Qui décide du sort des animaux ?


  • Qui décide du sort des animaux ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    À l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    À l’international, conventions commerciales et recommandations scientifiques

    Il existe des cadres à l’échelle internationale pour contribuer à la préservation des espèces. Le plus contraignant est en fait un accord de nature commerciale entre les États. Il s’agit de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. Elle est plus connue par son sigle CITES ou encore comme la convention de Washington. Signée en 1973, cette convention a pour but d’empêcher la surexploitation des espèces les plus menacées. La CITES a par exemple interdit, depuis 1989, le commerce international de l'ivoire afin de mettre fin à la réduction critique des populations d’éléphants. Mais de nombreuses dérogations à cette interdiction ont été exploitées par les trafiquants.

    De plus, chaque États signataire – 175 à ce jour, dont la France – reste souverain ; en aucun cas la  CITES ne peut tenir lieu de loi nationale. Les signataires doivent ainsi adopter leur propre législation pour mettre en vigueur les réglementations de la CITES. C’est alors le rôle d’ONG internationales comme l’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) de travailler auprès des États pour faire des recommandations en faveur des espèces. « Chaque pays vote en fonction de ses propres intérêts. Notre mission est d’établir des recommandations sur des bases scientifiques pour convaincre les pays de soutenir et voter certaines propositions au sein de la CITES », détaille Céline Sissler-Bienvenu, directrice France et Afrique francophone de l’IFAW.

    Shutterstock

    Le rôle le plus important en matière de recommandations internationales pour la préservation des espèces est tenu par l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cette organisation a un statut tout à fait à part : ce n’est pas une organisation non gouvernementale, puisque près de 80 États en sont membres. Les recommandations émises pas cet organisme n’ont pas non plus de valeur réglementaire. L’UICN, considéré comme neutre, établit sa légitimé sur un fondement scientifique, permettant un état des lieux des espèces à protéger en priorité en fonction de l’intensité des menaces pesant sur elles. Ce sont ainsi plus de 9 000 spécialistes à travers le monde qui établissent la fameuse liste rouge mondiale des espèces menacées. Celle-ci fait figure de référence mondiale et sert à orienter et éclairer les prises de décisions de différents pays.

    Les États, véritables décideurs de la gestion des espèces sur les territoires

    La question de la préservation des espèces dépend en fait véritablement de chaque État, même si les logiques de biodiversité et d’écosystèmes ne connaissent pas de frontières. Les politiques concernant la protection des espèces sont ainsi très variables d’un pays à l’autre, en dépit des cadres donnés par les quelques grandes instances internationales citées plus haut. L’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis a par exemple montré à quel point un nouveau gouvernement pouvait remettre en question des mesures de protection des espèces à l’échelle d’un pays : abrogation d’une loi sur la protection d’animaux marins en voie de disparition, ré-autorisation des tirs sur les ours en hibernation en Alaska… les actions menées par l’actuel gouvernement américain ne cessent de soulever les vives critiques des associations de protection animale et des défenseurs environnementaux. 

    Shutterstock

    En ce qui concerne la France, la nouvelle loi pour la reconquête de la biodiversité, promulguée en 2016, a pour but de moderniser et de compléter notre droit de l’environnement. Elle renforce notamment les outils de protection des espèces endémiques en danger, mais est encore loin de régler toutes les questions de biodiversité qui se posent sur notre territoire, comme le montre la question des espèces dites « nuisibles ». Le terme en lui-même a été banni de la nouvelle loi biodiversité, reconnaissant ainsi que le concept de « nuisible » n’a pas de sens biologique, toutes les espèces ayant un rôle à jouer dans les écosystèmes. Cependant, sur le terrain, une liste d’animaux « susceptibles d’occasionner des nuisances » permet toujours aux préfets d’autoriser, département par département, la chasse, tout au long de l’année, de certains animaux comme le renard roux, la belette ou  la corneille noire.

    L’Union européenne, un pouvoir limité

    Plusieurs dossiers sensibles concernant la gestion des espèces soulèvent également la question de la réglementation européenne. L’UE constitue bien souvent un recours pour les associations de défense animale. Le « dossier loups », très sensible en France, est emblématique. Le Canis lupus est une espèce protégée, en Europe, par la directive européenne de 1992 relative à la conservation des habitats naturels. Les loups ne peuvent donc pas être chassés. Les abattages autorisés chaque année en France par arrêtés préfectoraux reposent sur une dérogation prévue par cette directive habitat lorsque les prédations sur les troupeaux sont jugées trop fortes. Mais ces arrêtés outrepassent parfois la réglementation européenne, et seul le suivi attentif des associations permet de rappeler le gouvernement à l’ordre. 

    Shutterstock

    Réintroduction de l’ours, lutte contre le braconnage de l’ortolan… les exemples peuvent se multiplier. Cependant, comme a pu le constater Alain Reynes, président de l’association Pays de l’Ours-Adet, les effets des menaces des sanctions européennes sont limités. « Une procédure pour infraction a déjà été lancée contre la France à l’échelle européenne. Notre pays est mis en demeure depuis 2012, car les mesures prises sur notre territoire sont insuffisantes pour maintenir notre population d’ours. Mais il s’agit de procédures très lentes, et souvent, les instances européennes se montrent très conciliantes avec les pays mis en cause sur ces sujets ».

    La mobilisation citoyenne, nouveau levier pour la protection animale

    Au-delà du cadre législatif, la protection des espèces est aussi une question de société. « En Occident, du moins, où l’on se pose de plus en plus la question de la protection des animaux et de leur bien-être, on note une évolution des mentalités, et une demande de plus en plus forte se développe pour le respect de la vie animale. C’est un sujet que les décideurs politiques ne peuvent plus éviter », analyse Cécile Sissler-Bienvenu.

    Shutterstock

    La publication de l’arrêté, le 6 mai dernier, interdisant la reproduction  des orques et des dauphins en captivité et annonçant la fin programmée des delphinariums, traduit une prise de conscience collective. De même que la demande de moins en moins forte pour les spectacles d’animaux en captivité. Dans un tout autre registre, l’étiquetage des œufs, rendu obligatoire, a permis aux consommateurs d’être informés sur la provenance des produits, et sur les conditions de vie des animaux d'élevage. Cela a entraîné une baisse de la consommation d'œufs de poules élevées en cage, et a incité, par un effet boule de neige, de plus en plus d’enseignes à ne plus proposer ce type d’œufs. « Consom’acteurs », mobilisations citoyennes… des leviers importants existent aussi à l’échelle individuelle pour contribuer à la protection animale, et offrent une vision encourageante pour l’avenir. 


    Autres articles à lire

  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • Aidez-nous à sauver les guépards du Masaï Mara

    Faune sauvageLe magazine 30 Millions d’amis soutient le programme de l’association Cheetah for Ever, dont la mission est de venir en aide aux guépards du Masaï Mara, au Kenya. Retrouvez, dans notre dernier numéro en kiosque, notre article consacré à la situation alarmante de ces animaux, et contribuez à la cagnotte en ligne pour aider l’association.

    22 Septembre 2017
  • Sauvez les gorilles, recyclez vos vieux téléphones

    Faune sauvageUne nouvelle étude australienne met en lumière le fait que l’accumulation de vieux téléphones participe à la disparition des gorilles en République démocratique du Congo. Moins de recyclage, plus d’extraction minière et donc destruction de l’habitat de ces animaux…

    12 Décembre 2018
  • Disparition de Daphne Sheldrick, la « mère » des éléphants orphelins

    Faune sauvageDaphne Sheldrick, pionnière de la protection de l'environnement, était connue pour avoir développé une méthode permettant d'élever des éléphanteaux orphelins au Kenya. Elle est décédée jeudi, à l'âge de 83 ans.

    16 Avril 2018
  • 2020, une année en demi-teinte pour l’ours des Pyrénées

    Faune sauvageNaissances abondantes, effectifs revus à la hausse, mais aussi enquête pour destruction d’espèce protégée et conflits avec les éleveurs… On peut dire que 2020 aura été une année chargée pour l’ours des Pyrénées.

    03 Décembre 2020
  • Deux ourses slovènes emménagent dans les Pyrénées

    Faune sauvageDeux ourses slovènes viennent d’être relâchées dans les Pyrénées occidentales afin de venir renforcer la petite population qui s’y trouve.

    05 Octobre 2018
  • En Belgique, un loup est soupçonné d’avoir mangé un kangourou

    Faune sauvageUn loup est soupçonné d’avoir tué un kangourou domestiqué et d’en avoir mordu un autre au cours d’une attaque nocturne à Balen, dans le nord-est de la Belgique, a indiqué mercredi à l’AFP un spécialiste de la faune sauvage.

    27 Décembre 2019
  • Coronavirus : Le Gabon veut protéger ses grands singes

    Faune sauvageLe Gabon, sanctuaire de gorilles et de chimpanzés, prend des mesures préventives afin d'éviter tout risque de transmission du nouveau coronavirus aux grands singes qui vivent dans ses parcs.

    16 Mars 2020
  • Les deux macaques de la Pinède des singes enfin sauvés

    Faune sauvageLes deux singes survivants, après l’euthanasie de 163 macaques en mai dernier dans les Landes, ont été sauvés grâce à la mobilisation de plusieurs associations dont la Fondation 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot. Ils vont être placés dans le sanctuaire du Refuge de l’Arche, en Mayenne.

    13 Septembre 2017
  • Eléphants : le Botswana prend ses responsabilités

    Faune sauvageLe Botswana a reconnu publiquement la crise actuelle des éléphants. Sa position, courageuse et inédite, a été saluée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Une bonne nouvelle en cette journée mondiale des animaux.

    04 Octobre 2016
  • Landes : les associations mobilisées pour les deux macaques survivants

    Faune sauvageEn majorité porteurs du virus de l’herpès B, 163 macaques de Java du parc de la Pinède des singes dans les Landes, aujourd’hui fermé, ont été euthanasiés en mai dernier. Deux singes du même groupe, jusque à présent en semi-liberté, viennent d’être capturés et testés pour savoir s’ils sont porteurs du virus. Les associations demandent à ce qu’ils soient placés dans un refuge adapté.

    09 Août 2017
  • Au Mexique, le nombre de jaguars augmente de 20%

    Faune sauvageLueur d’espoir pour le plus grand félin d’Amérique. Un nouveau recensement fait état d’une hausse de la population, liée à la mise en place de programmes de conservation et à une restauration de l’habitat naturel du jaguar.

    15 Juin 2018
  • Les animaux rêvent-ils tous de la même façon ?

    Faune sauvageDes chercheurs français ont étudié le sommeil du lézard afin de creuser l’hypothèse selon laquelle les phases de sommeil lent et paradoxal (là où surviennent les rêves) seraient apparues chez un ancêtre commun aux mammifères et aux reptiles, il y a 350 millions d'années.

    12 Octobre 2018
  • Trump veut réautoriser d’anciennes pratiques de chasse à l’ours

    Faune sauvageIl sera bientôt possible pour les chasseurs en Alaska d'appâter les ours avec du bacon ou des donuts dans les zones protégées, l'administration Trump souhaitant revenir sur des réglementations adoptées sous Barack Obama.

    23 Mai 2018
  • Luc Besson pourra garder ses cerfs

    Faune sauvageLa justice a débouté, ce jeudi 26 décembre 2019, des chasseurs qui avaient porté plainte contre le cinéaste Luc Besson en l'accusant de laisser proliférer sur sa propriété de l'Orne des cerfs au détriment des champs voisins, selon les avocats des deux parties.

    26 Décembre 2019
  • En Afrique du Sud confinée, l'essor du safari virtuel

    Faune sauvageAlors que la pandémie de coronavirus a vidé les parcs nationaux de leurs hordes de visiteurs, les animaux déambulent sans gêne sous l’œil de quelques caméras... Et de milliers d'internautes !

    08 Avril 2020
  • Chine : un tigre de Sibérie sème la terreur dans un village

    Faune sauvageUn tigre de Sibérie a semé la terreur dans un petit village de l'extrême nord-est de la Chine, frontalier de la Russie, en attaquant une voiture et se jetant sur un paysan, ont rapporté lundi les médias d'État.

    26 Avril 2021
  • Bornéo : libération d’un orang-outan albinos rare

    Faune sauvageAprès un sauvetage en 2017, Alba, la seule orang-outan albinos connue, a pu être relâchée fin décembre 2018. Elle est placée sous haute surveillance.

    10 Janvier 2019
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019
  • Le Pantanal, paradis des jaguars

    Faune sauvageVaste comme un tiers de la France, et noyé à 80% pendant 4 mois, le Pantanal est la plus grande zone humide de la planète. Parfaitement adapté à ce milieu entre terre et eau, le jaguar y règne en maître, prédateur suprême d’une biodiversité unique au monde. Pour combien de temps ?

    26 Septembre 2020