Loup : les associations craignent la mort de 40 animaux d’ici décembre


  • Loup : les associations craignent la mort de 40 animaux d’ici décembrePhoto : Shutterstock
  • Protection/ Chasse

    Les défenseurs du loup attendent beaucoup du nouveau plan promis par Nicolas Hulot, qui devrait, dès janvier 2018, repenser entièrement la gestion du prédateur en France pour favoriser la cohabitation avec le pastoralisme. En attendant, les associations craignent que le plafond d’abattage de 40 loups actuellement autorisé ne soit rapidement atteint..

    En août, trois louveteaux ont été abattus dans les Alpes-Maritimes, augmentant à 14 le nombre de loups tués depuis le 20 juillet 2017. Face aux méthodes employées, visant les animaux les plus jeunes et vulnérables, et aux nombreux animaux déjà abattus, les associations de défense du loup, réunies dans le collectif Cap Loup, dénoncent une « tuerie » et demandent l’arrêt immédiat des tirs autorisés par le gouvernement.

    Cependant, la situation ne devrait pas changer avant le 1er janvier 2018, date à laquelle le ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot, a promis la mise en place d’un nouveau plan loup qui devrait entièrement repenser la gestion du prédateur en France. En attendant, l’arrêté autorisant l’abattage de 40 loups maximum est toujours en vigueur. Pour les associations, la perspective d’une nouvelle gestion à partir de janvier, qui pourrait bien abaisser ce plafond, pourrait accélérer les tirs, tant que cela est autorisé. « Pour certaines personnes, chaque loup abattu avant le 1er janvier, c’est toujours ça de pris. Nous craignons que le chiffre de 40 loups ne soit atteint d’ici à décembre », alerte Madline Reynaud, présidente de l’Aspas, l’une des associations fondatrices de Cap Loup.

    Une première réunion entre associations et éleveurs prévue en septembre

    Canis lupus fait partie des espèces protégées en Europe et en France. Mais depuis 2007, des dérogations permettent l’abattage d’un certain nombre d’individus. Un plafond maximal de prélèvements autorisés est ainsi fixé chaque année par des arrêtés, pour une période allant de juillet à juin. Nicolas Hulot, qui a signé l’arrêté de 2017-2018, a cependant prévu de réformer ce dispositif.  

    Une première réunion est prévue le 12 septembre et devrait rassembler autour d’une table des membres des ministères de l’Écologie et de l’Agriculture, des membres des services de l’État (préfets, ONCFS), des éleveurs et leur syndicats, et les associations de protection du loup et de l’environnement, dont l’Aspas. Compte tenu de la sensibilité du dossier loup en France et des échanges souvent houleux entre les protecteurs du loup et certains éleveurs, les débats risquent d’être tendus.

    Pourtant, pour Madline Reynaud, une cohabitation est possible entre l’animal et le pastoralisme, « une activité à défendre et à conserver », comme elle tient à le souligner. Pour cela, l’Aspas et l’ensemble des membres de  Cap Loup, qui demandent à ce que cessent les tirs sur les loups, font un certain nombre de propositions au gouvernement.

    Revoir le système d'indemnisation et renforcer les mesures de protection 

    « Nous demandons, dans un premier temps, à ce que soit revu le système d’indemnisation en cas d’attaque de troupeau de la part d’un loup. Car aujourd’hui, une personne qui protège mal son troupeau est autant indemnisée qu’un éleveur qui met tout en œuvre pour garder ses brebis en sécurité. Nous demandons également à l’État de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour améliorer la filière des chiens de bergers. Nous savons désormais que les patous ne sont pas forcément les plus adaptés à la garde du troupeau, et les chiens manquent de formation et de suivi pour bien remplir leur rôle de gardien. Outre un renforcement des mesures de protection, qui passe aussi par la mise en place de clôtures plus hautes, nous exigeons du gouvernement qu’il mène une étude scientifique sur l’efficacité des tirs sur les loups ».

    Selon l’Aspas, les autorisations de prélèvements de loups, année après année, ne font pas baisser le taux de prédation sur les troupeaux. « Nous constatons sur le terrain que les abattages de loups sont inefficaces, et ont même tendance à augmenter les prédations sur les troupeaux. On suppose que lorsque l’on élime un loup à la position importante dans la meute, tout le groupe s’en trouve désorganisé, et certains loups vont avoir tendance à mener une chasse solitaire auprès de proies plus faciles que du gros gibier sauvage. »

    Pour appuyer ses revendications, Cap Loup met en avant un sondage réalisé par l’Ifop en 2013 révélant que 80 % des Français sont opposés aux tirs de loups, ainsi qu'une campagne #SOSLoups, relayée sur les réseaux sociaux par un millier d’Internautes et soutenue par une dizaine de personnalités.

    LE LOUP EN CHIFFRES 
    POPULATION
     : On estime la population actuelle de loups en France à 360 individus, soit une soixantaine de loups supplémentaires par rapport à 2016. Cela ne signifie pas pour autant que la population de loups est dans une dynamique d’augmentation, précise Madline Reynaud, « on ne peut que constater une stagnation pour le moment. »
    RÉPARTITION : Le loup est présent dans environ 30 départements, principalement dans le sud-est de la France.
    PREDATION : Selon les données de l’ONCFS, en 2016, 2 841 attaques de loups ont été constatées, faisant 10 234 victimes, dont 9 881 ont été indemnisées. L’Aspas pointe cependant du doigt le manque de contrôle des autorités lorsque des attaques sont constatées. « Nous savons par exemple que dans les départements où le loup est identifié, une attaque est systématiquement attribuée à cet animal. Pour apaiser les tensions, les éleveurs sont alors indemnisés, alors que la perte des brebis peut être due à d’autres animaux, comme des chiens errants, ou à de mauvaises conditions météo… » 

    Autres articles à lire

  • Un des fils du lion Cecil tué à son tour par des chasseurs

    ProtectionXanda 6 ans, descendant du lion Cecil abattu en 2015 a, à son tour, été victime de la chasse aux trophées au Zimbabwe.

    21 Juillet 2017
  • Chasse à courre : la grâce pour les animaux aux abois en zone habitée

    ProtectionUn animal poursuivi par un équipage de chasse à courre jusque dans une zone habitée ou commerciale sera désormais 'gracié', selon un décret publié vendredi au Journal officiel.

    01 Mars 2019
  • Nouveau rassemblement contre le massacre des dauphins à Taiji

    ProtectionDimanche 3 septembre, à 14 h, les associations C’est assez ! et L214 organisent un rassemblement au Trocadéro, à Paris, pour protester contre le massacre annuel des dauphins dans la baie de Taiji, au large du Japon.

    01 Septembre 2017
  • Canada : vers la fin de la chasse aux phoques ?

    ProtectionAlors que la saison 2021 de la chasse aux phoques vient d'ouvrir, cette pratique, déjà en déclin, est davantage mise en difficulté par la crise sanitaire et le réchauffement climatique. Une bonne nouvelle pour le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) qui se bat depuis 50 ans pour interdire cette chasse d'un autre temps.

    13 Avril 2021
  • 84 % de Français sont opposés à la chasse à courre

    ProtectionSelon un sondage IFOP pour la fondation Brigitte Bardot, une forte majorité des personnes interrogées sont opposées à la vénerie tandis que l’ensemble de l’étude révèle une remise en cause générale de la chasse.

    07 Décembre 2017
  • Une pétition pour interdire la pêche au vif

    ProtectionL'association Paris Animaux Zoopolis demande, à travers une pétition, l’interdiction de la pêche au vif en France. En parallèle, elle diffuse des images de cette pêche de loisir qui font froid dans le dos…

    13 Mars 2019
  • Brigitte Bardot demande un « miracle » de Noël pour les animaux

    ProtectionÀ travers une lettre ouverte adressée au président Emmanuel Macron, Brigitte Bardot demande à ce que la condition animale soit grandement améliorée, notamment au niveau de la chasse et des abattoirs, et souligne le retard de la France par rapport aux autres pays européens.

    26 Décembre 2018
  • En Savoie, les abattages de 3 loups jugés illégaux

    ProtectionAlors qu’un nouveau « plan loup » peine à être mis en place, le tribunal administratif de Grenoble a donné raison à trois associations de protection animale, l’Aspas, Ferus et One Voice, en jugeant illégaux les abattages successifs de trois loups survenus en 2015 en Savoie.

    18 Octobre 2017
  • L’Australie veut tuer deux millions de chats errants

    ProtectionEn Australie, la prolifération des chats sauvages serait une des causes de la disparition d’espèces endémiques comme l’opossum ou le numbat. Le continent entend les éradiquer par l’extermination pure et simple de deux millions d’entre eux.

    16 Octobre 2015
  • La Cour de cassation donne tort aux chasseurs d'ortolans

    ProtectionLes chasseurs d'ortolans du Sud-Ouest ne peuvent pas invoquer 'la tradition' pour enfreindre la loi et capturer ces oiseaux protégés, a estimé mardi la Cour de Cassation.

    18 Octobre 2018
  • Cerf tué dans un jardin : à quand la fin de la chasse à courre ?

    ProtectionLa mort d’un cerf, samedi dernier, abattu dans le jardin d’une propriété privée dans l’Oise, a choqué les riverains et suscité une vive émotion auprès de la population, relançant le débat sur l’autorisation de la chasse à courre sur notre territoire.

    25 Octobre 2017
  • Colombie : un éleveur de bétail a choisi de cohabiter avec les jaguars

    ProtectionDans les plaines de l'est de la Colombie, les jaguars attaquent le bétail, les éleveurs répondent au fusil et ce depuis des siècles. Mais l'un d'eux a choisi de faire la paix avec le plus grand félin des Amériques.

    12 Mai 2021
  • La chasse à courre des renards reste interdite en Grande-Bretagne :

    ProtectionLe gouvernement britannique maintient la réglementation interdisant la chasse à courre du renard, alors que la première ministre conservatrice Theresa May avait promis de revenir sur cette loi.

    05 Juillet 2017
  • Reprise de la chasse à la baleine par le Japon : une 'bonne nouvelle'?

    ProtectionLe Japon, comme il menaçait de le faire depuis des années, a annoncé son retrait de la Commission baleinière internationale (CBI) dans le but de reprendre la chasse commerciale d’ici juillet 2019. Paradoxalement, cette décision pourrait apaiser les tensions sur le sujet.

    02 Janvier 2019
  • Insolite : un braconnier américain condamné à visionner 'Bambi'

    ProtectionUn juge de l'Etat américain du Missouri a condamné un braconnier multirécidiviste à visionner régulièrement 'Bambi', grand classique de Walt Disney relatant la vie d'un faon dont la mère est tuée par un chasseur.

    18 Décembre 2018
  • Le président des Hautes-Alpes jugé pour avoir offert une queue de loup

    ProtectionActe politique ou infraction contre une espèce protégée ? Le président du Conseil départemental des Hautes-Alpes comparaît lundi devant le tribunal correctionnel de Gap pour avoir offert une queue de loup à un représentant de l'Etat.

    15 Février 2021
  • Macron suspend la chasse à la glu pour cette année

    ProtectionEmmanuel Macron a décidé de suspendre cette année la chasse à la glu pour les grives et les merles, a annoncé jeudi l'Elysée, dans l'attente d'une réponse de la Cour de justice de l'Union européenne sur cette méthode de chasse controversée.

    27 Août 2020
  • Le japon veut relancer la pêche commerciale à la baleine

    ProtectionLe gouvernement japonais étudie la possibilité de sortir de la Commission baleinière internationale (CBI) dans le but d'échapper à ses règles et de relancer la pêche commerciale à la baleine.

    20 Décembre 2018
  • « Stop aux tirs des loups »

    ProtectionAlors que le nouveau gouvernement prévoit d’abattre jusqu'à 40 loups en France de juillet 2017 à juin 2018, Cap Loup et plusieurs personnalités se mobilisent pour demander une révision complète de la gestion de cette espèce sur notre territoire.

    19 Juin 2017
  • Les oies menacées par la chasse après la date officielle de fermeture

    ProtectionAlors que la fermeture officielle de la chasse aux oiseaux de passage et au gibier d’eau est programmée le 31 janvier, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal accorde aux chasseurs un délai supplémentaire de dix jours pour tuer les oies sauvages en période de migration au-dessus de la France.

    01 Février 2017