Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale


  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animalePhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    Le projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    Que contient encore aujourd’hui le projet de loi Agriculture et Alimentation pour l’amélioration de la condition des animaux d’élevage ? Plus grand-chose, dénoncent les associations de protection animale. Le texte, tel qu’il sera présenté aux députés de l’Assemblée nationale à partir du 22 mai prochain, a en effet été allégé de la plupart des amendements favorables aux animaux, dont les deux mesures phares : la fin des cages pour les poules pondeuses et l’installation obligatoire de la vidéosurveillance dans les abattoirs. Un recul inquiétant du gouvernement en contradiction avec les promesses du candidat Emanuel Macron lors de sa campagne pour l’élection présidentielle.

    Le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimention saine et durable, dite loi Agriculture et Alimentation, est issu des États généraux de l’alimentation (EGA), qui se sont déroulés du 20 juillet au 21 décembre 2017. À l’issue de ces EGA, l’annonce par le gouvernement de la création d’un délit pour maltraitance animale concernant les animaux dans les abattoirs et lors du transport avait suscité des espoirs pour la prise de conscience des enjeux concernant les animaux d’élevage.

    Broyage de poussins, castration à vif des porcelets : aucune interdiction

    Mais la présentation du projet de loi le 31 janvier dernier par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a vite douché toutes les attentes à ce sujet. Dans ce texte, un chapitre concerne la condition animale. Il correspond à l’article 13, nommé « Respect du bien-être animal ». La création d’un délit pour maltraitance animale dans les transports et dans les abattoirs y figure bien, et les sanctions prévues à cet effet ont été renforcées. Ces mesures, si elles représentent d’importantes avancées, sont cependant insuffisantes au regard de l’ensemble des dérives auxquelles sont confrontés les animaux d’élevage. Or le projet de loi ne va pas plus loin.

    En mars, la Commission du développement durable a permis d’enrichir le texte en y apportant plusieurs amendements concernant la condition animale. Des mesures reprenant en majeure partie les propositions rédigées par l’association L214, concernant l’interdiction du broyage des poussins mâles et des canetons femelles, la castration à vif des porcelets, la fin des élevages en cage pour les poules et les lapins, ou bien encore la vidéosurveillance dans les abattoirs. Mais lors d’un examen du texte en Commission des affaires économiques, le 19 avril dernier, toutes ces propositions ont été rejetées. Le ministre Stéphane Travert et les deux rapporteurs, Laurence Maillart-Méhaignerie (LREM – Ille-et-Vilaine) et Jean-Baptiste Moreau (LREM – Creuse), ont systématiquement émis un avis défavorable, regrette L214.

    Des promesses de campagne mises à mal

    Une prise de position qui met le gouvernement en  « porte-à-faux avec les promesses du président », déplorent les associations, à l’instar du CIWF. En effet, Emmanuel Macron s’était engagé à interdire la vente aux consommateurs des œufs issus de poules élevées en batterie d’ici à 2022, et à favoriser les modes d’élevage alternatifs. Une promesse réaffirmée le 11 octobre 2017 à Rungis, où le président annonçait « 100 % de poules élevées en plein air en 2022 en vente dans les supermarchés ». De même, Emmanuel Macron avait affirmé sa volonté d’instaurer la « vidéosurveillance dans les abattoirs, selon des modalités inspirées de la proposition de loi Falorni », député de Charente-Maritime qui a mené une commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux.

    Une forte attente citoyenne

    « On se demande vraiment quelle est la volonté du gouvernement en matière de bien-être animal. Aucune mesure dans ce projet de loi ne reflète une réelle ambition de faire évoluer les pratiques d’élevage ! Que feront les députés lors de la séance publique fin mai ? On attend beaucoup », souligne Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France.

    En effet, le projet de loi Agriculture et Alimentation sera présenté à l’Assemblée nationale pour y être examiné et voté à partir du 22 mai prochain. De nouveaux amendements pourront encore y être déposés, notamment par le député Olivier Falorni qui devrait à nouveau présenter sa mesure pour une surveillance vidéo obligatoire dans les abattoirs. Reste à savoir si les députés seront à la hauteur des attentes sociétales en matière de bien-être animal. Aujourd’hui, 90 % des Français se montrent favorables à l’interdiction de l’élevage en cage de poules pondeuses, et 67 % des citoyens considèrent que les animaux sont mal défendus par les politiques. Aux élus, désormais, de démontrer le contraire.


    Autres articles à lire

  • Carrefour veut poser des caméras dans ses abattoirs

    ProtectionLe distributeur Carrefour a annoncé qu'il allait faire passer un audit à tous les abattoirs qui le fournissent en viande pour sa marque de distributeur (MDD), et ensuite leur demander d'installer des caméras, au nom de ses engagements en faveur du bien-être animal. Mais est-ce que ce sera vraiment efficace ?

    19 Janvier 2019
  • Une étiquette « bien-être animal » sur des emballages de poulet

    ProtectionTrois organisations se sont associées au groupe Casino afin de créer un étiquetage particulier indiquant au consommateur le niveau de bien-être dont a bénéficié l’animal au cours de sa vie. Une première en France !

    04 Janvier 2019
  • Bruxelles : une cinquantaine de lapins en colère

    ProtectionDes militants de l'association Compassion in World Farming (CIWF) déguisés en lapins ont manifesté leur mécontentement au Conseil de l'Union européenne, à Bruxelles, concernant les conditions de vie dans les élevages de lagomorphes destinés à finir dans nos assiettes. Présente le 17 mai dernier, Aurélia Greff, porte-parole du CIWF, donne son éclairage sur ce combat.

    19 Mai 2016
  • Le bien-être animal au cœur des débats politiques

    ProtectionLe sort des poussins mâles broyés, les abandons de l’été… nos politiques semblent découvrir le triste sort des animaux d’élevage et de compagnie dans notre pays. Il n’est jamais trop tard…

    12 Août 2015
  • L214 diffuse les terribles images d'un élevage de lapins breton

    ProtectionCages surpeuplées, sol grillagé, mortalités élevées : l'association de défense des animaux L214 a diffusé mardi soir les terribles images d'un élevage de lapins en cage avant l'examen jeudi d'une proposition de loi en commission à l'Assemblée nationale.

    30 Septembre 2020
  • Loi EGalim et bien-être animal : où en est-on ?

    ProtectionVotée en novembre 2018, la loi Agriculture et Alimentation (EGalim) prévoyait l’expérimentation des caméras dans les abattoirs et des abattoirs mobiles ainsi que la nomination d’un « responsable protection animale » dans chacune de ces structures. Quel est le bilan aujourd’hui ?

    19 Mars 2021
  • Russie : homologation du premier vaccin anti-Covid pour animaux

    ProtectionLa Russie a annoncé mercredi l'homologation du premier vaccin au monde contre le coronavirus à destination des animaux, Carnivac-Cov, vantant un taux d'efficacité de 100% et annonçant une production de masse dès avril.

    31 Mars 2021
  • Le délit de maltraitance animale devrait être étendu aux abattoirs

    ProtectionLe gouvernement doit annoncer, ce jeudi, en clôture des États généraux de l’alimentation, de nouvelles mesures contre la maltraitance animale, concernant notamment les transports d’animaux vivants et les abattoirs.

    21 Décembre 2017
  • Grande-Bretagne : la vente de chiots interdite dans les animaleries

    ProtectionLa Grande-Bretagne va interdire aux animaleries la vente de chiens et de chats de moins de 6 mois, pour enrayer l'exploitation et les mauvais traitements faits aux animaux de compagnie, a annoncé le département de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (Defra).

    04 Janvier 2019
  • Le plan d'action du gouvernement pour le bien-être animal

    ProtectionBroyage des poussins mâles, castration à vif des porcs, poules pondeuses… Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a présenté mercredi dans l’Allier la feuille de route du gouvernement pour améliorer le bien-être animal. Celle-ci comprend des dispositions existantes, des éléments de la future loi Alimentation et des mesures à l’étude.

    29 Août 2018
  • Brigitte Bardot adresse une lettre au ministre de l'Agriculture

    ProtectionBrigitte Bardot, présidente de la fondation éponyme, adresse une lettre à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture qu'elle appelle ''ministre de la Souffrance''. Une supplique suite aux deux nouvelles vidéos tournées par L214 dans deux abattoirs du sud de la France.

    29 Juin 2016
  • 130 chercheurs réclament une protection des lanceurs d'alerte

    ProtectionQuelque 130 enseignants-chercheurs, principalement en sciences sociales, ont demandé mardi, dans une lettre ouverte à la Garde des Sceaux, une protection des lanceurs d'alerte sur la question du bien-être animal, face à 'l'influence grandissante', selon eux, des lobbies de l'élevage intensif.

    22 Janvier 2020
  • Bien-être animal : les entreprises s’engagent de plus en plus

    ProtectionD’après une étude menée auprès de 99 entreprises agroalimentaires à l’international, près des trois quarts s’engagent à respecter le bien-être animal et à faire preuve de plus de transparence sur le sujet. Encore à la traîne, la France tend néanmoins à rattraper son retard en la matière.

    13 Février 2017
  • Royaume-Uni : Waitrose suspend les produits Herta

    ProtectionLes supermarchés britanniques Waitrose ont annoncé avoir suspendu la vente des produits à base de porc de la marque Herta après les révélations de L214 sur un élevage de l’Allier fournissant la marque.

    04 Décembre 2020
  • 1 million de signatures pour mettre fin à l’élevage en cage

    ProtectionPlus de 130 organisations européennes, dont une vingtaine de françaises, se sont réunies pour mener une vaste opération : recueillir 1 million de signatures en 1 an pour mettre fin à l’élevage des animaux en cage. Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a pour but d’ouvrir le débat à la Commission européenne.

    15 Octobre 2018
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Chevaux de course : une retraite bien méritée ?

    ProtectionLa Fondation 30 millions d'amis interpelle le monde des courses après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 sur les réseaux sociaux tournée dans un abattoir de chevaux en France, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

    21 Décembre 2018
  • Transport d'animaux : le calvaire des animaux envoyés vers la Turquie

    ProtectionVidéo à l'appui, Compassion in World Farming France, Animal Welfare Foundation, Tiershutzbund Zurich et Eyes on Animals dénoncent les mauvais traitements infligés aux animaux d'élevage exportés vers la Turquie durant leur transport. Cette enquête pointe du doigt l'indifférence des pays européens.

    23 Février 2016
  • La fin de l'élevage amateur

    ProtectionEn janvier 2016, les particuliers qui vendent une portée devront se déclarer éleveurs. Jérôme Languille, chef du bureau de la Protection animale au ministère de l’Agriculture, nous explique pourquoi.

    01 Décembre 2015
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017