Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée


  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespéréePhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    L’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.  

    –Avec AFP–

    L’évolution se mesure normalement sur des millénaires. Mais c’est en quelques décennies seulement que des changements cruciaux ont été observés chez les diables des montagnes escarpées de cette île située au large de la côte Sud de l’Australie, face à Melbourne.

    Ce marsupial nocturne carnivore à la fourrure noire, connu pour dégager une forte odeur quand il stresse, est frappé depuis 1996 par une maladie, la tumeur faciale transmissible du Diable de Tasmanie (DFTD), fatale à presque 100% et qui a décimé 85% de sa population.

    ShutterstockLe cancer des diables de Tasmanie se transmet par morsure.

    Cette maladie est considérée comme un cancer contagieux – le cancer n’est normalement pas contagieux, sauf pour certains cas chez des espèces animales – qui se transmet via les morsures que s’infligent entre eux les diables (Sarcophilus harrisii), très agressifs et dotés de mâchoires puissantes, quand ils s’accouplent ou quand ils se battent.

    Les animaux meurent notamment de faim lorsque la tumeur atteint leur bouche, les empêchant de se nourrir. Mais des chercheurs ont constaté que le fougueux carnivore, dont la population actuelle serait de 15 000 à 18 000 individus, est en train de se défendre, puisque de premiers signes de réaction immunitaire ont été constatés. La maladie demeure presque toujours fatale, et les scientifiques étudient l’apparition d’une seconde souche éventuelle, mais la présence d’anticorps a pour la première fois été détectée chez des animaux. Et plus de deux douzaines de diables qui avaient développé ce cancer ont survécu.

    Le risque court toujours

    "Nous avons observé des animaux qui n’attrapent pas la maladie", explique Rodrigo Hamede, de l’Université de Tasmanie. Par ailleurs, "nous avons observé des animaux qui, même s’ils attrapent la maladie, survivent beaucoup plus longtemps".  Et "nous observons même un petit nombre d’animaux chez qui la tumeur régresse et qui, en d’autres termes, arrivent à se soigner eux-mêmes du cancer", ajoute-t-il.  

    Les experts constatent également que la population se stabilise à la faveur de changements de comportement des marsupiaux.  "Le rythme de déclin était grave et le risque d’extinction existait", raconte Chris Coupland, du sanctuaire Devils@Cradl. Ce refuge situé au nord de la Cradle Mountain, dans un parc national, se veut une sorte d’Arche qui aurait pour rôle de protéger une population de diables des risques de contamination. Il permet aussi aux visiteurs d’approcher un animal particulièrement difficile à voir à l’état naturel.  

    "Le risque (d’extinction) existe toujours", se reprend Chris Coupland, en jouant avec deux jeunes diables qu’il a élevés lui-même.  Mais il cite nombre d’évolutions encourageantes, comme par exemple le fait que les diables commencent à procréer plus jeunes et que les femelles sont parfois en chaleur plus d’une fois par an.  "Pour la première fois, nous avons eu de multiples chaleurs, et c’est de plus en plus courant", ajoute-t-il en jugeant ce phénomène probablement dû à la baisse de la densité de la population.  A l’en croire, la maturité sexuelle des diables arrive plus vite qu’avant. Cela est probablement lié au fait qu’en raison de la réduction de la population, la nourriture disponible est plus importante, ce qui permet aux jeunes d’atteindre plus vite le poids d’accouplement.   

    ShutterstockIl ne faut pas pour autant considérer l'espèce comme sauvée…

    Encourager la diversité génétique   

    "Ils semblent actuellement se reproduire à un an, alors que c’est normalement plutôt deux."  Autant de tendances qui aident au processus de stabilisation de la population.  L’homme aide également à la protection de l’espèce, en rassemblant les ADN de diables dans des bases de données qui permettent à certains centres spécialisés de sélectionner des spécimens pour la reproduction et d’encourager ainsi un maximum de diversité génétique.  

    Pour autant, il ne faut pas considérer l’espèce comme sauvée, observe M. Coupland.  Le risque d’extinction deviendrait réel si la population passait sous la barre des 10 000 individus. Les diables sont toujours officiellement classés comme "en danger" par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le sort funeste qui fut le leur en Australie continentale doit servir à alerter sur la menace qui pèse sur le diable. L’animal y fut chassé par les peuples aborigènes et par les dingos.

    L’extinction du thylacine ou "tigre de Tasmanie" dans les années 1930 illustre également ces risques. Pour Rodrigo Hamede, la vitesse surprenante de l’adaptation des diables n’en constitue pas moins une raison d’être optimiste. Elle pourrait même ouvrir des pistes concernant le traitement des cancers chez l’homme.  L’adaptation se produit "toujours face aux maladies", dit-il. "Mais elle a lieu (normalement) à l’échelle de l’évolution, et non en six ou huit générations (12-16 ans). C’est une évolution incroyablement rapide."

    La rédaction vous conseille aussi :

    L'Australie veut tuer deux millions de chats errants

    Espèces en voie d'illumination


    Autres articles à lire

  • Face au tollé, Donald Trump suspend sa décision

    Faune sauvageLa décision du président américain de ré autoriser l’importation de trophées de chasse d’éléphants en provenance d’Afrique a mobilisé les associations de protection animales aux Etats-Unis et partout dans le monde, incitant Donald Trump à faire volte-face.

    20 Novembre 2017
  • De plus en plus de mammifères sont menacés de disparition en France

    Faune sauvageLe vison d'Europe, l'ours et le loup font partie des espèces présentes en France mais qui risquent de disparaître si rien n’est fait pour leur préservation, selon une mise à jour de la liste rouge de l’UICN, qui alerte sur une « aggravation de la situation ».

    16 Novembre 2017
  • Des chercheurs réclament des « congés maternité » pour les éléphantes

    Faune sauvageLe travail des éléphants domestiques, représentant la moitié des 800 pachydermes du pays, s’intensifie au Laos : pour tenter de mieux les protéger et enrayer le déclin de l’espèce, des chercheurs demandent à ce que les femelles ne soient pas obligées de travailler pendant leur période de gestation.

    03 Novembre 2017
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017
  • Trois bébés rhinocéros de Java ont été filmés dans un parc national

    Faune sauvageTrois bébés rhinocéros de Java ont été filmés dans un parc national en Indonésie. Une bonne nouvelle pour cette espèce de pachyderme la plus rare au monde et menacée d'extinction.

    09 Septembre 2015
  • Des espèces menacées réapparaissent en Algérie

    Faune sauvageLa genette, espèce menacée de disparition et classée dans la liste des animaux sauvages protégés en Algérie, a réapparu dans une forêt de l'Oranie (ouest du pays), sans doute à la faveur de la pandémie de Covid-19. C’est la troisième espèce menacée à refaire surface dans le pays en quelques mois.

    07 Octobre 2020
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019
  • Hérissons domestiques : une association tire la sonnette d’alarme

    Faune sauvageFace à la mode croissante transformant des hérissons pygmées d’Afrique en animaux de compagnie, la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals) a publié un communiqué pour rappeler que ces petits mammifères ne sont pas faits pour être domestiqués. En France, les hérissons sont une espèce protégée et il est interdit d’en élever ou d’en posséder.

    11 Septembre 2017
  • Nouveau record de longévité chez l’éléphant !

    Faune sauvageUne éléphante d'Asie en captivité est morte à l'âge canonique de 88 ans dans l'État indien du Kerala (sud), ont rapporté jeudi les propriétaires du pachyderme.

    07 Février 2019
  • De nouvelles colonies de manchots découvertes depuis l’espace

    Faune sauvageGrâce à des images satellites, les scientifiques du British Antarctic Survey ont réussi à identifier 11 nouvelles colonies de manchots empereurs. Une bonne nouvelle malheureusement en demi-teinte…

    05 Août 2020
  • L'arche de Namibie

    Faune sauvageDu nord au sud, la Namibie est une terre de contrastes. Entre le désert du Kalahari, le désert du Namib et la Skeleton Coast, la faune sauvage a su s’adapter à l’intense sécheresse et y trouver des lieux de tranquillité, jusque-là à l’abri du braconnage.

    05 Septembre 2017
  • Il était une fois, l'ours brun...

    Faune sauvageÀ la fois le géant des cavernes et la peluche préférée des enfants, l’ours brun inspire autant la crainte que l’amour. En France, il est même l’objet de toutes les passions et divise une population à propos de sa réintroduction sur une terre qui était la sienne autrefois…

    23 Janvier 2016
  • Un nouveau cas de mutilation de koala en Australie

    Faune sauvageUn koala a été retrouvé vissé à un poteau dans un parc en Australie. Le fait divers révoltant succède à un précédent cas de mutilation, quelques mois plus tôt, sur un marsupial, dans un contexte alarmant pour la survie du koala en Australie.

    11 Janvier 2018
  • La Namibie frappée de sécheresse met en vente 170 éléphants

    Faune sauvageLa Namibie, en proie à la sécheresse, a mis en vente 170 éléphants vivants pour restreindre leur nombre sur son territoire, en raison notamment des conflits croissants entre les humains et les animaux de cette espèce menacée que la pression internationale empêche d'abattre.

    03 Décembre 2020
  • Le brame du cerf

    Faune sauvagePartout en France, des sorties sont organisées pour écouter ce chant légendaire. Un rendez-vous nocturne qui permet de découvrir la forêt sous un nouveau jour…

    03 Septembre 2018
  • À la découverte du brame du cerf

    Faune sauvageDe la mi-septembre à la mi-octobre, on peut entendre retentir, en forêt, une multitude de cris rauques et puissants : le brame du cerf, annonçant la période des amours.

    12 Septembre 2017
  • Réchauffement du climat : les animaux plus touchés qu'on ne le pensait

    Faune sauvageLes conséquences du dérèglement du climat sont encore plus inquiétantes que ce que les scientifiques ont envisagé jusqu’à présent, particulièrement pour les primates et les éléphants.

    15 Février 2017
  • Diable de Tasmanie : pour la première fois observable en France

    Faune sauvageAfin de protéger ce marsupial australien du cancer qui le décime, un programme s’efforce de capturer les individus sains, de les placer dans une zone protégée de la Tasmanie ainsi que dans des zoos pour multiplier les viviers sains et travailler sur un vaccin.

    18 Avril 2019
  • Etats-Unis : des 'bombes de cyanure' pour tuer les animaux

    Faune sauvageL'administration du président américain Donald Trump a levé l'interdiction, malgré l'opposition de groupes de défense de l'environnement, de pièges empoisonnés au cyanure de sodium destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages.

    09 Août 2019