Le caracal, un chat fantôme


  • Le caracal, un chat fantômePhoto : Naturagency
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Félin méconnu, le caracal, ou lynx du désert, est un grand chat aux moeurs discrètes. Sa situation est atypique : alors qu’il est en danger de disparition en Asie, en Afrique australe, sa patrie de prédilection, il est classé comme nuisible.

    Naturagency

    Ce mystérieux petit félin semble être le fruit des amours improbables entre un lynx et un puma. Du lynx, il aurait hérité les plumeaux aux oreilles et la queue courte. Le puma, lui, lui aurait légué un pelage cuivré uni, sans mouchetures ni rayures, et des yeux ombrés de khôl. Mais bien sûr, il n’en est rien. C’est sans doute pour cette raison que les scientifiques ont longtemps hésité sur sa place dans la classification des félidés, le rangeant tour à tour dans le genre felis ou dans le genre lynx. Les analyses génétiques ont permis de lever le voile. A présent, ce chat atypique peut s’enorgueillir d’être l’unique représentant de son propre genre, caracal. Ces lauriers ne lui sont pourtant d’aucune aide face à une pression humaine toujours croissante. Le caracal jouit d’une vaste distribution ; on le trouve sur plusieurs continents, de l’Afrique jusqu’en Inde en passant par l’Asie centrale et l’Asie du Sud-Ouest. Malheureusement, il n’y a plus qu’en Afrique australe que sa situation semble encore à peu près stable. Mais pour combien de temps ?

    Médaille d’or du saut en hauteur

    NaturagencyLes pattes arrière du caracal, longues et puissantes, lui permettent de réaliser des bonds prodigieux.

    Pesant 10 à 20 kilos pour 60 cm à 1 m de long (sans la queue qui mesure de 20 à 30 cm), le caracal est le plus gros des petits félins et un athlète hors pair. Sa morphologie donne de précieuses indications sur ses aptitudes : une arrière-main très puissante plus haute que l’avant-main et dotée de pattes musclées ainsi qu’une colonne vertébrale très flexible. Le caracal excelle dans les sprints et les sauts en hauteur. Un adulte peut bondir verticalement jusqu’à trois mètres. Cette faculté lui permet de capturer des oiseaux au moment de l’envol.

    Tourterelles et passereaux s’abreuvant au point d’eau, pintades et francolins piétant à travers les hautes herbes doivent se méfier de son approche silencieuse. Sa robe fauve lui assure un camouflage parfait. Ce prédateur chasse de préférence pendant la nuit ou à l’aube, avant les fortes chaleurs. Mais, durant l’hiver austral, il n’hésite pas à patrouiller aussi de jour. Ce sprinteur s’avère très habile à attraper des rongeurs, des lièvres, des damans et même de petites antilopes comme des springboks, des duikers ou des steenboks. Et s’il n’a rien d’autre à se mettre sous la dent, lézards et coléoptères calmeront son appétit.

    L’énigme des plumeaux

    NaturagencyLes pinceaux des caracals sont les plus longs et les plus fournis, ils peuvent atteindre 8cm.

    A quoi servent les pinceaux que portent toutes les espèces de lynx ainsi que le caracal à l’extrémité des oreilles ? Ceux du caracal sont d’ailleurs les plus longs et les plus fournis, pouvant atteindre jusqu’à 8 cm. Pour l’instant, les chercheurs suggèrent diverses hypothèses sans pouvoir démontrer une quelconque fonction. On a longtemps supposé que ces bouquets de poils noirs amélioraient l’audition, amplifiant la réception des sons, notamment des hautes fréquences. Mais aujourd’hui, les spécialistes présument que ces plumeaux servent davantage à la communication entre congénères.

    Entre coexistence et concurrence

    NaturagencyIl y a jusqu'à sept espèces de félins dans ceraines réserves africaines.

    Dans certaines réserves africaines, on rencontre jusqu’à sept espèces de félins : lion, léopard, guépard, serval, caracal, chat sauvage, chat à pieds noirs. Evidemment, tout félin s’appliquera à ne pas rencontrer un cousin plus grand ou plus puissant. Pour éviter ce type de mésaventure au dénouement souvent fatal, les félins, notamment les petits, ont trois options : chasser à des horaires différents, dans des endroits séparés, ou tuer des proies d’une autre taille. Le caracal et son proche cousin, le serval (photo), au pelage tacheté, sont à peu près du même gabarit et semblent s’intéresser au même type de proies : oiseaux, rongeurs, petites antilopes… Le serval affectionne les zones humides, marécages et prairies bordant les cours d’eau, même à sec. En revanche, le caracal préfère des zones plus ouvertes et plus arides, savanes herbeuses parsemées de rochers, lisières de forêts sèches, prairies au pied de collines… En choisissant des habitats distincts, ces deux félins évitent de se rencontrer et n’entrent pas en concurrence pour les ressources alimentaires.

    Un avenir incertain

    Naturagency

    Ces jeunes caracals grandissent dans un sanctuaire privé. Au fil des mois, les félins vont gagner en muscles et en dextérité. Après cette période d’adaptation, ils seront relâchés dans une réserve privée qui leur offrira un refuge, du moins tant qu’ils resteront dans les limites du parc. Les associations de protection de la nature prônent des méthodes plus respectueuses pour réduire les attaques sur le bétail. L’utilisation de lamas et de chiens de troupeaux comme les bergers d’Anatolie s’avère très efficace. Mais rares sont les fermiers qui veulent investir dans l’entretien de plusieurs grands chiens.

    Permis de tuer le caracal

    En dehors des espaces protégés, les menaces qui pèsent sur le caracal en Afrique australe sont identiques à celles qui accablent le guépard : perte d’habitat face à l’extension des terres agricoles et conflit avec l’élevage extensif. Un caracal peut s’attaquer à des moutons, des chèvres et des veaux, proies faciles, d’autant plus que le bétail est laissé sans protection. En une année, un caracal prélève en moyenne cinq moutons sur une surface de 100 km2. Une perte que les éleveurs estiment à près de 1 milliard d’euros. Exaspérés, ils ont déclaré la guerre à ces prédateurs.

    Chasse de nuit avec silencieux, tir à partir d’hélicoptère et piégeage, toutes ces pratiques autrefois illégales sont à présent autorisées. Les pièges à mâchoire sont les plus utilisés. Des chasseurs proposent même leurs services aux fermiers et s’appliquent à « nettoyer » les terres d’élevage de tout « nuisible ». Par « nuisible », un fermier sud-africain entend tous les carnivores, y compris le petit renard du Cap, le protèle et le chat sauvage, mais aussi tous les creuseurs de galeries comme le potamochère, le phacochère et le porc-épic. Dans la seule province du Cap occidental, quelque 400 permis ont été délivrés en 2011 aux fermiers, les autorisant à tuer cinq caracals et cinq chacals par jour pendant six mois. Dans les autres provinces, les permis sont annuels et illimités, voire non obligatoires. Les protecteurs de la nature supposent que plus d’un million d’animaux sont ainsi « éliminés » chaque année. Et les dommages collatéraux sont nombreux : le poison contenu dans un cadavre entraîne dans sa spirale mortelle les charognards comme les vautours. Jusque-là, le caracal devait sa survie à sa discrétion et à son aptitude à coloniser  rapidement des territoires vidés des plus grands prédateurs. Mais, face à cette campagne d’éradication sans précédent, on peut craindre que la population de caracals ne s’effondre rapidement.

     


    Autres articles à lire

  • Alpes-de-Haute-Provence : le premier loup abattu en 2020

    Faune sauvageUne louve aperçue 'à proximité d'un élevage de bovins' dans les Alpes-de-Haute-Provence a été lundi le premier loup abattu en France pour l'année 2020, a-t-on appris mardi auprès d'une association et de la préfecture.

    28 Janvier 2020
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Les renards ne méritent en aucun cas le statut de « nuisibles »

    Faune sauvageNouveauChasse, piégeage, déterrage… Notre ami le renard subit de nombreuses attaques en France, et ce, tout au long de l’année. Mais que lui reproche-t-on au juste ? François Moutou, vétérinaire épidémiologiste, explique pourquoi les arguments utilisés par les chasseurs et les préfets sont irrecevables.

    19 Octobre 2020
  • Présentation des derniers-nés au parc des félins

    Faune sauvageBagany, le lionceau, et Sayan, Lyuha et Neva, les trois bébés tigres, sont nés au parc des félins, à Nesles (77). Animaux-online a eu le privilège de les approcher et de les toucher rien qu’avec les yeux.

    18 Février 2016
  • 84 % des Français sont en faveur d’une stricte protection du loup

    Faune sauvage16 loups ont déjà été tués depuis le début de l’année 2020 (sur un quota de 90 loups) et un autre braconné, sans oublier les 98 individus abattus en 2019. D’après l’Office français de la biodiversité, le taux de survie des loups est en baisse... Pourtant, selon un sondage de février 2020, les citoyens français soutiennent la protection du loup.

    18 Juin 2020
  • Demain, les tigres et les lions ne seront-ils plus que des peluches ?

    Faune sauvageTigres, lions et pandas sont partout sur nos écrans, dans les livres pour enfants et les magasins de jouets. Mais en faisant croire qu'ils sont répandus dans la nature, leur omniprésence cache une triste vérité : ces animaux sont en danger.

    13 Avril 2018
  • Naissance exceptionnelle d'un orang-outan de Bornéo à Paris

    Faune sauvageLa famille d'orangs-outans de la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris vient de s'agrandir avec la naissance de Java, une femelle née il y a huit jours. La dernière naissance d'un orang-outan à la ménagerie remontait à 2005.

    24 Octobre 2018
  • Disparition de Bertha, la plus vieille des hippopotames

    Faune sauvageUne hippopotame du zoo de Manille est morte le 7 juillet de vieillesse à l’âge de 65 ans, après avoir largement dépassé l’espérance de vie de ces mammifères. Il s’agissait vraisemblablement de la doyenne des hippopotames vivant en captivité.

    12 Juillet 2017
  • IFAW à la rescousse des rhinocéros

    Faune sauvageLe 22 septembre dernier, c’était la journée mondiale du rhinocéros. Ce gros mammifère comporte 5 espèces différentes, toutes en danger d’extinction. C'est pourquoi, de nombreux organismes, dont IFAW, œuvrent à sa protection.

    24 Septembre 2020
  • Les voyages en avion détruisent l'habitat des ours polaires

    Faune sauvageLes avions transportent chaque année 4,6 milliards de passagers. Des chercheurs norvégiens ont calculé combien cela représentait en termes de kilomètres carrés de banquise fondue…

    31 Janvier 2020
  • Climat : la moitié des espèces pourrait disparaître d’ici 2080

    Faune sauvageSi rien n’est fait pour inverser la tendance, le réchauffement climatique pourrait menacer jusqu'à 50% des espèces végétales et animales de Madagascar à l'Amazonie, selon une nouvelle étude co-produite par l’ONG WWF.

    14 Mars 2018
  • Karamel, l’écureuil amputé, reçoit une prothèse

    Faune sauvageCet écureuil privé de deux pattes après avoir été pris dans un piège peut de nouveau se déplacer grâce à une prothèse conçue sur mesure par des scientifiques de l’université Aydin d'Istanbul, enTurquie.

    09 Avril 2018
  • Une gardienne de zoo tuée par un tigre en Grande-Bretagne

    Faune sauvageUne gardienne de zoo britannique a été tuée par un tigre lundi 29 mai. La police mène l’enquête pour déterminer les causes de cet « accident exceptionnel »

    30 Mai 2017
  • Pourquoi les éléphants d’Afrique ont-ils la peau craquelée ?

    Faune sauvageUne équipe de chercheurs suisses a étudié la peau des éléphants et notamment les crevasses qui la composent. À quoi servent-elles ? Comment se forment-elles ? Quelques réponses dans cet article.

    08 Octobre 2018
  • Les deux macaques de la Pinède des singes enfin sauvés

    Faune sauvageLes deux singes survivants, après l’euthanasie de 163 macaques en mai dernier dans les Landes, ont été sauvés grâce à la mobilisation de plusieurs associations dont la Fondation 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot. Ils vont être placés dans le sanctuaire du Refuge de l’Arche, en Mayenne.

    13 Septembre 2017
  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée

    Faune sauvageL’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.

    29 Mars 2019
  • Braconnage : des pandas roux revendus comme animaux de compagnie

    Faune sauvagePlusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme face à une recrudescence de captures illégales de pandas roux en Asie pour en faire des animaux de compagnie, à cause de « leur image craquante ».

    09 Février 2018
  • Quand la technologie vient au secours des rhinocéros

    Faune sauvageTués pour leur corne, les rhinocéros sont la cible d’attaques de plus en plus féroces des braconniers. Si rien n’est fait pour leur protection, ils risquent de disparaître d’ici une dizaine d’années. Pour lutter contre ce phénomène, des dispositifs ultra-performants de surveillance sont mis en place dans les réserves.

    28 Septembre 2017
  • Les animaux rêvent-ils tous de la même façon ?

    Faune sauvageDes chercheurs français ont étudié le sommeil du lézard afin de creuser l’hypothèse selon laquelle les phases de sommeil lent et paradoxal (là où surviennent les rêves) seraient apparues chez un ancêtre commun aux mammifères et aux reptiles, il y a 350 millions d'années.

    12 Octobre 2018
  • Faites un geste pour la Journée mondiale des animaux

    Faune sauvageCréée en 1929, à Vienne en Autriche, à l'occasion du Congrès international pour la protection des animaux, la Journée mondiale des animaux a lieu ce 4 octobre, jour de la Saint-François d'Assises. L'occasion saisie par l'ONU de mettre en lumière les espèces menacées sur notre planète. Le guépard fait partie des plus fragiles. Et si vous faisiez un geste pour aider à sa préservation dans le Masaï-Mara ?

    04 Octobre 2017