La Confédération nationale-Défense de l’animal fait peau neuve


  • La Confédération nationale-Défense de l’animal fait peau neuvePhoto : K. Renard
  • Protection

    Réunie en congrès à la frontière suisse, la Confédération sort d’une période compliquée durant laquelle elle a renouvelé son équipe dirigeante et changé de nom suite à l’action en justice engagée par la SPA de Paris. L’occasion pour Animaux-online de faire le point avec cette association qui a fêté ses 90 ans il y a deux ans.

    C’est en 1926 qu’est née la Confédération nationale sous l’impulsion de Jean Duranton de Magny, aidée de son épouse. Son but ? « Combattre les mauvais traitements envers les animaux, développer les sentiments de douceur et d'humanité dans les rapports de l'homme avec les animaux, protéger la nature, aider l'éducation de l'enfance et de la jeunesse, en vue d'une meilleure connaissance des animaux », selon les engagements originels de l’association. Un programme qui est toujours d’actualité, montrant bien que le combat est loin d’être gagné…

    K. RenardLe président, Jean-Pierre Begnatborde,  de la Confédération Nationale Défense de l'Animal. ouvre le Congrès qui s'est enue à Archamps.

    Pendant près de cinquante ans, l’homme tiendra les rênes de cette organisation qui regroupe aujourd’hui plus de 260 refuges et associations dédiés à l’animal. C’est une femme, Anne-Marie Hasson, alors présidente de la SPA de Lyon et du Grand Est, qui prendra sa suite. Son décès au début de l’été 2014 a ouvert une période de transition, notamment par l’organisation d’élections pour trouver une nouvelle équipe dirigeante. Une restructuration qui a quelque peu perturbé l’agenda de la grande maison, comme pour l’organisation des Congrès qui avaient lieu tous les deux ans, ces quelque 30 dernières années.

    Ce 16è congrès, qui s’est tenu à Archamps, en Haute-Savoie, le week-end dernier (du 19 au 21 octobre 2018), après une interruption de 5 années, est donc une bonne nouvelle et marque, surtout, le retour sur le devant de la scène de cette association dont le nom vient de changer suite au conflit qui l’opposait à la SPA de Paris.

    La querelle portait sur l’utilisation de l’acronyme SPA (pour « société protectrice des animaux ») dont l’association parisienne, fondée en 1845, revendiquait l’usage exclusif au motif qu’il introduisait une concurrence déloyale.

    Après des années de procès, l’arrêt de la cour d’appel de Paris est tombé en mars dernier, obligeant la Confédération à supprimer de son nom le terme SPA. « Nous avons donc conservé notre nom statutaire originel, Confédération nationale, auquel nous avons ajouté Défense de l’animal, ce qui correspond plus à ce que nous sommes depuis le début », renseigne le tout frais délégué général, Hervé Bélardi. Ce qui n’empêche pas les refuges qui avaient déjà dans leur nom le mot SPA suivi de la localité où ils sont implantés de conserver l’acronyme, comme la SPA de Lorient, pour ne citer qu’elle. »

    Cet arrêt met un terme définitif à la confusion qui pouvait régner dans l’esprit des gens, notamment des donateurs, et libère la Confédération Nationale de l’amalgame qui lui a valu beaucoup de critiques lors de la mise en cause de la SPA de Paris par la Cour des comptes, en 2009. A cette époque, la présidente Anne-Marie Hasson avait déclaré que « Le rapport de la Cour des comptes a porté un sale coup à toutes ces associations que l'on confond avec la SPA de Paris ». Le débat est désormais clos…

    La nouvelle ère qui s’ouvre désormais à la toute nouvelle Confédération Nationale Défense de l’animal est donc l’occasion de rappeler, avec son délégué général, les missions qu’elle s’est fixées et les chantiers qu’elle envisage pour l’avenir.

    K. RenardHervé Bélardi, délégué général de la Confédération Nationale Défense de l'Animal. présente la nouvelle équipe.

    AO : La Confédération Nationale rassemble plus de 200 refuges. Quel est le processus pour y entrer ?

    Hervé Bélardi : A ce jour, il y a 264 associations et 236 refuges. Tous les refuges sont des associations mais toutes les associations n’ont pas de refuge. Soit parce qu’elles n’en ont jamais eu, comme la Ligue pour la protection du cheval qui a été l’une des premières à nous rejoindre, soit parce qu’elles l’ont perdu.

    Pour faire partie de la Confédération, la démarche est simple. L’association doit en faire la demande auprès de nos services, en remplissant un dossier technique qui est examiné en conseil d’administration. On leur demande au moins trois années d’existence pour éviter de faire entrer des associations feu follet qui sont montées sur des objectifs bien particuliers. Il n’y a pas de cooptation, même si, parfois, nous prenons des avis auprès d’associations membres qui connaissent le candidat. Nous avons entre 6 et 8 demandes par an. Cela portera notre Confédération à 270 membres d’ici à la fin de l’année.

    AO : Quel est l’intérêt pour une association de faire partie de la Confédération ?

    Hervé Bélardi : Les sous ! Les petites associations ne peuvent pas recevoir de legs (uniquement les dons) car elles ne bénéficient pas du statut juridique qui ouvre ce droit. La Confédération a cette possibilité. Le leg est donc fait à la Confédération qui le remet ensuite à l’association bénéficiaire. Nous ne retenons que 3% de la somme pour assurer la pérennité de notre service juridique.

    Le leg va toujours à la structure à laquelle il est destiné même si celle-ci n’existe plus. On fait en sorte que les volontés du donateur soient toujours respectées.

    L’intérêt n’est pas que financier, bien sûr. En adhérent, l’association, surtout si elle est petite, sort de son isolement car nous faisons en sorte de les faire se rencontrer, comme avec ce congrès.

    On met aussi à la disposition de tous des connaissances techniques et juridiques. Nous venons de monter un service juridique plus performant pour répondre aux problèmes qui se posent aux associations avec plus de réactivité.

    Sur le terrain aussi, nous visitons les refuges, réglons parfois les difficultés rencontrées sur le plan administratif, suite à des recommandations de la DDPP (directions départementales de la protection des populations), ou plus personnels quand des conflits surviennent entre les bénévoles et les équipes en place, notamment quand il s’agit de passer la main. Il n’y a pas d’âge de départ à la retraite quand on est président d’une association et, parfois, les jeunes bénévoles ont envie de prendre la relève. On peut intervenir pour faire en sorte que la succession se déroule dans l’apaisement.

    Nous avons enfin un rôle auprès des pouvoirs publics. Nous défendons certes des refuges, mais on se positionne aussi sur des thèmes de protection et de défense de l’animal comme la corrida, les bêtes d’abattoir. Depuis notre création, nous dénonçons et faisons prospérer les débats et la cause animale.

    K. RenardHervé Bélardi, délégué général de la Confédération Nationale Défense de l'Animal.

    AO : Comment communiquez-vous avec tous vos membres ?

    Hervé Bélardi : D’abord, nous avons un journal qui fait le lien entre tous et qui informe de tout ce qui se passe.

    Nous avons aussi un site Internet qui est le moyen de communication entre tous. Le site est aussi une vitrine pour le grand public, pas dédié uniquement aux refuges. Beaucoup de chantiers sont en cours pour créer des outils afin de mieux communiquer avec les refuges sur le terrain. Pour l’instant, notre changement de nom nous pose un petit souci avec le référencement Google qui ne nous reconnaît plus comme une association, mais cela va se régler bientôt.

    Et puis il y a le congrès !

    AO : Justement, ce congrès, après une interruption de 5 années, revient ici à Archamps. Quel est son but ?

    Hervé Bélardi : Le Congrès répond à un énorme problème de toutes ces associations qui sont indépendantes, certes, mais souvent isolées et dans l’incapacité de se tenir au courant de ce qui bouge dans leur milieu car les gens qui y travaillent sont débordés. Un congrès comme le nôtre permet d’avoir connaissance du regard national porté sur un problème particulier.

    C’est aussi une invitation à faire se rencontrer les adhérents, leur rendre accessibles des pratiques nouvelles qui sont proposées et qui peuvent les aider dans leur tâche. C’est ce que nous faisons par des conférences comme celle de la vétérinaire Anne-Claire Gagnon qui va leur parler de la stérilisation précoce des chats, ou encore celle de Caroline Ingraham sur l’utilisation des huiles essentielles dans le traitement de maladies ou de problèmes comportementaux pour ne citer que ces deux-là. Une visite dans un refuge est aussi prévue. C’est l’occasion pour nous de mettre en avant des personnes qui se battent depuis longtemps pour les animaux.

    On invite aussi les différents partenaires qui travaillent dans le milieu, qui viennent présenter leurs nouveaux produits et innovations.

    Pour permettre au plus grand nombre de venir, la Confédération prend en charge certains frais, notamment tous les repas.

    La rédaction vous conseille aussi

    La solidarité au secours des refuges

    La vie en refuge nuit-elle à l'adoption ?

     


    Autres articles à lire

  • Une journée mondiale pour mieux connaître les vautours

    ProtectionLa journée mondiale de sensibilisation aux vautours organisée par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) se déroulera le dimanche 2 septembre 2018 à travers la France. C’est l’occasion de partir à la rencontre de ces rapaces nécrophages qui sont l’objet de programmes de réintroduction.

    31 Août 2018
  • Le projet « Rewild » : faire du zoo de Pont-Scorff un sanctuaire

    ProtectionEn décembre dernier, le zoo de Pont-Scorff (Morbihan) a été racheté par Rewild. L’objectif de l’association : relâcher les pensionnaires et transformer les lieux centre de réhabilitation pour des animaux victimes de trafic. Un projet qui déchaîne les passions.

    24 Janvier 2020
  • Une nuit pour les chauves-souris

    ProtectionLa 22e édition de la Nuit internationale de la chauve-souris, organisée par la Société française pour l’étude et la protection des mammifères, se déroulera les 25 et 26 août 2018 à travers la France.

    24 Août 2018
  • Réflexions et émerveillements pour comprendre la cause animale

    ProtectionRencontre avec le photographe Laurent Baheux et la philosophe Audrey Jougla, qui publient un livre mêlant images et pensées afin de comprendre, en 12 chapitres clés, les principaux enjeux actuels de la cause animale.

    17 Avril 2018
  • Refuge saccagé à Montgeron : l’association a besoin d’aide

    ProtectionLe refuge de l’association Animaux sans foyer, à Montgeron, dans l’Essonne, a été saccagé et pillé dans la nuit du 25 décembre. Les animaux sont en état de choc mais saufs. La structure a cependant un besoin urgent d’argent pour réparer les dégâts et sécuriser le site. Une cagnotte en ligne a été ouverte pour récolter les fonds nécessaires.

    03 Janvier 2018
  • Entre débrouille et récupération

    ProtectionOn dit que la France est le pays du système D. D comme débrouille. La réputation n’est pas usurpée quand on plonge au cœur des refuges qui doivent compter sur leur imagination pour trouver l’argent nécessaire à leur survie…

    01 Mai 2019
  • Johnny Hallyday était aussi un grand amoureux des animaux

    ProtectionLes hommages se multiplient suite à la mort du chanteur, emporté cette nuit par un cancer du poumon. Le monde animal n’a pas manqué de saluer la mémoire de cet artiste au grand coeur, qui a toujours témoigné de sa grande affection pour les animaux et particulièrement les chiens.

    06 Décembre 2017
  • En Suisse, les homards ne pourront plus être ébouillantés vivants

    ProtectionÀ partir du 1er mars, le pays va interdire de plonger les homards vivants dans de l’eau bouillante sans les avoir préalablement étourdis. Une série d’autres mesures concernant le bien-être ont également été adoptées. Parmi elles, l’interdiction des dispositifs empêchant les chiens d’aboyer.

    12 Janvier 2018
  • Loïc Dombreval : 'Faire avancer la cause animale avec réalisme'

    ProtectionA la tête du groupe d’études parlementaire sur la condition animale, le député LREM des Alpes-Maritimes entend faire avancer la cause animale au-delà des clivages politiques. Avec réalisme et pragmatisme…

    23 Mars 2018
  • 7 touchantes initiatives pour aider les animaux en Australie

    ProtectionAlors que le monde entier a assisté impuissant à la destruction de toute cette faune emblématique et foisonnante, certaines personnes n’ont pas voulu rester les bras croisés et ont lancé des initiatives originales. Animaux-Online en a recensé 7 auxquelles vous pouvez participer !

    24 Janvier 2020
  • Caddies et collectes

    ProtectionA l’image de ce qui se fait pour les Restos du cœur, les refuges profitent des opérations «Caddies» organisés par les magasins d’alimentation. Cela remplit les gamelles des animaux, le cœur des clients et les caisses du magasin.

    01 Mai 2019
  • Ne laissez jamais votre chien dans la voiture : un message en vidéo

    ProtectionL’association belge GAIA lance une nouvelle campagne pour sensibiliser les possesseurs de chiens aux dangers de la chaleur dans les véhicules. Un rappel important car chaque année, des animaux succombent dans des voitures. Quelques minutes suffisent.

    02 Juillet 2018
  • Devenir bénévole pour défendre les ours

    ProtectionL’association Ferus cherche des bénévoles dans les Pyrénées pour informer et sensibiliser les touristes et les habitants sur la présence de l’ours en France, et créer une dynamique en faveur du plantigrade.

    11 Mai 2017
  • Comment peut-on définir le bien-être animal ?

    ProtectionL'agence sanitaire Anses a défini le concept de bien-être animal, soulignant que la bonne santé et l’absence de stress sont des notions nécessaires, mais insuffisantes.

    27 Avril 2018
  • Londres : l'identité du tueur en série de chats enfin révélée

    ProtectionAprès plusieurs années d’enquête, Scotland Yard vient de trouver l’individu à l’origine de plus de 400 décès de chat dans Londres : un renard.

    22 Septembre 2018
  • Covid-19 : les refuges aussi ont accès au report des charges

    ProtectionLe ministère de l'Économie et des Finances a assuré que tout ce qui concernait les entreprises (report des charges, activité partielle, etc.) était également applicable aux associations ayant des salariés. Loyers, factures, Urssaf, remboursements d'emprunt... tout pourra être reporté.

    24 Mars 2020
  • Vétérinaires et associations s’unissent contre la maltraitance animale

    ProtectionLa LPO, la SPA, la Fondation Brigitte Bardot, le CIWF… De grandes associations de protection animale ont décidé de s’unir à des organisations vétérinaires afin que leurs expertises mutuelles servent à faire bouger les choses plus rapidement, et ce sur des thématiques précises. Explications.

    27 Septembre 2019
  • Brigitte Bardot plaide la cause des animaux auprès d’Emmanuel Macron

    ProtectionBrigitte Bardot a été reçue, mardi 24 juillet 2018, par Emmanuel Macron pour parler de la cause animale et a trouvé avec lui, a-t-elle assuré à l’AFP, un interlocuteur ''intéressé'', qui a promis de la revoir en fin d’année.

    25 Juillet 2018
  • Grand débat national : la condition animale au programme

    ProtectionC’est dans une salle de la mairie du XIIIè arrondissement de Paris que les Franciliens ont été conviés, mercredi 20 février, à faire part de leurs propositions sur la condition animale dans le cadre du Grand débat national. Un thème inspirant puisque les idées ont abordé aussi bien les animaux domestiques, de rente que les animaux sauvages…

    21 Février 2019
  • Associations et politiques appellent à la protection des animaux

    ProtectionPlus d'un millier d'organisations de protection animale, ainsi que de nombreuses personnalités, scientifiques et parlementaires de tous bords, ont réclamé dans une tribune 'une relance économique intégrant la protection des animaux et de l'environnement', après la crise sanitaire liée au coronavirus.

    11 Mai 2020