Comment aider son enfant à faire le deuil de son animal ?


  • Comment aider son enfant à faire le deuil de son animal ?Photo : Shutterstock
  • Vivre ensemble

    Annique Lavergne est docteur en psychologie et spécialiste du deuil animalier au Canada. Elle publie un livre à destination des enfants pour les aider à surmonter la douloureuse perte d’un compagnon. Entretien.

    En 2012, Annique Lavergne, maman de deux enfants, fait face à la disparition de leur chien Solo, un golden retriever. Diplômée en psychologie à l’université de Laval au Canada, spécialiste du deuil animalier, Annique Lavergne, après avoir vécu cette expérience avec sa propre famille, a eu envie de créer un outil pour aider les parents et les enfants à appréhender au mieux ces moments douloureux. L’ouvrage, édité aux Editions de l’Homme (12,90€), est un livre d’activités, joliment illustré, qui apprend pas à pas à faire son deuil.

    Annique Lavergne  Studio Foto-Genik 
     

    Animaux-Online : Comment vous êtes-vous intéressée à la thématique animale ?

    Annique Lavergne : Très jeune, j’ai été attachée aux animaux de compagnie, j’en ai côtoyé plusieurs dans le courant de ma vie. Quand j’ai commencé ma maîtrise en psychologie, j'ai été particulièrement touchée par la mort du chien que j'avais à l'époque. Son décès a été un moment très difficile pour moi. Cela m’a conduit à m’interroger sur l'ampleur et l'intensité de la perte d’un animal, et à chercher à savoir pourquoi, pour certaines personnes, le processus de deuil peut prendre plus de temps que pour d'autres. Ainsi, de 1992 à 2003, tous mes travaux universitaires ont été consacrés au deuil animalier.

    A-O : Pourquoi avoir eu l’idée d’écrire ce livre ?

    A-L : Plus tard en 2012, j’ai vécu un autre deuil, celui de notre chien Solo, mort de vieillesse. Ce décès est intervenu dans des circonstances de vie difficiles car j’étais en train de me séparer du père de mes deux filles. Leur vie a été complètement chamboulée en l’espace d’une semaine. La disparition de Solo a été dure à accepter pour mes enfants, car ce chien leur apportait du soutien et un amour inconditionnel. J’ai cherché des livres pour les aider et je me suis aperçue qu’il existait peu de littérature sur ce sujet, en français et à destination des enfants. C’est ce qui m’a amenée à écrire ce livre.

    A-O : Comment expliquer le manque de ressources sur ce sujet ?

    A-L : Même si l’on constate une certaine évolution ces dernières années, la perte d’un animal est un deuil encore marginalisé. Les gens qui n’ont pas d’animaux de compagnie ont souvent du mal à comprendre l’intensité que peut avoir ce type de deuil. Pour les enfants, la perte d’un animal est souvent la première expérience de mort et de deuil. C’est un concept difficile à comprendre pour eux et, malgré la bonne volonté des parents, ceux-ci sont peu outillés face à cet événement pour accompagner leurs enfants dans cette épreuve.

    A-O : La perte d’un animal est-elle plus difficile à gérer pour un enfant que pour un autre membre de la famille ?

    A-L : Enfant et adulte peuvent vivre la perte d’un animal de façon très intense. Mais un enfant n’a pas forcément accès à une compréhension entière de ce qu’est la mort. Un enfant en bas âge peut croire que l’animal va revenir, et souvent les parents vont faire l’erreur de mal verbaliser ce qui est arrivé à l’animal de compagnie, avec des phrases comme : « il est parti faire un long voyage », « il fait un beau grand dodo » … cela va être d’autant plus difficile pour l’enfant de bien comprendre ce qu’il se passe.

    Editions de L'homme

    A-O : Quelle est votre « méthode » proposée dans ce livre ?

    A-L : Il s’agit principalement d’un album d’activités pour les enfants. Dans une première partie, les enfants peuvent se remémorer les caractéristiques de leur animal en insérant des photos et en dessinant leurs souvenirs. Ils sont aussi amenés à identifier et exprimer les émotions qu'ils ont ressenties au moment de la perte et dans les jours ou semaines qui ont suivi le décès de l'animal. Puis le livre, en douceur, explique en termes simples mais concrets, ce qu’est le processus de deuil. Il permet également aux enfants d’explorer ce qui a mené à la séparation de l’animal, qui n’est pas toujours liée à un décès. Ce peut être la séparation des parents, par exemple. A la fin du livre, je propose des activités et des rituels à faire en famille pour accompagner le deuil de l’animal. Ces moments de partage, pour parler et échanger des souvenirs, sont importants pour surmonter la perte d’un être cher. 

    A-O : Avant le deuil, se pose souvent la question de l’euthanasie. Comment l’aborder au mieux avec son enfant ?

    A-L : Quand on est parents, on veut protéger nos enfants des émotions négatives. On est alors tenté de ne pas informer les enfants que l’animal est malade, et qu’il va falloir l’euthanasier. Mais il faut savoir qu’un enfant peut tolérer la vérité beaucoup plus qu’un mensonge ou une déception de la part de ses parents. Il faut éviter de dire à l’enfant des choses qu’il va découvrir comme étant fausses plus tard. Parler de moments difficiles fait du bien à l’enfant, car ça lui permet de dégager toutes sortes d’émotions et de poser les questions nécessaires.

    A-O : A partir de quel âge un enfant comprend-il le concept de la mort ?

    A-L : De 3 à 5 ans, la mort est encore temporaire et réversible. De 6 à 9 ans, les enfants vont beaucoup penser à la physiologie de la mort : que se passe-t-il avec le corps, comment se passe le processus de décomposition ? Puis vers 10 ou 12 ans, ils vont commencer à comprendre la finalité de la mort. Ils comprennent donc que leur animal de compagnie ne reviendra plus.  

    A-O : Est-ce une bonne idée de reprendre un animal par la suite ?

    A-L : Lorsqu’un animal commence à devenir âgé, il n’est pas contre-indiqué d’accueillir un nouveau compagnon dans la maison, pour préparer une sorte de transition.  Ce n’est pas malsain. Au contraire, les enfants vont pouvoir avoir un soutien, un confident avec lequel ils pourront se rassurer lorsque leur premier animal va décéder. En revanche, je ne recommande pas du tout de reprendre un compagnon dans les jours ou les premières semaines qui suivent la mort d’un animal. Cela peut empêcher la bonne évolution du processus de deuil. On risque de ne pas se donner le temps nécessaire pour correctement exprimer notre chagrin, notre colère… Et pour le nouvel animal de compagnie accueilli trop tôt, cela peut induire dès le départ une relation compliquée entre lui et sa nouvelle famille.

    A-O : Avez-vous appris quelque chose après la perte de votre chien Solo ? Que retenez-vous de ce moment difficile ?

    A-L : Les animaux nous ramènent à l’essentiel de la vie. Avec eux, on est dans le moment présent. On n’est pas dans nos inquiétudes ou dans nos regrets. Ils nous donnent un équilibre et une simplicité de vie qui, malheureusement, nous échappent trop souvent. En tant qu’adultes, nous avons du mal à exprimer nos émotions liées à la perte d’un animal de compagnie. On a peur d’être raillé, d’être jugé. Mais il est important de parler et d'exprimer la tristesse et les émotions associées à ce genre de perte, car c'est une perte réelle et les maîtres méritent nos sympathies et nos reconnaissances que c'est un deuil véritable.

     

    "Le deuil de mon animal de compagnie" de Annique Lavergne, illustrations Yves Dumont. Editions de l'Homme. 12,90€


    Autres articles à lire

  • Animaux de guerre : les projets d’hommage à Paris

    Vivre ensembleSous l’impulsion de l’association Paris Animaux Zoopolis, des projets de plaques commémoratives sont en cours dans différents arrondissements de la capitale. Une statue à la mémoire des chiens de guerre pourrait également voir le jour.

    19 Juin 2018
  • 5 questions à vous poser avant d’adopter un animal

    Vivre ensembleParfois, le coup de cœur doit s’accompagner d’un petit moment de réflexion si on ne veut pas que la belle histoire d’amour vire au cauchemar. Avant d’adopter un chat ou un chien, suivez les conseils d’animaux-online.

    25 Août 2015
  • Université d'été de l'animal 2017 : Anne-Claire Gagnon

    Vivre ensembleAnne-Claire Gagnon est écrivain, vétérinaire et passionnée de chats. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Entre espièglerie et sagesse, vivre en bonne intelligence avec les chats ». Rencontre.

    11 Juillet 2017
  • Les propriétaires de chien auraient une vie plus longue

    Vivre ensembleUne étude suédoise a montré que les personnes vivant aux côtés de chiens ont moins de risque de développer des maladies cardiovasculaires que le reste de la population.

    22 Novembre 2017
  • Mon animal provoque un accident, suis-je fautif ?

    Vivre ensembleLes procès dans lesquels le litige a été causé par un animal sont de plus en plus fréquents et donnent du fil à retordre aux avocats. Sous la garde de qui l’animal se trouvait-il ? Y a-t-il eu un contact direct ? Est-ce la faute de la victime ?

    04 Août 2019
  • Insolite : une Américaine a pris l’avion avec son cheval

    Vivre ensembleUne Américaine a réussi à voyager en cabine avec son cheval miniature lors d'un vol American Airlines reliant Chicago à Omaha (Nebraska, centre) d'une durée d'une heure et demie.

    10 Septembre 2019
  • L'ambition d'une vie meilleure ensemble

    Vivre ensembleLancé il y a un an en Europe, le programme Purina in Society a été l’objet d’un premier bilan à Londres, le 23 novembre. Initié par Nestle Purina PetCare Emena, il fixe 10 engagements pour que la société favorise la présence de l’animal auprès de l’homme. Lors de cette réunion, quatre objectifs ont été au cœur des présentations.

    28 Novembre 2017
  • Seniors : la promenade du chien, excellente pour la santé

    Vivre ensembleDes chercheurs britanniques ont montré que les seniors propriétaires de chiens marchent 22 minutes de plus par jour, en moyenne, que ceux qui n’en ont pas. Une étude de plus venant prouver les bienfaits mutuels que s’apportent l’homme et l’animal.

    28 Août 2017
  • Rétrospective 2019 : l’actualité animalière qui vous a le plus captivé

    Vivre ensembleAnimaux-Online a décidé de revenir sur cette année qui a été chargée pour le monde animalier en termes d’actualité. Nous avons sélectionné pour vous l’article qui a le plus déchaîné les passions pour chaque mois de l’année. Accrochez vos ceintures, on remonte le temps !

    07 Janvier 2020
  • Au programme de Pet Revolution : communiquer avec eux sans les mots

    Vivre ensembleAnnaïk Fève est neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences. Spécialiste du langage non verbal chez l’homme, elle interviendra lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains pour croiser son expertise avec celle des spécialistes du comportement animal.

    09 Août 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Séverine Belkhir

    Vivre ensembleSéverine Belkhir est éthologue et formatrice. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    14 Septembre 2016
  • Une bénédiction pour les animaux

    Vivre ensembleLe dimanche 7 octobre, la ville de Comps organise une fête des animaux sur le parvis de son église avec une bénédiction (par un prêtre) pour nos petits protégés en fin d’après-midi.

    06 Octobre 2018
  • Le chien est le meilleur ami de l’enfant dans la famille

    Vivre ensembleUne étude britannique révèle que les enfants s’entendent mieux avec leur animal de compagnie qu’avec leur propre frère et sœur au sein d’une famille : parmi nos amis à quatre pattes, les chiens se montrent particulièrement bons compagnons pour leur jeune maitre.

    26 Janvier 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Caroline Gilbert

    Vivre ensembleCaroline Gilbert est vétérinaire, éthologue et maître de conférences à l’école nationale vétérinaire d’Alfort. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    27 Septembre 2016
  • Garder son animal en Ehpad, c’est (bientôt) possible !

    Vivre ensembleUne nouvelle association, Terpta, se bat pour proposer aux Ehpad une structure permettant aux résidents de continuer à s’occuper de leur animal, chien ou chat. Explications.

    22 Octobre 2019
  • Les enfants ne reconnaissent pas les signes de peur chez le chien

    Vivre ensembleUne récente étude britannique montre que les jeunes enfants ne savent pas reconnaître les signes de la peur chez le chien. Une méconnaissance qui les rend plus vulnérables aux morsures. En France, un programme à destination des primaires vise à les familiariser avec les postures des chiens.

    15 Septembre 2016
  • Coronavirus : Les propriétaires d’équidés désemparés

    Vivre ensembleTous les établissements équestres ayant dû fermer leurs portes, les propriétaires d’un cheval en pension n’ont désormais plus le droit de s’y rendre. Quelles peuvent être les conséquences ? En fonction de leurs conditions de vie, les chevaux s’en portent-ils vraiment plus mal de ne plus être mis au travail ?

    25 Mars 2020
  • Les intervenants de Dog Revolution : Antoine Bouvresse

    Vivre ensembleAntoine Bouvresse est vétérinaire comportementaliste. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    28 Septembre 2016
  • Au programme de Pet Revolution : les clés pour vivre avec son chat

    Vivre ensemble« Pet Revolution, l’Animal en Marche » est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Parmi eux, Daniel Filion animera une intervention intitulée « Solutions aux problèmes chez le chat et comment convaincre le propriétaire de les appliquer ».

    26 Juillet 2017
  • Les gens qui parlent aux animaux seraient plus intelligents

    Vivre ensembleSelon un spécialiste du comportement, le fait de parler à nos compagnons à quatre pattes et de leur attribuer des caractéristiques humaines serait une preuve de sensibilité et d’intelligence sociale supérieures à la moyenne.

    10 Avril 2017