Y aura-t-il de nouveaux ours dans les Pyrénées en 2018 ?


  • Y aura-t-il de nouveaux ours dans les Pyrénées en 2018 ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Le gouvernement étudierait un programme de renforcement de la population d’ours dans le Béarn, où la situation du plantigrade est critique. Face à l’urgence, les associations espèrent un lâcher d’au moins deux ourses dès cette année.

    C’est le moment ou jamais : pour les associations, 2018 pourrait bien être l’année où de nouveaux ours seront lâchés dans les Pyrénées afin de faire face à la situation critique de ce grand mammifère sur notre territoire. Parmi les signaux favorables, une lettre, adressée par le Premier ministre, Édouard Philippe, à la députée des Hautes-Pyrénées, Jeanine Dubié, lui indiquant que des « réintroductions d'ours en Béarn » sont bien à l'étude au gouvernement (information relayée par le journal La République des Pyrénées).

    Les défenseurs de l’ours espèrent que le gouvernement va franchir le pas dès cette année. Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, « n’a jamais caché son parti pris en faveur du lâcher d’ours en Béarn, et les déclarations d’intention d’Emmanuel Macron avant son élection vont également dans ce sens », rappelle Sabine Matraire, vice-présidente et coordinatrice ours de l’association Férus. 2018 apparaît comme l’année idéale pour concrétiser ces engagements, car dès 2019, les élections s’enchaînent. À commencer par celles des chambres d’agriculture, en janvier prochain, qui risquent fort de raviver les contestations car « s’opposer à l’ours est un sujet très fédérateur pour les syndicats agricoles », souligne Sabine Matraire. En mai 2019 auront également lieu les élections européennes puis, chaque année jusqu'en 2022, date de la prochaine présidentielle, se succéderont les scrutins (municipaux, départementaux et régionaux). Il sera alors plus difficile d’obtenir un consensus politique autour du renforcement de la population d’ursidés. Une action pourtant nécessaire pour éviter que l’ours ne disparaisse encore une fois de notre territoire. « C’est un peu une course contre la montre », pointe la militante Férus.

    Un sauvetage d’urgence pour les ours du Béarn

    De fortes menaces pèsent en effet sur la viabilité de la population de plantigrades sur notre territoire. On compte deux noyaux d’ours en France, l’un dans les Pyrénées centrales, où vivent 27 individus, et l’autre dans la région du Béarn, dans les Pyrénées occidentales, où l’on compte seulement deux ours mâles, Néré, 20 ans, et son fils Cannellito, 13 ans. L’urgence est donc de renforcer ce deuxième noyau, considéré comme « virtuellement éteint » puisque, en l’état, il n’y a pas de possibilité de reproduction. « Si on n’introduit pas de femelles, c’est la mort programmée pour la population d’ours dans cette région », prévient Yvon Le Maho, qui a présidé une expertise collective du Muséum national d’histoire naturelle sur l’ours brun dans les Pyrénées. Selon les résultats rendus en 2013, cette étude recommandait, pour les Pyrénées occidentales, un lâcher en plusieurs étapes de 10 femelles et 5 mâles dans un scénario idéal et, au minimum, un lâcher de 4 femelles en même temps. Ces renforcements doivent dans tous les cas être effectués « très rapidement » étant donné «  l’incertitude maximale autour du devenir à court terme de cette population où il n’y a que deux mâles ».

    « L’État aurait fait le choix d’un lâcher de deux femelles seulement dans le Béarn. C’est insuffisant, mais ce serait déjà le début de la restauration du noyau occidental »,  fait valoir Sabine Matraire, tout en soulignant que Férus continuera de demander de nouveaux renforts de la population d’ours dans les Pyrénées occidentales, où il y a urgence, mais également dans les Pyrénées centrales, où la situation est différente mais néanmoins urgente. « Le nombre d’individus fondateurs y est très faible, rappelait à notre magazine le président de l’association Pays de l’Ours-Adet, Alain Reynes, en mai 2017*. Il y a besoin de sang neuf pour éviter les problèmes de consanguinité qui mettent en danger les performances de reproduction. Il suffirait, à l’heure actuelle, d’introduire seulement deux ou trois ours pour rendre la situation viable. Mais plus on attend, plus il faudra en lâcher », prévient-il.

    Pressions européennes et réappropriations locales

    Classé depuis 2009, en France, parmi les espèces en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’ours brun devrait atteindre, selon l’ONG, une population de 250 individus matures pour que l’espèce soit considérée comme hors de danger au niveau national. La France, avec sa trentaine d’ours, est actuellement encore loin du compte. Or, la conservation de l’ours est une obligation européenne depuis 1992 et l’adoption de la directive « Habitat-Faune-Flore ». La Commission européenne a ainsi interrogé le gouvernement d’Édouard Philippe sur la question de l’ours en France. Une procédure d’infraction a déjà été émise contre la France, mise en demeure en 2012 pour « manquement à ses obligations de protection de l’ours brun des Pyrénées ». La Commission européenne exerce ainsi une pression sur notre pays pour qu’il se dote d’une véritable politique de restauration et de conservation des ours dans les Pyrénées.

    La présence de l’ours en France est aussi soutenue localement. Certes, les oppositions sont toujours très vives, mais elles ne seraient pas majoritaires selon Sabine Matraire. « On peut observer une véritable réappropriation de l’ours par les populations locales mais également par les touristes », observe-t-elle. Le bilan de l’opération d’information et de sensibilisation « Paroles d’ours », menée chaque année depuis 2008 par Férus, va dans ce sens. L’association explique dans un communiqué avoir constaté « un excellent accueil sur le terrain [et ce] dès les premiers jours de la 1re édition du programme ». Un succès « jamais démenti depuis. Partout dans les Pyrénées, nous n’avons trouvé que de fortes majorités favorables à l’ours », ajoute Férus. Tous les voyants semblent être au vert pour accueillir de nouveaux ours sur notre territoire.  

     

    * Magazine 30 Millions d’amis numéro 351 - mai 2017.


    Autres articles à lire

  • Qui décide du sort des animaux ?

    Faune sauvageÀ l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    27 Octobre 2017
  • La survie de l'ours brun des Pyrénées menacée

    Faune sauvageLes associations saisissent les tribunaux afin que l’État agisse enfin pour la survie de l’ours dans les Pyrénées dont le sort n’est toujours pas scellé.

    01 Juin 2015
  • Pyrénées : les oursons de Sorita ont disparu...

    Faune sauvageL’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a perdu la trace des deux oursons de Sorita, l’une des deux ourses réintroduites en Béarn en octobre 2018. L’hypothèse avancée est la prédation des petits par un ours mâle.

    05 Juin 2019
  • Brucellose : la justice suspend l'abattage de bouquetins non testés

    Faune sauvageL'abattage de bouquetins non testés, autorisé dans le massif du Bargy (Haute-Savoie) dans le cadre du plan de lutte contre la brucellose, maladie infectieuse redoutée des éleveurs, a été suspendu par le tribunal administratif de Grenoble.

    26 Août 2020
  • Un louveteau affaibli et errant : la faute aux tirs de loups

    Faune sauvageUn louveteau affaibli, apparemment blessé, a été aperçu à plusieurs reprises depuis quelques jours par des habitants de la station de ski de Valberg (Alpes-Maritimes). Selon l’association Ferus, les causes de cette errance sont les tirs de loups autorisés par l’État, qui ont décimé sa famille…

    28 Octobre 2019
  • Indonésie : non, les populations d’orangs-outans ne sont pas en hausse

    Faune sauvageContrairement aux récentes déclarations du gouvernement indonésien, les populations d'orangs-outans n'ont pas augmenté, loin s'en faut.

    09 Novembre 2018
  • Les dugongs de Nouvelle-Calédonie en danger de disparition

    Faune sauvageSelon le WWF, le dugong (un mammifère marin herbivore) est menacé d’extinction à cause du braconnage en Nouvelle-Calédonie.

    20 Juin 2017
  • Des Ours à Paris

    Faune sauvageProfitez des vacances des Noël pour découvrir le travail du photographe animalier Vincent Munier dans le cadre de l’exposition « Ours » au jardin des Plantes, à Paris.

    16 Décembre 2016
  • Des chercheurs réclament des « congés maternité » pour les éléphantes

    Faune sauvageLe travail des éléphants domestiques, représentant la moitié des 800 pachydermes du pays, s’intensifie au Laos : pour tenter de mieux les protéger et enrayer le déclin de l’espèce, des chercheurs demandent à ce que les femelles ne soient pas obligées de travailler pendant leur période de gestation.

    03 Novembre 2017
  • Des noms pour les oursons !

    Faune sauvageA l'issue d'un vote sur Internet, les quatre oursons nés dans les Pyrénées en 2014 et 2015 ont été baptisés.

    11 Octobre 2016
  • Au Mexique, le nombre de jaguars augmente de 20%

    Faune sauvageLueur d’espoir pour le plus grand félin d’Amérique. Un nouveau recensement fait état d’une hausse de la population, liée à la mise en place de programmes de conservation et à une restauration de l’habitat naturel du jaguar.

    15 Juin 2018
  • Botswana : plus de 350 éléphants tués par une bactérie

    Faune sauvageLe mystère vient enfin d’être élucidé : les 350 éléphants retrouvés morts au Botswana, dans la région du delta de l'Okavango (nord), ont succombé à une bactérie, a révélé le gouvernement.

    21 Septembre 2020
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019
  • Le chat sauvage d’Écosse, une espèce aux portes de la disparition

    Faune sauvageDepuis une dizaine d’années, de nombreux acteurs se sont élevés pour essayer de préserver une espèce emblématique des Highlands : le chat sauvage d’Écosse. Anne Étourneau, fondatrice de la société FranceAgora – l’intermédiaire français des projets écossais – nous parle plus en détails de cet animal et des mesures mises en place pour le protéger.

    14 Septembre 2018
  • Etats-Unis : des 'bombes de cyanure' pour tuer les animaux

    Faune sauvageL'administration du président américain Donald Trump a levé l'interdiction, malgré l'opposition de groupes de défense de l'environnement, de pièges empoisonnés au cyanure de sodium destinés à tuer renards, coyotes et chiens sauvages.

    09 Août 2019
  • Australie : l'ornithorynque au bord de l’extinction

    Faune sauvageLes sécheresses et autres manifestations du réchauffement climatique exercent en Australie une pression de plus en plus forte sur la population d'ornithorynques, au point de les pousser vers l'extinction, avertissent des chercheurs dans une nouvelle étude.

    22 Janvier 2020
  • Un singe magot en ville mis à l'abri !

    Faune sauvageBob divaguait seul dans les rues de Sevran (93). Les autorités ont contacté la Fondation 30 Millions d’Amis pour prendre en charge ce singe magot de moins d’un an. Cette espèce protégée est très largement victime du trafic illégal. Le petit primate a été transféré aux Pays-Bas dans un centre pour faune sauvage.

    01 Juin 2015
  • La gorille Koko est morte

    Faune sauvageLe gorille qui parlait le langage des signes est mort ce jeudi 21 juin à l’âge de 46 ans. Mondialement célèbre, la primate (c'était une femelle) a été élevée par l’éthologue Penny Patterson dont les travaux scientifiques ont suscité la polémique à cause d’une trop grande proximité affective avec Koko.

    21 Juin 2018
  • Les deux macaques de la Pinède des singes enfin sauvés

    Faune sauvageLes deux singes survivants, après l’euthanasie de 163 macaques en mai dernier dans les Landes, ont été sauvés grâce à la mobilisation de plusieurs associations dont la Fondation 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot. Ils vont être placés dans le sanctuaire du Refuge de l’Arche, en Mayenne.

    13 Septembre 2017
  • 84 % des Français sont en faveur d’une stricte protection du loup

    Faune sauvage16 loups ont déjà été tués depuis le début de l’année 2020 (sur un quota de 90 loups) et un autre braconné, sans oublier les 98 individus abattus en 2019. D’après l’Office français de la biodiversité, le taux de survie des loups est en baisse... Pourtant, selon un sondage de février 2020, les citoyens français soutiennent la protection du loup.

    18 Juin 2020