Vidéo choc de L214 : Des vaches à hublot traitées comme des machines


  • Vidéo choc de L214 : Des vaches à hublot traitées comme des machinesPhoto : DR
  • Protection/ Elevage

    Une nouvelle vidéo de l’association L214 dénonce aujourd’hui les dérives de l’élevage intensif des animaux. Des images commentées par Nagui montrent des vaches percées pour des expériences sur l’alimentation afin qu’elles produisent plus de lait. Abominable !

    C’est encore le groupe Avril (une vidéo a déjà dénoncé les conditions de vie d’une élevage de poulets) qui est au cœur de l’enquête de l’association L214, désormais connue du grand public pour dénoncer les dérives et maltraitances infligées aux animaux par l’élevage industriel.

    L214Le hublot (fermé) installé sur le flanc de la vache qui permet d'accéder aux estomacs.

    Cette fois, les images tournées, entre février et mai de cette année, concernent une ferme expérimentale située dans la Sarthe. Cette entreprise, La "Ferme d’innovations et de recherches de Sourches" est le plus grand centre d’expérimentation zootechnique privé en Europe dont les travaux visent à améliorer les capacités de production des bêtes et des végétaux.

    Des vaches percées par un hublot !

    Les bêtes sont soumises à des expériences afin d’augmenter leur rentabilité et leur productivité. Pour les vaches, cela veut dire produire plus de lait. C’est pourquoi, on leur place un « hublot » sur le flanc. Cela consiste à percer la peau des ruminantes pour accéder directement à leurs estomacs afin d’introduire ou de prélever des aliments. Cette expérimentation sur des animaux vivants est légale et fait l’objet d’une autorisation du ministère en charge de la Recherche.

    Les images, commentées par l’animateur Nagui, sont insoutenables. Elles montrent des vaches immobiles dans une minuscule stalle avec un homme sur le côté qui introduit toute la longueur de son bras pour atteindre l’estomac ! Le but ? Trouver l’alimentation qui augmente la production de lait. Aujourd’hui, les vaches vouées à l’industrie laitière produisent 27 litres de lait par jour, plusieurs fois la quantité nécessaire pour nourrir un veau ! Un veau qu’elles mettent au monde mais qui, dans l’industrie laitière, ne tétera jamais le pis de sa mère puisqu’il est retiré dès sa naissance pour que la totalité du lait aille à la consommation humaine...

    Des poulets obèses

    Dans cette ferme d’expérimentation, d’autres animaux d’élevage sont soumis à des traitements indignes. Des poulets sont nourris pour devenir obèses, au point de ne plus pouvoir se lever et encore moins se déplacer. Les poulets grossissent 4 fois plus vite : ils atteignent 1,5 kg en moins de 30 jours, alors qu’il en fallait 120 dans les années 1950, rappelle L214. Les poules pondent près de 300 œufs par an contre une vingtaine lorsqu’elles vivaient à l’état sauvage.

    L214Un lapin dans une cage exiguë. Image tirée de la vidéo.

    Des lapins sont enfermés dans des cages minuscules, à plusieurs, dont ils ne sortiront que pour mourir. Entretemps, ils n’auront jamais vu la lumière du jour.

    Des truies sont aussi filmées dans des stalles exiguës. "Aujourd’hui, elles donnent naissance à 29 petits par an, contre 16 en 1970. Les porcelets mettent aujourd’hui 165 jours pour atteindre le poids de 100 kg, alors qu'il en fallait encore 180 en 1990… ". Les chiffres donnent le tournis. Et les images tournées par l’association envie de vomir !

    Une pétition pour faire cesser ces pratiques

    Parallèlement à la publication de cette vidéo, L214 interpelle le gouvernement sur ces pratiques en adressant une pétition aux ministres de la Recherche et de l’Agriculture pour demander la fin de ce type de recherches, qu’elles soient privées ou publiques. L’association porte également plainte contre le centre de Sourches pour expérimentations en dehors des objectifs définis par la loi et pour sévices graves sur les animaux auprès du procureur de la République du Mans.

    La secrétaire d'Etat à la transition écologie, Brune Poirson s'est exprimé : La pose de hublots sur la panse de vaches à des fins de recherche est "choquante" mais "utile" pour la science, en attendant de trouver des méthodes alternatives, a-t-elle estimé vendredi. "C'est choquant", mais "ce sont des pratiques scientifiques et qui ne font pas souffrir l'animal. On en est sûr car on sait mesurer le stress chez les animaux", a assuré Mme Poirson, invitée sur la chaîne Public Sénat. Elle estime tout de même qu'il faudrait "mieux encadrer ces pratiques là" et développer des alternatives." L'Inra (l'Institut national de la recherche agronomique, NDLR) y travaille déjà (...) et j'espère qu'il pourra rendre des conclusions avant 2025", a-t-elle ajouté. "Mais c'est toujours un équilibre qui est compliqué, difficile, parce que nous avons besoin de la science sur beaucoup d'aspects, y compris parfois paradoxalement pour développer des médicaments qui peuvent être bénéfiques pour les animaux", selon Mme Poirson. Interrogé jeudi soir sur BFMTV, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume avait adopté la même ligne, rappelant également que cette pratique de fistule gastrique sur les vaches est courante dans le monde entier et"contrôlée" par les autorités. Le ministre avait aussi dit "regretter" les intrusions de L214, "ces images qui peuvent être aussi détournées et amener un peu de tension.

    La rédaction vous recommande aussi : 

    Les expérimentations animales n'ont plus lieu d'être

    Mettre fin au calvaire des animaux lors des transports longs

    Un million de signatures pour mettre fin à l'élevage en cages

     

     


    Autres articles à lire

  • 130 chercheurs réclament une protection des lanceurs d'alerte

    ProtectionQuelque 130 enseignants-chercheurs, principalement en sciences sociales, ont demandé mardi, dans une lettre ouverte à la Garde des Sceaux, une protection des lanceurs d'alerte sur la question du bien-être animal, face à 'l'influence grandissante', selon eux, des lobbies de l'élevage intensif.

    22 Janvier 2020
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Des cochons maltraités pour produire du jambon de Parme

    ProtectionPlusieurs associations dénoncent les dessous de la production du jambon de Parme, ainsi que des jambons de San Daniele et de Toscane, suite à une vidéo choc tournée dans six élevages en Italie.

    29 Mars 2018
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • L’Europe veut bannir l’élevage des lapins en cages

    ProtectionMardi 14 mars, les eurodéputés ont adopté une résolution invitant les éleveurs de lapins à revoir les normes de leur élevage afin d’améliorer le bien-être des quelque 340 millions de lapins qui vivent reclus dans des cages minuscules en Europe.

    15 Mars 2017
  • 36 parlementaires contre le broyage des poussins

    ProtectionLa campagne de sensibilisation de l’association de protection L214 a finalement touché le cœur de 36 députés et sénateurs qui ont soumis la question du sort des 50 millions poussins mâles au ministre de l’Agriculture.

    12 Août 2015
  • Maltraitance dans un abattoir : 8 mois de prison avec sursis

    ProtectionL’abattoir du Vigan et l’un de ses anciens employés ont été condamnés par la justice pour maltraitance animale, une première en France.

    28 Avril 2017
  • Un Salon de l’agriculture sous haute surveillance

    ProtectionL’édition 2018 du Salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce week-end, alors que les questions autour de l’élevage intensif ou de la réglementation des abattoirs sont soulevées par les ONG de protection animale.

    20 Février 2018
  • 1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage

    ProtectionPlus de 130 organisations européennes, dont une vingtaine de françaises, se sont réunies pour mener une vaste opération : recueillir 1 million de signatures en 1 an pour mettre fin à l’élevage des animaux en cage. Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a pour but d’ouvrir le débat à la Commission européenne.

    15 Octobre 2018
  • Le vrai visage du transport maritime des animaux de rente

    ProtectionSur les côtes méditerranéennes, des dizaines de cadavres de vaches, moutons ou chèvres sont retrouvés échoués chaque année. Ils font partie des 3 millions d’animaux que l’Europe exporte tous les ans par la mer, direction l’Afrique du Nord ou le Moyen-Orient. Un voyage synonyme, le plus souvent, d’enfer pour ces bêtes.

    18 Juin 2020
  • Grande-Bretagne : la vente de chiots interdite dans les animaleries

    ProtectionLa Grande-Bretagne va interdire aux animaleries la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois, pour enrayer l'exploitation et les mauvais traitements faits aux animaux de compagnie, a annoncé le département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra).

    04 Janvier 2019
  • Chevaux de course : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018
  • Haute-Loire : sauvetage de l’extrême pour des milliers de rongeurs

    ProtectionDes associations se sont engagées dans une course contre la montre pour tenter de sauver plusieurs milliers de rongeurs à l'abandon dans un élevage industriel de Lapte (Haute-Loire), à la suite d’une fermeture brutale.

    07 Janvier 2019
  • Un abattoir ovin de l'Aveyron suspendu après une vidéo de L214

    ProtectionLe ministère de l'Agriculture a suspendu mercredi l'agrément des activités d'abattage ovin d'une société de l'Aveyron, peu après la diffusion d'une vidéo par l'association de défense des animaux L214 qui dénonce des 'sévices graves' sur les agneaux.

    24 Juin 2020
  • Vidéosurveillance : Olivier Falorni remonte au créneau

    ProtectionA l’initiative de la commission d’enquête parlementaire qu’il a présidée, le député de la Charente-Maritime, Olivier Falorni, présente, jeudi 12 janvier, sa proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir. Il répond aux questions d’Animaux-online et du magazine 30 Millions d’amis et entend bien défendre ses propositions jusqu’au bout pour mettre un terme aux souffrances des bêtes dans les abattoirs dénoncées, l’an dernier, dans des vidéos choc rendues publiques par l’association L214…

    11 Janvier 2017
  • L’abattoir de veaux de la Sobeval autorisé à réouvrir

    ProtectionLa préfecture de la Dordogne a autorisé mercredi la reprise « partielle » des activités de l’abattoir de veaux de Sobeval, à Boulazac, à l’arrêt depuis le 28 février après la diffusion d’une vidéo de l’association de défense des animaux L214, qui a jugé ce redémarrage « scandaleux ».

    04 Mars 2020
  • Deux nouveaux abattoirs dénoncés par L214 pour maltraitance

    ProtectionC’est encore par une vidéo que l’association de protection animale L214 vient de dénoncer les maltraitances sur les animaux dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016