Quand la technologie vient au secours des rhinocéros


  • Quand la technologie vient au secours des rhinocérosPhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Tués pour leur corne, les rhinocéros sont la cible d’attaques de plus en plus féroces des braconniers. Si rien n’est fait pour leur protection, ils risquent de disparaître d’ici une dizaine d’années. Pour lutter contre ce phénomène, des dispositifs ultra-performants de surveillance sont mis en place dans les réserves.

    La mort tragique de Vince, jeune rhinocéros blanc du zoo de Thoiry abattu en mars dernier, a éveillé les consciences : une lourde menace pèse sur cette espèce, jusque sur notre territoire. Chassé pour sa corne, à laquelle certaines médecines traditionnelles, particulièrement en Chine et au Viêtnam, prêtent de fausses vertus thérapeutiques, le rhinocéros risque bien de disparaître de notre planète à court terme. Les chiffres sont alarmants : il ne resterait plus qu'environ 29 000 rhinocéros dans le monde, dont plus de 80 % en Afrique du Sud. En 2007, 13 rhinocéros ont été tués dans ce pays par des braconniers. En 2014, on comptait 1 215 rhinocéros tués pour leur corne, soit trois animaux abattus chaque jour. Si ce taux de braconnage se maintient, l’espèce pourrait disparaitre d’Afrique du Sud d’ici à 2025…

    Cependant, même s’il reste encore trop élevé, le nombre de rhinocéros tués tend à baisser depuis deux ans. Cela s’explique notamment par un renforcement drastique des moyens de lutte, de la part des associations de protection des animaux, des réserves naturelles, mais également des gouvernements, dont l’État sud-africain. Ce dernier a notamment déployé des moyens paramilitaires pour surveiller ses frontières ou déplacer des milliers de rhinocéros en danger dans des zones plus sécurisées, vers l’intérieur du pays.   

    Drones, GPS, caméras : des rhinocéros suivis à la trace

    Et, pour toujours mieux protéger les rhinocéros, les nouvelles technologies sont de plus en plus sollicitées. Drones, caméras de surveillance, puces électroniques, géolocalisation, traitement des données… Le déploiement de ces équipements high-tech a pour but de renforcer la surveillance, soit des animaux eux-mêmes, soit des hommes qui les entourent.

    Pour surveiller directement la faune sauvage en danger, des puces GPS, fixées à l’aide de colliers, sous la peau, ou dans le cas des rhinocéros, sur leur corne, permet de suivre les mouvements des animaux dans des réserves pouvant s’étendre sur des dizaines de milliers d’hectares. Ces systèmes de surveillance sont généralement utilisés pour renforcer la sécurité des animaux, mais également par les chercheurs, dans le cadre de leurs observations. La Sigfox Foundation a ainsi développé un système de suivi à distance, testé sur dix rhinocéros sauvages dans une réserve sud-africaine. Grâce à la localisation par GPS, scientifiques et personnel de la réserve peuvent être régulièrement informés de la position des animaux pucés. « En transmettant ne serait-ce que quelques positions GPS par jour, nous simplifions drastiquement le monitoring des animaux. Nous donnons ainsi une voix aux rhinocéros, tous les jours, où qu’ils soient. Mieux comprendre les espèces menacées et donc les protéger constitue un grand espoir », détaille Marion Moreau, directrice de la Sigfox Foundation. Son objectif est de parvenir à produire le plus de capteurs possible pour pouvoir suivre un maximum de rhinocéros.

    Mais le suivi des animaux a ses limites. Il existe un risque inattendu de « cyberbraconnage », récemment identifié par Steven Cooke, biologiste à l'université Carleton d'Ottawa. Le scientifique s’est aperçu que certaines balises utilisées par les chercheurs pour suivre les espèces en danger étaient piratées par des braconniers, à des fins de chasse, mais également par certains photographes animaliers peu scrupuleux ou par des organisateurs de safaris.

    Pour Olivier Grosjeanne, ingénieur au sein de l’entreprise sud-africaine Dimension Data, intervenir directement sur les animaux pose aussi deux problèmes majeurs. Premièrement, cela nécessite l’implantation d'une puce sur l’animal, une opération délicate. Deuxièmement, ces dispositifs fonctionnent souvent a posteriori. Autrement dit, lorsque les données de localisation montrent qu’un animal est en danger, il est souvent trop tard pour intervenir.

    Les réserves animalières sous très haute surveillance

    « Sur place, les choses vont très vite, explique Olivier Grosjeanne. En une demi-heure, les braconniers peuvent abattre un animal et lui scier les cornes ». Dimension Data, spécialisé dans la mise en place d’infrastructures digitales et numériques, a développé un système de cybersurveillance centré non plus sur l’animal mais sur les humains. Ce programme, « Connected Conservation », est mené en partenariat avec l’entreprise d’informatique Cisco, et s’inscrit dans le vaste plan de protection du rhinocéros du gouvernement sud-africain.

    « Connected Conservation » a été testé dans une « petite » réserve animalière de 50 000 hectares, proche du célèbre parc Kruger, au nord-est de l’Afrique du Sud. Ce programme a pour but de détecter toute intrusion illicite dans le périmètre de la réserve. Côté équipement, cette cybersurveillance se traduit par la mise en place de points d’accès wi-fi, installés à des points stratégiques du parc afin que la transmission des données puisse être constamment assurée, un système de vidéosurveillance à l’aide de plusieurs caméras, classiques et infrarouges, l’usage de capteurs sismiques, ainsi que l’utilisation de drones pour assurer une vidéosurveillance aérienne. Toutes les données récoltées sont transmises à un centre de contrôle installé dans la réserve, ainsi qu’à chaque ranger du parc équipé d'une tablette numérique spécifique.

    Toutes les personnes entrant dans la réserve, à commencer par les touristes, sont également contrôlées. Cela passe par un scan des papiers d’identité pour procéder à leur vérification ou bien encore par des « tags » des véhicules pour pourvoir les géolocaliser à tout moment. Grâce à l’ensemble de ce dispositif, en cas d’intrusion, de grillage arraché, de stationnement suspect de véhicule, le personnel du parc est immédiatement prévenu et peut se rendre sur place ou alerter un hélicoptère de la police sud-africaine pour intervenir au plus vite.

    Une technologie de pointe, mais très coÛteuse

    Les résultats sont frappants. Selon Dimension Data, la baisse du nombre de rhinocéros abattus dans la réserve test serait d'environ 96 %. Non seulement la plupart des intrusions ont été bloquées, mais aussi et surtout, le dispositif permettrait de dissuader les braconniers. Reste la question du financement de cet équipement de pointe et de son entretien. Pour ces premiers essais, Dimension Data et Cisco ont mis gratuitement à la disposition de la réserve leur matériel et leur savoir-faire. Mais Olivier Grosjeanne le reconnaît, le dispositif est très coûteux, et d’importants moyens de financement vont devoir être débloqués si l’on veut étendre l’expérience. « Il faut qu’il y ait une prise de conscience collective, analyse-t-il. La participation de différentes organisations est nécessaire pour que l’on puisse appliquer ce système de surveillance à d’autres endroits sur terre et sur mer, et protéger non seulement les rhinocéros mais aussi l’ensemble des espèces animales en danger ».


    Autres articles à lire

  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Podcast : L’humain, seule espèce utilisant des outils ?

    Faune sauvageL’étude du comportement animal peut faire réfléchir au fait que ce que l’on appelle animal semble parfois très proche de ce que l’on nomme humain.

    03 Octobre 2019
  • En Afrique du Sud confinée, l'essor du safari virtuel

    Faune sauvageAlors que la pandémie de coronavirus a vidé les parcs nationaux de leurs hordes de visiteurs, les animaux déambulent sans gêne sous l’œil de quelques caméras... Et de milliers d'internautes !

    08 Avril 2020
  • Pourquoi les éléphants d’Afrique ont-ils la peau craquelée ?

    Faune sauvageUne équipe de chercheurs suisses a étudié la peau des éléphants et notamment les crevasses qui la composent. À quoi servent-elles ? Comment se forment-elles ? Quelques réponses dans cet article.

    08 Octobre 2018
  • IFAW à la rescousse des rhinocéros

    Faune sauvageLe 22 septembre dernier, c’était la journée mondiale du rhinocéros. Ce gros mammifère comporte 5 espèces différentes, toutes en danger d’extinction. C'est pourquoi, de nombreux organismes, dont IFAW, œuvrent à sa protection.

    24 Septembre 2020
  • Les deux macaques de la Pinède des singes enfin sauvés

    Faune sauvageLes deux singes survivants, après l’euthanasie de 163 macaques en mai dernier dans les Landes, ont été sauvés grâce à la mobilisation de plusieurs associations dont la Fondation 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot. Ils vont être placés dans le sanctuaire du Refuge de l’Arche, en Mayenne.

    13 Septembre 2017
  • De rares et superbes photos des léopards des neiges

    Faune sauvageEspèce menacée et difficile à observer, le léopard des neiges se dévoile devant les caméras de l’association Snow Leopard Trust qui œuvre à la préservation du félin.

    12 Janvier 2017
  • Les voyages en avion détruisent l'habitat des ours polaires

    Faune sauvageLes avions transportent chaque année 4,6 milliards de passagers. Des chercheurs norvégiens ont calculé combien cela représentait en termes de kilomètres carrés de banquise fondue…

    31 Janvier 2020
  • Les humains sont capables de décrypter les cris des chimpanzés

    Faune sauvageAux cris d'un chimpanzé, les humains sont capables de deviner si le primate se fait attaquer, découvre de la nourriture ou subit une séance de chatouilles, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B.

    17 Juin 2020
  • Délocalisation de girafes rares dans le sud-ouest nigérien

    Faune sauvageDes girafes d'une espèce rare vont être déplacées de 600 km, de la région de Kouré, dans le sud-ouest du Niger, où elles sont une attraction touristique, vers la réserve de Gadabédji, ont annoncé mercredi les autorités.

    27 Novembre 2018
  • Mais où sont passés les hérissons ?

    Faune sauvageQui s’y frotte s’y pique ! Bientôt, en France, il sera de moins en moins possible de s’y frotter tant les menaces qui pèsent sur ce petit insectivore de nos jardins sont grandes. Pour les plus chanceux, le printemps est la période où ils sortent de l'hibernation…

    12 Mai 2019
  • Le retour en liberté d’une tigresse de Sibérie

    Faune sauvageFilippa, une jeune tigresse a été relâchée dans la nature en Russie, le 29 avril dernier, après avoir suivi un programme de réhabilitation de près de deux ans.

    11 Mai 2017
  • Quel sursis pour les bouquetins du Bargy ?

    Faune sauvagePromis à un abattage certain suite à un arrêté du préfet de Haute-Savoie, les bouquetins du massif du Bargy, porteurs de la brucellose, profitent d'un sursis suite à un recours devant le tribunal porté par les associations de protection animale.

    19 Octobre 2015
  • La sexualité de nos animaux 47/50

    Faune sauvageC’est le printemps ! Pour l’occasion, Animaux-online vous propose une série de cinquante articles sur la sexualité de nos animaux. Vous allez enfin tout savoir sur ce que vous n’avez jamais osé demander. Aujourd’hui… les testicules.

    18 Mai 2016
  • Covid-19 : 10 000 visons d'élevages contaminés vont être abattus

    Faune sauvageLes autorités néerlandaises ont ordonné l'abattage à partir de vendredi de « plus de 10 000 » visons d'élevages où des cas de Covid-19 auraient été signalés chez les petits mammifères, qui ont « probablement » transmis la maladie à deux employés.

    04 Juin 2020
  • Comment s'alimente la loutre mer ?

    Faune sauvagePour maintenir la température interne de son corps à 35 °C, la loutre de mer doit ingérer en nourriture l’équivalent de 23 à 33 % de son poids par jour. Animaux-online décrypte les moyens mis en oeuvre et les aptitudes physique de l'animal pour s'alimenter dans la nature.

    18 Janvier 2016
  • Un emprunt pour sauver le rhinocéros ?

    Faune sauvageUn consortium d’associations travaille actuellement à la mise en place d’un tout nouvel instrument financier afin d’aider à la protection du rhinocéros noir d’Afrique. Si cela fonctionne, ce modèle pourra être appliqué à d’autres espèces en voie de disparition.

    22 Septembre 2019
  • Des espèces menacées réapparaissent en Algérie

    Faune sauvageLa genette, espèce menacée de disparition et classée dans la liste des animaux sauvages protégés en Algérie, a réapparu dans une forêt de l'Oranie (ouest du pays), sans doute à la faveur de la pandémie de Covid-19. C’est la troisième espèce menacée à refaire surface dans le pays en quelques mois.

    07 Octobre 2020
  • Réchauffement : vers l'extinction des ours polaires d'ici 2100

    Faune sauvageSans banquise, les ours polaires meurent de faim. Alors si les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter, le réchauffement pourrait signer la quasi extinction de ces plantigrades emblématiques de l'Arctique d'ici la fin du siècle.

    20 Juillet 2020
  • Deux bébés pandas au lieu d'un seul attendus au zoo de Beauval

    Faune sauvageHuan Huan, la panda femelle prêtée par la Chine au zoo de Beauval à Saint-Aignan-sur Cher, attend des bébés jumeaux et non pas un seul bébé, a révélé mardi une ultime échographie effectuée avant la mise bas, prévue vendredi ou samedi.

    02 Août 2017