Pourquoi les macaques japonais ont-ils le visage rouge ?


  • Pourquoi les macaques japonais ont-ils le visage rouge ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Cécile Garcia, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et Lucie Rigaill, Kyoto University

    La couleur rouge a de tout temps occupé une place particulière au sein des sociétés humaines. Associée à la puissance et à la richesse pendant l’Antiquité, elle revêt ensuite de multiples symboliques selon les époques, évoquant tour à tour le sang du Christ, l’amour, la beauté, mais aussi la violence ou l’immoralité…

    De nos jours, dans l’inconscient collectif, la couleur rouge est souvent associée à la sexualité et à la « sexitude ». Différentes études ont en effet montré que le rouge augmentait l’attractivité sexuelle. Il semble que les hommes perçoivent les femmes vêtues ou ornementées de rouge comme sexuellement réceptives et attractives, la réceptivité sexuelle perçue étant potentiellement responsable du lien rouge-attraction. Mais qu’en est-il chez d’autres espèces, et notamment chez les primates non-humains ?

    Les primates représentent le groupe de mammifères le plus coloré et les mâles et les femelles de nombreuses espèces développent une coloration rouge au niveau de différentes parties du corps telles que la face, la poitrine, l’aire ano-génitale ou les pattes arrière.

    Femelle macaque japonais. Lucie RigaillAuthor provided

    Le rouge comme attracteur sexuel

    Il semblerait qu’une coloration rouge de la peau joue aussi un rôle dans l’attractivité sexuelle chez ces espèces. Jusqu’ici, la plupart des études s’intéressant au lien entre couleur et attractivité se sont focalisées sur la couleur des mâles. Ces études montrent que les femelles sont plus attirées par les mâles les plus colorés, notamment chez le macaque rhésus.

    La coloration de la peau chez les mâles a aussi été associée à d’autres caractéristiques individuelles telles que le statut social au sein du groupe, les mâles les plus dominants étant les plus colorés. Le développement et le maintien de ces ornements colorés s’expliquent par la théorie de la sélection sexuelle développée par Charles Darwin dès 1859 et qui prédit que la présence de certains caractères (parfois extravagants voire handicapants, avec l’exemple classique de la queue du paon) ou leur plus forte expression chez un seul des deux sexes s’explique par l’avantage que de tels caractères procurent dans l’accès aux partenaires sexuels.

    Ainsi, la sélection sexuelle pourrait opérer à deux niveaux : entre les sexes, les mâles et les femelles choisissent le partenaire ayant les attributs les plus attirants (sélection intersexuelle) ; et au sein du même sexe, avec une compétition entre les individus de même sexe afin d’accéder au partenaire (sélection intrasexuelle).

    La coloration des mâles primates peut avoir évolué par le biais de ces deux mécanismes de sélection, intra- et intersexuel. Mais qu’en est-il chez les femelles primates ? L’expression de ces ornements pourrait avoir été maintenue au cours de l’évolution car ceux-ci conféreraient un avantage reproductif aux femelles « porteuses » qui seraient plus attirantes pour les mâles. La plupart des études sur les traits colorés chez les femelles primates (p. ex. mandrills, babouins) s’est focalisée sur la couleur du gonflement des parties génitales et a cherché à comprendre si ce signal facilement visible pouvait indiquer de façon fiable si les femelles étaient fécondes.

    Un indicateur du moment d’ovulation

    Dans notre étude chez le macaque japonais, nous avons analysé le rôle d’un autre trait coloré, la couleur de la face et de l’arrière-train, afin de comprendre si les variations de couleur de ces ornements pouvaient indiquer de façon fiable le moment de l’ovulation et/ou les caractéristiques individuelles, telles que le rang social ou la parité (nombre de gestations).

    Dans cette espèce qui ne présente pas de gonflement sexuel chez l’adulte (point commun avec l’espèce humaine – fort heureusement pour nous !), les deux sexes arborent une coloration rouge de la face et de l’arrière-train avec un pic de coloration au moment de la saison de reproduction.

    Une femelle macaque japonais avec une magnifique face colorée. Lucie Rigaill, Author provided

    En combinant des observations comportementales, des analyses photographiques et des données hormonales, notre étude chez 12 femelles macaques japonais montre que cette coloration liée aux changements de concentration des hormones sexuelles ne fournit pas d’indication fiable du timing exact de l’ovulation : les femelles ne sont pas plus rouges ou plus foncées au niveau de la face et de l’arrière-train lorsqu’elles ovulent. De ce fait, les mâles macaques japonais ne peuvent pas savoir à coup sûr à quel moment les femelles sont potentiellement fécondes en utilisant ce trait (ou d’autres traits tels que le comportement des femelles ou leurs vocalisations qui ne sont pas non plus des indicateurs fiables du moment de l’ovulation, comme nous l’avons montré dans une précédente étude.

    Ceci est différent de ce qui se passe dans d’autres espèces de primates, notamment le macaque rhésus, chez qui la couleur de la face (mais pas de l’arrière-train) semble fournir une indication fiable du bon moment pour copuler. Les femelles macaques japonais semblent donc « cacher » ou ne pas afficher clairement leur ovulation, au moins au travers de la coloration de leur face ou de leur arrière-train. Ainsi, les femelles en ovulation ne sont pas monopolisées par un mâle et peuvent choisir plus librement leur partenaire sexuel, voire copuler avec plusieurs partenaires différents. Si la couleur de la peau ne semble pas être un indicateur du moment de l’ovulation dans cette espèce, quels sont les indices que pourraient utiliser les mâles pour savoir s’ils ont une chance de se reproduire et quelle est la fonction de cet indice visuel ?

    Une indication de statut social

    Pour répondre à la première question, même si la coloration de la peau n’indique pas précisément le moment de l’ovulation, l’arrière-train des femelles devient plus clair après l’ovulation qu’avant l’ovulation. Ce trait visuel semble donc être un indicateur grossier de la fenêtre pendant laquelle il pourrait être bon d’investir du temps et de l’énergie à copuler avec une femelle qui pourrait potentiellement ovuler. Ces résultats sont cohérents avec ceux obtenus lors d’une précédente étude montrant que la face des femelles devient plus foncée pendant le premier mois de gestation vs le mois avant la conception, suggérant que les femelles pourraient signaler leur gestation via ce changement de coloration que les mâles pourraient utiliser pour ne pas perdre d’énergie à copuler « inutilement » (sans aucune chance que cela aboutisse à une conception) avec des femelles gestantes. C’est d’ailleurs ce qu’ils semblent faire, puisque les mâles de la population sauvage (Koshima) que nous avons suivie ne copulent pas avec des femelles déjà gestantes.

    Une petite sieste au soleil… Lucie Rigaill, Author provided

    En ce qui concerne la deuxième question – quelle est la fonction de la coloration rouge de la face et de l’arrière-train ? – notre étude montre qu’il existe une relation entre la couleur de la peau et le statut social : les femelles de haut statut social ont des arrières trains plus foncés et qui tendent aussi à être plus rouges.

    C’est la première fois que cette relation est établie chez des femelles primates, car jusqu’ici celle-ci avait été uniquement mise en évidence chez les mâles. Cette relation couleur-rang social pourrait être particulièrement intéressante pour les mâles venant d’intégrer un nouveau groupe ou pour les mâles périphériques au groupe (les copulations extragroupe ne sont pas rares chez les primates non-humains, et notamment chez les macaques japonais). En effet, contrairement aux mâles résidents qui bénéficient d’un savoir concernant le rang social ou l’histoire reproductive (le nombre de naissances par femelle) des femelles de leur groupe et n’ont donc pas nécessairement besoin d’un signal visuel supplémentaire pour confirmer ce savoir, les mâles « naïfs » pourraient utiliser la coloration de la peau des femelles pour décider avec quelles femelles copuler : les femelles dominantes qui ont le plus de chances de concevoir.

    À l’issue de ces recherches, certaines questions restent encore en suspens : les mâles préfèrent-ils les femelles plus rouges ou plus foncées dans cette espèce ? Est-ce plutôt la combinaison de plusieurs indices (comportements, odeurs, cris de copulation, couleur de la face et de l’arrière-train) qui permet aux mâles macaques japonais de décider à quel moment copuler avec telle ou telle femelle ? La communication sexuelle de cette espèce n’a pas encore livré tous ses secrets…The Conversation

    Cécile Garcia, Chargée de Recherche - CNRS, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et Lucie Rigaill, Professeure-assistante, Kyoto University

    Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


    Autres articles à lire

  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Diable de Tasmanie : pour la première fois observable en France

    Faune sauvageAfin de protéger ce marsupial australien du cancer qui le décime, un programme s’efforce de capturer les individus sains, de les placer dans une zone protégée de la Tasmanie ainsi que dans des zoos pour multiplier les viviers sains et travailler sur un vaccin.

    18 Avril 2019
  • Indonésie : non, les populations d’orangs-outans ne sont pas en hausse

    Faune sauvageContrairement aux récentes déclarations du gouvernement indonésien, les populations d'orangs-outans n'ont pas augmenté, loin s'en faut.

    09 Novembre 2018
  • Où écouter le brame du cerf ?

    Faune sauvageLa saison du brame va bientôt commencer. En choisissant un massif forestier réputé pour sa diversité en cervidés, vous avez toutes les chances d’assister à ce moment magique. Une paire de jumelles et beaucoup de discrétion sont primordiaux pour ne pas en rater une miette. Suivez le guide…

    24 Août 2016
  • Australie : l'ornithorynque au bord de l’extinction

    Faune sauvageLes sécheresses et autres manifestations du réchauffement climatique exercent en Australie une pression de plus en plus forte sur la population d'ornithorynques, au point de les pousser vers l'extinction, avertissent des chercheurs dans une nouvelle étude.

    22 Janvier 2020
  • En Afrique du Sud confinée, l'essor du safari virtuel

    Faune sauvageAlors que la pandémie de coronavirus a vidé les parcs nationaux de leurs hordes de visiteurs, les animaux déambulent sans gêne sous l’œil de quelques caméras... Et de milliers d'internautes !

    08 Avril 2020
  • Bornéo : libération d’un orang-outan albinos rare

    Faune sauvageAprès un sauvetage en 2017, Alba, la seule orang-outan albinos connue, a pu être relâchée fin décembre 2018. Elle est placée sous haute surveillance.

    10 Janvier 2019
  • Landes : les associations mobilisées pour les deux macaques survivants

    Faune sauvageEn majorité porteurs du virus de l’herpès B, 163 macaques de Java du parc de la Pinède des singes dans les Landes, aujourd’hui fermé, ont été euthanasiés en mai dernier. Deux singes du même groupe, jusque à présent en semi-liberté, viennent d’être capturés et testés pour savoir s’ils sont porteurs du virus. Les associations demandent à ce qu’ils soient placés dans un refuge adapté.

    09 Août 2017
  • Indonésie: le macaque au selfie nommé « personnalité de l'année »

    Faune sauvagePeta a distingué Naruto, un macaque en Indonésie, devenu mondialement célèbre après avoir dérobé l’appareil d’un photographe animalier et s’être pris en photo. Après une bataille judicaire, il a pu toucher une partie des droits d’auteur de l’image.

    06 Décembre 2017
  • Dans l'intimité des suricates

    Faune sauvageEn plein cœur du désert du Kalahari, les photographes animaliers Marie-Luce Hubert et Jean-Louis Klein ont suivi un clan de suricates, ces petites mangoustes du désert. Ils nous font découvrir une tranche de vie de ces sentinelles à la vie sociale très riche…

    04 Août 2017
  • Les deux macaques de la Pinède des singes enfin sauvés

    Faune sauvageLes deux singes survivants, après l’euthanasie de 163 macaques en mai dernier dans les Landes, ont été sauvés grâce à la mobilisation de plusieurs associations dont la Fondation 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot. Ils vont être placés dans le sanctuaire du Refuge de l’Arche, en Mayenne.

    13 Septembre 2017
  • Disparition de Bridget, la lionne à crinière

    Faune sauvageUne lionne de 18 ans avait étonné le monde entier en développant une crinière, fait rarissime pour une femelle de son espèce. Ses soigneurs du zoo d’Oklahoma, aux États-Unis, ont annoncé la triste nouvelle de sa mort, survenue le 4 avril.

    06 Avril 2018
  • Les humains sont capables de décrypter les cris des chimpanzés

    Faune sauvageAux cris d'un chimpanzé, les humains sont capables de deviner si le primate se fait attaquer, découvre de la nourriture ou subit une séance de chatouilles, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

    17 Juin 2020
  • Lionne abattue dans un zoo belge : une mort « inexplicable »

    Faune sauvageUne jeune lionne échappée de son enclos a été tuée d'un coup de feu jeudi dans un zoo de Belgique, suscitant de vives critiques d'un ministre et d'une association de défense des animaux qui ont mis en cause les méthodes de la police.

    22 Juin 2018
  • Le chat sauvage d’Écosse, une espèce aux portes de la disparition

    Faune sauvageDepuis une dizaine d’années, de nombreux acteurs se sont élevés pour essayer de préserver une espèce emblématique des Highlands : le chat sauvage d’Écosse. Anne Étourneau, fondatrice de la société FranceAgora – l’intermédiaire français des projets écossais – nous parle plus en détails de cet animal et des mesures mises en place pour le protéger.

    14 Septembre 2018
  • La gorille Koko est morte

    Faune sauvageLe gorille qui parlait le langage des signes est mort ce jeudi 21 juin à l’âge de 46 ans. Mondialement célèbre, la primate (c'était une femelle) a été élevée par l’éthologue Penny Patterson dont les travaux scientifiques ont suscité la polémique à cause d’une trop grande proximité affective avec Koko.

    21 Juin 2018
  • L'arche de Namibie

    Faune sauvageDu nord au sud, la Namibie est une terre de contrastes. Entre le désert du Kalahari, le désert du Namib et la Skeleton Coast, la faune sauvage a su s’adapter à l’intense sécheresse et y trouver des lieux de tranquillité, jusque-là à l’abri du braconnage.

    05 Septembre 2017
  • La girafe rejoint la liste des espèces menacées

    Faune sauvageLe plus grand animal terrestre, longtemps considéré comme peu en danger, est désormais un animal vulnérable qu’il devient urgent de protéger. En 30 ans, 40% des girafes dans le monde ont disparu.

    09 Décembre 2016
  • Patagonie chilienne : Le lion des montagnes

    Faune sauvageLe puma est le plus grand des félidés, autrement dit le plus grand des petits félins. Traqué par les bergers de Patagonie ou les cow-boys du Far West, cet agile prédateur, rapide et puissant, a appris à se faire discret. Le déclin de sa population en a même fait une espèce rare…

    15 Novembre 2018
  • Projet « Dulan » : le nouveau défi de l’association Kalaweit

    Faune sauvageLes équipes de l'association Kalaweit, fondée il y a 20 ans par Chanee, viennent de découvrir un petit bijou de biodiversité sur l'île de Bornéo. Seul problème, ces 1 500 hectares de forêts sont encerclés par des compagnies de charbon et d'huile de palme…

    17 Décembre 2018