Une pétition pour dire non au déterrage des blaireaux


  • Une pétition pour dire non au déterrage des blaireauxPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Chasse

    Le déterrage des blaireaux peut s’effectuer jusqu’à 8 mois par an. En janvier, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) cherche à sensibiliser les Français sur cette activité de chasse et demande son interdiction à travers une pétition.

    En France, le blaireau est considéré comme un gibier. Il est donc chassé à partir de septembre, jusqu’en janvier. "Cela veut dire que l’on peut le piéger au collet, le tirer avec une carabine et le déterrer", explique Madline Reynaud, directrice de l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS). Or, cette pratique du déterrage peut être prolongée à partir du 15 mai (et jusqu’en septembre) par simple arrêté du préfet, soit 8 mois au total dans l’année. Du 21 au 27 janvier, l’ASPAS mène une campagne nationale de sensibilisation sur le déterrage des blaireaux, en partenariat avec l’entreprise de cosmétique Lush.

    Qu’est-ce que le déterrage ?

    « Aussi appelé "vènerie sous terre" (en référence à la chasse à courre nommée "vènerie" ndlr), le déterrage consiste d’abord à monter un équipage de 8-10 personnes, qui ont pour but de trouver les entrées des galeries », explique la directrice de l’ASPAS. En creusant son terrier, le blaireau prévoit en effet plusieurs « portes ». « Ensuite, ils vont toutes les condamner afin que l’animal ne s’échappe pas, sauf une, dans laquelle ils envoient les chiens ». Ces derniers doivent aller trouver le blaireau. Lorsque c’est fait, ils aboient. « Une fois que l’animal est acculé au fond du terrier et que les chiens restent pour qu’il ne bouge pas, le groupe commence à détruire la galerie avec des pelles et des pioches. Ça peut prendre des heures, parfois jusqu’à une journée entière, afin de se rapprocher de l’animal », continue de décrire Madline Reynaud. Une fois qu’ils sont arrivés à quelques centimètres du blaireau, les chasseurs le sortent avec une très longue pince métallique. « Soit ils l’achèvent avec une arme blanche, soit avec un coup de fusil, soit ce sont les chiens qui le dévorent vivant », déplore-t-elle.

    Selon elle, deux choses sont à condamner dans cette pratique :

    • Les méthodes peu éthiques : l’animal est en souffrance et en grand état de stress pendant des heures, pour finir abattu plus ou moins rapidement. Les rares fois où il est relâché, il finira par mourir de ses blessures ou de la myopathie de capture (traumatisme entraînant la destruction des différents muscles, dont le cœur).
    • En mai, les blairelles s’occupent de leurs petits, une période où mères et enfants sont extrêmement vulnérables. De plus, le blaireau est connu pour avoir un faible taux de reproduction.

    Petite famille de blaireaux dont les petits sont des blaireautins 
     

    Le blaireau, un animal nécessaire

    « Le blaireau n’est pas classé "nuisible" en France, et est même protégé dans 10 pays d’Europe ! (Italie, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Danemark, Grèce, Espagne, Portugal, Hongrie et Grande-Bretagne) », explique la directrice de l’ASPAS. En effet, il a un véritable rôle dans la nature :

    • Consommant des baies, il en disperse les graines grâce à ses excréments.
    • Avec ses grosses griffes, il laboure la terre, aérant ainsi le sol et permettant une meilleure infiltration de l’eau.
    • Amateur de rongeurs, il évite également les surpopulations de ces petits mammifères pouvant causer d’importants dégâts dans les champs et récoltes.
    • Enfin, ses terriers servent souvent de logis à d’autres espèces comme les renards ou les chats forestiers.

    « La viande de blaireau ne se mangeant pas, le déterrage est pratiqué comme un simple loisir, car c’est en dehors de la période de chasse. Il s’agit d’une pratique purement traditionnelle », déplore Madline Reynaud. Selon les chiffres de l’ASPAS, 40 000 chasseurs pratiqueraient le déterrage. La pétition "Stop au déterrage des blaireaux" est disponible en ligne, et demande au ministère de la Transition écologique et solidaire l’abolition du déterrage et le classement du blaireau comme espèce protégée. Sur ce dernier point, Madline Reynaud sait que cela va être plus compliqué. « Pour classer une espèce comme étant protégée, il faut un suivi des populations avec des chiffres et des études scientifiques, ce que nous n’avons pas aujourd’hui ».

    L’un des arguments avancés pour justifier le déterrage des blaireaux est celui de la tuberculose bovine. Cette maladie peut être transmise à un cheptel par une bactérie potentiellement présente chez les blaireaux, mais aussi les cerfs et les sangliers. Or, selon l’ASPAS, rien n’a montré que le déterrage combattait cette maladie, au contraire : en Bourgogne, entre 2009 et 2010, seuls 12 blaireaux ont été retrouvés contaminés alors que plus de 3 000 avait été éliminés.

    À lire aussi :

    Les quotas des chasses traditionnelles revus à la baisse

    La technique de chasse du renard


    Autres articles à lire

  • Insolite : un braconnier américain condamné à visionner 'Bambi'

    ProtectionUn juge de l'Etat américain du Missouri a condamné un braconnier multirécidiviste à visionner régulièrement 'Bambi', grand classique de Walt Disney relatant la vie d'un faon dont la mère est tuée par un chasseur.

    18 Décembre 2018
  • La Cour de cassation donne tort aux chasseurs d'ortolans

    ProtectionLes chasseurs d'ortolans du Sud-Ouest ne peuvent pas invoquer 'la tradition' pour enfreindre la loi et capturer ces oiseaux protégés, a estimé mardi la Cour de Cassation.

    18 Octobre 2018
  • En Savoie, les abattages de 3 loups jugés illégaux

    ProtectionAlors qu’un nouveau « plan loup » peine à être mis en place, le tribunal administratif de Grenoble a donné raison à trois associations de protection animale, l’Aspas, Ferus et One Voice, en jugeant illégaux les abattages successifs de trois loups survenus en 2015 en Savoie.

    18 Octobre 2017
  • 84 % de Français sont opposés à la chasse à courre

    ProtectionSelon un sondage IFOP pour la fondation Brigitte Bardot, une forte majorité des personnes interrogées sont opposées à la vénerie tandis que l’ensemble de l’étude révèle une remise en cause générale de la chasse.

    07 Décembre 2017
  • Une pétition pour interdire la pêche au vif

    ProtectionL'association Paris Animaux Zoopolis demande, à travers une pétition, l’interdiction de la pêche au vif en France. En parallèle, elle diffuse des images de cette pêche de loisir qui font froid dans le dos…

    13 Mars 2019
  • 63 parlementaires réclament la fin des chasses « traditionnelles »

    ProtectionVénerie sous terre, chasse à la glu, à la tendelle… Pour les 63 parlementaires de tous bords, qui se sont joints dans une tribune au député Loic Dombreval, Président du Groupe d'Etudes Condition Animale à l'Assemblée Nationale, ces pratiques 'archaïques' n'ont rien à faire dans 'la France d'après'.

    09 Juin 2020
  • La Chasse à la baleine perdure en Antarctique

    ProtectionL’association Sea Shepherd a pris sur le fait un bateau-usine japonais venant de tuer une baleine dans un espace protégé de l’océan austral, démontrant une nouvelle fois les menaces qui pèsent sur les cétacés et la biodiversité marine.

    16 Janvier 2017
  • Pologne : manifestation pour dénoncer le 'massacre' des sangliers

    ProtectionDes centaines de personnes ont manifesté le 9 janvier à Varsovie pour dénoncer le 'massacre' de milliers de sangliers sauvages dans le cadre d'une politique visant à lutter contre la peste porcine africaine, qui menace les élevages porcins du pays.

    11 Janvier 2019
  • Reprise de la chasse à la baleine par le Japon : une 'bonne nouvelle'?

    ProtectionLe Japon, comme il menaçait de le faire depuis des années, a annoncé son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI) dans le but de reprendre la chasse commerciale d’ici juillet 2019. Paradoxalement, cette décision pourrait apaiser les tensions sur le sujet.

    02 Janvier 2019
  • « Stop aux tirs des loups »

    ProtectionAlors que le nouveau gouvernement prévoit d’abattre jusqu'à 40 loups en France de juillet 2017 à juin 2018, Cap Loup et plusieurs personnalités se mobilisent pour demander une révision complète de la gestion de cette espèce sur notre territoire.

    19 Juin 2017
  • Des députés demandent l'interdiction de la chasse aux trophées

    ProtectionPlus de 50 députés européens et une cinquantaine d'organisations de défense de la nature ont appelé dimanche les parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) à interdire la chasse aux trophées ciblant des animaux en danger comme les rhinocéros et les éléphants.

    19 Août 2019
  • Chasse à courre : la grâce pour les animaux aux abois en zone habitée

    ProtectionUn animal poursuivi par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale sera désormais 'gracié', selon un décret publié vendredi au Journal officiel.

    01 Mars 2019
  • Brigitte Bardot demande un « miracle » de Noël pour les animaux

    ProtectionÀ travers une lettre ouverte adressée au président Emmanuel Macron, Brigitte Bardot demande à ce que la condition animale soit grandement améliorée, notamment au niveau de la chasse et des abattoirs, et souligne le retard de la France par rapport aux autres pays européens.

    26 Décembre 2018
  • Un ours abattu en Ariège, l’État et des associations portent plainte

    ProtectionUn ours a été retrouvé mardi tué par balles en Ariège, a annoncé la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, indiquant que l’État allait porter plainte. Onze associations vont également déposer plainte et demandent le remplacement de l'animal, comme le prévoit le Plan Ours.

    10 Juin 2020
  • Le gouvernement autorise l'abattage de 40 loups pour 2017-2018

    ProtectionLes ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture ont annoncé que le nouveau « plan Loup » du gouvernement autorise l’abattage de 40 animaux entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018. Une décision dénoncée par les associations de protection du canis lupus qui plaident pour la mise en place d’« une vraie politique de cohabitation entre les activités humaines et les loups ».

    21 Juillet 2017
  • Un des fils du lion Cecil tué à son tour par des chasseurs

    ProtectionXanda 6 ans, descendant du lion Cecil abattu en 2015 a, à son tour, été victime de la chasse aux trophées au Zimbabwe.

    21 Juillet 2017
  • Cerf tué dans un jardin : à quand la fin de la chasse à courre ?

    ProtectionLa mort d’un cerf, samedi dernier, abattu dans le jardin d’une propriété privée dans l’Oise, a choqué les riverains et suscité une vive émotion auprès de la population, relançant le débat sur l’autorisation de la chasse à courre sur notre territoire.

    25 Octobre 2017
  • Nouvelle campagne pour sauver les lévriers en Espagne

    ProtectionLe Crel, la Fédération européenne pour la protection et la défense des lévriers, lance une nouvelle campagne de sensibilisation dans le but d’atteindre les députés européens et de faire interdire la chasse au lévrier en Espagne, une pratique extrêmement cruelle.

    05 Février 2020
  • En Alaska, on peut désormais tuer des ours en hibernation

    ProtectionDonald Trump a signé un projet de loi autorisant notamment la chasse d’oursons et de louveteaux dans leur tanière dans les réserves naturelles d’Alaska, ainsi que la traque des animaux depuis un hélicoptère.

    11 Avril 2017
  • Loup : les associations craignent la mort de 40 animaux d’ici décembre

    ProtectionLes défenseurs du loup attendent beaucoup du nouveau plan promis par Nicolas Hulot, qui devrait, dès janvier 2018, repenser entièrement la gestion du prédateur en France pour favoriser la cohabitation avec le pastoralisme. En attendant, les associations craignent que le plafond d’abattage de 40 loups actuellement autorisé ne soit rapidement atteint.

    07 Septembre 2017