Diable de Tasmanie : pour la première fois observable en France


  • Diable de Tasmanie : pour la première fois observable en FrancePhoto : ZooParc Beauval
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Afin de protéger ce marsupial australien du cancer qui le décime, un programme s’efforce de capturer les individus sains, de les placer dans une zone protégée de la Tasmanie ainsi que dans des zoos pour multiplier les viviers sains et travailler sur un vaccin. Le ZooParc de Beauval est aujourd’hui le premier à présenter au public français des diables de Tasmanie.

    Lorsque vous entendez « diable de Tasmanie », vous pensez immédiatement à Taz, des Looney Tunes ? En vérité, cet animal est bien différent du grand personnage aux longues dents, très agité et malicieux des dessins animés. Pour commencer, il doit son nom au cri rauque et puissant qui a effrayé les premiers explorateurs arrivés en Tasmanie. Ils ont alors cru que le diable les poursuivait. Ensuite, il n’est pas plus gros qu’un chien de 8 kilos et se nourrit principalement de charogne. Enfin, il est observable depuis peu au ZooParc de Beauval.

    ZooParc de BeauvalCape et Cluan sont différenciables grâce à leurs bandes blanches

    Ils sont les seuls en France à avoir pu accueillir des diables de Tasmanie. L’organisme australien qui s’occupe de leur sauvegarde et de leur placement a prêté à Beauval deux mâles : Cape et Cluan, qui était auparavant au zoo de Copenhague. Delphine Pouvreau, responsable du secteur panda-koalas avec 6 autres soigneurs et qui s’occupe désormais des diables de Tasmanie, nous en dit plus sur ce transfert et ces animaux hors du commun.

    Animaux-Online : Comme s’est passée l’arrivée des deux petits diables ?

    Delphine Pouvreau : Ils sont arrivés le 8 avril au soir, vers 22 h. On les a d’abord laissés tranquilles 2 ou 3 jours dans leur maison, puis on leur a donné la possibilité de sortir dans leur enclos extérieur. Ils peuvent désormais aller et venir comme ils veulent la journée et, le soir, ils sont reconduits à l’intérieur. Ils s’accommodent très bien de leur nouvel environnement.

    AO : Pourquoi deux mâles et aucune femelle ?

    DP : C’est l’Australie qui décide des placements. Ils nous ont prêté deux mâles pour commencer et voir si on va bien s’en occuper. J’espère que d’ici 1 à 2 ans, on pourra avoir des femelles.

    AO : Qu’est-ce qu’il a fallu faire avant leur arrivée ?

    DP : J’ai suivi un stage à Copenhague afin de faire connaissance avec l’espèce, son régime alimentaire, comment la gérer, etc. Ensuite, il a fallu leur construire un enclos adapté. Il comporte une rivière, des arbustes, des plantes, des troncs, des arbres… Ils ont aussi, dehors, des niches avec de la paille pour se reposer et une lampe chauffante sous laquelle ils peuvent s'installer lorsque les températures sont un peu trop basses.

    ZooParc de BeauvalL'enclos des diables de Tasmanie

    AO : Nécessitent-ils des soins particuliers ?

    DP : Tous les jours, il faut vérifier qu’ils sont en bonne en santé et une à deux fois par semaine, on réalise des pesées. Suivre le poids de l’animal est un bon indice. Ce sont deux frères assez sympas. Après, ça reste des animaux sauvages. Ils sont encore jeunes, tous deux âgés de 2 ans. Il faut savoir que leur espérance de vie n’est pas très longue. Dans leur milieu naturel, c’est 5 ans, et en zoo, c’est généralement 8 ans.

    AO : Vous êtes le premier zoo français à accueillir des diables de Tasmanie, pourquoi ?

    DP : Ce sont des animaux difficiles à avoir. Le programme européen pour les espèces menacées (EEP), qui vise à protéger cette espèce, est très sélectif. Nous en avons fait la demande et nous leur avons montré, par nos installations et la qualité de notre parc, que nous étions aptes à accueillir des diables de Tasmanie. Et notre demande a été acceptée.

    AO : Qu’est-ce que le programme d’élevage européen ?

    DP : Il faut savoir que les diables de Tasmanie sont décimés depuis plusieurs décennies par un cancer de la face très contagieux et mortel. Il se transmet de museau à museau (morsures, partage de nourriture…). Afin de sauver l’espèce, l’Australie a mis au point un programme visant à capturer des individus sains, non porteurs de la maladie. Certains sont transférés dans une zone protégée de Tasmanie, mais d’autres sont également envoyés dans des parcs zoologiques dans le but de multiplier des viviers sains. Ce sont eux aussi qui gèrent l’aspect « génétique » en formant les couples pour la reproduction. Aujourd’hui, seules 4 institutions zoologiques en Europe hébergent des diables de Tasmanie. En parallèle, la recherche d’un vaccin est en cours et l’objectif, à terme, serait de réintroduire ces individus et leur descendance dans la nature.

    À lire aussi :

    Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée

    Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    ZooParc de Beauval

     


    Autres articles à lire

  • Loups : augmenter le nombre de tirs n’est pas la solution

    Faune sauvageFace à l'expansion du loup en France, plus rapide que prévu, l'État prévoit de nouvelles mesures qui ne satisfont ni les éleveurs, ni les défenseurs de cet animal protégé.

    06 Juin 2019
  • Intox : non, le loup n’est pas (encore) de retour en Bretagne

    Faune sauvageAprès que de nombreux medias ont relayé le retour du loup en Bretagne, l’association FERUS, spécialisée dans la conservation des grands prédateurs, affirme que cette information est fausse.

    25 Septembre 2018
  • Eléphants : le Botswana prend ses responsabilités

    Faune sauvageLe Botswana a reconnu publiquement la crise actuelle des éléphants. Sa position, courageuse et inédite, a été saluée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Une bonne nouvelle en cette journée mondiale des animaux.

    04 Octobre 2016
  • Hécatombe d’antilopes saïgas au Kazakhstan

    Faune sauvagePrès de 120 000 antilopes saïgas ont été retrouvées mortes ces deux dernières semaines dans les plaines de l’ex-république soviétique d’Asie centrale.

    07 Septembre 2015
  • La sexualité de nos animaux 47/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les testicules.

    18 Mai 2016
  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »

    Faune sauvageUne étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    25 Janvier 2017
  • Les dugongs de Nouvelle-Calédonie en danger de disparition

    Faune sauvageSelon le WWF, le dugong (un mammifère marin herbivore) est menacé d’extinction à cause du braconnage en Nouvelle-Calédonie.

    20 Juin 2017
  • Comment s'alimente la loutre mer ?

    Faune sauvagePour maintenir la température interne de son corps à 35 °C, la loutre de mer doit ingérer en nourriture l’équivalent de 23 à 33 % de son poids par jour. Animaux-online décrypte les moyens mis en oeuvre et les aptitudes physique de l'animal pour s'alimenter dans la nature.

    18 Janvier 2016
  • A-t-on retrouvé l’un des oursons de Sorita ?

    Faune sauvageUn ourson non sevré d'environ 5 mois, qui errait à proximité des habitations du village de Couflens en Ariège, a été recueilli par les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, (ONCFS). Il est maintenant hors de danger, et l’objectif est de le rendre à la vie sauvage : une tâche compliquée…

    13 Juin 2019
  • La justice refuse de suspendre l'abattage des bouquetins

    Faune sauvageLa demande de sursis des associations de protection animale n'a pas été entendue par le tribunal administratif de Grenoble.

    21 Octobre 2015
  • Etats-Unis : des 'bombes de cyanure' pour tuer les animaux

    Faune sauvageL'administration du président américain Donald Trump a levé l'interdiction, malgré l'opposition de groupes de défense de l'environnement, de pièges empoisonnés au cyanure de sodium destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages.

    09 Août 2019
  • Le mystérieux comportement des éléphants avec leurs défunts

    Faune sauvageBeaucoup d’anecdotes sur le comportement des éléphants avec leurs compagnons décédés circulent mais jusqu’ici, aucune étude approfondie n’avait vraiment examiné ces interactions. C’est désormais chose faite grâce à des chercheurs américains.

    12 Février 2020
  • Faites un geste pour la Journée mondiale des animaux

    Faune sauvageCréée en 1929, à Vienne en Autriche, à l'occasion du Congrès international pour la protection des animaux, la Journée mondiale des animaux a lieu ce 4 octobre, jour de la Saint-François d'Assises. L'occasion saisie par l'ONU de mettre en lumière les espèces menacées sur notre planète. Le guépard fait partie des plus fragiles. Et si vous faisiez un geste pour aider à sa préservation dans le Masaï-Mara ?

    04 Octobre 2017
  • S’engager pour protéger les guépards de l’extinction

    Faune sauvageSelon une récente étude britannique, le guépard est devenu une espèce en danger. Consciente de cette menace, l’association Cheetah For Ever a mis en place dès 2015 un programme de surveillance pour limiter la mortalité des guépardeaux et protéger le félin.

    03 Janvier 2017
  • Au Népal, des caméras cachées pour compter les tigres sauvages

    Faune sauvageDes milliers de photographies défilent, toutes prises par des caméras cachées dans la jungle du Népal. Au bout du compte, une certitude réjouissante: la population de tigres de ce pays himalayen a quasiment doublé en une décennie après être passée tout près de l'extinction.

    06 Novembre 2018
  • Coronavirus : Le Gabon veut protéger ses grands singes

    Faune sauvageLe Gabon, sanctuaire de gorilles et de chimpanzés, prend des mesures préventives afin d'éviter tout risque de transmission du nouveau coronavirus aux grands singes qui vivent dans ses parcs.

    16 Mars 2020
  • Nouveau plan ours : un renforcement de la population est prévu

    Faune sauvageL'Etat a arrêté son plan ours pour 2018-2028, destiné à préserver l'ours brun dans les Pyrénées, y compris par l'introduction d'individus selon un texte signé par Nicolas Hulot et rendu public début mai.

    14 Mai 2018
  • Indonésie: le macaque au selfie nommé « personnalité de l'année »

    Faune sauvagePeta a distingué Naruto, un macaque en Indonésie, devenu mondialement célèbre après avoir dérobé l’appareil d’un photographe animalier et s’être pris en photo. Après une bataille judicaire, il a pu toucher une partie des droits d’auteur de l’image.

    06 Décembre 2017
  • Climat : la moitié des espèces pourrait disparaître d’ici 2080

    Faune sauvageSi rien n’est fait pour inverser la tendance, le réchauffement climatique pourrait menacer jusqu'à 50% des espèces végétales et animales de Madagascar à l'Amazonie, selon une nouvelle étude co-produite par l’ONG WWF.

    14 Mars 2018
  • La sexualité de nos animaux 38/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les relégués.

    09 Mai 2016