Le Roi lion : Simba et Nala sont en vérité frère et sœur


  • Le Roi lion : Simba et Nala sont en vérité frère et sœurPhoto : The Walt Disney Company France
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Le film actuellement au cinéma se veut le plus proche possible de la réalité dans le visuel des animaux et leurs comportements. Mais dans la nature, l’histoire du Roi lion serait tout autre… Julie Platel, éthologue et responsable de la médiation scientifique au parc zoologique de Thoiry, nous le montre en nous expliquant le fonctionnement d’un harem.

    Comme présenté dans le film « Le Roi lion » de Disney, un harem est constitué d’un mâle dominant et de 10 à 30 lionnes. Toutefois, il ne s’agit pas d’un règne où la descendance du mâle prendra le relais, bien au contraire. Le mâle fait d’ailleurs fuir les lionceaux afin d’éviter toute mutinerie au moment de leur puberté. « Tous les 2-3 ans, un mâle plus jeune, plus fort et génétiquement éloigné va combattre l’actuel « roi lion » pour lui prendre son harem et, généralement, il gagne. Ce mécanisme permet un brassage génétique puisque c’est le mâle du harem qui féconde toutes les femelles, explique Julie Platel, éthologue et responsable de la médiation scientifique au parc zoologique de Thoiry. Ainsi, changer régulièrement de mâle dominant permet notamment d’éviter les reproductions "père-fille" ». De ce fait, dans la nature, Mufasa serait obligatoirement le père de Simba et Nala. « Dès lors, à la fin de l’histoire, lorsque Simba reprend le harem, il se reproduit avec sa demi-sœur, mais aussi avec sa mère, ses tantes, ses cousines, etc. C’est tout de suite beaucoup moins magique ! », s’amuse l’éthologue.

    À Thoiry, il y a trois petits harems et les trois mâles ne se rencontrent jamais afin de limiter leur énervement (bien qu’ils s’entendent et se sentent). « En captivité, le lion reste à la tête du harem pendant plus de 3 ans, c’est pourquoi nous devons retirer les lionceaux mâles lorsqu’il y en a car au bout de 2 ans, généralement, le père ne les accepte plus et d’importantes tensions émergent », explique Julie Platel. De plus, le parc sert de réservoir génétique. Il faut donc contrôler de manière précise les accouplements. « Quand un mâle a eu de nombreuses portées avec son harem, on le déplace dans un nouveau harem avec de vieilles lionnes et on introduit un nouveau lion plus jeune », précise-t-elle.

    Une nature cruelle

    Autre comportement que Disney ne montre pas (et pour cause) : lorsque le jeune mâle arrive, il tue et mange tous les lionceaux présents car les femelles ne seront pas en chaleur tant que les petits n’auront pas atteint leur maturité sexuelle, à l’âge de 2-3 ans. Or, il veut se reproduire le plus rapidement possible. « Il est possible que les femelles, nombreuses et pas d’humeur, refusent le nouveau mâle (jeune et peu expérimenté) et le chassent pour protéger leurs petits, admet Julie Platel. Elles restent ainsi sans « roi » pendant un certain temps. Les lions sont les seuls félins à être sociaux, les relations peuvent donc être compliquées, comme chez les humains ! »

    À lire aussi :  Un zoo anglais organise un jeu de tir à la corde avec des lions

    Les lionnes, la vraie force du clan

    Du côté du mâle déchu, il va se mettre en quête soit d’un autre harem, soit d’autres mâles comme lui afin de créer une coalition pour la chasse. En effet, ce sont habituellement les femelles qui s’occupent de cette tâche. « Elles sont la vraie force du clan, ce qui n’est pas assez montré dans le film Disney », déplore l’éthologue. Elles chassent en groupe, ce qui leur permet de moins se fatiguer et de mettre en place des stratégies pour pouvoir attraper des grosses proies, comme de jeunes éléphants ou des girafes, afin de nourrir tout le harem d’un coup. « C’est d’abord le mâle qui se nourrit, puis les lionceaux, et enfin les femelles. S’il ne reste plus rien pour elles, elles sont obligées d’y retourner », détaille-t-elle. Le mâle, lui, a un rôle protecteur. Son rugissement est perceptible à 5 km de distance, et il urine tout autour de son territoire pour le marquer et dissuader les intrus d’attaquer.

    À lire aussi :  Disparition de Bridget, la lionne à crinière


    Autres articles à lire

  • Deux ourses slovènes emménagent dans les Pyrénées

    Faune sauvageDeux ourses slovènes viennent d’être relâchées dans les Pyrénées occidentales afin de venir renforcer la petite population qui s’y trouve.

    05 Octobre 2018
  • Un louveteau affaibli et errant : la faute aux tirs de loups

    Faune sauvageUn louveteau affaibli, apparemment blessé, a été aperçu à plusieurs reprises depuis quelques jours par des habitants de la station de ski de Valberg (Alpes-Maritimes). Selon l’association Ferus, les causes de cette errance sont les tirs de loups autorisés par l’État, qui ont décimé sa famille…

    28 Octobre 2019
  • Lionne abattue dans un zoo belge : une mort « inexplicable »

    Faune sauvageUne jeune lionne échappée de son enclos a été tuée d'un coup de feu jeudi dans un zoo de Belgique, suscitant de vives critiques d'un ministre et d'une association de défense des animaux qui ont mis en cause les méthodes de la police.

    22 Juin 2018
  • Qui décide du sort des animaux ?

    Faune sauvageÀ l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    27 Octobre 2017
  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • Trump choque en autorisant l'importation de trophées d'éléphants

    Faune sauvageLes États-Unis autorisent à nouveau les chasseurs américains à importer des trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie, alors que les pachydermes sont toujours classés parmi les espèces les plus menacées au monde.

    17 Novembre 2017
  • 84 % des Français sont en faveur d’une stricte protection du loup

    Faune sauvage16 loups ont déjà été tués depuis le début de l’année 2020 (sur un quota de 90 loups) et un autre braconné, sans oublier les 98 individus abattus en 2019. D’après l’Office français de la biodiversité, le taux de survie des loups est en baisse... Pourtant, selon un sondage de février 2020, les citoyens français soutiennent la protection du loup.

    18 Juin 2020
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Demain, les tigres et les lions ne seront-ils plus que des peluches ?

    Faune sauvageTigres, lions et pandas sont partout sur nos écrans, dans les livres pour enfants et les magasins de jouets. Mais en faisant croire qu'ils sont répandus dans la nature, leur omniprésence cache une triste vérité : ces animaux sont en danger.

    13 Avril 2018
  • Un singe magot en ville mis à l'abri !

    Faune sauvageBob divaguait seul dans les rues de Sevran (93). Les autorités ont contacté la Fondation 30 Millions d’Amis pour prendre en charge ce singe magot de moins d’un an. Cette espèce protégée est très largement victime du trafic illégal. Le petit primate a été transféré aux Pays-Bas dans un centre pour faune sauvage.

    01 Juin 2015
  • Le chat sauvage d’Écosse, une espèce aux portes de la disparition

    Faune sauvageDepuis une dizaine d’années, de nombreux acteurs se sont élevés pour essayer de préserver une espèce emblématique des Highlands : le chat sauvage d’Écosse. Anne Étourneau, fondatrice de la société FranceAgora – l’intermédiaire français des projets écossais – nous parle plus en détails de cet animal et des mesures mises en place pour le protéger.

    14 Septembre 2018
  • La survie de l'ours brun des Pyrénées menacée

    Faune sauvageLes associations saisissent les tribunaux afin que l’État agisse enfin pour la survie de l’ours dans les Pyrénées dont le sort n’est toujours pas scellé.

    01 Juin 2015
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • L'arche de Namibie

    Faune sauvageDu nord au sud, la Namibie est une terre de contrastes. Entre le désert du Kalahari, le désert du Namib et la Skeleton Coast, la faune sauvage a su s’adapter à l’intense sécheresse et y trouver des lieux de tranquillité, jusque-là à l’abri du braconnage.

    05 Septembre 2017
  • Fritz, l’ourson de Berlin, n’a pas survécu

    Faune sauvageLe jeune ours polaire né il y a quatre mois dans le Tierpark de Berlin a succombé à une hépatite, a annoncé le zoo avec tristesse.

    08 Mars 2017
  • Hécatombe d’antilopes saïgas au Kazakhstan

    Faune sauvagePrès de 120 000 antilopes saïgas ont été retrouvées mortes ces deux dernières semaines dans les plaines de l’ex-république soviétique d’Asie centrale.

    07 Septembre 2015
  • Le retour fragile du lynx ibérique

    Faune sauvageEn Andalousie, les équipes du centre La Olivilla sont dévouées à la préservation de ce félidé sauvage dont la population était réduite à 90 individus il y a une dizaine d’années. Le photographe Laurent Geslin a suivi le travail des biologistes et «piégé» le bel animal…

    04 Novembre 2017
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017
  • Y aura-t-il de nouveaux ours dans les Pyrénées en 2018 ?

    Faune sauvageLe gouvernement étudierait un programme de renforcement de la population d’ours dans le Béarn, où la situation du plantigrade est critique. Face à l’urgence, les associations espèrent un lâcher d’au moins deux ourses dès cette année.

    14 Février 2018