Borias, le petit chat bonheur


  • Borias, le petit chat bonheurPhoto : Sophie Coutouly
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    Voici l’histoire d’un sauvetage inattendu qui a changé la vie d’un bébé chat –nommé Borias- comme celle de sa maîtresse.

    Par Sophie Coutouly

    J’ai 29 ans, et depuis que je suis née, je passe tous mes étés chez ma grand-mère, au fin fond de l’Aveyron, dans un petit hameau de trois habitants nommé Pargues. Mon grand-père d’adoption, 82 ans et agriculteur retraité, a une ferme au petit village d’en bas, dans la vallée. Il n’y vit plus mais y passe ses journées pour s’occuper. J’y retrouve à chaque fois les vaches, les poules, les poussins… Et toute une tribu de chats sauvages. J’ai mes habitudes immuables pour ces vacances-là. Mes valises posées, je descends au village acheter mon stock de pâtée pour chats et me rends à la ferme pour voir combien de félins sont encore là, et si les chatons de l’année précédente ont survécu. Je retrouve ceux que je connais déjà, que j’ai affublés de petits noms... La Noiraude, Lalouche, Baya, etc. L’ été dernier, j’ai retrouvé les chats du coin qui rappliquent dès qu’on appelle « mimi, mimi » et qu’on cogne le fond d’une casserole.

    Je ne les vois qu’une ou deux fois par an, mais c’est à croire qu’ils se souviennent que je les nourris et les engraisse un maximum durant mes vacances... J’ai eu le plaisir de voir que les chats adultes et sédentaires étaient quasiment tous là. Au nombre de trois ou quatre, je les retrouve tous les ans. Les portées  elles, disparaissent. Il m’est arrivé souvent de retrouver des chatons écrasés sur le bord de la route, ou tués par des fouines ou belettes. Certains survivent et vont voir ailleurs... J’en ai fait adopter quelques-uns aussi...

    UNE RENCONTRE ÉMOUVANTE

    Mais cet été là, une belle portée de trois chatons roux en pleine forme s’est précipitée sur la pitance que je leur offrais. Je n’avais pas vu le tout petit chaton sale, aux couleurs de siamois, tapi dans un coin. C’est mon amie qui l’a trouvé, et attrapé alors qu’il feulait de toutes ses petites forces. Tout petit, la peau sur les os, il semblait seul au monde. Aucune des deux chattes aux mamelles pendantes ne s’occupait de lui. Il était donc orphelin. Intéressé par l’odeur de la pâtée, il ne parvenait pas à la manger. Pas sevré donc...

    Sophie CoutoulyRejeté par sa mère, le chaton a dû être sevré rapidement. 

    Une fois passé le choc d’un contact direct avec un être humain, on l’a observé. Il était tellement faible qu’il parvenait à peine à marcher. Ses yeux ne réagissaient pas. Je l’ai cru aveugle, un handicap impossible à surmonter pour un chat sauvage. Il me paraissait condamné, et j’avais en tout sept jours pour le remettre sur pattes et lui donner une chance de survivre à la ferme. Nous sommes redescendues au village acheter du lait pour chaton. Mais il ne parvenait pas à le laper. Nous l’avons donc nourri à la seringue. Il peinait même à faire ses besoins. Mon amie lui nettoyait deux fois par jour l’arrière-train pour le stimuler.

    Devant le peu de temps que l’on avait devant nous pour le sauver, on a décidé de le sevrer au plus vite. Dès le deuxième jour, nous avons donc mélangé le lait à de la pâtée pour chat mixée, toujours en le gavant deux fois par jour. On ne pouvait pas faire plus. Mais il reprenait des forces tout doucement. On le voyait tous les jours. Il était plus vif, plus sûr sur ses pattes. Le quatrième jour, on a eu la surprise de le voir manger dans la gamelle des chats adultes. Il a lapé sans difficulté le lait qu’on lui a offert. Et là, pour nous, s’est posée la question. Que faire ?

    VERS UNE NOUVELLE VIE

    Sophie CoutoulyBorias, en route pour une nouvelle vie.

    Nos vacances s’achevaient, le petit chat allait mieux mais était encore très faible. Il avait des tonnes de parasites qui lui couraient dessus, jusque dans ses yeux. Qu’allait- il devenir quand nous serions parties ? Mon amie a commencé à émettre une hypothèse... Et si on le prenait avec nous ? C’était une question légitime, mais elle engendrait de nombreuses complications. Serions-nous capables d’offrir une belle vie à un chat sauvage, alors que l’on vivait en appartement, avec un golden retriever adorable, mais qui court après les chats de notre résidence, sans agressivité certes, mais juste pour jouer avec eux ? Arriverions-nous à les faire cohabiter ? En outre, nous ne connaissions rien de la santé de ce petit chaton. Était-il seulement viable ? Au vu de son jeune âge, de son côté amorphe, de sa maigreur, je n’étais même pas sûre qu’il soit « sauvable ».

    Sophie Coutouly Sans soins quotidiens, Borias n'aurait eu aucune chance de s'en sortir. 

    Nous avons donc décidé, deux jours avant de repartir en Bourgogne, d’emmener le petit chat chez un vétérinaire, pour avoir une idée de ce que serait sa vie. Sa vie si on le laissait à la ferme, sa vie si on tentait de l’adopter dans un environnement qui ne serait pas celui de sa naissance. Nous avions déjà un petit nom pour lui en tête, mais je m’interdisais de le prononcer, de peur de trop m’attacher. Il restait, pour nous, « le petit chat ». En attendant le verdict... Le docteur vétérinaire l’a examiné de fond en comble et nous a annoncé que « non, il n’est pas aveugle, juste tellement mal nourri et déshydraté qu’il en devient apathique », mais qu’à part ça, et le fait qu’il était infesté de parasites, il allait « bien ». Et devant la description que nous avons faite de sa future vie à la ferme si on l’y laissait, il a été sans ambiguïté : « seul, sans maman, sans maître, il ne survivra pas. Il est trop faible. » Et donc, si on le prend avec nous ? Il nous annonce que notre rôle sera du nursing, à savoir le nourrir, le veiller, le traiter contre les parasites, le faire grandir pour en faire un chat adopté et bien dans sa peau. Bref, ce que nous faisions déjà…

    Sophie CoutoulyCalé sur un tissu, le chaton est embarqué chez le vétérinaire.

    Durant le trajet du retour, il convenait maintenant d’appeler le chaton par son nouveau petit nom, à savoir Borias. Arrivé chez nous, Borias est devenu un chaton magique. Il n’a fallu qu’une nuit pour qu’il apprivoise sa litière. Affectueux au-delà du possible, il dormait contre nous, ronronnait à tout va. Des démonstrations d’affection à n’en plus finir. Et si nous l’avons, au début, séparé de notre chienne en notre absence, par mesure de sécurité pour lui comme pour notre golden, leur cohabitation a été d’une facilité déconcertante.

    Sophie CoutoulyLa cohabitation entre la chienne golden et Borias a été d'une facilité déconcertante.

    BORIAS POUR LE MEILLEUR

    Mais le pire aussi. À six mois, juste après les fêtes de fin d’année, nous avons décidé de le faire castrer, pour son confort et le nôtre aussi. Rendez-vous est pris à notre clinique vétérinaire attitrée. Borias a un léger souffle au coeur diagnostiqué depuis son arrivée chez nous, on le rappelle au vétérinaire, et heureusement. Après l’avoir ré-ausculté, le véto décide de lui administrer un quart de l’anesthésie seulement pour voir sa réaction. Et elle a été sans appel. Nous avons reçu un coup de fil deux heures plus tard. Borias n’avait pas supporté la mini anesthésie. Il a fait un arrêt cardiaque, suivi d’un oedème pulmonaire. Le vétérinaire a pu le sauver de justesse. Mais plus question de le castrer. Son état cardiaque était trop préoccupant. Depuis, petit chat Borias est un vrai mâle qui réclame à corps et à cris une femelle, surtout quand les minettes de la résidence se prélassent devant notre porte-fenêtre !

    Mais il reste un vrai bonheur, car malgré le fait qu’il ne soit pas castré, il se contente de marquer son territoire en se frottant partout, pas un pipi en dehors de sa litière ! Et s’il miaule et parle beaucoup, c’est certainement dû à son croisement avec un siamois, entre autres, et il se tait quand on lui dit « chut » ! Nous lui avons fait passer des analyses sanguines et une échographie cardiaque pour pouvoir appréhender son handicap, et maintenant il nous faut attendre la fin de sa croissance et son premier anniversaire pour le re-tester et avoir une meilleure idée de sa maladie. Soit son souffle au coeur reste bénin, soit son espérance de vie se trouvera largement écourtée par sa malformation du coeur. Deux ans, trois ans maximum à pouvoir profiter de sa présence dans nos vies.

    Sophie CoutoulyBorias profite aujourd'hui pleinement de sa vie de félin malgré un problème cardiaque.

    Mais même si petit chat Borias ne devait vivre que deux ou trois ans à nos côtés, si ses prochains examens devaient nous annoncer que sa présence serait éphémère, je sais qu’on lui aura offert une vraie vie de félin qui en vaudra certainement neuf... On ne regrettera rien. On fera avec. On l’aime. Il est et restera notre chat bonheur, notre chat magique.

     

     

     


    Autres articles à lire

  • Le tour de Corse à la rame pour payer un chien d’as

    Vivre ensembleLe tour de Corse en kayak de mer de Clément et Mathieu Schaff leur a permis de récolter plus de 5000 € pour Handi chiens (handichiens.org). Soit près de la moitié du budget nécessaire au financement de la formation d’un guide canin qui s’élève à 13 500 €. Les chiens d’assistance de l’association sont remis à des handicapés pour leur prêter main-forte au quotidien.

    10 Septembre 2015
  • Royaume-Uni : un chat accusé d'espionnage

    Vivre ensembleLe chat Palmerston, adopté le mois dernier pour chasser les rongeurs au ministère des Affaires étrangères, s'est retrouvé au cœur d'une petite plaisanterie entre les membres du Parlement britannique. Soupçonné d'espionnage, il doit dorénavant montrer patte blanche…

    27 Mai 2016
  • Des traqueurs de Pokemon sauvent des rongeurs

    Vivre ensembleAlors qu'ils étaient à la chasse aux Pokemon, absorbés par le tout nouveau jeu Pokemon Go, deux jeunes Américains ont sauvé 27 rongeurs d'une mort certaine.

    20 Juillet 2016
  • Au terminus des bienheureux

    Vivre ensembleConsidéré comme l’un des premiers cimetières animaliers au monde, c’est surtout un lieu où règnent l’apaisement et le bonheur d’aimer. Petite promenade dans les allées du cimetière des chiens d’Asnières-sur-Seine…

    08 Mars 2017
  • Fort McMurray : un chien sauvé des flammes retrouve sa famille

    Vivre ensembleAbby est une petite chienne sourde et âgée de 14 ans, vivant à Fort McMurray. Ses propriétaires se trouvaient sur leur lieu de travail lorsque l’ordre d’évacuation a été donné. Sans pouvoir retourner chez eux, ils ont passé trois jours à attendre que les secours ramènent Abby. C’est finalement grâce à deux bons samaritains qu’ils ont pu récupérer leur chienne…

    12 Mai 2016
  • Duke, le chien devenu maire d’une petite ville des Etats-Unis

    Vivre ensembleIl s’appelle Duke et c’est avec un grand honneur qu’il entame son troisième mandat de maire de la petite ville américaine de Cormorant, dans le Minnesota.

    30 Août 2016
  • Des animaux évacués suite aux incendies des Bouches-du-Rhône

    Vivre ensembleToute la nuit, une immense chaîne de solidarité s'est mise en place dans les Bouches-du-Rhône afin d'évacuer et de mettre en sécurité les animaux des refuges menacés les incendies. Le point sur la situation…

    11 Août 2016
  • D’Joe et Sarah : l’aventure australienne

    Vivre ensembleC’est en 2002, alors qu’elle arpentait l’Australie à pied et en solitaire, que Sarah Marquis fait la rencontre de D’Joe. Ensemble, ils parcourront 10 000 kilomètres, supportant la faim, la soif et la chaleur. Elle vivra avec lui une aventure hors du commun, prouvant, une fois de plus, que le chien est le meilleur ami de l’homme.

    25 Décembre 2019
  • Une peluche défend son os

    Vivre ensembleNos chiens sont vraiment extraordinaires. La vidéo a un an. Mais elle nous fait craquer. Alors on la partage avec vous !

    16 Octobre 2015
  • Des propriétaires retrouvent leur chienne à 400 km de chez eux

    Vivre ensembleUn berger allemand a été retrouvé en Suisse, à 400 km du domicile de ses maîtres situé à Francfort, en Allemagne. L’animal, disparu depuis six mois, a subi des soins intensifs avant de rejoindre ses propriétaires, heureux et soulagés.

    26 Février 2018
  • Yurka ou la vraie vie

    Vivre ensembleChaque année, des milliers d’animaux sont victimes de la cruauté humaine. Certains s’en sortent, d’autres non. Yurka aurait pu faire partie de la seconde catégorie, mais le destin l’a placée sur le chemin d’Elsa Meier, ingénieur géologue de 24 ans reconvertie dans la photographie animalière, et son père Antoine.

    12 Août 2018
  • Lizzy, heureuse chef de bande

    Vivre ensembleSauvée d’un chenil en Roumanie après une vie d’errance, Lizzy a trouvé, grâce à Ester et à son compagnon, un foyer aimant où elle mène une vie sereine avec d’autres animaux.

    30 Janvier 2018
  • Un nouveau cimetière pour les animaux dans le Vaucluse

    Vivre ensembleA Sainte-Cécile, dans le Vaucluse, un cimetière communal pour les animaux compagnie va ouvrir ses portes au printemps 2016. En France, il existe plus d’une vingtaine de cimetières dédiés aux animaux, mais c’est le premier dans ce département.

    26 Août 2015
  • JO : une patineuse sauve un teckel d’un élevage de viande de chien

    Vivre ensembleLa championne canadienne Meagan Duhamel profite de sa présence aux Jeux olympiques en Corée du Sud pour dénoncer l’industrie de la viande de chien : elle incite un maximum de sportifs à suivre son exemple en sauvant et adoptant un chien destiné à être mangé.

    15 Février 2018
  • Uggie, le chien de The Artist, est mort

    Vivre ensemblePartenaire canin de Jean Dujardin dans le film The Artist, le petit parson russel terrier est mort des suites d’un cancer.

    12 Août 2015
  • Le paradis des rescapés

    Vivre ensembleÉchappé du camion qui le transportait, le cochon Rosette a été trouvé sur un parking et coule désormais des jours heureux dans une ferme de la Meuse : un refuge pour les animaux d’élevage maltraités.

    03 Avril 2016
  • Angleterre : un chat survit huit jours dans une boîte

    Vivre ensembleEn Grande-Bretagne, un chat a été expédié à plus de 400 kilomètres de chez lui par voie postale. L’animal a passé huit jours enfermé dans une boite en carton. Retrouvé en état de déshydratation à la mi-mars, il se remet aujourd'hui de sa mésaventure…

    29 Mars 2016
  • Bubba : le chat étudiant

    Vivre ensembleIl doit être le premier de son espèce à être officiellement admis à l’université. Il faut dire que Bubba, le chat, fréquente les bancs de la fac avec assiduité !

    27 Août 2015
  • Frida, une labrador secouriste devenue une héroïne au Mexique

    Vivre ensembleUne femelle labrador de 6 ans, membre de l’unité canine de la Marine mexicaine, est devenue une véritable icône au Mexique, frappé par un terrible séisme le 19 septembre dernier.

    25 Septembre 2017
  • chiens abandonnés : 2nd chance

    Vivre ensembleJugés turbulents, incontrôlables ou mordeurs, ces chiens ont été maltraités puis abandonnés. Jusqu’au jour où des policiers passionnés ont su percevoir chez eux les qualités qui font les chiens d’exception…

    01 Juin 2015