Des amendes immédiates contre la maltraitance animale ?


  • Des amendes immédiates contre la maltraitance animale ?Photo : Shutterstock
  • Protection/ Maltraitance

    Contre toute attente, l’Assemblée nationale a validé – en première lecture – l’amendement 1286 demandant des sanctions immédiates en cas de maltraitance quotidienne sur les animaux domestiques, ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité.

    Ce projet, porté par les associations Animal Cross et OABA (Œuvre d'Assistance aux Bêtes d’Abattoir) est né de tristes constatations. " Avec l’association, nous faisons beaucoup d’enquêtes sur des cas simples qui restent sans réponse, tels que des animaux de ferme sans abri en hiver, des chiens sans niche ou alors trop petite, des attaches trop courtes (inférieures à 3 mètres), etc. ", raconte Benoît Thomé, président d’Animal Cross. " Malheureusement, aujourd’hui, lorsque ces infractions sont signalées, les plaintes sont classées sans suite ". Cela se voit bien avec les abattoirs qui ne changent pas leurs méthodes malgré le signalement des services vétérinaires et les sanctions se font rares.

    " Cet amendement permettrait aux policiers, gendarmes ou services vétérinaires, pour des cas simples et caractérisés, de dresser une amende forfaitaire. Ce sera des amendes de 4e classe et donc pouvant atteindre un maximum de 850 euros ", explique le président d’Animal Cross. Selon eux, ces sanctions immédiates amélioreraient également rapidement le bien-être de l’animal, par rapport aux procédures actuelles qui font traîner les choses. " Pour les abattoirs, si un vétérinaire peut mettre 50 amendes à 135 euros d’un coup, car le bâton d’étourdissement fonctionne mal, et ce, pour tous les animaux, cela va pousser les abattoirs à changer immédiatement leur matériel pour éviter de devoir payer tous les jours ", illustre Frédéric Freund, directeur de l’OABA.

    Une première victoire symbolique

    Pour Benoît Thomé, cette première victoire symbolique est extrêmement forte. " Notamment pour tous ces députés minoritaires dans leur parti comme Mme O’Petit et M. Dombreval qui l’ont signé. Ce genre de texte leur redonne de la force et libère la prise de parole ". Toutefois, il reste encore un peu de chemin à parcourir avant de voir cet amendement mis en place. Une commission mixte, composée de 8 députés et 8 sénateurs se réunit en décembre. " S’ils se mettent d’accord, dans un sens comme dans l’autre, c’est fini. S’ils ne sont pas d’accord, il y aura une seconde lecture ", explique le président d’Animal Cross. Bien que Benoît Thomé semble sceptique quant à la réalisation de cet exploit une seconde fois, le directeur del’ OABA est, lui, plus confiant. " On peut comprendre que la plupart des affaires soient classées en connaissant la surcharge des tribunaux, c’est pourquoi je vois mal les sénateurs aller à l’encontre de ce projet. Il s’agit juste d’étendre une procédure légale à toute une série de contraventions, ce n’est pas révolutionnaire ", conclut-il de manière optimiste.

    L’avis de la Fondation

    À la Fondation 30 millions d’amis, l’enthousiasme est un peu plus mitigé. En effet, pour l’association qui milite et agit contre la maltraitance animale, cet amendement est plus adapté aux animaux de rente qu’aux animaux de compagnie. Tout simplement parce que les premiers ont un statut transitoire (ils sont transportés ou se trouve dans des abattoirs et des fermes) et ne peuvent pas être saisis pour les soustraire à une maltraitance. Pour la Fondation, une simple amende en cas de maltraitance sur un animal de compagnie est une " procédure alternative de plus " qui, si elle offre une solution de facilité, à court terme, nuit à une action en justice visant à la saisie des animaux pour mettre un terme à la maltraitance dont ils sont victimes. " Un policier qui s’est déjà déplacé une fois pour verbaliser un maltraitant pensera que la condition de l’animal s’est améliorée. Si ce n’est pas le cas, il sera plus difficile de le faire se déplacer une seconde fois pour déclencher une procédure de saisie de l’animal ", explique-t-on à la Fondation. Une remède qui serait en quelque sorte pire que le mal puisque la mise en sécurité de l’animal martyrisé se verrait alors retardée…

    A lire aussi :

     Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement fermé

     Victoire : 1 an de prison ferme pour un tueur de chat


    Autres articles à lire

  • Quand des macaques servent d’'accessoire photo'…

    ProtectionAlors que des macaques de Barbarie sont utilisés comme « accessoire photo » sur la place Jemaa el-Fna, à Marrakech, une nouvelle étude écossaise montre que les visiteurs sont opposés à cette pratique.

    21 Décembre 2018
  • Vidéo L214 : enquête pour actes de cruauté sur des veaux

    ProtectionUn homme a été placé en garde à vue dans l'ouest de la France, soupçonné de cruauté envers des veaux en transit battus à coups de pied et de bâton, suite aux images enregistrées par l’association L214.

    03 Mai 2019
  • Delphinarium : la fin de la reproduction en captivité au cœur du débat

    ProtectionLe Marineland d’Antibes demande la réécriture de l’arrêté, interdisant notamment la reproduction en captivité des dauphins, au nom du bien-être animal. L’argument passe mal auprès des associations de défense des animaux qui demandent la mise en place de programmes de réhabilitation à la vie sauvage pour les cétacés en captivité.

    13 Juillet 2017
  • Un café à chats fermé à Tokyo pour maltraitance

    ProtectionUn bar à chats de Tokyo a été fermé pour cause de maltraitance suite à une perquisition. Les chats s'y étaient multipliés et les conditions d'hygiène n'étaient pas respectées.

    22 Avril 2016
  • Victoire : 1 an de prison ferme pour un tueur de chat

    ProtectionUn peu plus d’un mois après les faits, l’homme qui avait sauvagement tué un chat à Limoges vient d’être jugé et condamné à 18 mois de prison, dont 12 mois ferme et à l'interdiction de détenir un animal pendant 5 ans.

    30 Novembre 2018
  • Des cygnes décapités retrouvés sur le bassin d’Arcachon

    ProtectionPlusieurs cygnes décapités ont été retrouvés depuis lundi 9 août, flottant à la dérive sur le littoral du Bassin d'Arcachon (Gironde), une découverte qui a suscité sur les réseaux sociaux l'indignation des riverains et de plusieurs associations, dont la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et son président Allain Bougrain-Dubourg.

    11 Août 2016
  • Le zoo-refuge de La Tanière veut sauver les ours Bony et Glasha

    ProtectionAprès avoir sauvé in extrémis l’ours Mischa, le zoo-refuge de La Tanière (28) demande au Préfet du Loir-et-Cher l’autorisation de pouvoir prendre en charge les deux ours restés chez les Poliakov, Bony et Glasha, victimes de « maltraitance passive ».

    30 Octobre 2019
  • Chartres : un zoo-refuge accueille uniquement des animaux rescapés

    ProtectionD’abord une ferme pédagogique composée exclusivement d’animaux issus de sauvetages, cela devient quelques années plus tard un véritable zoo-refuge. Animaux de cirque, de zoo, de laboratoire… Cette arche de Noé ouvrira ses portes au public en 2020.

    19 Mars 2019
  • De nombreux chats seraient morts empoisonnés dans l’Aude

    ProtectionLa commune de Saint-Pierre-la-Mer, près de Narbonne, fait face à la mort de plusieurs chats domestiques et errants dans un quartier résidentiel. Une autopsie est en cours pour vérifier la thèse de l’empoisonnement.

    07 Juin 2017
  • Marseille : arrestations dans le milieu des combats de chiens

    ProtectionLa police marseillaise a annoncé des arrestations dans le milieu des combats de chiens, au terme d'une enquête sur la mort de deux pitbull traînés sur plusieurs centaines de mètres par un scooter.

    08 Août 2019
  • Art et maltraitance animale : des œuvres retirées d’une exposition

    ProtectionFace à la mobilisation des associations de protection animale, le musée Guggenheim de New York a retiré trois œuvres d’artistes chinois impliquant des animaux vivants, chiens, cochons, reptiles et insectes. Une décision rare dans le monde de l’art, qui compte plusieurs polémiques autour de la maltraitance et du droit animal.

    02 Octobre 2017
  • Cinquante ans de prison pour tortures sur des animaux

    ProtectionLe procureur de Houston, au Texas (aux Etats-Unis), a condamné à une réclusion de 50 ans Brent Justice qui a produit et diffusé sur son site des vidéos d’actes de cruauté envers des animaux.

    18 Février 2016
  • Témoins de maltraitance animale pendant le confinement, que faire ?

    ProtectionConfinement ou pas, les autorités et les associations de protection animale continuent évidemment d'intervenir sur les actes de cruauté animale. Si vous pensez qu'un animal est en danger, faites un signalement.

    24 Avril 2020
  • 47 personnalités s’associent pour sauver les refuges

    Protection47 personnalités se joignent aux associations Ethics For Animals et One Voice ainsi qu’au Collectif Chats 100 % Stérilisation obligatoire et à L’Arche des Associations afin de demander un fonds d’urgence pour sauver les refuges.

    26 Mai 2020
  • Affaire du chien brûlé vif : 18 mois d'emprisonnement requis

    ProtectionA Chalon-sur-Saône, une femme vient d’être condamnée à 18 mois de prison, dont 9 avec sursis, pour avoir brûlé à l’essence le berger allemand de son compagnon. Ce dernier avait succombé à ses blessures quelques jours plus tard.

    04 Septembre 2018
  • 9 mois de prison ferme pour avoir torturé un chat

    ProtectionDans le Calvados, un ingénieur a été condamné pour sévices sur une quinzaine de chats entre mai et juin 2018, dont trois ont du être euthanasiés.

    28 Juin 2018
  • Chenil clandestin découvert à Pantin : une trentaine d’animaux sauvés

    ProtectionUne douzaine de chiens, un renard, une quinzaine de poules et un canari, tous en très mauvais état, ont été retrouvés dans un squat en Seine-Saint-Denis, aux côtés de cadavres d’animaux en décomposition. Une enquête pour « mauvais traitement sur animaux », « recel » et « détention d’armes de catégorie B » a été ouverte.

    15 Novembre 2017
  • Cruauté envers les animaux : la SPA part en campagne

    ProtectionAbattage sans étourdissement, expérimentation animale, corrida… La torture, c'est légal ? interroge et interpelle la Société protectrice des animaux à travers une nouvelle campagne d'affichage sur les réseaux sociaux pour faire réagir les politiques français.

    18 Avril 2016
  • Le zoo-refuge de La Tanière au secours de l’ours Mischa

    ProtectionAprès la diffusion de vidéos de l’ours Mischa – utilisé dans des spectacles par la famille Poliakov – la ministre de la Transition écologique a interdit ses représentations. Au vu de son état de santé, très inquiétant, il a été placé d’urgence au zoo-refuge de La Tanière (28).

    16 Septembre 2019
  • Les JO propres avec les chevaux

    ProtectionDeux cavaliers ont été disqualifiés pour brutalité, une autre a renoncé pour préserver son cheval malade… Ces JO seraient-ils ceux de la morale pour les chevaux ?

    16 Août 2016