Au Kenya, le guépard du Masaï-Mara va-t-il disparaître?


  • Au Kenya, le guépard du Masaï-Mara va-t-il disparaître?Photo : Tony crocetta
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    À l’heure où des scientifiques s’inquiètent d’une possible « sixième extinction de masse des animaux », une étude est parue pour évoquer la menace qui pèse sur ce célèbre sprinteur ! Les 7 000 derniers guépards d’Afrique survivront-ils aux prochaines décennies ?

    Tony Crocetta

    Juchée sur son promontoire, la femelle guépard, inquiète, scrute nerveusement la savane. À ses côtés, son jeune petit, âgé de 5 à 6 semaines tout au plus, à peine sevré. C’est un survivant. La veille, l’attaque meurtrière d’une meute de hyènes tachetées a été fatale à ses trois frères et soeur.

    Autrefois erratique sur d’immenses territoires, le guépard en a été en partie chassé par les éleveurs masaïs. Il n’a désormais pas d’autre alternative que de se réfugier au cœur du parc de Masaï-Mara, où il est en compétition directe avec les grands prédateurs, qui lui chapardent souvent son repas. Face à la concurrence, l’animal terrestre le plus rapide du monde ne fait pas le poids ! Fragile et frêle, il ne peut pas prendre le risque d’une blessure lors d’un combat perdu d’avance, qui l’affaiblirait et l’empêcherait de capturer des proies, le condamnant alors à une mort certaine. C’est pourquoi il abandonne très vite le fruit de sa chasse à ses rivaux opportunistes. Pour enfoncer le clou, les femelles, solitaires, hors de toute organisation sociale, élèvent seules leurs petits, qui se perdent ou sont tués par des prédateurs comme les lions, les chacals, les babouins ou les pythons… mais aussi les hommes.

    Tony Crocetta

    Plus de 90 % des jeunes guépardeaux disparaissent ou meurent au cours des premières semaines de leur existence, ce qui met en danger la survie de l’espèce. Dans l’écosystème aujourd’hui déséquilibré du Masaï- Mara, les observations témoignent même de chiffres qui semblent encore plus alarmants...

    Un prédateur si fragile

    Il est très difficile, pour une femelle guépard, d’élever seule ses petits. Elle est pourtant prolifique puisqu’elle met généralement au monde entre quatre et six petits, qui doivent rester avec elle jusqu’à l’âge de 16-18 mois, parfois plus, tant l’apprentissage de la technique de chasse propre à ce félin est long et complexe. Dans les premiers mois, les guépardeaux sont très vulnérables : une mère attaquée par un prédateur plus puissant (lion, hyène…) doit souvent abandonner la partie, laissant un ou plusieurs de ses jeunes. Lorsqu’elle allaite, les premiers jours, elle s’éloigne rarement des nouveau-nés. Mais arrive la phase critique où elle doit partir en quête de nourriture. La recherche de proies et la chasse en elle-même, pas toujours couronnée de succès, l’éloignent parfois pendant de longues heures : incapables de se défendre, les jeunes succombent dès lors qu’ils sont dénichés par un chacal, une hyène ou un python... Les guépards sont des mammifères erratiques, qui ont besoin de se déplacer sur de vastes territoires. Mais ces derniers se sont considérablement réduits avec le développement des activités humaines aux frontières du Masaï-Mara (agriculture intensive, pastoralisme), et les proies traditionnelles des guépards, les petites gazelles, principalement, se sont raréfiées là où les hommes se sont établis. Il leur faut donc désormais trouver leur nourriture au coeur même du parc, où se concentrent leurs proies... mais aussi leurs plus puissants ennemis.

    Un équilibre menacé

    Si le guépard est en danger aujourd’hui, au point d’être une icône des espèces menacées par la sixième extinction de masse des animaux, l’équilibre du Masaï-Mara, dont son sort dépend, l’est tout autant. Les causes sont multiples : le braconnage, le dérèglement climatique (responsable de plus de sécheresse), la tradition du brûlis… Mais la principale menace reste le grignotage continu des terres de la réserve (1 500 km²) par l’homme, notamment par les éleveurs masaïs et le tourisme de masse. L’expulsion de cette ethnie du Masaï-Mara pour laisser le champ libre au tourisme de vision a réduit son territoire et l’a forcée à une sédentarisation définitive. Dans le même temps, l’explosion de la démographie kenyane (48 millions d’habitants) a fait grimper la demande en terres agricoles. Les Masaïs ont donc vendu les leurs, convertissant cette manne financière en têtes de bétail toujours plus nombreuses, prises en étau entre des fermes clôturées et les limites du parc ! Lorsque leurs maigres pâturages sont épuisés, les nomades n’ont d’autre choix que de pénétrer dans la réserve, soumettant leurs troupeaux à la prédation. Les conflits, notamment avec les lions et les guépards, sont toujours plus fréquents et se terminent souvent par l’élimination des prédateurs trop audacieux !

    Tony Crocetta

    La star des safaris-photos

    Nul doute que le Masaï-Mara, la mythique réserve nationale du Kenya, a inspiré les premiers safaris-photos. Tous les représentants de la grande faune charismatique africaine y sont présents ! Et les amateurs de voyages d’observation animalière du monde entier s’y donnent rendez-vous par milliers chaque année. Il s’agit de l’un des parcs les plus célèbres du continent africain. Ce biotope unique est propice à l’établissement de millions d’herbivores, plus nombreux ici que nulle part ailleurs. Et qui dit herbivores dit prédateurs ! Les lions, léopards, guépards, hyènes et crocodiles, pour ne citer que les plus grands d’entre eux, régissent l’équilibre des lieux depuis la nuit des temps. Le guépard y tient une place particulière pour les amateurs de safaris, sans doute parce que sa silhouette longiligne épouse à merveille les ondulations de la savane, et que la tragédie qui le menace semble se lire sur son museau, où deux lignes brunes évoquent des larmes qui coulent.

    Tony Crocetta

    Un trafic juteux

    Depuis quelques années, un nouveau fléau menace les guépards : le trafic des guépardeaux ! Une mode récente veut que de riches citoyens de Dubaï ou du Koweït, par exemple, aient des animaux exotiques « de compagnie ». Or, s’il est facile de faire se reproduire lions et tigres en captivité, ce n’est pas le cas avec les guépards, qui sont pourtant davantage prisés parce que plus dociles et moins dangereux en grandissant. Les plaques tournantes du trafic sont la Somalie, le Soudan, le Nord Kenya… Profitant de la corruption qui règne dans ces pays, les braconniers prélèvent les animaux directement dans les parcs nationaux. Pour ceux qui arrivent au bout d’un voyage long et difficile, nul doute que leurs conditions de captivité et le stress ne leur permettront pas de vivre plus de quelques semaines. Ou quelques courtes misérables années !

     

    Tony Crocetta
    Aidez-nous à sauver les guépards du Masaï-Mara
    Touché par le sort des guépards du Masaï-Mara, le magazine 30 Millions d’amis a décidé de soutenir le programme Cheetah For Ever* en lançant une campagne de financement participatif sur le site GoFundMe. Ce programme est né il y a quatre ans pour protéger les guépards des principales menaces qui pèsent sur eux dans cette partie du globe : le braconnage et la prédation qui touche les jeunes. Pour cela, une bande d’amis avec, à leur tête, Tony Crocetta, a eu l’idée de surveiller 24 heures sur 24 les femelles en charge de petits, pour les protéger d’une attaque de prédateurs – voire de touristes peu scrupuleux –, mais aussi d’informer le grand public et de lutter contre le trafic… Une brigade motorisée, exclusivement constituée de Masaïs, a donc vu le jour. Elle compte trois véhicules qui embarquent chacun à leur bord deux rangers officiels armés. Après deux ans d’existence, le projet Cheetah for Ever (cheetah signifie guépard en anglais) est aujourd’hui un programme soutenu par des organismes officiels comme le KWS (Kenya Wildlife Service), l’université de Narok (Masaï-Mara), la communauté masaï du Narok County Government ou de généreux donateurs, comme l’association Beauval Nature, les zoos de la Palmyre et des Trois Vallées, ou la Fondation Bardot... et de nombreux particuliers. Pour renforcer ce premier bouclier motorisé, le programme a besoin d’un quatrième véhicule et d’une nouvelle équipe de rangers. L’achat d’un 4x4 d’occasion, sa réparation, son équipement et le salaire de deux rangers représentent une dépense de 55 000 euros. Aidez-nous à soutenir Cheetah for Ever en contribuant, à la hauteur de vos moyens, au financement de cette brigade supplémentaire.
    Rendez-vous sur notre cagnotte : gofundme.com/sauvezlesguepards
    *Cheetah For Ever, 5, rue du Texel, 75014 Paris (France) ; www.cheetahforever.org

    Autres articles à lire

  • Le bœuf musqué, un survivant

    Faune sauvageS’il a côtoyé les mammouths et les tigres à dents de sabre, il est aujourd’hui l’un des rares grands mammifères (avec l’ours polaire) à survivre dans les zones glacées de l’Arctique. Mais le réchauffement qui sévit aujourd’hui sur notre planète pourrait avoir raison de sa résistance.

    18 Juillet 2016
  • Hécatombe d’antilopes saïgas au Kazakhstan

    Faune sauvagePrès de 120 000 antilopes saïgas ont été retrouvées mortes ces deux dernières semaines dans les plaines de l’ex-république soviétique d’Asie centrale.

    07 Septembre 2015
  • Trois bébés rhinocéros de Java ont été filmés dans un parc national

    Faune sauvageTrois bébés rhinocéros de Java ont été filmés dans un parc national en Indonésie. Une bonne nouvelle pour cette espèce de pachyderme la plus rare au monde et menacée d'extinction.

    09 Septembre 2015
  • Des chercheurs réclament des « congés maternité » pour les éléphantes

    Faune sauvageLe travail des éléphants domestiques, représentant la moitié des 800 pachydermes du pays, s’intensifie au Laos : pour tenter de mieux les protéger et enrayer le déclin de l’espèce, des chercheurs demandent à ce que les femelles ne soient pas obligées de travailler pendant leur période de gestation.

    03 Novembre 2017
  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Où écouter le brame du cerf ?

    Faune sauvageLa saison du brame va bientôt commencer. En choisissant un massif forestier réputé pour sa diversité en cervidés, vous avez toutes les chances d’assister à ce moment magique. Une paire de jumelles et beaucoup de discrétion sont primordiaux pour ne pas en rater une miette. Suivez le guide…

    24 Août 2016
  • Comment s'alimente la loutre mer ?

    Faune sauvagePour maintenir la température interne de son corps à 35 °C, la loutre de mer doit ingérer en nourriture l’équivalent de 23 à 33 % de son poids par jour. Animaux-online décrypte les moyens mis en oeuvre et les aptitudes physique de l'animal pour s'alimenter dans la nature.

    18 Janvier 2016
  • Intox : non, le loup n’est pas (encore) de retour en Bretagne

    Faune sauvageAprès que de nombreux medias ont relayé le retour du loup en Bretagne, l’association FERUS, spécialisée dans la conservation des grands prédateurs, affirme que cette information est fausse.

    25 Septembre 2018
  • Présentation des derniers-nés au parc des félins

    Faune sauvageBagany, le lionceau, et Sayan, Lyuha et Neva, les trois bébés tigres, sont nés au parc des félins, à Nesles (77). Animaux-online a eu le privilège de les approcher et de les toucher rien qu’avec les yeux.

    18 Février 2016
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017
  • Quel sursis pour les bouquetins du Bargy ?

    Faune sauvagePromis à un abattage certain suite à un arrêté du préfet de Haute-Savoie, les bouquetins du massif du Bargy, porteurs de la brucellose, profitent d'un sursis suite à un recours devant le tribunal porté par les associations de protection animale.

    19 Octobre 2015
  • Qui décide du sort des animaux ?

    Faune sauvageÀ l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    27 Octobre 2017
  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • 84 % des Français sont en faveur d’une stricte protection du loup

    Faune sauvage16 loups ont déjà été tués depuis le début de l’année 2020 (sur un quota de 90 loups) et un autre braconné, sans oublier les 98 individus abattus en 2019. D’après l’Office français de la biodiversité, le taux de survie des loups est en baisse... Pourtant, selon un sondage de février 2020, les citoyens français soutiennent la protection du loup.

    18 Juin 2020
  • Un emprunt pour sauver le rhinocéros ?

    Faune sauvageUn consortium d’associations travaille actuellement à la mise en place d’un tout nouvel instrument financier afin d’aider à la protection du rhinocéros noir d’Afrique. Si cela fonctionne, ce modèle pourra être appliqué à d’autres espèces en voie de disparition.

    22 Septembre 2019
  • La sexualité de nos animaux 38/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les relégués.

    09 Mai 2016
  • Disparition de Bridget, la lionne à crinière

    Faune sauvageUne lionne de 18 ans avait étonné le monde entier en développant une crinière, fait rarissime pour une femelle de son espèce. Ses soigneurs du zoo d’Oklahoma, aux États-Unis, ont annoncé la triste nouvelle de sa mort, survenue le 4 avril.

    06 Avril 2018
  • Biodiversité : le Kilimandjaro dévoile ses secrets

    Faune sauvageServals, antilopes, léopards, singes… Des chercheurs allemands ont placé des caméras un peu partout sur le Kilimandjaro pendant deux semaines afin d’étudier les animaux qui s’y trouvent.

    22 Août 2019
  • Une gardienne de zoo tuée par un tigre en Grande-Bretagne

    Faune sauvageUne gardienne de zoo britannique a été tuée par un tigre lundi 29 mai. La police mène l’enquête pour déterminer les causes de cet « accident exceptionnel »

    30 Mai 2017
  • Deux nouveaux ours dans les Pyrénées : le feu vert de Nicolas Hulot

    Faune sauvageFace à la situation critique de l’ours dans les Pyrénées-Atlantiques, où il ne reste plus que deux mâles, le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé sa volonté de procéder au lâcher de deux femelles dès cette année.

    27 Mars 2018