Code du bien-être animal : 7 mesures phares adoptées en Belgique


  • Code du bien-être animal : 7 mesures phares adoptées en BelgiquePhoto : Shutterstock
  • Protection/ Droit

    Le gouvernement wallon met à jour son Code du bien-être animal, proposant de grandes avancées découlant de la reconnaissance du caractère sensible de l’animal.

    « La sensibilité animale est au cœur de ce Code », indique dans un communiqué Carlo Di Antonio,  ministre wallon (Belgique) du Bien-Être animal. À son initiative, un Code du bien-être animal a été adopté en première lecture par le gouvernement, mettant à jour une législation relative à la protection animale datant de 1986, soit plus de 30 ans. « Il devenait urgent de moderniser ce texte afin de répondre aux préoccupations et enjeux actuels du bien-être animal », indique le ministre. Ainsi, les 125 articles de ce nouveau Code découlent du caractère sensible de l’animal, désormais reconnu en Wallonie, c’est-à-dire que l’animal y est considéré comme « un être doué de sensations, d’émotions et d’un certain niveau de conscience ».

    1. Un permis pour détenir un animal

    Parmi les mesures phares, le Code prévoit la mise en place d’un permis, obligatoire pour détenir un animal de compagnie. Ce permis sera octroyé à tous les citoyens, automatiquement et sans formalité. Il sera en revanche retiré à toute personne reconnue coupable de maltraitance animale. Une base de données permettant de recenser les personnes interdites de détention d’un animal sera mise en œuvre, ce qui devrait permettre d’interdire la vente ou l’adoption d’un animal à une personne fichée pour maltraitance.

    L’abandon, la négligence et la maltraitance seront par ailleurs sévèrement réprimés. Tout animal détenu dans une prairie devra par exemple disposer d’un abri pour se protéger des intempéries, et il sera interdit de maintenir un animal perpétuellement attaché.

    2. Interdiction de la détention des cétacés

    Le gouvernement wallon veut également interdire la détention de certains animaux, à commencer par les cétacés. Il n’y a actuellement plus de delphinariums en Wallonie, mais la nouvelle réglementation doit « parer à toute éventualité d’installation de parcs aquatiques avec animaux dans la région », s’est réjouie Gaia, association belge de protection animale. La Belgique compte encore un delphinarium, le Boudewijn Seapark, situé à Bruges, dans la partie flamande.

    3. La fin des fermes à fourrure

    De même, la Wallonie veut interdire la détention des animaux à des fins exclusives ou principales de production de fourrure, et interdire de « collecter des poils ou des plumes sur des animaux vivants ». Là encore, la mesure est avant tout symbolique puisqu’il n’existe plus de fermes à fourrure en Wallonie, mais le dispositif permet de prévenir l’installation de telles structures à l’avenir, et de montrer l’exemple au reste de la Belgique, où il existe encore des élevages de visons dans la partie flamande, ainsi qu’à ses voisins européens : en France, on compte encore une quinzaine d’élevages d’animaux exploités pour leur fourrure.

    4. Interdiction des animaux sauvages dans les cirques

    Selon le Code du bien-être animal, les cirques ne pourront plus détenir d’animaux sauvages. Il sera également interdit d’offrir des animaux vivants, comme des poules, des canaris ou des poissons rouges, lors d’événements tels que des concours, des foires ou des loteries. Quant aux chevaux, ils ne pourront plus être considérés comme des attractions lors de fêtes foraines. La Wallonie prévoit ainsi l’interdiction définitive des manèges à poneys (une tradition dans plusieurs foires et kermesses en Belgique) à partir du 1er janvier 2023.

    5. Obligation de la vidéosurveillance dans les abattoirs

    Des avancées importantes sont aussi apportées pour les animaux d’élevage et les conditions de mise à mort. Le Code wallon du bien-être animal prévoit que tout abattoir installé dans la région devra disposer d’une installation de vidéosurveillance destinée à vérifier le respect du bien-être animal. Le gouvernement veut aussi autoriser, dans certains cas, l’abattage d’animaux sur leur lieu d’élevage, afin de limiter le transport d’animaux vivants et de permettre à l’éleveur de mieux contrôler les conditions d’abattage de ses animaux.

    6. La fin des élevages de poules en batterie

    Les 9 poulaillers industriels qui subsistent encore en Wallonie vont devoir s’adapter aux nouvelles mesures prévues par le Code, qui veut mettre fin à l’élevage de poules pondeuses en batterie.

    7. L’expérimentation animale interdite pour les cosmétiques

    En matière d’expérimentation animale, le Code interdit toutes les expériences « qui n’ont pas de finalité liée à la santé humaine ou animale », notamment dans les secteurs des cosmétiques et des produits d’entretien. Des taxes pourront également être appliquées aux laboratoires, en fonction du nombre d’animaux utilisés. Plus généralement, le Code développe une « stratégie ciblée pour diminuer de façon progressive le nombre d’animaux utilisés en laboratoire », salue l’association Gaia.

    Pour le président de L'association, Michel Vandenbosch, « le nouveau Code wallon représente indiscutablement une belle avancée. Il ne constitue pas pour autant un point final, mais un nouveau point de départ solide ». Cela devrait permettre d’« ouvrir la voie » à une législation « renforcée » dans l’« intérêt du bien-être animal ». Gaia regrette notamment qu’aucune mesure ne concerne l’interdiction du gavage des oies pour la production du foie gras.

    Le Code du bien-être animal wallon doit encore être soumis au vote des députés en séance plénière pour être définitivement adopté.

     

     


    Autres articles à lire

  • Un premier diplôme en France pour le droit des animaux

    ProtectionAlors que le code civil a fait évoluer le statut juridique de l’animal, l’université de Limoges a créé le premier diplôme universitaire consacré à la question complexe et méconnue du droit animal. Une initiative soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis.

    07 Décembre 2016
  • Une pétition contre l'euthanasie d'un animal en bonne santé

    ProtectionEn France, tout propriétaire d'un animal de compagnie peut le faire euthanasier sans motif exigé. Aucune loi ne l'interdit. C'est ainsi que, parfois, un chien ou chat en bonne santé peut être amené chez un vétérinaire si sa famille n’en veut plus, et être endormi définitivement. Une pratique qui va pourtant à l’encontre des valeurs de nombreux vétérinaires…

    20 Avril 2016
  • Décès d'une orque à Marineland : une plainte déclarée irrecevable

    ProtectionLa plainte déposée par Sea Shepherd suite au décès d’une orque dans le parc Marineland, en 2015, a été jugée irrecevable par le tribunal, à cause d’un problème de procédure. L’ONG assure poursuivre le combat.

    09 Novembre 2017
  • Des avocats au chevet de l’animal

    ProtectionChaque mois, le groupe de travail des avocats au barreau de Paris, que préside Marie-Bénédicte Desvallon, avocate au Barreau de Paris à la Cour, se réunit avec comme objectif d’élaborer un code autonome des droits de l’animal. Un travail titanesque tant notre pays est en retard…

    29 Mai 2019
  • Une loi pour abolir la chasse à courre pourrait voir le jour

    ProtectionDes députés de différentes couleurs politiques soutiennent une proposition de loi visant à interdire la chasse à courre, pratique à laquelle plus de 80% des Français seraient opposés.

    07 Février 2018
  • Nouvelle réglementation pour les orques et les dauphins

    ProtectionLa ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a signé un arrêté visant à améliorer le bien-être des cétacés dans les parcs animaliers.

    04 Mai 2017
  • Le Royaume-Uni rejette une loi de l’UE sur le droit animal

    ProtectionLe Parlement britannique prépare son Brexit et revoit l’ensemble des lois européennes : parmi elles, il a rejeté un texte du traité de Lisbonne qui reconnaît la souffrance et les émotions des animaux.

    23 Novembre 2017
  • Le chien n'est pas un bien de consommation remplaçable

    ProtectionDécidément, les animaux restent au centre des débats juridiques et la décision de la Cour de cassation du 9 décembre 2015 (dont la publication confirme l’importance) a confirmé que le chien, animal de compagnie, n’est pas susceptible de remplacement au sens de l’article L. 211-9 du Code de la consommation. Cette décision a été abondamment commentée.

    10 Mars 2016
  • « La condition animale est devenue un véritable enjeu de société »

    ProtectionLa présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis nous explique toute l’importance de la création du Code de l’Animal, étape majeure dans le grand mouvement actuel en faveur du droit animalier.

    05 Avril 2018
  • La reproduction des dauphins en captivité n'est pas interdite

    ProtectionLe Conseil d'Etat a annulé lundi un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité, comme le demandaient trois parcs marins dont le Marineland à Antibes.

    29 Janvier 2018
  • Isabelle Dudouet-Bercegeay : Un parti pour les animaux

    ProtectionCoprésidente du parti animiste, cette diplômée en sciences agronomiques et techniques entend, avec les siens, mettre la cause animale au cœur du débat politique. En attendant de faire élire ses candidats aux législatives…

    02 Décembre 2016
  • La Chine, nouvel eldorado pour les spectacles d’orques ?

    ProtectionEn Europe et aux Etats-Unis, les parcs SeaWorld tentent de se conformer aux attentes d’un public de plus en plus sensibilisé, en s’engageant à ne plus élever d’orques en captivité. En Asie, la société veut se développer en Chine, où les parcs aquatiques ont, malheureusement, le vent en poupe.

    28 Mars 2017
  • La Garantie de conformité s’applique aux troubles du comportement

    ProtectionA l’occasion d’une plainte d’un acheteur à propos du comportement du chien qacquis auprès d’une éleveuse, le Tribunal d’instance de Musset a eu l’occasion de prononcer, dans une décision du 23 mars 2018 (RG n°11 17-000046), la résolution de la vente d’un chien sur la base de la garantie de conformité appliquée aux troubles du comportement.

    24 Avril 2018
  • Un manifeste pour exhorter les politiques à s’engager pour les animaux

    ProtectionDans la perspective des échéances électorales de 2017, 26 organisations de protection animale se sont rassemblées au sein du Collectif AnimalPolitique, mutualisant ainsi et de manière totalement inédite dans leur histoire, leurs expertises et leurs expériences. L’objectif est clair: contribuer, à travers 30 propositions concrètes, réalistes et immédiatement applicables, à imposer la question animale au cœur des préoccupations des politiques français.

    23 Novembre 2016
  • Vente de chiots aux enchères : le député Loïc Dombreval indigné

    ProtectionA l’annonce de la vente aux enchères de quelque 300 chiots en Mayenne, suite à la faillite d’un élevage, le monde de la protection animale est révolté. Après la demande d’interdiction de la vente par de la Fondation 30 Millions d’amis, c’est le monde politique qui s’indigne de la marchandisation d’animaux de compagnie.

    04 Avril 2019
  • 6 mesures phares de protection animale réclamées par les Français

    ProtectionÉlevage, corrida, expérimentation : un sondage Ifop réalisé pour la Fondation 30 Millions d’Amis met en avant les principales mesures que les Français souhaitent voir mises en œuvre afin de mieux protéger les animaux.

    19 Février 2018
  • Les Landes veulent-elles la mort de tous les macaques de Java ?

    ProtectionAlors que 163 macaques de Java du zoo de Labennes ont été euthanasiés parce que porteurs du virus de l’herpès B, la préfecture des Landes s’obstine à vouloir tuer les deux survivants de la Pinède des Singes. Et cela malgré les efforts déployés par les associations de protection animale pour leur trouver un refuge… Aujourd’hui, la menace de l’euthanasie pourrait peser sur tous les macaques de Java de France. A qui profite donc le crime ?

    20 Juin 2017
  • Le Parlement favorable au partage des fichiers d’identification

    ProtectionPour lutter contre le commerce illicite des animaux de compagnie, le Parlement européen s’est montré favorable au partage des fichiers d’identification des chats et des chiens de tous les États membres.

    10 Mars 2016
  • Peut-on faire de son animal son héritier ?

    ProtectionDécédée à l’âge de 95 ans, Jeanne Augier, la célèbre propriétaire du Negresco, à Nice, avait prévu de léguer une partie de sa fortune aux animaux dont elle a toujours été une grande amoureuse. Une partie seulement car le droit français ne permet pas toujours de faire de son animal son unique héritier.

    09 Janvier 2019
  • Une image choc pour lutter contre la captivité des cétacés

    ProtectionL’association C’est Assez! organise une campagne d’affichage dans le métro parisien, du 2 au 8 mai, pour sensibiliser le grand public à la souffrance et à la mortalité auxquelles sont confrontés les orques et les dauphins en captivité dans les parcs d’attraction.

    02 Mai 2017