Que peut faire la France pour sauver les grands singes ?


  • Que peut faire la France pour sauver les grands singes ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Cirques, trafics, zones d’accueil : un collectif réuni autour de la primatologue Sabrina Krief interpelle le gouvernement pour que la France protège la population de grands singes, menacée de disparition dans les années à venir.

    Tout un symbole. C’est depuis le Musée de l’Homme, à Paris, qu’un collectif de personnalités a lancé son appel d’urgence pour sauver les grands singes, nos plus proches cousins dans le règne animal. L’actrice Nathalie Baye, la présidente d’honneur du Medef, Laurence Parisot, le conseiller de Paris et conseiller régional Yann Wehrling et le chocolatier et sculpteur Patrick Roger étaient réunis lundi 9 avril autour de la primatologue et professeure au Muséum national d'histoire naturelle Sabrina Krief. Ensemble, ils veulent sensibiliser l’opinion et alerter le gouvernement sur la nécessité d’agir en faveur des grands singes, soumis à des pressions de plus en plus fortes.

    Chimpanzés, gorilles, orangs-outans : les chiffres égrenés par la scientifique sur la situation globale de ces espèces sont effarants : en 50 ans, toutes les populations de grands singes, répartis entre l’Afrique et l’Asie du Sud-Est, ont diminué de 70 %. La principale menace vient de la destruction de leur habitat naturel : les forêts tropicales, leur unique lieu de vie. Or celles-ci disparaissent à un rythme alarmant. On estime que 10 millions d’hectares de forêts tropicales sont détruits chaque année, soit l’équivalent d’un terrain de foot toutes les 30 secondes… La disparition de ces forêts est notamment liée au développement de monocultures industrielles de palmiers à huile, de canne à sucre ou bien encore de thé, détaille Sabrina Krief.

    À la disparition de leur habitat s’ajoute la menace du braconnage. Les primates sont tués pour leur viande, ou bien font l’objet d’un trafic illégal d’animaux vivants, notamment pour alimenter certains parcs zoologiques d’Asie, selon Sabrina Krief. « Près de 4 000 grands singes (dont les deux tiers sont des chimpanzés) seraient victimes chaque année de trafic. »

    Pourquoi les grands singes ?

    Composé d’une scientifique, d’une chef d’entreprise, d’un politique, d’un artiste-artisan et d’une star de cinéma, ce collectif a de quoi étonner et interpeller. C’est le but. « Nous formons un groupe assez rare par la diversité de nos sensibilités et de nos origines », n’a pas manqué de souligner Laurence Parisot, pour qui c’est justement l’alliance de ces compétences et de ces univers qui peut avoir un impact sur l’opinion et sur le gouvernement. Car l’objectif de cet appel est bien d’inciter la France à prendre le leadership sur la sauvegarde des grands singes, avant qu’il ne soit trop tard.

    Mais pourquoi les grands singes en particulier ? Pour une raison éthique, mais pas seulement. Car à travers les grands singes, c’est l’ensemble de la biodiversité qui est concernée, et donc l’homme, indirectement. « Nous partageons avec les grands singes plus de 98 % de notre patrimoine génétique. Ce sont nos plus proches parents, nous faisons partie de la même famille, les hominidés. Si on ne parvient pas à les protéger eux, qu’en sera-t-il des autres animaux ? s’interroge Sabrina Krief. Les grands singes doivent être une porte d’entrée pour élargir notre réflexion aux autres espèces », ajoute-t-elle.

    Car les forêts tropicales, dans lesquelles vivent ces grands singes, abritent aussi 70 % des plantes de la planète et 80 % des insectes. Protéger l’habitat des primates, c’est donc aussi préserver la faune et la flore mondiales. Et les grands singes jouent un rôle essentiel au bon fonctionnement de ces forêts, en tant que « jardiniers ». « Ils maintiennent ainsi l’écosystème des forêts tropicales qui, elles-mêmes, maintiennent l’oxygène sur notre planète. Si les singes disparaissent, la forêt disparaît et on ne peut plus survivre », expliquait à Animaux-Online la primatologue Shelly Masi lors d’un entretien avec Animaux-Online. On estime qu’en ce début du XXIe siècle, jusqu'à 30 % des émissions de CO2 sont imputables à la déforestation et à la dégradation des forêts et tourbières. De plus, une part importante de la population mondiale – 80 % des personnes les plus pauvres de la planète – ont des ressources dépendant directement de ces forêts tropicales.

    Pourquoi la France ?

    « On ne peut pas aujourd’hui prétendre vouloir agir en faveur de la biodiversité et rester indifférent, ou se montrer fataliste face à la tragédie qui s’annonce », estime Laurence Parisot, faisant référence aux grands engagements de la France pour la biodiversité, à commencer par l’accord de Paris sur le climat de 2016.  « La France est un pays influent, membre de l’Union européenne, du G20, et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous devons montrer que nous pouvons être au rendez-vous des grands enjeux planétaires de la biodiversité », insiste Yann Wehrling.

    À l’échelle internationale, la France compte également de grandes entreprises dont le champ d’action est directement lié aux zones d’habitat des grands singes. « Les entreprises, nos entreprises, ont un rôle à jouer et une responsabilité particulière, que ce soit dans le domaine de l’exploitation forestière, des constructions routières ou ferroviaires, des forages ou des exploitations minières », affirme Laurence Parisot. Pour la présidente d’honneur du Medef, ces sociétés doivent « s’assurer qu’elles ne sont pas coresponsables des problèmes entraînant la disparition des grands singes, mais peuvent aussi aller plus loin en étant proactives et en s’engageant dans des programmes pour stopper la déforestation ou pour soutenir les populations locales en proposant des solutions économiques alternatives ».

    À l’échelle nationale, la présence de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique est perçue comme un atout. « Avec notre appel pour sauver les grands singes, nous nous inscrivons dans la consultation citoyenne que le ministre doit lancer sur la condition animale », a rappelé Yann Wehrling, même si cette consultation, effectivement annoncée par Nicolas Hulot, tarde à voir le jour. C’est aussi et surtout Emmanuel Macron, directement, que le collectif veut interpeller. « En temps que président, il peut porter ce sujet lors de ses rencontres avec les chefs d’États ou les dirigeants de grandes entreprises », insiste Laurence Parisot.

    Les principales mesures à mettre en œuvre

    Pour inciter la France à s’engager pour les grands singes, le collectif propose un plan d’action regroupant 10 mesures, que l’on peut retrouver et signer sur le site sauvonslesgrandssinges.org. Parmi les principales propositions se trouve « l’absence d’utilisation déraisonnable des grands singes ». Que ce soit sur les plateaux de télévision ou de cinéma, ou bien encore dans les spectacles, comme les cirques, le collectif demande à ce que notre législation, au niveau de l’État, interdise l’exploitation des grands singes. Autre mesure phare : la mise en place d’une structure d’accueil de la faune sauvage saisie à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, plaque tournante du trafic illégal d’animaux vivants, mais aussi de viande de brousse. Il serait donc utile de pouvoir mieux « évaluer les volumes entrants, renforcer les contrôles douaniers et sanctionner les compagnies aériennes sur lesquelles le transport de viande de grands singes est constaté ».

    En parallèle de ce plan d’action, le « levier fort » que le gouvernement peut actionner pour protéger les grands singes est « celui du symbole » et de la loi. Le collectif veut ainsi proposer au Parlement « l’adoption d’une loi reconnaissant, dans notre droit, aux sept espèces de grands singes* un statut législatif particulier de "personnes non humaines"». La démarche s’inscrit pleinement dans le mouvement actuel en faveur du droit de l’animal, dont le Code de l’animal, porté par la Fondation 30 Millions d’amis, constitue une nouvelle étape fondamentale. « Il ne faut jamais sous-estimer la force de la loi. La France doit être le premier pays à établir une nouvelle législation en faveur des animaux en général et des grands singes en particulier », appelle de ses vœux Laurence Parisot.

    Autre symbole fort, accorder aux grands singes le statut d’espèce du patrimoine mondial de l’humanité, visant à montrer le caractère unique de ces animaux. La France peut être à l’initiative de cette résolution lors des prochaines consultations de l’Unesco en 2019.

    « Les grands singes, en tant que parents proches, représentants de la biodiversité et de l’état de la forêt, peuvent aussi être des indicateurs de nos succès et pas seulement de nos échecs », veut croire Sabrina Krief. Encore faut-il que l’on réagisse, sans tarder.  

     

    * Deux espèces de gorilles et deux espèces d'orangs-outans sont au bord de l'extinction, selon le dernier bilan de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Une troisième espèce a été découverte depuis et compte environ 800 individus. Le chimpanzé et le bonobo sont, eux, considérés en danger d'extinction.


    Autres articles à lire

  • Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    Faune sauvageUn marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de 'rat-kangourou' a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l'extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, a prévenu jeudi une ONG.

    06 Décembre 2018
  • De plus en plus de mammifères sont menacés de disparition en France

    Faune sauvageLe vison d'Europe, l'ours et le loup font partie des espèces présentes en France mais qui risquent de disparaître si rien n’est fait pour leur préservation, selon une mise à jour de la liste rouge de l’UICN, qui alerte sur une « aggravation de la situation ».

    16 Novembre 2017
  • Qui a les plus gros testicules?

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les testicules.

    18 Mai 2016
  • Hécatombe d’antilopes saïgas au Kazakhstan

    Faune sauvagePrès de 120 000 antilopes saïgas ont été retrouvées mortes ces deux dernières semaines dans les plaines de l’ex-république soviétique d’Asie centrale.

    07 Septembre 2015
  • Tchad : quatre des six rhinocéros noirs réintroduits en mai sont morts

    Faune sauvageSur les 6 rhinocéros noirs réintroduits en mai dans le parc de Zakouma, dans le sud-est du Tchad où ils avaient disparu il y a près d'un demi-siècle, 4 sont morts six mois plus tard, a annoncé mardi l'ONG African Parks.

    07 Novembre 2018
  • Chanee, 'Monsieur gibbon'

    Faune sauvageL’ONG qu’il a créée est devenue le plus grand projet au monde de sauvegarde des gibbons. Aurélien Brulé, dit Chanee, fondateur de Kalaweit (« gibbon » en indonésien), se passionne depuis l’adolescence pour ces primates menacés. En 18 ans, cet Indonésien d’adoption a réussi à sauver de nombreux animaux mais aussi à faire avancer les mentalités. A l’occasion de son passage en France, nous l’avons rencontré.

    22 Septembre 2016
  • Une gardienne de zoo tuée par un tigre en Grande-Bretagne

    Faune sauvageUne gardienne de zoo britannique a été tuée par un tigre lundi 29 mai. La police mène l’enquête pour déterminer les causes de cet « accident exceptionnel »

    30 Mai 2017
  • Les grands singes peuvent-ils attraper le coronavirus ?

    Faune sauvageLe Covid-19 menace-t-il aussi les grands singes, connus pour être sensibles aux virus humains ? C'est en tous cas un défi pour les zoos qui prennent d'infinies précautions pour ne pas risquer de contaminer leurs précieux hôtes.

    03 Avril 2020
  • Le loup s'installe de plus en plus en France

    Faune sauvageRéapparu il y a moins de 30 ans en France, le loup continue à étendre son territoire et devrait dépasser les 500 individus cet hiver, soit le « seuil de viabilité » de cette espèce protégée tant redoutée d'une partie des éleveurs.

    07 Décembre 2018
  • La justice refuse de suspendre l'abattage des bouquetins

    Faune sauvageLa demande de sursis des associations de protection animale n'a pas été entendue par le tribunal administratif de Grenoble.

    21 Octobre 2015
  • Des chercheurs réclament des « congés maternité » pour les éléphantes

    Faune sauvageLe travail des éléphants domestiques, représentant la moitié des 800 pachydermes du pays, s’intensifie au Laos : pour tenter de mieux les protéger et enrayer le déclin de l’espèce, des chercheurs demandent à ce que les femelles ne soient pas obligées de travailler pendant leur période de gestation.

    03 Novembre 2017
  • Il y a encore trop peu d’ours dans les Pyrénées

    Faune sauvageLa population d'ours continue de progresser dans les Pyrénées : 64 ont été détectés en 2020, dont 16 oursons, révèle un rapport du Réseau Ours Brun. Une évolution positive mais encore insuffisante pour que l’espèce soit stable…

    02 Avril 2021
  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • Faites un geste pour la Journée mondiale des animaux

    Faune sauvageCréée en 1929, à Vienne en Autriche, à l'occasion du Congrès international pour la protection des animaux, la Journée mondiale des animaux a lieu ce 4 octobre, jour de la Saint-François d'Assises. L'occasion saisie par l'ONU de mettre en lumière les espèces menacées sur notre planète. Le guépard fait partie des plus fragiles. Et si vous faisiez un geste pour aider à sa préservation dans le Masaï-Mara ?

    04 Octobre 2017
  • Un rhinocéros dans un scanner : une première mondiale

    Faune sauvageLayla, une femelle rhinocéros noir est le premier individu de son espèce à passer un scanner. Ses soigneurs d’un zoo de Chicago s’inquiétaient de ne pas trouver la cause d’une gêne respiratoire, potentiellement très dangereuse pour l’animal.

    02 Mai 2018
  • Christian Kempf : “Quand l’ours vient, tout s’arrête.”

    Faune sauvageVoilà près d'un demi-siècle que l’explorateur scientifique Christian Kempf photographie des ours au cours d'expéditions dans le Grand Nord. Entre protection, souvenirs et tourisme vert, il nous livre ses observations et ses aventures dans un beau livre savamment illustré : 'Ours polaires'.

    05 Janvier 2021
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Demain, les tigres et les lions ne seront-ils plus que des peluches ?

    Faune sauvageTigres, lions et pandas sont partout sur nos écrans, dans les livres pour enfants et les magasins de jouets. Mais en faisant croire qu'ils sont répandus dans la nature, leur omniprésence cache une triste vérité : ces animaux sont en danger.

    13 Avril 2018
  • En Belgique, un loup est soupçonné d’avoir mangé un kangourou

    Faune sauvageUn loup est soupçonné d’avoir tué un kangourou domestiqué et d’en avoir mordu un autre au cours d’une attaque nocturne à Balen, dans le nord-est de la Belgique, a indiqué mercredi à l’AFP un spécialiste de la faune sauvage.

    27 Décembre 2019
  • Le Masaï-Mara a conscience de l’intérêt de préserver sa faune

    Faune sauvageTony Crocetta est un photographe professionnel, amoureux des animaux et plus encore de l’Afrique. Il y a une bonne dizaine d’années, il a tout quitté, son emploi, la France, pour créer son entreprise de safari photographique en plein cœur du Masaï Mara, « Melting Pot Safari ». De retour sur « ses » terres africaines, après la crise du Covid-19, il nous fait un bilan de ce que traverse ce pays, sa faune et sa population…

    09 Septembre 2020