Montreurs d’ours et de loups : une pratique à combattre


  • Montreurs d’ours et de loups : une pratique à combattrePhoto : AVES
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Lors du colloque qui s’est tenu le 12 novembre à l’Assemblée nationale, intitulé « vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles : pourquoi nous devons légiférer », une pratique rare mais malheureusement toujours présente en France a été abordée : les montreurs d’ours et de loups.

    Lundi 12 Novembre, La député Claire O’Petit et l’association Paris Animaux Zoopolis, organisaient un colloque à l’Assemblée nationale, intitulé : "vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles : pourquoi nous devons légiférer". Chercheurs, vétérinaires, militants, politiques, entreprises… Tous les intervenants se sont exprimés dans le but de montrer pourquoi une loi interdisant l’utilisation des animaux sauvages dans les spectacles était aujourd’hui nécessaire.

    Entre les cirques et les delphinariums, un troisième étonnant champ d’action a été présenté : les montreurs d’ours et de loup. C’est Christophe Coret, président d’AVES (A Voice for Endangered Species) France, fondée en 2005, qui a présenté cette profession peu connue, mais pourtant encore bien présente sur le territoire. "Il y a 4 couples de dresseurs en France, une femme qui tente de récupérer l’ours qui avait été saisi à sa mère, et un dresseur étranger qui vient faire sa tournée avec les cirques", détaille le président d’AVES. Le problème, comme il l’explique, est que ces représentations sont difficiles à trouver car elles interviennent dans des fêtes médiévales, les boîtes de nuit, les parcs d’attractions, etc. Le public ne paye pas expressément pour les voir.

    De gauche à droite : Alexandra Roncalli (cirque Roncalli France), Sandrine et André-Joseph Bouglione (Ecocirque), Christel Kohler (adjointe au Maire de Strasbourg), Alain Bougrain Dubourd (modérateur du colloque), Amandine Sanvisens (Présidente de Paris Animaux Zoopolis), Christophe Coret (président d’AVES France) et Essa Reijmers (Animal Advocacy en Protection).

    Pourtant, les bénévoles d’AVES ont réussi à filmer en 2018 plusieurs de ces exhibitions. Animal ridiculisé, conditions de vie précaires, problèmes de santé… Ces représentations sont pourtant légales et échappent aux conditions de l’Arrêté du 18 mars 2011. " Le texte prévoit en effet que les ours doivent pouvoir vivre 6 mois par an dans des installations fixes et qu’ils doivent, lors des périodes d’itinérance, bénéficier d’un enclos de 12 à 24 m2. Or, si le spectacle dure moins de 4 jours, toutes les dispositions citées dans l’article ne sont pas applicables. C’est pourquoi il est possible, aujourd’hui, de voir un ours brun ou un ours noir rester 4 jours dans un van pour chevaux, une fourgonnette ou une cage minuscule, sans que des associations ou l’administration puissent agir ", déplore Christophe Coret. AVES a déjà essayé de porter plainte, notamment pour un ours dont les problèmes de santé sont avérés. Mais cela a été classé sans suite.

    Par ailleurs, cette tradition moyenâgeuse met en danger le public, car si la muselière est obligatoire, les griffes sont, elles, de véritables lames de rasoir. "Or, certains dresseurs encouragent le public à s’approcher pour les caresser ce qui a déjà causé de graves accidents", explique-t-il à l’Assemblée nationale, vidéo à l’appui. Pour justifier leurs spectacles, ces dresseurs prétextent un caractère éducatif à leur démarche. Sur l’une des vidéos, il y en a même un qui explique que son animal est plus heureux en captivité que dans son milieu naturel. " Mais, à notre époque, on ne peut pas justifier l’exploitation de ces animaux. Il faut arrêter de faire passer ça pour de la pédagogie ", a déclaré le président d’AVES.

    Il est temps d’agir

    Pour Christophe Coret, se battre contre les montreurs d’ours et de loups est totalement abordable. "Cela concerne très peu d’animaux (moins d’une dizaine d’ours et quelques loups), donc nous aurons obligatoirement des solutions pour tous les placer. Ce que l’on demande, c’est que les dresseurs aient un délai d’un an pour placer leurs animaux, avec l’aide de l’Etat. Au-delà, les animaux devront être saisis, sans dédommagement". L’association appelle évidemment les spectateurs à boycotter ces spectacles. Leur pétition, disponible ici, a déjà récolté plus de 85 000 signatures.

    "Si la France était le pays des droits de l’Homme, je pensais qu’il pouvait être celui du devoir envers l’animal." Alain Bougrain Dubourg, modérateur du colloque " vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles : pourquoi nous devons légiférer. "

    A lire aussi :

     Trump veut réautoriser d’anciennes pratiques de chasse à l’ours 

     Les ours exploités dans des fermes à bile bientôt libérés au Viêtnam

     Le Portugal interdit les animaux sauvages dans les cirques


    Autres articles à lire

  • Disparition de Daphne Sheldrick, la « mère » des éléphants orphelins

    Faune sauvageDaphne Sheldrick, pionnière de la protection de l'environnement, était connue pour avoir développé une méthode permettant d'élever des éléphanteaux orphelins au Kenya. Elle est décédée jeudi, à l'âge de 83 ans.

    16 Avril 2018
  • Sri Lanka : 7 éléphants découverts morts, sans doute empoisonnés

    Faune sauvageLes responsables de la faune sauvage ont découvert depuis vendredi 27 septembre sept éléphants morts au Sri Lanka, sans doute empoisonnés par des villageois exaspérés par ces animaux qui causent des accidents mortels et détruisent les cultures.

    30 Septembre 2019
  • Comment fonctionne la relation de couple chez les singes titis ?

    Faune sauvageLes couples de titis roux fonctionnent de manière atypique : elle le chouchoute, il éduque les petits et défend le territoire contre les intrus.

    18 Janvier 2020
  • Le caracal, un chat fantôme

    Faune sauvageFélin méconnu, le caracal, ou lynx du désert, est un grand chat aux moeurs discrètes. Sa situation est atypique : alors qu’il est en danger de disparition en Asie, en Afrique australe, sa patrie de prédilection, il est classé comme nuisible.

    30 Août 2018
  • Biodiversité : le Kilimandjaro dévoile ses secrets

    Faune sauvageServals, antilopes, léopards, singes… Des chercheurs allemands ont placé des caméras un peu partout sur le Kilimandjaro pendant deux semaines afin d’étudier les animaux qui s’y trouvent.

    22 Août 2019
  • La ménopause existe-t-elle chez les animaux ?

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… la ménopause.

    21 Mai 2016
  • Délocalisation de girafes rares dans le sud-ouest nigérien

    Faune sauvageDes girafes d'une espèce rare vont être déplacées de 600 km, de la région de Kouré, dans le sud-ouest du Niger, où elles sont une attraction touristique, vers la réserve de Gadabédji, ont annoncé mercredi les autorités.

    27 Novembre 2018
  • Les humains sont capables de décrypter les cris des chimpanzés

    Faune sauvageAux cris d'un chimpanzé, les humains sont capables de deviner si le primate se fait attaquer, découvre de la nourriture ou subit une séance de chatouilles, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

    17 Juin 2020
  • Y a-t-il des relégués du sexe ?

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les relégués.

    09 Mai 2016
  • Deux nouveaux ours dans les Pyrénées : le feu vert de Nicolas Hulot

    Faune sauvageFace à la situation critique de l’ours dans les Pyrénées-Atlantiques, où il ne reste plus que deux mâles, le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé sa volonté de procéder au lâcher de deux femelles dès cette année.

    27 Mars 2018
  • Des espèces menacées réapparaissent en Algérie

    Faune sauvageLa genette, espèce menacée de disparition et classée dans la liste des animaux sauvages protégés en Algérie, a réapparu dans une forêt de l'Oranie (ouest du pays), sans doute à la faveur de la pandémie de Covid-19. C’est la troisième espèce menacée à refaire surface dans le pays en quelques mois.

    07 Octobre 2020
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • Aidez-nous à sauver les guépards du Masaï Mara

    Faune sauvageLe magazine 30 Millions d’amis soutient le programme de l’association Cheetah for Ever, dont la mission est de venir en aide aux guépards du Masaï Mara, au Kenya. Retrouvez, dans notre dernier numéro en kiosque, notre article consacré à la situation alarmante de ces animaux, et contribuez à la cagnotte en ligne pour aider l’association.

    22 Septembre 2017
  • Intox : non, le loup n’est pas (encore) de retour en Bretagne

    Faune sauvageAprès que de nombreux medias ont relayé le retour du loup en Bretagne, l’association FERUS, spécialisée dans la conservation des grands prédateurs, affirme que cette information est fausse.

    25 Septembre 2018
  • Le Pantanal, paradis des jaguars

    Faune sauvageVaste comme un tiers de la France, et noyé à 80% pendant 4 mois, le Pantanal est la plus grande zone humide de la planète. Parfaitement adapté à ce milieu entre terre et eau, le jaguar y règne en maître, prédateur suprême d’une biodiversité unique au monde. Pour combien de temps ?

    26 Septembre 2020
  • IFAW à la rescousse des rhinocéros

    Faune sauvageLe 22 septembre dernier, c’était la journée mondiale du rhinocéros. Ce gros mammifère comporte 5 espèces différentes, toutes en danger d’extinction. C'est pourquoi, de nombreux organismes, dont IFAW, œuvrent à sa protection.

    24 Septembre 2020
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019
  • Des noms pour les oursons !

    Faune sauvageA l'issue d'un vote sur Internet, les quatre oursons nés dans les Pyrénées en 2014 et 2015 ont été baptisés.

    11 Octobre 2016
  • La justice refuse de suspendre l'abattage des bouquetins

    Faune sauvageLa demande de sursis des associations de protection animale n'a pas été entendue par le tribunal administratif de Grenoble.

    21 Octobre 2015
  • Disparition de Bridget, la lionne à crinière

    Faune sauvageUne lionne de 18 ans avait étonné le monde entier en développant une crinière, fait rarissime pour une femelle de son espèce. Ses soigneurs du zoo d’Oklahoma, aux États-Unis, ont annoncé la triste nouvelle de sa mort, survenue le 4 avril.

    06 Avril 2018