La Garantie de conformité s’applique aux troubles du comportement


  • La Garantie de conformité s’applique aux troubles du comportementPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Droit

    A l’occasion d’une plainte d’un acheteur à propos du comportement du chien qu’il avait acquis auprès d’une éleveuse, et qui ne correspondait pas à ses attentes, le Tribunal d’instance de Musset a eu l’occasion de prononcer, dans une décision du 23 mars 2018 (RG n°11 17-000046),la résolution de la vente d’un chien sur la base de la garantie de conformité appliquée aux troubles du comportement. 

    Dans une précédente chronique, nous avons rappelé que, depuis février 2015, l’acheteur peut désormais se prévaloir de la garantie de conformité du Code de la consommation (articles L 217-1 et suivants) qui s’applique aux ventes d’animaux domestiques (Article L 213-1 du Code rural et de la pêche maritime) tandis qu’auparavant l’acheteur disposait des seuls vices rédhibitoires du Code rural et les conditions d’application de cette garantie. 

    Les faits

    L’acheteur d’un chien de race doberman se plaignait de ce que, rapidement après l’achat auprès d’un éleveur, le chien était devenu hyperactif. Il soutenait que le chien était atteint d’un syndrome HS-HA, qu’il avait tenté de le soigner sans succès. Il réclamait à son vendeur la résiliation de la vente avec restitution du prix versé et l’indemnisation de ses dommages.  L’éleveuse contestait l’application de la garantie de conformité et subsidiairement l’absence de défaut du chien et son antériorité à la vente.

    Shutterstock

    Le Tribunal s’est donc interrogé sur la qualité des parties (I), les caractéristiques du défaut invoqué par l’acheteur (II) avant de déterminer le montant de l’indemnisation allouée à ce dernier. (III)

    I - L’éleveur de chiens est un vendeur professionnel

    L’éleveuse cherchait, bien que cette requête soit peine perdue, à échapper à la qualification de « vendeur professionnel » visée par la garantie de conformité. Elle prétendait n’avoir qu’une seule femelle doberman, être inscrite comme vendeuse conformément à la règlementation mais ne vendre qu’une portée tous les deux ans. Cette argumentation ne pouvait être retenue au vu des textes actuels : pour lutter contre le trafic et les ventes d’animaux de compagnie par de faux particuliers, (la vente par des particuliers représentait jusqu’à 80 % des ventes), l’Ordonnance n° 2015-1243du 7 octobre 2015, applicable au 1erjanvier 2016, réforme portée par la Fondation 30 millions d’amis, a fixé le seuil d’élevage avec obligation d’immatriculation et de délivrance d’un numéro Siren, au premier chien ou chat vendu par l’éleveur (contre deux portées par an antérieurement). C’est donc à juste titre que le Tribunal a rappelé que le critère précédent sur le nombre de portées n’existe plus. 

    En outre, le tribunal relève que la vendeuse dispose d’un site Internet dans lequel elle expose son activité, qu’elle attire des acheteurs éloignés géographiquement de son élevage et qu’elle a vendu trois portées en trois ans. Le chien était d’ailleurs vendu à un prix (1.100 €) confirmant la recherche de profit. Il ne pouvait donc y avoir aucun doute sur la qualité de vendeuse professionnelle de l’éleveuse.

    ShutterstockL'ordonnance n° 2015-1243du 7 octobre 2015, applicable au 1erjanvier 2016, a fixé le seuil d’élevage avec obligation d’immatriculation et de délivrance d’un numéro Siren, au premier chien ou chat vendu par l’éleveur (contre deux portées par an antérieurement). 

    II - Sur le défaut invoqué et son antériorité à la vente

    Le défaut invoqué par l’acheteur visait le comportement du chien hyper actif, qui avait d’ailleurs causé des dégâts matériels dont il demandait réparation. Ce n’est pas la première fois qu’un trouble du comportement est invoqué au soutien d’une action en résolution de la vente. Une acheteuse avait notamment cherché à obtenir la résolution d’une vente au vu de l’agressivité d’un chien, mais n’avait pu se prévaloir de la garantie de conformité qui n’était pas applicable au litige, le vendeur n’étant pas à l’époque considéré comme professionnel. (Cf. Cour de cassation, 30 septembre 2010, n°09-16.890, JurisData n° 2010-017153).

    En l’espèce, la vendeuse soutenait que le chien était en bonne santé et qu’il s’agissait de sa seule obligation, le chien de compagnie n’étant pas forcément un animal calme. L’éleveuse tentait habilement de soutenir que le caractère d’un animal ne peut pas faire partie des défauts garantis par le vendeur. Elle contestait également la réalité du syndrome HS-HA au motif que seule une attestation d’un vétérinaire comportementaliste avait été produite, laquelle évoquait seulement les symptômes du syndrome sans poser de diagnostic. 

    S’il est acquis que le caractère d’un animal ne peut (sauf à ce que le vendeur se soit engagé à ce sujet) faire partie des défauts garantis par le vendeur, en l’espèce l’hyper activité est un véritable trouble du comportement, une maladie qui porte un nom, à telle enseigne que le chien avait été soigné sans succès notamment par du Prozac, ce qui venait contredire l’affirmation par la vendeuse de la bonne santé de l’animal. Si le caractère du chien est la conséquence d’un trouble identifié et répertorié sous le nom d’une maladie (syndrome HS-HA), ayant nécessité des soins vétérinaires, il s’agit bien d’un défaut de conformité et le Tribunal en déduit à juste titre que le chien est atteint d’un défaut qui compromet son usage d’animal de compagnie.

    L’acheteur devait encore démontrer l’antériorité du défaut par rapport à la vente conclue. Rappelons que depuis le 15 octobre 2014, la présomption d’antériorité du défaut qui apparaît dans les six mois de la vente a été supprimée pour les ventes d’animaux domestiques. Sur ce point, l’éleveuse faisait valoir que cette hyper sensibilité/hyper activité était due à un défaut de socialisation du chien, qui se développe de la troisième à la douzième semaine, tandis que le chien avait été vendu au cours de la septième semaine. La vendeuse en déduisait que ce défaut était apparu sous la propriété de l’acheteur, qui en toute hypothèse ne démontrait pas son antériorité. 

    Toutefois selon le tribunal, l’éleveuse n’avait pas contesté les certificats vétérinaires produits par l’acheteur, lesquels indiquaient que le trouble pouvait être considéré comme antérieur à la vente. Faute pour le vendeur d’apporter des éléments contradictoires, le tribunal a considéré que les certificats de l’acheteur étaient suffisamment probants. En sens contraire, le Tribunal d’instance d’Évry, le 5 septembre 2016 (Cf. TI EVRY, 5 septembre 2016, RG n° 91-15-000177), à propos d’une vente d’un chien a considéré, malgré la présomption d’antériorité encore applicable, que le vendeur démontrait, certificats vétérinaires à l’appui, que le défaut du chien (fracture d’une patte) était postérieur à la vente.

    Précisons qu’en application de l’article L 214-8 du Code rural, la vente d’un chien ne peut en principe pas intervenir avant la 8èmesemaine, sous peine d’amende pour le vendeur (article R 215-5-1, alinéa 6, du Code rural) au vu des nombreux inconvénients notamment psychiques liés à un sevrage trop précoce du chiot.

    III - Sur le montant de l’indemnisation allouée par le tribunal

    Au préalable, et le cas est suffisamment rare pour être souligné, l’acheteur a souhaité restituer le chien. Le Tribunal en est lui-même étonné et il l’exprime en ces termes : « M. X a fait ce choix » de demander la restitution « malgré la présence de ce chien depuis une longue période à son domicile ». Si la Cour de cassation a rappelé que le chien animal de compagnie n’est pas susceptible de remplacement (Cour de cassation, 1èrechambre civile, 9 décembre 2015, n° 14-25910, JurisData n° 2015-027487 notre chronique « Le chien animal de compagnie n’est pas susceptible de remplacement au sens de l’article L 211-9 du Code de la consommation ») ce principe n’interdit pas à l’acheteur s’il le souhaite, de restituer l’animal au vendeur. Les textes du Code de la consommation permettent à l’acheteur de conserver l’animal et de se faire restituer toute ou partie du prix, ou bien comme en l’espèce de rendre l’animal à son vendeur en échange du prix. Cette demande de l’acheteur confirme d’ailleurs l’ampleur des difficultés rencontrées avec le chien.

    Selon l’article L 217-11 du Code de la consommation, la résolution a lieu sans aucun frais pour l’acheteur, ce qui permet à ce dernier de réclamer des dommages et intérêts au vendeur professionnel présumé de manière irréfragable connaître le vice du bien vendu.

    C’est pourquoi le Tribunal a mis également à la charge du vendeur, la somme de 377 € au titre de la prise en charge médicale du chien et 1.000 € de préjudice moral. Là encore, les tribunaux, s’agissant d’un animal de compagnie, octroient assez facilement une indemnité au propriétaire alors même que le chien n’est pas décédé. Les juges considèrent que la privation des joies usuelles que l’on entretient avec son chien permet aux propriétaires d’obtenir une indemnisation (Cf. Sur ce point : Précitée, Cour de cassation, 1èrechambre civile, 9 décembre 2015, n° 14-25910, JurisData n° 2015-027487)laquelle devrait plus précisément selon nous s’intituler préjudice d’agrément définit par la Cour de cassation comme « le préjudice subjectif de caractère personnel résultant des troubles ressentis dans les conditions d’existence » (Cf. Ass. Plén., 19 décembre 2003, Bull. 2003, Ass. Plén., n° 8, p. 21, pourvoi n° 02-14.783)et non un préjudice moral.

    L’éleveuse s’est donc vue condamnée au remboursement du prix de la vente et au versement d’indemnités représentant plus du double du prix de vente, outre les frais de procédure. 

    Comme indiqué dans notre précédente chronique, les dommages et intérêts alloués à l’acheteur représentent pour les éleveurs des montants considérables. Ces derniers doivent désormais être conscients des risques liés à cette activité de vendeur professionnel applicable dès le premier chien ou chat vendu. L’objectif de l’Ordonnance n° 2015-1243 du 7 octobre 2015 qui était clairement de dissuader les particuliers de faire faire des portées à leur animal pour le loisir, est bien relayé par les Tribunaux qui appliquent à ces vendeurs la garantie de conformité lourde de conséquences économiques en présence d’un défaut de l’animal vendu. 

     


    Autres articles à lire

  • Une image choc pour lutter contre la captivité des cétacés

    ProtectionL’association C’est Assez! organise une campagne d’affichage dans le métro parisien, du 2 au 8 mai, pour sensibiliser le grand public à la souffrance et à la mortalité auxquelles sont confrontés les orques et les dauphins en captivité dans les parcs d’attraction.

    02 Mai 2017
  • La reproduction des dauphins en captivité n'est pas interdite

    ProtectionLe Conseil d'Etat a annulé lundi un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité, comme le demandaient trois parcs marins dont le Marineland à Antibes.

    29 Janvier 2018
  • Le Royaume-Uni rejette une loi de l’UE sur le droit animal

    ProtectionLe Parlement britannique prépare son Brexit et revoit l’ensemble des lois européennes : parmi elles, il a rejeté un texte du traité de Lisbonne qui reconnaît la souffrance et les émotions des animaux.

    23 Novembre 2017
  • Un syndic d'immeuble peut-il m'interdire de posséder un animal ?

    ProtectionUn règlement de copropriété ne peut, en aucun cas, interdire de posséder, dans son appartement ou sa maison, un animal domestique familier et non dangereux. C’est la loi.

    03 Janvier 2016
  • Les Landes veulent-elles la mort de tous les macaques de Java ?

    ProtectionAlors que 163 macaques de Java du zoo de Labennes ont été euthanasiés parce que porteurs du virus de l’herpès B, la préfecture des Landes s’obstine à vouloir tuer les deux survivants de la Pinède des Singes. Et cela malgré les efforts déployés par les associations de protection animale pour leur trouver un refuge… Aujourd’hui, la menace de l’euthanasie pourrait peser sur tous les macaques de Java de France. A qui profite donc le crime ?

    20 Juin 2017
  • Le chien n'est pas un bien de consommation remplaçable

    ProtectionDécidément, les animaux restent au centre des débats juridiques et la décision de la Cour de cassation du 9 décembre 2015 (dont la publication confirme l’importance) a confirmé que le chien, animal de compagnie, n’est pas susceptible de remplacement au sens de l’article L. 211-9 du Code de la consommation. Cette décision a été abondamment commentée.

    10 Mars 2016
  • Sensibilisation des enfants aux animaux : le rôle de l’école

    ProtectionIntellectuels, associations et entreprises proposent de faire entrer un enseignement éthique et pratique sur les animaux dans les écoles.

    23 Février 2017
  • Après les Gilets jaunes, le mouvement Pattes mauves

    ProtectionAbandon, maltraitance, errance, euthanasie de convenance, trafic… C’est pour lutter contre toutes ces atteintes au bien-être animal que s’est créé le mouvement Pattes mauves. Le but ? Porter la parole des animaux au grand débat national.

    08 Mars 2019
  • Un premier diplôme en France pour le droit des animaux

    ProtectionAlors que le code civil a fait évoluer le statut juridique de l’animal, l’université de Limoges a créé le premier diplôme universitaire consacré à la question complexe et méconnue du droit animal. Une initiative soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis.

    07 Décembre 2016
  • Quels droits pour les animaux ?

    ProtectionDoit-on donner des droits aux animaux ? Le sujet a été débattu, ce mardi 22 octobre, à l’institut de France lors du colloque « Droits et personnalité juridique de l’animal » organisé par la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences. Sans apporter de réponse concrète, la rencontre a proposé des voies de réflexion.

    22 Octobre 2019
  • Maltraitance : les limites à l’interdiction de détention d’un animal

    ProtectionLes peines pour maltraitance animale peuvent être assorties d’une interdiction, parfois à vie, de détenir un animal. Si la mesure est essentielle pour lutter contre les atteintes faites aux animaux, elle comporte, en l’état, des limites dans son application.

    07 Juin 2018
  • Nouveau « plan ours » : les associations révoltées

    ProtectionLe gouvernement 'n'engagera pas de nouvelles réintroductions d'ours' dans les Pyrénées, communiquera leurs localisations, et favorisera leurs effarouchement ont annoncé les ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture. Cette nouvelle feuille de route a été réalisée sans les associations environnementales, qui ont boycotté la réunion.

    07 Juin 2019
  • Nouvelle réglementation pour les orques et les dauphins

    ProtectionLa ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a signé un arrêté visant à améliorer le bien-être des cétacés dans les parcs animaliers.

    04 Mai 2017
  • Une marche pour les 163 singes euthanasiés

    ProtectionUne soixantaine de personnes ont tenu à rendre hommage, dimanche, aux macaques de Java euthanasiés dans les Landes pour avoir été, en grande majorité, porteurs d’un virus mortel pour l’homme.

    29 Mai 2017
  • Un Code de l'animal voit le jour en France grâce à 30 Millions d'Amis

    ProtectionÉdité par la Fondation 30 Millions d’Amis, ce Code rassemble les articles de lois défendant les droits des animaux et constitue une nouvelle étape d’envergure après l’évolution historique du Code civil en 2015, reconnaissant les animaux comme des êtres sensibles.

    26 Mars 2018
  • Vente de chiots aux enchères : le député Loïc Dombreval indigné

    ProtectionA l’annonce de la vente aux enchères de quelque 300 chiots en Mayenne, suite à la faillite d’un élevage, le monde de la protection animale est révolté. Après la demande d’interdiction de la vente par de la Fondation 30 Millions d’amis, c’est le monde politique qui s’indigne de la marchandisation d’animaux de compagnie.

    04 Avril 2019
  • 6 mesures phares de protection animale réclamées par les Français

    ProtectionÉlevage, corrida, expérimentation : un sondage Ifop réalisé pour la Fondation 30 Millions d’Amis met en avant les principales mesures que les Français souhaitent voir mises en œuvre afin de mieux protéger les animaux.

    19 Février 2018
  • Quels papiers doit-on fournir en cas de donation entre particuliers ?

    ProtectionMême si l’actuel propriétaire de l’animal est content de vous trouver parce qu’il ne peut plus s’occuper de son compagnon, et même si ce dernier n’a aucune valeur marchande, il y a un minimum de papiers à établir entre vous afin d'éviter tout litige ultérieur.

    23 Décembre 2015
  • Donald Trump retire le statut d'espèce protégée au loup

    ProtectionL'administration de Donald Trump a confirmé jeudi que les loups ne seraient dorénavant plus une espèce protégée aux États-Unis, révoquant une classification en place depuis 1978 après leur quasi-extinction, et ouvrant la voie à ce qu'ils soient davantage chassés.

    30 Octobre 2020
  • La question de l’animal de compagnie doit être débattue à l’Assemblée

    ProtectionL’échec du débat sur la proposition de loi visant à améliorer le bien-être animal, portée par Cédric Villani à l’Assemblée nationale, en octobre dernier, ne doit pas anéantir les chances de notre société d’aborder les questions relatives à la condition animale dans notre pays. Notamment celles contenues dans la proposition de loi du député Loïc Dombreval sur les animaux de compagnie, qui n’est toujours pas annoncée dans l’agenda de l’Hémicyle.

    16 Octobre 2020