2018
  • Post-confinement : gérer le retard pris pour ses soins

    ChiensDurant la période de confinement imposée par l’épidémie du coronavirus Covid-19, les soins vétérinaires non urgents ont été reportés, les balades des chiens écourtées et le rythme de vie du foyer, chamboulé. De quoi perturber la santé de nos petits compagnons !

    20 Juin 2020
  • Comment lever un chien peu mobile ?

    ChiensAnimaux-online prodigue les bons gestes que le maître doit suivre pour lever un chien immobiliser de l'arrière-train tout en préservant son dos.

    11 Février 2016
  • REPAS DE fêtes : comment bien partager

    ChiensEnfants et adultes ne sont pas les seuls à aimer les copieux repas familiaux de fin d’année : nos petits compagnons savent aussi les apprécier. Mais prudence, les excès de bonne chère, volontaires ou non, peuvent se révéler nocifs pour eux!

    22 Décembre 2016
  • Soigner par le toucher

    ChiensOstéopathie et acupuncture sont des méthodes douces dont les champs d’application dépassent ceux des «simples» problèmes locomoteurs.

    02 Avril 2017
  • Pourquoi mon chien devient-il incontinent urinaire ?

    ChiensQuel que soit l’âge, le sexe ou la race, le contrôle de l’appareil urinaire peut s’altérer chez le chien. Pour le praticien, la difficulté consiste à en trouver la cause pour proposer le bon traitement.

    31 Janvier 2019
  • Comment évaluer de l’état d’un animal victime d’un accident ?

    ChiensCette chek-list de 7 gestes vous permettra d’avoir une idée assez précise de son état de santé sur les conseils de Dany et Patrice Boudot du Centre de formation cyno-aquatique et de secourisme de la Meuse Terre-neuve 55.

    16 Juin 2016
  • Le cannabis médical intéresse aussi les vétérinaires

    ChiensEn 2017, une étude du cabinet Grand View Research évaluait que le marché du cannabis médical pourrait atteindre 49 milliards d’euros en 2025. Ces estimations ne prennent en compte que les applications liées à la santé humaine. Or un autre secteur s’intéresse aux usages du cannabis, c’est celui de la santé animale.

    25 Janvier 2020