Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement fermé


  • Maltraitance animale : un abattoir de l'Indre provisoirement ferméPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    Grâce aux images tournées par l'association L214 dans l’abattoir communal du Boischaut, dans l’Indre, le ministre de l’Agriculture a ordonné sa fermeture provisoire.

    Avec AFP

    Le préfet de l'Indre a ordonné, samedi, la suspension provisoire et immédiate de l'activité d'un abattoir du département, à la demande du ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, qui a dénoncé dans un communiqué les "pratiques inacceptables" de l'établissement. Cette décision suit la diffusion par l'association L214 de vidéos montrant des actes de maltraitance d'animaux au sein de l'abattoir communal du Boischaut. Des "actes intolérables" selon le ministre, qui a également mandaté la Brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires pour diligenter une enquête administrative.

    L’abattoir du Boischaut est un abattoir public de 17 salariés géré par la communauté de communes de La Châtre et Sainte-Sévère dans l’Indre. On y abat chaque année 17 000 animaux de différentes espèces : bovins, caprins, ovins et cochons. L’établissement est habilité à abattre des animaux issus de la filière bio.

    Ces images ont été tournées fin août et début septembre 2018. Elles dévoilent de nombreuses violations de la loi concernant la mise à mort des animaux et les règles d’hygiène. Pourtant, cet abattoir avait déjà écopé, en 2016, d’un rapport accablant des services vétérinaires, identifiant des non-conformités majeures toujours présentes deux ans plus tard… "Même avec des contrôles, il n’y a aucune action qui est faite derrière car tant qu’il n’y a pas d’images qui sortent, ils continuent. Et l’abattoir du Boischaut n’est pas un cas isolé ! Le problème est qu’il n’existe pas de système de contrôle, de suivi et de sanction, efficace", explique Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de l'association L214.

    Sur les vidéos, il est possible de voir des animaux suspendus par une patte puis saignés alors qu’ils sont pleinement conscients. Il n’y a aucun contrôle de la sensibilité après l’utilisation du matador (pistolet à tige perforante) censé étourdir les animaux. On voit un chevreau tenter de s’enfuir à plusieurs reprises, malmené puis saigné sans avoir bénéficié d’un "étourdissement" efficace, le tout suivi d’autres scènes d’actes inqualifiables. Par ailleurs, l’employé ne porte aucun équipement professionnel : il est vêtu d'un simple tee-shirt, il pose son couteau par terre entre deux saignées et laisse les corps dans le sang et les excréments, etc.

    L21
    Capture d'écran de la vidéo de l'association L214 dans l'abattoir certifié bio du Boischaut

    Vers des sanctions plus dissuasives

    Ces révélations arrivent juste après une petite victoire remportée par l’Association L214 concernant l’abattoir de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). Les juges ont mis l'accent sur la responsabilité majeure de l'abattoir et de son ancien directeur, Gérard Clemente, condamnés respectivement à une amende de 10 000 € et à 6 mois de prison avec sursis pour le délit de "tromperie sur la qualité des produits". Les 4 autres employés ont quant à eux été condamnés à des amendes allant de 80 € à 520 € pour maltraitance "sans nécessité". Le montant maximal de ces contraventions de catégorie 4 (750 €) n’a donc même pas été atteint. Malheureusement, ces sanctions restent peu dissuasives pour les abattoirs.

    "Malgré tout, on peut se réjouir qu'il y ait eu un procès car, aujourd'hui, nous avons des infractions concernant 3 abattoirs qui ont été classées sans suite, ce qui montre qu'il y a encore une frilosité à les condamner", explique Brigitte Gothière. Selon l’association, il n’y a pas de recette miracle : il faut "renforcer  les contrôles dans les abattoirs (contrôle vidéo obligatoire, surveillance continue des postes d’abattage, publication des rapports…) et supprimer les pratiques les plus cruelles (abattage sans étourdissement, suspension des animaux encore conscients, étourdissement au CO2…)".  Par ailleurs, il n’existe aucune formation pour les employés. "Il n’y a pas d’"école des abattoirs" car personne ne veut faire ce métier. C’est pré-révélateur de notre relation à la viande : nous sommes d’accord pour en manger, mais nous ne voulons pas tuer les animaux", constate Brigitte Gothière. Espérons que, dans ce cas-ci, il y ait également un procès et que des mesures plus importantes soient mises en place.

    À lire aussi :

    Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage


    Autres articles à lire

  • Monoprix retire les œufs de poules élevées en batterie de ses rayons

    ProtectionDepuis le 11 avril, les clients des magasins de cette marque de distribution ne trouvent plus dans leurs rayons d'œufs issus de poules élevées en batterie. Bio, plein air, au sol, en volière ou encore en batterie, comment faire la différence ? Un exemple à suivre pour les magasins d'alimentation.

    12 Avril 2016
  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale

    ProtectionLe projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    16 Mai 2018
  • Lapin : des acteurs de la filière vont lancer des élevages sans cage

    ProtectionLes principaux acteurs de la filière de la viande de lapin vont lancer des élevages responsables, sans cage, dont les produits seront en vente dans la grande distribution début 2020, ont-ils annoncé mercredi lors d'une conférence de presse.

    06 Juin 2019
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    ProtectionL’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    11 Décembre 2017
  • L’abattoir de veaux de la Sobeval autorisé à réouvrir

    ProtectionLa préfecture de la Dordogne a autorisé mercredi la reprise « partielle » des activités de l’abattoir de veaux de Sobeval, à Boulazac, à l’arrêt depuis le 28 février après la diffusion d’une vidéo de l’association de défense des animaux L214, qui a jugé ce redémarrage « scandaleux ».

    04 Mars 2020
  • La France mettra-t-elle fin au broyage des poussins en 2021 ?

    ProtectionLes ministres de l'Agriculture français, Didier Guillaume, et allemande, Julia Klöckner, ont affiché lundi 13 janvier à Berlin leur volonté de mettre fin 'd'ici fin 2021' au broyage des poussins mâles, une pratique d'élevage dénoncée par les défenseurs des animaux mais jugée pour l'instant incontournable par les filières avicoles.

    15 Janvier 2020
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • Maltraitance : la souffrance des chèvres dans l’industrie du mohair

    ProtectionUne enquête réalisée par Peta Asia révèle de graves cas de souffrance animale dans l’industrie du mohair, en Afrique du Sud, incitant plusieurs marques d’habillement, dont H&M, Gap et Zara, à cesser leur approvisionnement en laine de mohair.

    03 Mai 2018
  • Espagne : abattage de près de 100.000 visons positifs au coronavirus

    ProtectionLa région espagnole de l'Aragon (nord-est) vient d’annoncer avoir ordonné l'abattage de près de 100.000 visons d'un élevage dans lequel près de 90% des animaux ont été testés positifs au nouveau coronavirus.

    16 Juillet 2020
  • Abattoirs : une enquête sur les dérives d’un système

    ProtectionEnvoyé spécial diffuse ce soir sur France 2 un reportage tourné dans trois abattoirs français, montrant la réalité de la souffrance animale, mais aussi des personnes qui y travaillent.

    16 Février 2017
  • Haute-Loire : sauvetage de l’extrême pour des milliers de rongeurs

    ProtectionDes associations se sont engagées dans une course contre la montre pour tenter de sauver plusieurs milliers de rongeurs à l'abandon dans un élevage industriel de Lapte (Haute-Loire), à la suite d’une fermeture brutale.

    07 Janvier 2019
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !

    ProtectionAlors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    16 Décembre 2016
  • Abattoirs : des « Nuits debout » contre l'exploitation animale

    ProtectionL’association végan « 269 Life Libération Animale », opposée à toute forme d’exploitation animale, a lancé mardi soir un mouvement de protestation en organisant des viellées nocturnes devant près de 80 abattoirs, principalement en France.

    27 Septembre 2017
  • Vidéosurveillance : Olivier Falorni remonte au créneau

    ProtectionA l’initiative de la commission d’enquête parlementaire qu’il a présidée, le député de la Charente-Maritime, Olivier Falorni, présente, jeudi 12 janvier, sa proposition de loi relative au respect de l’animal en abattoir. Il répond aux questions d’Animaux-online et du magazine 30 Millions d’amis et entend bien défendre ses propositions jusqu’au bout pour mettre un terme aux souffrances des bêtes dans les abattoirs dénoncées, l’an dernier, dans des vidéos choc rendues publiques par l’association L214…

    11 Janvier 2017
  • L214 sur le banc des accusés

    ProtectionLe procès de deux membres de L214, dont son cofondateur Sébastien Arsac, qui devait se dérouler ce lundi a été reporté à la rentrée. Les deux activistes seront jugés pour avoir tourné clandestinement en 2016 des images dans l'abattoir de Houdan.

    12 Juin 2017
  • De nouveau l'horreur dans un abattoir

    ProtectionCette fois-ci, c'est une vidéo tournée dans l'abattoir de Limoges qui est présentée par l'association de protection animale L214. Un pas de plus semble être franchi dans l'horreur puisque ce sont des vaches gestantes qui sont abattues. Leurs fœtus meurent par asphyxie tandis que leurs mères se débattent.

    04 Novembre 2016
  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    ProtectionQuatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    11 Septembre 2018
  • Chevaux de course : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018