Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animale


  • Loi agricole : les inquiétants reculs pour la condition animalePhoto : Shutterstock
  • Protection/ Elevage

    Le projet de loi doit être voté à l’Assemblée nationale la semaine prochaine, alors que les mesures phares concernant la condition animale – la fin des poules pondeuses en cage et le contrôle vidéo en abattoirs – ont été retirées.

    Que contient encore aujourd’hui le projet de loi Agriculture et Alimentation pour l’amélioration de la condition des animaux d’élevage ? Plus grand-chose, dénoncent les associations de protection animale. Le texte, tel qu’il sera présenté aux députés de l’Assemblée nationale à partir du 22 mai prochain, a en effet été allégé de la plupart des amendements favorables aux animaux, dont les deux mesures phares : la fin des cages pour les poules pondeuses et l’installation obligatoire de la vidéosurveillance dans les abattoirs. Un recul inquiétant du gouvernement en contradiction avec les promesses du candidat Emanuel Macron lors de sa campagne pour l’élection présidentielle.

    Le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimention saine et durable, dite loi Agriculture et Alimentation, est issu des États généraux de l’alimentation (EGA), qui se sont déroulés du 20 juillet au 21 décembre 2017. À l’issue de ces EGA, l’annonce par le gouvernement de la création d’un délit pour maltraitance animale concernant les animaux dans les abattoirs et lors du transport avait suscité des espoirs pour la prise de conscience des enjeux concernant les animaux d’élevage.

    Broyage de poussins, castration à vif des porcelets : aucune interdiction

    Mais la présentation du projet de loi le 31 janvier dernier par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a vite douché toutes les attentes à ce sujet. Dans ce texte, un chapitre concerne la condition animale. Il correspond à l’article 13, nommé « Respect du bien-être animal ». La création d’un délit pour maltraitance animale dans les transports et dans les abattoirs y figure bien, et les sanctions prévues à cet effet ont été renforcées. Ces mesures, si elles représentent d’importantes avancées, sont cependant insuffisantes au regard de l’ensemble des dérives auxquelles sont confrontés les animaux d’élevage. Or le projet de loi ne va pas plus loin.

    En mars, la Commission du développement durable a permis d’enrichir le texte en y apportant plusieurs amendements concernant la condition animale. Des mesures reprenant en majeure partie les propositions rédigées par l’association L214, concernant l’interdiction du broyage des poussins mâles et des canetons femelles, la castration à vif des porcelets, la fin des élevages en cage pour les poules et les lapins, ou bien encore la vidéosurveillance dans les abattoirs. Mais lors d’un examen du texte en Commission des affaires économiques, le 19 avril dernier, toutes ces propositions ont été rejetées. Le ministre Stéphane Travert et les deux rapporteurs, Laurence Maillart-Méhaignerie (LREM – Ille-et-Vilaine) et Jean-Baptiste Moreau (LREM – Creuse), ont systématiquement émis un avis défavorable, regrette L214.

    Des promesses de campagne mises à mal

    Une prise de position qui met le gouvernement en  « porte-à-faux avec les promesses du président », déplorent les associations, à l’instar du CIWF. En effet, Emmanuel Macron s’était engagé à interdire la vente aux consommateurs des œufs issus de poules élevées en batterie d’ici à 2022, et à favoriser les modes d’élevage alternatifs. Une promesse réaffirmée le 11 octobre 2017 à Rungis, où le président annonçait « 100 % de poules élevées en plein air en 2022 en vente dans les supermarchés ». De même, Emmanuel Macron avait affirmé sa volonté d’instaurer la « vidéosurveillance dans les abattoirs, selon des modalités inspirées de la proposition de loi Falorni », député de Charente-Maritime qui a mené une commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux.

    Une forte attente citoyenne

    « On se demande vraiment quelle est la volonté du gouvernement en matière de bien-être animal. Aucune mesure dans ce projet de loi ne reflète une réelle ambition de faire évoluer les pratiques d’élevage ! Que feront les députés lors de la séance publique fin mai ? On attend beaucoup », souligne Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France.

    En effet, le projet de loi Agriculture et Alimentation sera présenté à l’Assemblée nationale pour y être examiné et voté à partir du 22 mai prochain. De nouveaux amendements pourront encore y être déposés, notamment par le député Olivier Falorni qui devrait à nouveau présenter sa mesure pour une surveillance vidéo obligatoire dans les abattoirs. Reste à savoir si les députés seront à la hauteur des attentes sociétales en matière de bien-être animal. Aujourd’hui, 90 % des Français se montrent favorables à l’interdiction de l’élevage en cage de poules pondeuses, et 67 % des citoyens considèrent que les animaux sont mal défendus par les politiques. Aux élus, désormais, de démontrer le contraire.


    Autres articles à lire

  • Enquête choc sur la viande de cheval

    ProtectionEn 2018, la France a importé près de 4 300 tonnes de viande chevaline depuis le continent américain. Une enquête de grande ampleur, diffusée par l’association Welfarm, rend compte de l’état désastreux de ces animaux et de leurs conditions de vie.

    12 Juin 2019
  • L'élevage en cage des poules pondeuses perd du terrain

    ProtectionDe plus en plus de poules pondeuses sont élevées dans des systèmes alternatifs aux cages, décriées par les organisations de défense des animaux. La grande majorité des œufs achetés en magasin proviennent de ces élevages. A l’inverse, les œufs issus d’élevages en cage se retrouvent principalement dans les produits transformés.

    07 Octobre 2020
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    ProtectionLes enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    20 Juillet 2017
  • L214 dénonce (encore) des maltraitances dans un élevage de poulets

    ProtectionL'association de défense des animaux L214 vient de dénoncer, vidéo à l'appui, les conditions d'élevage 'effroyables' de poulets entassés à plus de 22 par mètre carré dans une exploitation intensive à Solignat, dans le Puy-de-Dôme.

    09 Mai 2019
  • Sophie Marceau interpelle les députés contre la souffrance animale

    ProtectionL’actrice s’engage aux côtés de L214 pour dénoncer les conditions d’un élevage industriel de poules pondeuses en Bretagne, et appelle les députés à mettre fin au « supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses ».

    22 Mai 2018
  • Transport d'animaux : le calvaire des animaux envoyés vers la Turquie

    ProtectionVidéo à l'appui, Compassion in World Farming France, Animal Welfare Foundation, Tiershutzbund Zurich et Eyes on Animals dénoncent les mauvais traitements infligés aux animaux d'élevage exportés vers la Turquie durant leur transport. Cette enquête pointe du doigt l'indifférence des pays européens.

    23 Février 2016
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs : elle sera obligatoire en 2018

    ProtectionL’Assemblée nationale a voté jeudi soir l’obligation d’installer des caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs à partir du 1er janvier 2018. Une première en Europe.

    13 Janvier 2017
  • Une nouvelle vidéo révèle des actes de maltraitance dans un abattoir

    ProtectionL214 dénonce des actes de maltraitance sur des cochons dans l’abattoir de Houdan, dans les Yvelines, et pointe du doigt les limites de la vidéosurveillance et des inspections des services vétérinaires de l’État.

    17 Février 2017
  • La France mettra-t-elle fin au broyage des poussins en 2021 ?

    ProtectionLes ministres de l'Agriculture français, Didier Guillaume, et allemande, Julia Klöckner, ont affiché lundi 13 janvier à Berlin leur volonté de mettre fin 'd'ici fin 2021' au broyage des poussins mâles, une pratique d'élevage dénoncée par les défenseurs des animaux mais jugée pour l'instant incontournable par les filières avicoles.

    15 Janvier 2020
  • L214 : une nouvelle vidéo choc sur les poules pondeuses

    ProtectionL’association publie des images tournées dans un élevage industriel de 460 000 poules dans la Somme et demande à ce que le gouvernement vote pour l’interdiction des élevages en cage alors que 90 % des Français y sont favorables.

    15 Mai 2018
  • Haute-Loire : sauvetage de l’extrême pour des milliers de rongeurs

    ProtectionDes associations se sont engagées dans une course contre la montre pour tenter de sauver plusieurs milliers de rongeurs à l'abandon dans un élevage industriel de Lapte (Haute-Loire), à la suite d’une fermeture brutale.

    07 Janvier 2019
  • L214 : pour les députés, l’abattage des animaux est immontrable !

    ProtectionAlors que deux de ses adhérents venus poser des caméras pour espionner les postes d’abattage ont été arrêtés dans un abattoir de Houdan*, dans les Yvelines, Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, réagit au rejet de la mesure de vidéo-surveillance dans le cadre de proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », pilotée par Olivier Falorni .

    16 Décembre 2016
  • L214 demande la fermeture « urgente » d’un élevage de canards

    Protection'Le pire élevage' vu depuis plus de dix ans : dans une nouvelle vidéo choc diffusée jeudi, l'association L214 a mis en cause un élevage de canards des Pyrénées-Atlantiques dont elle a demandé la fermeture 'urgente et définitive' au ministère de l'Agriculture, lequel a immédiatement diligenté une enquête.

    20 Août 2020
  • Des pipeaux pour dénoncer les tromperies de l’agroalimentaire

    ProtectionLundi 19 juin, la Nouvelle Seine, une péniche en plein Paris, accueillait la soirée des Trophées des bêtes noires de la pub. Une cérémonie officielle et décalée pour remettre des prix à des spots, affiches ou campagnes publicitaires trompant le consommateur sur le traitement des animaux.

    20 Juin 2017
  • Le vrai visage du transport maritime des animaux de rente

    ProtectionSur les côtes méditerranéennes, des dizaines de cadavres de vaches, moutons ou chèvres sont retrouvés échoués chaque année. Ils font partie des 3 millions d’animaux que l’Europe exporte tous les ans par la mer, direction l’Afrique du Nord ou le Moyen-Orient. Un voyage synonyme, le plus souvent, d’enfer pour ces bêtes.

    18 Juin 2020
  • Chine : l'ours et sa bile sacrifiés sur l'autel du coronavirus

    ProtectionLa Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d'ours afin de traiter des patients victimes du Covid-19, relançant la controverse sur le traitement des plantigrades élevés à cette fin.

    02 Avril 2020
  • Intrusion dans un abattoir : 4 militants et un photographe condamnés

    ProtectionQuatre militants de la cause animale et un photographe ont été condamnés lundi à des amendes allant jusqu'à 3.000 euros par le tribunal correctionnel de Versailles pour s'être introduits en avril dans un abattoir porcin à Houdan (Yvelines).

    11 Septembre 2018
  • Abattage rituel : le consommateur complice sans le savoir

    ProtectionPour qu’une viande soit certifiée halal ou casher, l’animal ne doit pas être (entre autres) étourdi avant la mise à mort. Cette caractéristique n’est pourtant pas le seul point de discorde entre consommateurs, défenseurs des animaux, vétérinaires et religieux.

    13 Février 2019
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    ProtectionL’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    11 Décembre 2017
  • Lapin : des acteurs de la filière vont lancer des élevages sans cage

    ProtectionLes principaux acteurs de la filière de la viande de lapin vont lancer des élevages responsables, sans cage, dont les produits seront en vente dans la grande distribution début 2020, ont-ils annoncé mercredi lors d'une conférence de presse.

    06 Juin 2019