Raphaël Gamand, le dompteur de fourmis


  • Raphaël Gamand, le dompteur de fourmisPhoto : DR
  • Vivre ensemble

    Cet ingénieur agronome a décidé que si l’homme ne va pas à l’insecte, c’est l’insecte qui ira à lui. Co-fondateur, en 2014, de la société Insecto, il a mis sur pied un programme à destination des scolaires mais aussi des adultes de vulgarisation scientifique qui porte à la connaissance de tous, le monde merveilleux des insectes. Un insectarium d’un nouveau genre a été créé puisqu’il est mobile : l’insecto-bus va de classe en classe, de ville en ville, de salon en comice agricole afin de présenter ses fourmis, criquets, phasmes et autres insecte rampant ou volant !

    A l’université d’été de l’animal, qui se tiendra du 24 au 26 août au château de la Bourbansais, Raphaël Gamand dévoilera les secrets des fourmis, dont beaucoup d’entre nous ignorent les formidables capacités d’adaptation et d’organisation qui servent une colonie qui assure la survie de chacune d’entre elles…

     

    Animaux-online.com : L’intelligence chez les insectes, notamment les fourmis, n’est souvent reconnue par l’homme que « collectivement ». N’existe-t-elle pas au niveau individuel ?

    Raphaël Gamand : J’attire tout d’abord votre attention sur le fait qu’il est très compliqué et discutable de parler "des fourmis". En effet, on a découvert plus de 13 000 espèces de fourmis et chacune possède des spécificités qui lui sont propres. 13 000 espèces, c’est deux fois plus que dans les familles des oiseaux ou des mammifères ! Il ne viendrait à l’idée à personne de parler d’une quelconque aptitude des mammifères dans leur ensemble car il est difficile de comparer un dauphin, à un éléphant ou à une souris. Pourtant, quand il s’agit des fourmis, on parle de l’intelligence "des fourmis" comme si elles étaient toutes les mêmes. 

    Ensuite, il est vrai que l’homme a toujours tendance à négliger l’individu pour privilégier le comportement de l’espèce. Il suffit de regarder un reportage animalier sur la vie des lions, pour voir que l’homme pense que tous les lions sont les mêmes et se comportent de la même façon. 

    Pour les fourmis, étant donné les performances qu’elles sont capables de réaliser collectivement, faire de l’élevage, de l’agriculture, construire des structures complexes, et bien d’autres, il est en effet tentant de négliger leurs capacités individuelles.

    ShutterstockIl existe plus de 13 000 espèces de fourmis. Pourtant, l'homme les englobe comme étant un seul groupe d'insectes…
     

    Animaux-online.com : Peut-on parler d’intelligence en ce qui les concerne ? 

    Raphaël Gamand : Si par exemple, pour vous, les capacités à s’orienter sont une preuve d’intelligence, alors oui les fourmis Cataglyphis du désert ont une forme d’intelligence supérieure à celle des humains sur ce point. Si la capacité à communiquer avec les autres est une forme d’intelligence, alors oui toutes les fourmis ont individuellement un arsenal d’émetteurs et de récepteurs de messages qui leur donne une forme d’intelligence très développée. 

    Enfin si, pour vous, l’intelligence c’est la réaction adaptée face à un événement inconnu, alors il suffit de soulever une pierre pour voir que, par exemple, les très communes fourmis des jardins Lasius niger nichées en-dessous de cette pierre vont immédiatement rentrer leurs larves dans la terre suite à une décision individuelle rapide parfaitement adaptée à la situation.  

     

    Animaux-online.com : Pourquoi les fourmis fascinent-elles tant les hommes, même quand ils sont petits ?

    Raphaël Gamand : Tous les enfants sont attirés par le mouvement. A deux animaux de même taille, un animal mobile sera toujours plus intéressant pour un enfant qu’un animal immobile. Par leur forte activité, les fourmis sont ainsi une source d’observation dynamique très intéressante. L’autre point c’est que, contrairement à des animaux inféodés à des biotopes spécifiques, les fourmis sont présentes quasiment partout, même dans la maison ! Là encore, c’est pour un enfant la garantie d’avoir accès à une source d’observation inépuisable. 

    Pour les plus grands, force est de constater que les fourmis ne laissent personne indifférent. Ce qui, je pense, fascine le plus, c’est leur organisation en apparence parfaite et surtout sans aucun conflit. Alors qu’il suffit de plonger dans une cours de récréation pour y voir quelques tensions, regarder une fourmilière interpelle par cette absence totale, du moins en apparence, de conflit entre les individus. Il faut noter que la contrepartie de cette solidarité intra-colonie, c’est une extraordinaire propension à faire la guerre aux colonies voisines. Les fourmis sont en effet des insectes très territoriaux et très guerriers quand il faut défendre ou conquérir un territoire.  

    ShutterstockL'organiisation des fourmis fascine l'homme. Elles sont capables d'œuvrer toutes ensemble pour le bien de tous, comme ici quand elles bâtissent un pont de leurs corps pour permettre aux autres de passer d'une feuille à l'autre…
     

    Animaux-online.com : Racontez-nous comment les fourmis ont mis au point des déchetteries. Avec une seule instruction, elles créent un système ?

    Raphaël Gamand : Chez les humains, une autorité centrale décrète que la déchetterie se trouvera à un endroit bien précis et un ensemble de règles et de contrôles s’assurent que chacun aille y mettre ses déchets. Beaucoup pensent que, chez les fourmis c’est la même chose, certains pensent même que c’est la reine qui décide d’à peu près tout. Or, c’est complètement faux. Les fourmis obéissent juste à des règles très simples. Dans ce cas de la déchetterie, elles ont juste comme instinct de poser un déchet là où ça sent le plus le déchet. Au début de la création d’une fourmilière, les déchets sont éparpillés un peu partout. Puis, au fruit du hasard, quelques déchets seront mis non loin l’un de l’autre et, inévitablement, ça sentira plus le déchet à cet endroit là qu’ailleurs. Suivant leur instinct, les fourmis viendront poser leur déchet à cet endroit et, petit à petit, il n’y aura qu’une seule déchetterie. Il faut noter que ce comportement d’hygiène est fondamental pour les fourmis qui vivent dans une telle densité d’individus qu’elles ne peuvent pas se permettre le développement de pathogènes. 

     

    Animaux-online.com : Le déplacement des fourmis fascine l’homme. Nombreuses, elles ne connaissent jamais les embouteillages. En quoi cela inspire-t-il les ingénieurs chargés de trouver des solutions aux trafics encombrés ?

    Raphaël Gamand : C’est un vaste sujet. Là encore, ce sont des règles simples qui permettent aux fourmis de réaliser des comportements complexes. Pour se déplacer, les fourmis suivent des pistes odorantes qu’elles créent. Ce système leur permet d’indiquer aux autres ouvrières où se trouve la source de nourriture et, en revenant, où se trouve le nid. Plus les fourmis sont nombreuses sur une piste, plus il y a d’odeur et plus il est facile de s’orienter, leur vitesse augmente alors. 

    Seulement, à une certaine densité, les fourmis qui reviennent ont de plus en plus tendance à entrer en collision avec celles qui partent. Là encore, une instruction simple qui pourrait se résumer en "si tu te tapes dans quelqu’un change de piste", aboutit à la formation de deux pistes bien distinctes, une pour celles qui partent et une autre pour celles qui reviennent. Par ailleurs, cette instruction simple engendre également un élargissement de la piste pour fluidifier la circulation. Pour ce qui est de l’application aux humains, si il est clair que les conducteurs sont trop imaginatifs pour être capables de suivre des instructions aussi simples, il en est tout autre des intelligences artificielles qui vont piloter les voitures autonomes et qui pourraient ainsi assurer une meilleure fluidité du trafic. 

    DRL'entolmologiste devant une énorme fourmilière…
     

    Animaux-online.com : Quel est votre projet dans les ateliers que vous animez avec des fourmis auprès des scolaires ?

    Raphaël Gamand : Evidemment, nous abordons les notions de base comme savoir reconnaître une fourmi, connaître leur reproduction ou leur alimentation. Mais ce que je cherche à leur faire comprendre, c’est l’importance des fourmis dans les écosystèmes et notamment pour les activités humaines. Infatigables recycleuses de déchets, formidables foreuses qui retournent et aèrent des tonnes de terre, ou régulatrices très efficaces de différents insectes consommateurs de végétaux, les fourmis sont un maillon essentiel de la chaîne alimentaire et doivent, au même titre que les abeilles, être considérées comme tel. 

     

    Animaux-online.com : Quels autres insectes peuvent se rapprocher des fourmis dans ce qu’ils apportent à l’homme en terme d’innovation ? Pourquoi ?

    Raphaël Gamand : A part les fourmis, les insectes les plus étudiés pour leur organisation sociale sont sans conteste les abeilles mellifères et les termites. Si les premières sont beaucoup étudiées sous l’angle de leur protection et des différentes propriétés de leurs produits, les deuxièmes sont étudiés pour leurs capacités architecturales et leurs techniques de construction. Véritables thermiciens, les termites sont capables de réguler la température et l’hygrométrie de leur nid très efficacement. A l’heure où le bâtiment est une activité économique relativement en retard dans le domaine de la robotisation, les termites offrent des pistes d’étude très prometteuses.  

    Pour participer à l'université d'été de l'animal, c'est ici


    Autres articles à lire

  • Les intervenants de Dog Revolution : Caroline Gilbert

    Vivre ensembleCaroline Gilbert est vétérinaire, éthologue et maître de conférences à l’école nationale vétérinaire d’Alfort. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    27 Septembre 2016
  • Les intervenants de Dog Revolution : Charlotte Duranton

    Vivre ensembleCharlotte Duranton est éthologue. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    01 Septembre 2016
  • Université d'été de l'animal 2017 : Robin Meier

    Vivre ensembleRobin Meier est un artiste plasticien sonore passionné par la musique, l’informatique et les animaux. Avec lui, les ordinateurs parlent aux moustiques, qui leur répondent. Les 25, 26 et 27 août, il exposera son travail dans le cadre de l’Université d’été de l’animal, un séminaire consacré à l’intelligence animale. Rencontre.

    04 Juillet 2017
  • Des challenges à la mode

    Vivre ensembleLes challenges à faire avec son animal se multiplient sur la toile et créent un phénomène viral à travers le monde. L’équipe d’animaux-online vous donne quelques astuces pour réaliser ces challenges.

    29 Août 2018
  • Zoonose : les animaux peuvent-ils nous tuer ?

    Vivre ensembleComme la peste, la grippe espagnole, celle de Hong Kong ou encore la variole, la pandémie du covid-19 provient de l’animal. Pour ne pas mourir d’une pandémie qu’il ne pourrait pas maîtriser, l’homme doit-il modifier son rapport à l’animal sauvage et domestique ?

    24 Juillet 2020
  • Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animaux

    Vivre ensembleVétérinaire, résidente en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d'Alfort (Chuva) de l’école nationale vétérinaire d’Alfort, Emmanuelle Titeux présentera lors du séminaire Pet Revolution, L’Animal en marche, les 30 octobre et 1er septembre prochains, son travail sur les liens entre les comportements répétitifs des animaux et leur mal-être.

    14 Août 2017
  • Les animaux ont-ils un effet sur l’anxiété de leur propriétaire ?

    Vivre ensembleUne étudiante en psychologie publie un questionnaire en ligne afin d’étudier les liens entre la présence de nos animaux de compagnie et notre niveau de stress.

    19 Avril 2018
  • SOS ANIMAL PERDU, comment agir ?

    Vivre ensembleVous avez perdu votre animal et vous ignorez comment agir ? Découvrez la démarche à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté et le retrouver.

    17 Août 2015
  • Comment aider son enfant à faire le deuil de son animal ?

    Vivre ensembleAnnique Lavergne est docteur en psychologie et spécialiste du deuil animalier au Canada. Elle publie un livre à destination des enfants pour les aider à surmonter la douloureuse perte d’un compagnon. Entretien.

    17 Juillet 2018
  • Un séminaire pour débattre du bien-être des animaux de compagnie

    Vivre ensembleCo-organisé par la Société francophone de cynotechnie et l’université de Nanterre, Pet Revolution est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de la faculté, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Antoine Bouvresse, vétérinaire et co-organisateur de cette deuxième édition (avec Thierry Bedossa), nous en dévoile l’esprit et le programme…

    29 Juin 2017
  • Un autocollant pour signaler la présence d’animaux en cas d’incendie

    Vivre ensembleL’initiative vient de Belgique et de Suisse, où des élus et des associations proposent aux propriétaires d’animaux domestiques de coller une étiquette sur leur maison afin d’augmenter les chances de survie de leurs chats, chiens ou NAC en cas d’incendie.

    20 Novembre 2017
  • Agatha Liévin Bazin : Des oiseaux plein la tête

    Vivre ensembleA l’occasion de l’université d’été de l’animal, organisée par la journaliste Yolaine de la Bigne du 24 au 26 août 2018 au château de la Bourbansais en Bretagne, Agatha Liévin-Bazin dévoilera tout sur l’intelligence des crânes de piafs… euh des oiseaux ! Rencontre…

    10 Août 2018
  • Université d'été de l’animal 2017 : Bernard Séret

    Vivre ensembleBernard Séret est océanographe et biologiste, spécialiste des poissons cartilagineux (requins, raies et chimères). Il animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août, portant sur « l’intelligence des requins ». Rencontre.

    28 Juin 2017
  • Un Brésilien obtient un droit de visite pour sa chienne

    Vivre ensembleSéparé de sa compagne, un homme a obtenu un droit de visite pour garder contact avec sa petite yorkshire. La justice a ainsi reconnu les liens effectifs reliant l’homme à son animal.

    25 Juin 2018
  • Les intervenants de Dog Revolution : Nicolas Cornier

    Vivre ensembleNicolas Cornier est éducateur canin et formateur. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    12 Septembre 2016
  • Insolite : une Américaine a pris l’avion avec son cheval

    Vivre ensembleUne Américaine a réussi à voyager en cabine avec son cheval miniature lors d'un vol American Airlines reliant Chicago à Omaha (Nebraska, centre) d'une durée d'une heure et demie.

    10 Septembre 2019
  • Université d'été de l’animal 2017 : Pierre Jouventin

    Vivre ensemblePierre Jouventin est un ancien directeur de recherche en éthologie au CNRS. Il animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, portant sur « La Domestication du loup et le rôle majeur du chien dans l’évolution humaine ». Rencontre.

    30 Juin 2017
  • La garde alternée de son chien

    Vivre ensembleManque de temps, de disponibilité… Et pourquoi ne pas adopter un animal à mi-temps? Plus adapté au chien, ce mode de garde nécessite toutefois quelques recommandations.

    06 Novembre 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Christine Rollard

    Vivre ensembleChristine Rollard est enseignante-chercheuse et arachnologue au Muséum national d’histoire naturelle. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Approche soyeuse sur les capacités des 'aragnes' ». Rencontre.

    06 Juillet 2017
  • Le chien, le meilleur ami de la femme

    Vivre ensembleDans son livre Blouse blanche et poils de chiens, Valérie Fromantin, infirmière à l’institut Curie et docteur en sciences, retrace l’incroyable parcours qui l’a amenée à développer le projet « KDog » permettant de détecter précocement le cancer du sein grâce à l’odorat des chiens. Rencontre.

    20 Avril 2018