Les déficients visuels sont-ils formés pour accueillir un chien guide?


  • Les déficients visuels sont-ils formés pour accueillir un chien guide?Photo : Chiens Guides de Paris
  • Vivre ensemble

    Lorsqu’on parle des chiens guides, on imagine immédiatement l’importante formation dont ils ont bénéficié pour devenir des anges gardiens hors pair. Mais il faut savoir que les personnes déficientes visuelles sont triées sur le volet et suivent également une formation complète les préparant à accueillir un être vivant dans leur quotidien.

    Obtenir un chien guide d’aveugle n’est pas une mince affaire et il est intéressant de voir le parcours des personnes qui en font la demande. Laurence Berthault, responsable du pôle « Suivi » à l’école des chiens guides de Paris, nous parle plus en détail de la prise en charge des personnes aveugles et malvoyantes.

    Tout le monde ne peut pas avoir un chien guide

    Lorsque la demande est faite, la personne va être évaluée (puis formée) pendant un an afin de savoir si elle présente les prérequis pour accueillir un chien :

    • Besoins de déplacements : « Un chien guide n’est pas un animal de compagnie à proprement parler. Il a besoin de sortir et de travailler. On ne confiera pas un chien à une personne qui sort juste pour aller acheter son pain », explique Laurence Berthault.
    • Santé physique, cognitive et psychologique : « Nous regardons la stabilité émotionnelle et la maturité de la personne, car il s’agit de devenir responsable d’un être vivant. Elle doit ainsi pouvoir répondre de ses droits et devoirs ».
    • La capacité à se situer dans l’espace : « Il faut que la personne sache exprimer à son chien ce qu’elle souhaite. Pour cela, elle doit savoir se repérer dans l’espace ». Si besoin, une formation en techniques de déplacement peut être dispensée par l’école.
    • Le cadre de vie : « Il faut que le cadre de vie soit compatible avec les besoins fondamentaux de l’animal car il passe 24 h sur 24 avec son maître. On ne confiera pas un chien à un jeune kinésithérapeute qui passe 15 h par jour à son cabinet, par exemple ».
    • La disponibilité : « Il faut que la personne puisse consacrer du temps à son animal pour qu’il joue et se balade. Il faut aussi qu’il soit prompt à l'aimer ». Ce dernier critère est particulièrement regardé dans le cadre d’un renouvellement de chien, car la personne est extrêmement triste d’avoir été séparée de son premier compagnon de vie.

    À lire aussi : Les chiens guides aussi font leur rentrée à l’école

    Lorsque tous ces paramètres ont été validés, l’école va ensuite s’efforcer de choisir le chien qui correspond le mieux au futur maître. « Par exemple, pour une petite mamie, on va lui confier un petit chien peu dynamique », explique Laurence Berthault. Former le couple idéal assure déjà 50 % du bien-être de l’animal, mais aussi du maître. « Les 50 % restants se font lors des 15 jours de formation à l’école. Cela se passe en internat car c’est la personne qui, en premier, se déplace chez le chien, et non l’inverse. C’est aussi dès les premiers jours que l’on se rend compte si le couple peut fonctionner ou non ». Pendant cette formation, le futur maître suit des cours théoriques et pratiques dans les domaines de la médecine vétérinaire, de la nutrition et de l’éthologie. Le formateur transmet alors tous les codes pour que la personne puisse communiquer avec son chien.

    Chiens Guides de ParisLors de la formation, l'éducateur accompagne les déficients visuels sur le terrain

    Le chien est suivi tout au long de sa vie

    Le suivi se poursuit jusqu’à la fin de la vie du chien. Tous les ans, il y a une journée de formation qui permet d’évaluer la stabilité du couple. « Nous organisons aussi, toutes les semaines, pour les chiens, des sorties au bois avec des bénévoles pour s’occuper des déficients visuels. Et enfin, nous avons également un réseau de services lorsqu’il faut garder l’animal pendant un séjour à l’hôpital, par exemple », précise la responsable du pôle « Suivi ».

    Les rares personnes qui ne viennent pas de leur plein gré à l’école (environ 5 %) sont obligatoirement convoquées. « Il est impératif pour nous d’avoir des nouvelles. Lors de la remise du chien, c’est un contrat moral qui est signé. Si, pour n’importe quelle raison, la personne rencontre un problème, elle doit nous appeler. Lorsque ça ne va vraiment pas, c’est qu’ils n’ont pas demandé d’aide. C’est un peu notre faute aussi, ça veut dire qu’on a loupé quelque chose… »

    Les rares cas où le chien a été retiré

    Un chien, c’est un engagement pour 10 ans. Or, en une décennie, les choses peuvent énormément changer : mariage, déménagement, enfants… La vie n’est plus la même mais le chien, lui, n’a pas changé. « Il faut alors voir si on peut s’adapter ou alors arrêter ce partenariat... ». Laurence Berthault nous présente 3 cas de figure qu’elle a rencontrés pendant son parcours :

    • « Nous avons reçu des témoignages qui nous ont alertés. Nous sommes allés voir au domicile de l’homme et il s’est avéré qu’il souffrait d’alcoolisme, ce qui le rendait violent. On lui a donc immédiatement retiré le chien.
    • Une femme seule qui vivait une relation fusionnelle avec son chien a rencontré l’amour, eu des enfants puis délaissé son animal. On s’en est rendu compte lors de la journée de formation annuelle. D’un commun accord, on a décidé de le lui retirer.
    • Enfin, il y a les chiens trop gâtés qui deviennent obèses et ça, pour nous, c’est considéré comme de la maltraitance. On retire alors le chien à la personne pendant deux mois, le temps qu’il perde un peu de poids et, généralement, on ne le retire pas une seconde fois. »
    Chiens Guides de ParisTout au long de la vie du chien, le couple formé revient ponctuellement à l'école

    À lire aussi : Chien guide : 8 choses à savoir avant de devenir famille d’accueil


    Autres articles à lire

  • L'ambition d'une vie meilleure ensemble

    Vivre ensembleLancé il y a un an en Europe, le programme Purina in Society a été l’objet d’un premier bilan à Londres, le 23 novembre. Initié par Nestle Purina PetCare Emena, il fixe 10 engagements pour que la société favorise la présence de l’animal auprès de l’homme. Lors de cette réunion, quatre objectifs ont été au cœur des présentations.

    28 Novembre 2017
  • Université d'été de l’animal 2017 : Bernard Séret

    Vivre ensembleBernard Séret est océanographe et biologiste, spécialiste des poissons cartilagineux (requins, raies et chimères). Il animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août, portant sur « l’intelligence des requins ». Rencontre.

    28 Juin 2017
  • Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animaux

    Vivre ensembleVétérinaire, résidente en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d'Alfort (Chuva) de l’école nationale vétérinaire d’Alfort, Emmanuelle Titeux présentera lors du séminaire Pet Revolution, L’Animal en marche, les 30 octobre et 1er septembre prochains, son travail sur les liens entre les comportements répétitifs des animaux et leur mal-être.

    14 Août 2017
  • Kalina Raskin : le vivant pour inspiration

    Vivre ensembleNe vous y trompez pas. Ce sourire malicieux cache une âme engagée qui s’inspire du vivant pour développer une science responsable et durable. Une volonté qui a mené cette ingénieure physico-chimiste et docteure en biologie vers le biomimétisme. Elle exposera cette science à l’université d’été du 24 au 26 août au château de la Bourbansais.

    15 Août 2018
  • Un Brésilien obtient un droit de visite pour sa chienne

    Vivre ensembleSéparé de sa compagne, un homme a obtenu un droit de visite pour garder contact avec sa petite yorkshire. La justice a ainsi reconnu les liens effectifs reliant l’homme à son animal.

    25 Juin 2018
  • Les intervenants de Dog Revolution : Sébastien Mouret

    Vivre ensembleSébastien Mouret est sociologue. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    29 Septembre 2016
  • Au programme de Pet Revolution : communiquer avec eux sans les mots

    Vivre ensembleAnnaïk Fève est neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences. Spécialiste du langage non verbal chez l’homme, elle interviendra lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains pour croiser son expertise avec celle des spécialistes du comportement animal.

    09 Août 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Christine Rollard

    Vivre ensembleChristine Rollard est enseignante-chercheuse et arachnologue au Muséum national d’histoire naturelle. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Approche soyeuse sur les capacités des 'aragnes' ». Rencontre.

    06 Juillet 2017
  • Comment aider son enfant à faire le deuil de son animal ?

    Vivre ensembleAnnique Lavergne est docteur en psychologie et spécialiste du deuil animalier au Canada. Elle publie un livre à destination des enfants pour les aider à surmonter la douloureuse perte d’un compagnon. Entretien.

    17 Juillet 2018
  • Un séminaire pour débattre du bien-être des animaux de compagnie

    Vivre ensembleCo-organisé par la Société francophone de cynotechnie et l’université de Nanterre, Pet Revolution est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de la faculté, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Antoine Bouvresse, vétérinaire et co-organisateur de cette deuxième édition (avec Thierry Bedossa), nous en dévoile l’esprit et le programme…

    29 Juin 2017
  • Fêtes de Noël : 10 conseils pour nos animaux de compagnie

    Vivre ensembleNos animaux sont devenus des membres à part entière de nos familles. Nul doute qu’ils vont célébrer les fêtes de fin d’année à nos côtés. Mais attention toutefois, quelques précautions s’imposent pour veiller à leur santé et à leur sécurité. Voici nos conseils.

    18 Décembre 2017
  • Université d'été de l’animal 2017 : Cécile Gilbert-Kawano

    Vivre ensembleCécile Gilbert-Kawano est experte en intelligence émotionnelle et institutrice certifiée Eponaquest, une approche de développement personnel auprès des chevaux. Elle animera des ateliers équestres et participatifs lors de l’Université d’été « L'Animal et l'homme », les 25 et 26 août. Rencontre

    06 Juillet 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Anne-Claire Gagnon

    Vivre ensembleAnne-Claire Gagnon est écrivain, vétérinaire et passionnée de chats. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Entre espièglerie et sagesse, vivre en bonne intelligence avec les chats ». Rencontre.

    11 Juillet 2017
  • Les gens qui parlent aux animaux seraient plus intelligents

    Vivre ensembleSelon un spécialiste du comportement, le fait de parler à nos compagnons à quatre pattes et de leur attribuer des caractéristiques humaines serait une preuve de sensibilité et d’intelligence sociale supérieures à la moyenne.

    10 Avril 2017
  • Mon animal provoque un accident, suis-je fautif ?

    Vivre ensembleLes procès dans lesquels le litige a été causé par un animal sont de plus en plus fréquents et donnent du fil à retordre aux avocats. Sous la garde de qui l’animal se trouvait-il ? Y a-t-il eu un contact direct ? Est-ce la faute de la victime ?

    04 Août 2019
  • Agatha Liévin Bazin : Des oiseaux plein la tête

    Vivre ensembleA l’occasion de l’université d’été de l’animal, organisée par la journaliste Yolaine de la Bigne du 24 au 26 août 2018 au château de la Bourbansais en Bretagne, Agatha Liévin-Bazin dévoilera tout sur l’intelligence des crânes de piafs… euh des oiseaux ! Rencontre…

    10 Août 2018
  • Chiens et chats : leur place dans nos foyers évolue

    Vivre ensembleNos animaux de compagnie deviennent de véritables partenaires : de plus en plus préoccupés par leur bien-être et leur santé, nous apprécions, en retour, les bienfaits de leur présence comme la diminution du stress ou de la solitude.

    08 Février 2017
  • Corine Pelluchon : 'Les animaux sont les grands oubliés de la crise'

    Vivre ensembleCorine Pelluchon a répondu à nos questions sur les effets de la crise sanitaire sur la relation homme/animal. Elle est philosophe, professeure à l’université Gustave Eiffel, auteure de Manifeste animaliste. Politiser la cause animale (Alma, 2017) et Réparons le monde. Humains, animaux, nature (Rivages, 2020).

    02 Juin 2020
  • Coronavirus : Les propriétaires d’équidés désemparés

    Vivre ensembleTous les établissements équestres ayant dû fermer leurs portes, les propriétaires d’un cheval en pension n’ont désormais plus le droit de s’y rendre. Quelles peuvent être les conséquences ? En fonction de leurs conditions de vie, les chevaux s’en portent-ils vraiment plus mal de ne plus être mis au travail ?

    25 Mars 2020
  • On est mieux ensemble

    Vivre ensembleC’est la conviction des Français, possesseurs ou non d’animaux de compagnie, selon un tout récent sondage réalisé par l’Ifop pour la marque d’aliments Purina. 94% des sondés estiment que les animaux contribuent à améliorer leur santé et participent à leur bien-être.

    08 Juin 2016